Urbanbike

Recherche | mode avancée

ProCamera 9.4 ajoute des améliorations tous azimuts

Chouette mise à jour ce matin

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | iOS | photographie
par Jean-Christophe Courte

J’apprécie ProCamera ⚑ avec ses forces1 et ses faiblesses. La version 9.4 devrait lever quelques dysfonctionnements notamment en HDR. Alors, en gros…

Même si je ne suis pas utilisateur des filtres, sachez que les filtres noir et blanc Street deviennent gratuits et concurrencent en partie une belle application comme BLACK ⚑. Mais, pour ma part, je reste fidèle à cette dernière élégante proposition2 de post-traitement.

reduc-450

Les filtres de base couleur et noir et blanc basiques mais, désormais, cette série Street…

reduc-450

La gestion de l’exposition a posteriori en mode basse lumière est assez agréable car reporte sa gestion après le cadrage et la prise de vue. Du coup, on se concentre sur le rendu global après avoir capturé son cliché.

reduc-450

Après avoir changé de mode, bien activer l’option idoine Lux+. Puis, après coup, ajustez le réglage selon vos envies…

reduc-450

Le mode HDR même avec l’option 5 vues d’analyse est devenu nettement plus rapide et ça offre un surcroît de confort épatant. Juste à tester ce mode avec une scène très contrastée pour déceler si l’on se retrouve ou non avec des zones bruitées dans les ciels. Mais remarquable en intérieur.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Soit cinq options à votre disposition.

Bon, d’autres ajouts ont été faits mais je ne suis pas fan du GIF et laisse à des tas d’autres sites le soin de vous en parler abondamment. Il me reste à sortir pour tester cette nouvelle version car, nouvelle incroyable, il ne pleut pas ce matin dans mon coin…!!

  • ProCamera ⚑ (4,99 €) modules payants en plus selon vos besoins

Pour finir, comme je ne suis pas un expert, je n’ai découvert que ce matin qu’un appui long sur une item de l’application Santé permettait de la réordonner. Au cas (improbable !) où ceci vous aurait échappé, illustration…

reduc-450


  1. Et depuis quelques années comme je peux le constater en relisant d’anciens billets ! urbanbike | ProCamera sur iOS en bref ou urbanbike | Photographie HDR avec ProCamera 8 

  2. Cf. urbanbike | Provoke, appareil photo et BLACK sur iPhone 

le 01/06/2016 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bamboo, Pencil et iPad Pro

Une combinaison qui fonctionne pas mal

dans dans mon bocal | iOS | outils | pratique
par Jean-Christophe Courte

…hormis l’hallucinant texte des conditions d’utilisation à valider avant même de découvrir les outils de l’application (j’ai fini par les survoler1 et valider l’accès au produit dont j’avais déverrouillé naguère nombre d’outils…), avec le Pencil, ça fonctionne pas mal…

reduc-450

Pour mémoire, Bamboo ⚑ a été mis à jour (aucune explication, comme trop souvent) et, rappel d’importance, ne fonctionne que sous iPad.

reduc-450

Et, bien entendu, le Pencil d’Apple est très agréable sous les doigts…

reduc-450

L’érgonomie confortable et discrète…

Bon, j’évite de vous montrer le crobard final, trop dépressif, pluie oblige…!

Pour finir, je vais me remettre à Sketches II ⚑, à suivre…

le 31/05/2016 à 11:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

La vérité avant-dernière

Philip K. Dick

dans dans mon bocal | lire | mémoire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Certes, c’est toujours chose aisée que de trouver, des décennies plus tard, des coïncidences entre l’actualité et ce que l’on a lu adolescent. Mais pourquoi pas, ce n’est pas plus sot que de trouver signe d’événements contemporains dans les textes de Nostradamus…?! Je galèje à peine…

Ces derniers temps, histoire de me changer les idées, je suis reparti à l’assaut (sic…!) des ouvrages de Philip K. Dick. Le temps de scruter dans les rayons de notre bibliothèque papier ce qui n’avait pas été embarqué par notre fils…!

reduc-450

La vérité avant-dernière est un splendide récit publié en 1964 avec des angles épatants, mêlant les pièces d’un puzzle que chaque lecteur peut identifier, voire retrouver dans les nouvelles qui nous inondent quotidiennement.

Bon, j’ai l’impression que ce bouquin est épuisé (j’ai la version poche)

À mes yeux, c’est l’un des meilleurs livres de Dick (…c’est mon avis et je le partage…!), à (re)lire aujourd’hui en le confrontant aux événements récents qui secouent — vont secouer notre planète.

Que ce soit sous l’angle de l’ambition politique (le personnage de Lantano, homme jeune et pressé…, le cynisme d’un Brose en fin de course qui accapare nombre de ressources pour sa seule survie, la marionnette médiatique d’un Yancy, la mission que s’est fixée Runcible et tous ceux que ça ennuie (sic…!) profondément…), celui de l’environnement ou de la prévarication des terres, des affrontements (…vrais ou factices). Et même le poids de la technique (bouquin écrit en 1964 et d’une actualité incroyable… Touch ID compris), le personnage clé de Carol qui décortique et découvre la faille du simulacre, le sursaut d’humanité de Robert Hig

Il eut un haussement d’épaules fatigué, irritable.
« Et alors ? Si nous allions au lit ? On en reparlera une autre…
— Ce n’est pas fini, poursuivit Carol inflexiblement. Le 3 mai, il a encore employé cette expression dans un autre discours. Il s’agissait de cette allocution mémorable où il nous informait que nos forces avaient entièrement détruit Leningrad.« » Elle regarda ses notes. « Et il est revenu à la prononciation accentuée à l’excès.« » Elle rangea le bristol dans l’armoire et la ferma à clef. Il observa que la commande de la serrure n’obéissait pas seulement à la clef mais aussi à la pression de ses empreintes digitales ; si quelqu’un d’autre essayait de l’ouvrir avec un double – ou même avec la clef originale – la porte resterait close. L’armoire était accessible uniquement à Carol.

Sans oublier du très chouette complot qui devrait vous rappeler quelques belles déclarations — les yeux dans les yeux — de ces dernières décennies…

— Vous lui dites, ordonna Brose d’une voix sèche, que vous savez, en votre qualité d’ingénieur, qu’il s’agit là de vestiges n’appartenant pas à la Terre. Les Indiens d’Amérique en 1425 ne fabriquaient pas des trucs pareils… Bon Dieu, tout le monde sait ça : pas besoin de bombarder Runcible de jargon scientifique ; vous vous contentez de lui montrer les armes en lui disant que ça vient du niveau géologique correspondant à six cents ans d’âge, et vous lui demandez de les regarder : est-ce qu’il s’agit de flèches à pointe de silex, de cruches de terre ou de meules de granit ? Vous lui sortez ce baratin, et après ça vous retournez à l’endroit des excavations, et vous tombez encore sur d’autres reliques, notamment les crânes non humains, et ensuite l’affaire est dans le sac.

Passons sur la férocité des rapports entre ceux qui ont le pouvoir, cette faible proportion de l’humanité qui domine (…pour notre bien, hinhinhin…!) les 99 % autres qui turbinent et vivent reclus, maintenus sous terre en se persuadant de la véracité des informations qui leur arrivent par les médias… Ou encore cette course effrénée aux territoires en fin d’irradiation. Etc.

Bref, le plus intéressant, ô lecteur, est de parcourir ce bouquin grinçant…

Mais ceci n’est que mon avis…

Note de fin : toujours un peu ballot d’écrire une chronique à (trop) grande vitesse, je suis passé sur l’aspect fort intéressant de la fabrique du mensonge qui justifie désormais tous les fact-checking. Une rapide illustration tirée de ce livre qui reste une chouette uchronie comme l’est Le Maître du Haut Château. Et c’est également un aspect passionnant de ce bouquin…

Joseph Adams immobilisa à nouveau le film et il se tourna vers Colleen. « Malgré la faille, c’était quand même du beau boulot. Le type qui jouait Roosevelt avait vraiment la tête du modèle. Et celui qui jouait Staline…
— Oui, mais il y avait la faille, rappela Colleen.
— Oui. » Et c’était une erreur majeure, la pire que Fischer avait commise ; la seule en fait qui fût sérieuse dans toutes les séquences truquées de la version A.
Joseph Staline ne connaissait pas l’anglais. Et puisque Staline ne pouvait pas parler anglais, cette scène n’avait jamais pu avoir lieu. Ce moment crucial se révélait pour ce qu’il était : une supercherie, et en conséquence jetait la lumière sur ce qu’était, dans son entier, le « documentaire ». Un faux délibéré et soigneusement exécuté, destiné à blanchir définitivement l’Allemagne des actes exécutés et des décisions prises par elle au cours de la deuxième guerre.

Le hasard fait que j’ai retrouvé également ce matin dans ma bibliothèque le bouquin de Maurice Genevoix1, les éparges qui a ajouté une touche d’ironie particulière à ma (re)lecture de la vérité avant-dernière

le 29/05/2016 à 13:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Fleurs en poche passe à 1672 variétés sur iPhone

Et ne cesse de s'améliorer en même temps

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | iOS | mémoire | potager | voir
par Jean-Christophe Courte

Si vous souhaitez identifier avec plus de précision les fleurs qui jalonnent vos sentiers de randonnée ou celles dans les jardins de vos proches, retrouver des informations sur telle type de fleur aperçue en vacances et que vous aimeriez importer chez vous, Fleurs en poche ⚑ peut vous renseigner de manière confortable…

reduc-450

  • Déjà possibilité de sélectionner plusieurs couleurs…

reduc-450

  • Et d’avoir de suite une liste des espèces qui répondent à ces critères… Reste à les dérouler pour trouver la bonne variété…

reduc-450

  • Ôh, des pâquerettes…

reduc-450

  • Et tout apprendre sur cette variété…!

Bref, très, très chouette application à offrir à son iPhone…!

La version HD pour iPad ne devrait pas trop tarder, Quid, Pierre-Olivier…?

le 28/05/2016 à 08:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Jazz en boîte dans iTunes

…et j'aime ça…

dans dans mon bocal | écouter | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Petite liste en partage

Depuis quelques années, j’évite nombre de frais pour des raisons connues de mes fidèles lecteurs. Si les promesses faites à nos deux mômes ont été tenues, nous avons réduit la voilure sur tous les à côtés1.
Bref, on fait gaffe2.

Plus question de passer dans une grande enseigne culturelle, d’approcher de trop près une boutique Apple pour être clair. Par contre, je peux remercier chaudement iTunes, CultureBox ⚑ et ARTE ⚑ pour m’avoir offert quelques belles découvertes qui vont de Thomas Enhco (chouette album Feathers ⚑) via jazz sous les pommiers (!) à, avant hier, Camille Bertault que j’ai découvert via iTunes quand je suis tombé sur son album En vie ⚑. Prenez le temps d’écoutrer Tatie Cardy ou Cette nuit (Peacocks) dans son album…

Certes, ce sont pas toujours des morceaux entiers que j’entends via iTunes mais, désolé d’être un peu direct, c’est bien mieux que rien…!

Libre à moi ensuite de rechercher si l’artiste n’est pas passé sur une radio, dans une émission, si un podcast existe.

Du coup, je remplis ma liste de souhaits3 mais j’emploie également Drafts 4 pour capturer des liens, des URLs.

Si, si, Drafts 4 ⚑, cf. urbanbike | Pratique : empiler des notes avec Drafts 4 sous iOS avec Append | 2.

Bref, comme je suis fondu de jazz (mais très raisonnablemement), je regarde, j’écoute cette boutique de musique proposée par Apple depuis mon iPhone 6s+, notamment à propos de ce qui vient de paraître (…ou qui va paraître comme le prochain album du Brad Mehldau Trio, Blues and Ballads ⚑).

Et Camille Bertault, CQFD !

Mais je suis tombé également sur quelques perles dont un album de Bill Evans, Some Other Time: The Lost Session from the Black Forest ⚑ et un autre de Sarah Vaughan, Live At Rosy’s ⚑ où j’ai retrouvé la chanteuse facétieuse que nous avions entendu à Paris en 19854 — cf. urbanbike | Sarah Vaughan, Paris 1985

Bon, je ne vais pas faire une liste qui va de Book of Intuition ⚑ par le Kenny Barron Trio à Take Me to the Alley ⚑ par Gregory Porter en passant par In Movement ⚑ par Jack DeJohnette, Ravi Coltrane & Matt Garrison.

Et puis je tombe sur des morceaux étonnants comme ces feuilles d’automne — Paeez (Autumn Leaves) — dans cet album A Persian Dream ⚑ par Tara Tiba.

Ou encore sur la fille de Eric, Yana dans Afternoon in Paris ⚑ par Yana Bibb. Ou ce trio, Babillages - EP ⚑ par The Glossy Sisters.

J’en ai encore une grosse vingtaine à caser mais ce n’est pas raisonnable !

C’est dit !


  1. Mais en même temps, de très étonnantes et chouettes surprises comme je l’ai expliqué il y a près de 15 jours dans ce billet urbanbike | un vendredi …treize épatant ! 

  2. Le Canon EOS M n’a pas trouvé de grand frère numérique, etc. 

  3. Comme pour le père Noël mais sans illusions ! 

  4. Et là, tu découvres que tu as pris un sacré coup de vieux aussi… 

le 28/05/2016 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Et si vous redécouvriez la puissance de vos guiboles…?!

Pieds + vélo, entre autres…

dans bosser chez soi | brompton | dans mon bocal | groummphh | pratique
par Jean-Christophe Courte

Pffff, les pompes sont à sec. Pour ma part, il me reste quelques litres dans le réservoir de notre baleine bleue, histoire d’emmener ma gamine passer ses oraux pour le bac la semaine prochaine en banlieue proche, voire déplacer belle-maman en urgence si besoin.

Le reste du temps, j’utilise des Ecco avec un sac à dos.

reduc-450

Et quand c’est un poil plus loin, je déploie mon Brompton — qui dispose d’un sac ou d’un cabas — et je pédale.

Il ne s’agit pas ici de vous seriner en vous expliquant que c’est mieux, juste qu’il y a des solutions alternatives et pratiques.

Ma gamine file à son lycée en courant tous les matins (…que trois kilomètres) et revient pour moitié par le bus avant de remonter à pieds vers la maison. Ma douce alterne marche et transports en commun, voire part en vélo faire le marché avec notre fille (sacs ou cabas itou). Notre fiston sur Paris emprunte un Vélib ou saute dans le métro.

Ceci pour rappeler que l’on peut limiter ses déplacements avec une automobile sans que cela devienne une pure abomination…

Et la voiture justement…?

Elle sert généralement une fois par semaine pour aller faire de grosses courses. Ou nous balader… Mais acquise d’occasion, 190 000 au compteur, on la soigne même si j’envisage le après1.

Et pour le boulot…?

Naguère, quand j’avais encore un boulot, je prenais mon vélo jusqu’à la gare, repliais le tout pour prendre mon train puis le redéployait pour me rendre à mon bureau… dans Paris. C’était au siècle dernier…!

Saint Lazare - Concorde mais aussi filer boulevard St Germain, ce n’était pas la mer à boire. Le truc étant essentiellement de ne pas forcer pour éviter d’arriver en sueur à un rendez-vous. Plus tard, j’y suis revenu en m’équipant mieux… dont en ajoutant des lumières

Mais je ne vais pas revenir sur ce que nous avons écrit avec Jacques, il y a dix ans, à propos du travail à domicile, manifestement les entreprises freinent des quatre fers même si certaines y viennent enfin. Oui, je sais, la version 2 est toujours sur l’iPad dans Ulysses, ça vient (doucement…).

Bref, investissez dans de bonnes pompes ou un Brompton (ou les deux!) et vous allez vous surprendre.

À tous ceux qui se disent : Un Brompton, c’est un petit vélo, c’est pas sérieux… je les engage à parcourir les aventures de Hannibal Brompton, alias Vincent Burgeon sur urbanbike… La liste de ses aventures est à la fin de ce billet précisément…


  1. Si mes vautours ne me mangent pas le foie (private joke), une caisse avec deux roues électrifiées (Les vélos parisiens ont un splendide modèle) me semble une solution même si j’ai une station AutoLib à 15 minutes à pieds… Mais d’autres options existent dont un véhicule en partage… 

le 27/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Diced, le jeu à la K sous iOS

Par le developpeur de Drafts 4

dans dans mon bocal | groummphh | iOS
par Jean-Christophe Courte

J’ai reçu une invitation à tester Diced ⚑, il y a de cela quasiment un mois (voir plus…?) et, moi qui ne joue pas, je ne suis pas arrivé à le virer de l’iPad comme du iPhone.

J’ai d’ailleurs écrit un message en ce sens à Greg où je luis disais qu’il me faisait perdre pas mal de temps hebdomadairement… Et ça l’a fait rigoler…!!

reduc-450

  • Il y a même un mode nuit et la possibilité de couper le son… Je n’explique rien, c’est d’une facilité déconcertante, trois niveaux de jeu dont deux assez relous avec ajout aléatoire (les dès verts) mais quelques bombes pour nettoyer…

En représailles, je vous l’indique, que je ne sois pas le seul contaminé…!! Oui, je passe de sujets graves (sic !) à du grand n’importe quoi… C’est moi qui vais Dicedé a terme !

Naaaa…!

Greg est par ailleurs le developpeur de Drafts 4 ⚑ — un épatant traitement de texte pour prendre des notes (cherchez sur urbanbike le nombre de fois où j’en ai causé…) — et de tas d’autres produits orientés locuteurs anglo-saxons. C’est d’ailleurs pour cela que je ne lui en veux pas… Quoi que !

le 26/05/2016 à 15:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?