Quelques trucs à retenir pour choisir un outil de saisie sur iPad

Petite grille de lecture personnelle des options disponibles
dans | iOS | pratique | voir |
Avertissement : billet a priori (!!) corrigé… Mais en revanche très (trop…?) long billet…


Comme annoncé à quelques lecteurs sur Twitter il y a près d'une semaine, ce qui suit se base uniquement sur des considérations et des choix personnels. À vous d'en tirer quelques idées ou de hausser les épaules…!

Ensuite ces notes sont à relier à ce précédent billet, multiples claviers (voir cette chronique sur urbanbike).

…De fait, j'avais terminé ce petit dossier sur les applications pratiques pour écrire sur iPad en fin de semaine dernière. Tout était bouclé. Coup, de chance, l'étude sur les lutins (une première mondiale que nous les sommes worldwide à vous proposer…!) de l'ami Lukino est venue s'intercaler si bien que j'avais repoussé ma propre publication à la semaine suivante.
Et heureusement…!

Une arrivée inopinée…!
Bref, le jour annoncé pour la fin du monde (sic !), sentant mes dernières heures arriver, j'étais tranquillement en train de lire quelques infos quand je tombe sur un tweet énigmatique indiquant que tel développeur avait ajouté TextExpander dans son app. Sauf que le nom de ce développeur ne m'était pas inconnu…!

Et c'est ainsi que je suis tombé sur la première version toute chaude de Daedalus touch que j'ai chroniqué (voir cette chronique et la suivante sur urbanbike) ce WE. En l'essayant, j'ai vite découvert que j'avais là un challenger de poids pour ce dossier, qu'il serait totalement stupide de ne pas le prendre en compte.

Depuis, je l'ai testé à fond. Plus inquiétant, je n'emploie plus que cette application depuis ce jour de fin du monde. De fait, il était plus astucieux de comprendre "fin d'un monde"…!

Enfin, comme mon dossier n'avait plus la cohérence de départ (…mais en a-t-il une me dis-je…!), le voici après avoir été retraité, corrigé, amendé pour la bonne cause.

Bon, c'est quand même décousu car je suis à la fois pas mal occupé et sujet (graminées + sécheresse + pollution) à quelques allergies réjouissantes…

Les applications en lice…
iA-Writer
PlainText
Nebulous Notes for DropBox
Notesy
Daedalus touch
Textastic


Sans oublier Pages, Notes. Et même TextExpander qui peut servir également, on l'oublie lui trop souvent d'outil de prise de notes…

Et en laissant tomber, tout au contraire, tous les produits de notes dessinées même s'ils possèdent des options de saisie texte.

J'ai volontairement oublie une palanquée de traitements de texte rudimentaires qui se ressemblent. Pas des mauvais produits mais des apps opportunistes qui s'appuient essentiellement sur le service gratuit de DropBox pour se vendre elles-mêmes !

Note : je ne suis pas en train de refaire pour la vingtaine fois le même billet — quoi que ! — mais j'essaye juste d'organiser mes petites notes.

Mais au fait, de quoi parle-on ?!
Il y a encore quelques siècles, seule la plume, le papier et l'encre étaient les outils du rédacteur, de l'auteur, de l'écrivain.
Du plumitif, quoi…!

Puis est apparue la machine à écrire !
Un tour sur wikipedia livre quelques infos :
1714 : Premier brevet accordé à l'Anglais Henry Mill.
1829 : The Typographer de l'Américain William Austin Burt, breveté le 23 juillet.
1837 : Cembalo scrivano de l’italien Giuseppe Ravizza
1870 : Skrivekügel du Danois Rasmus Malling-Hansen.
Dans les années 1870, Mark Twain est l'un des premiers écrivains à soumettre à son éditeur ses œuvres écrites avec une machine à écrire (La Vie sur le Mississippi et Les Aventures de Tom Sawyer).
1873 : la première machine commercialisée sous la marque de Remington, « The typewriter » de C. L. Sholes (Machine à écrire Sholes et Glidden).
1874 : le téléscripteur d'Émile Baudot .
1914 : première machine électrique.

Bref ceci pour dire que l'emploi d'un clavier en lieu et place de la plume même métallique est récent. L'arrivée de l'ordinateur tout autant, ce dernier empruntant ce clavier à la machine à écrire. Enfin le traitement de texte est encore plus récent… Idem (emprunt à wikipedia)…

Le concept « traitement de texte » est apparu en 1964 chez IBM, en Allemagne, avec l'expression Textverarbeitung. Il était essentiellement utilisé en interne par cette compagnie - soupçonnée à cette époque d'être de facto le premier éditeur du monde en termes de nombre de pages originales annuelles - pour la rédaction de ses brochures. Celles-ci furent, dès lors, parfois remaniées juste pour l'oubli d'une simple virgule, avec un petit trait vertical qui restera célèbre marquant dans la marge la ligne comportant une modification (seule la page remplacée était envoyée).

Bref notre univers quotidien de la saisie de texte est très jeune…!

En résumé, on pourrait le caricaturer en le réduisant à un écran recevant le résultat des appuis successifs sur des touches. Là où cela devient plus redoutable, c'est dans l'organisation de ce texte. Et surtout, comment se retrouver, circuler dans cette masse d'informations. Bien sûr je rêve de retrouver un concentré de FrameMaker dans mon iPad… Et à moi les références croisées, les index et tables de sommaire.

Un héritage qu'il faut dépoussiérer…
La vraie difficulté qui attend les développeurs de ces produits, c'est d'arriver peu à peu à s'éloigner des contraintes précédentes et réinventer le concept même du traitement de texte…!!

Tiens, premier truc à revoir… le clavier.

Ce clavier n'a pas été pensé pour être le plus efficace mais pour éviter que les tiges de la machine à écrire s'emmêlent ! Dernier retour sur wikipedia
a été spécifiquement étudiée pour éviter les risques de blocage des premières machines à écrire mécaniques produites massivement par l’armurier Remington. Sur ces premières machines à écrire, les tiges des touches voisines se coinçaient fréquemment l’une l’autre. La disposition qwerty a donc été conçue afin que les lettres les plus fréquemment contiguës dans les mots de la langue anglaise soient les plus écartées possibles sur le clavier, ce qui limite les risques de blocage des tiges.

Déjà ce serait un progrès notable et c'est pourquoi, à défaut de tout changer, l'ajout d'une barre additionnelle de touches au dessus du clavier désormais traditionnel me convient bien. Surtout si l'on peut y fourrer des caractères diacritiques peu faciles à atteindre, des macros.

C'est aussi pourquoi je suis fan de TextExpander qui me permet d'éviter d'avoir à attendre d'indiquer au iPad que je souhaite attendre une autre couche du clavier pour chercher tel ou tel caractère. Avec une simple combinaison de touches, je substitue tel raccourci par telle séquence, un "aa" va devenir un "à"…

Dernier arrivé dans ma sélection de produits dédiés, Daedalus touch a le mérite de bouleverser les codes traditionnels du traitement de texte avec son système de stacks

Ce qui me séduit dans ce produit comme ce fut le cas d'ailleurs avec iA-Writer, c'est de remettre un peu à plat notre vision convenue de ces produits bourrés de fonctionnalités pour revenir à l'essentiel, la saisie du texte !

En sortant du cadre et des conventions, en s'interrogeant tant sur les attentes des utilisateurs que sur la nouvelle donne que représente une tablette avec un écran tactile, il se dégage des outils nettement différents même si le clavier encombre la majeure partie de l'écran de travail.

Certes, il est possible de connecter un clavier bluetooth à son iPad comme il est possible d'utiliser un stylet. Chacun fait comme il veut, non…?!

Ma pratique à moi !
Il faut bien que je me base sur une expérience…!
Au quotidien, l'iPad me permet de saisir des bribes, des idées, de saisir un premiers jet, de le corriger immédiatement, le reformuler, le restructurer mais le travail sur la version finale du texte retenu s'effectue sur mon Mac, généralement pour publication sur urbanbike via MarsEdit. Pour les bouquins, je bascule soit vers Pages, soit vers Indesign.

Lors de cette première étape, je n'ai absolument pas besoin de styler, de mettre en forme, c'est un brut de fonderie que j'aime souvent laisser reposer pour mieux le dégraisser.

L’iPad est un outil de saisie épatant. Compacité, légèreté, mobilité, autonomie, inutile de revenir dessus. Mais avec une limite, la surface occupée par le clavier sur l'écran tactile. De facto, une grande part de l'écran de l’iPad est dévolu à l'affichage même du clavier, CQFD.

201105024 IMG 3203 pt

Versus… (à l'italienne pour que le rapport d'écran soit le même).

201105024 IMG 3204 pt

Pour ma part, cela ne me gêne pas, ayant bossé longtemps avec des machines à écrire mécaniques ou électriques. Ou noté sur des carnets papiers minuscules…!

Du coup, je préfère le mode paysage qui laisse plus de latitude à mes doigts. Il sera certainement possible de réduire cet encombrement avec un dessin de clavier plus fin. Ou généraliser dans un futur proche la technique de la reconnaissance vocale à la Dragon Dictation (lien iTunes). Bon, pour le moment, ma saisie se fait avec mes petits doigts.

Bien sûr, il reste la possibilité de connecter un clavier Bluetooth mais autant s'offrir alors un ultra portable. Paradoxalement, cette absence de clavier physique ne me gène pas. Plus grave, j'adore saisir sur la surface dur de l'écran…! Si, si…!

Alors, quels trucs retenir…?
Inutile d'insister sur le nombre de produits testés, les lecteurs de ce blog comme de mon bouquin Travailler avec un iPad le savent… Même si cet empilement hétéroclite d'apps ne me confère aucune expertise supplémentaire…!

Il vous faut trouver le bon outil à utiliser sur votre tablette, celui adapté à vos besoins spécifiques et non truffé d'un pack de fonctionnalités inutiles mais tellement vendeuses a priori.

Toute la difficulté est là. Ne pensez pas le trouver d'un simple claquement de doigts ou en lisant ce qui suit. Des recommandations, certes, mais c'est à l'usage que l'on adhère ou non. Bref, préparez-vous à acquérir quelques produits même si certains sont gratuits.

Parenthèse, je reste un utilisateur inconditionnel de Pages (voir cette lointaine chronique sur urbanbike) mais je fais un distinguo net entre outil de mise en forme et outil de saisie. C'est ce dernier point qui est l'objet du billet, que l'on ne s'y trompe pas !

Alors, dans le désordre le plus complet…!

Ouvrir ou enregistrer des fichiers au format .doc est il indispensable…?
À mes yeux, ce n'est absolument pas un impératif ! Le format .txt avec son codage en UTF8 supporte les signes diacritiques dont vous avez besoin. Comme vous êtes le rédacteur de vos propres textes, inutile de vous encombrer de fichiers lourds, le format .txt est lisible par Word comme tous les traitements de texte. Pensez à préciser le suffixe .txt car certaines apps comme PlainText en ont besoin pour ouvrir ce type de fichier.

201105021 IMG 3145 textastic

Textastic comme Nebulous Notes permettent de choisir l'encodage. Seul Textastic — ci-dessus — permet de disposer également de la coloration syntaxique…

Est-il essentiel de pouvoir mettre en gras ou en italique des parties de texte…?
C'était déjà inutile sur une machine à écrire si je me souviens bien…! Rester concentré et de ne pas s'interrompre dans son inspiration est le but de tout rédacteur, non…? J'ajoute parfois des balises HTML en vue de la publication dans urbanbike via TextExpander mais rarement en cours de rédaction.

Certes, c'était possible sur une composphere mais à quel prix…!!

Orthographe et complétion, faut-il utiliser cette fonction sur l'iPad ?
Bien sûr que c'est un sacré «plus» et que cela fonctionne en arrière-plan, surtout si vous êtes dyslexique comme moi ! Bon, ne rêvez pas, le traitement de texte ne va pas non plus interpréter les mots mal orthographiés et les afficher sans erreur à votre place ! Le seul point intéressant est cette fameuse complétion: vous commencez à saisir et le dictionnaire intégré essaye de deviner ce que vous saisissez ! Si vous saisissez des bêtises, il ne va pas lire dans vos pensées. Idem pour le style, ce n'est pas l'application qui va corriger votre bouillie de mots et d'approximations. Par contre, la complétion permet généralement d'éviter d'avoir à saisir les accents, le dictionnaire de l'iPad plaçant à l'écran le mot correctement accentué. De plus, le dictionnaire de l'iPad se nourrit de vos indications.

Parenthèse… C'est en fait la meilleure et la pire des fonctions…! Si vous ne relisez pas immédiatement le texte que vous venez de saisir tout en laissant cet outil agir, gare aux surprises. En fait, ne pas hésiter à marquer un temps d'arrêt pour lire ce que le iPad vous propose comme mot de remplacement. Parfois c'est drôle mais surtout cela peut totalement bouleverser — que dis-je ! — vriller votre saisie. À tel point que vous ne savez même plus ce que vous souhaitiez exprimer !


L'outil de votre choix doit-il être compatible avec TextExpander ?
Oui…!
Je milite activement pour l'usage de cette extension logicielle dans toutes les apps, même celles éditées par Apple. Certes, c'est une application supplémentaire à acquérir mais si vous souhaitez saisir nettement plus vite en enchainant des raccourcis de lettres, je n'ai pas trouvé mieux ! Le prix à payer est du temps pour créer et tester ces raccourcis comme de les apprendre peu à peu. Mais une fois TextExpander bien en doigts, c'est redoutablement efficace ! De plus vous pouvez simplifier certaines orthographes lors de votre saisie, laissant à TextExpander le soin de placer la bonne… Si je tape "arnolds" TextExpander va substituer ma saisie par Arnold Schwarzenegger…! Que je suis infoutu d'orthographier correctement…!

Poursuivons… La première question, hormis l'emploi quasi indispensable de TextExpander sur votre iPad est quel type de traitement de texte allez-vous employer ? Avec une barre additionnelle de touches, vous allez accessoirement retrouver un accès direct à des caractères usuels et il ne vous sera pas nécessaire de créer les équivalents claviers pour les afficher sans peine. Avec celle personnalisable — et quais infinie car ne s'arrête pas à la justif de l'écran — de Nebulous Notes, c'est encore plus simple.

Mais dès que vous vous retrouvez avec un clavier standard, les choses sont moins évidentes.
C'est pourquoi j'emploie 3 sortes d'équivalents :
— ceux pour afficher très simplement des caractères accentués ("aa" pour obtenir "à")
— ceux pour simplifier des opérations répétitives comme des — pour les listes, une gestion de parenthèses ou de balises (avec TextExpander, je me suis crée un équivalent pratique, entrer deux fois une "(" affiche immédiatement un "()" avec le pointeur entre les deux parenthèses…)
— enfin les équivalents sur mesure pour des usages personnels comme l'insertion de la date et l'heure ou des mentions répétitives que j'utilise pour urbanbike.


L'app de traitement de texte doit-elle disposer d'une ligne supplémentaire de touches sur son clavier ?
Voici une option qui peut vite devenir indispensable sur l’iPad. Comme cela se programme, nombre de développeurs en ont eu l'idée et c'est fort pratique tant pour insérer des caractères ésotériques qui reviennent fréquemment dans votre saisie que pour déplacer le pointeur d'un caractère ou d'un mot, supprimer des caractères. Certains nous proposent une ligne de touches inamovible, d'autres de la modifier selon vos besoins. C'est cette dernière option qui m'intéresse car il est toujours intéressant d'ajouter des touches comme des macros pratiques selon le job d'écriture en cours…

201105021 IMG 3148 textastic

Ici, sous Textastic. Option qu'il est facile, comme sous Nebulous Notes, d'activer ou pas — Additional Keys.

201105021 IMG 3150 textastic

Sous Textastic.

Quid de la police affichée à l'écran…?
Pas indispensable de pouvoir la changer mais opérations souvent bien agréable. Alterner entre la Noteworty-light calligraphique et une typo à chasse fixe — parfaite pour coder — est aussi une manière de redécouvrir son texte.

iA-Writer n'en propose qu'une, Nebulous Notes des tas, Daedalus touch que trois…

Quid de la personnalisation du fond d'écran, de la couleur des caractères…?
Bien sûr que oui ! Je suis nostalgique de l'option fond sombre et texte en couleur que j'utilise avec Writeroom sur Mac. De plus en plus d'apps proposent de paramétrer notre environnement de travail et oui, cela ajout un certain confort.

201105020 IMG 3128 tdt

201105020 IMG 3129 tdt

Ici, sous Nebulous Notes, deux exemples d'environnements (avec luminosité prise en compte) et la palette qui permet de changer de set comme d'enregistrer ses préférences…

Est-il indispensable de sauvegarder son texte sur DropBox, box.net ou MobileMe…?
Toujours dans l'optique qu'un texte se démarre sur un écran, se prolonge sur un autre et se corriger ailleurs, oui. Avec un tel dispositif, le fichier source est accessible de partout; depuis n'importe quel écran.

201105021 IMG 3146 textastic

À noter que Textastic permet une option de partage en webDAV qui est essentiellement utilisée par les codeurs mais qui s'avère pas mal pour tout le monde.

201105021 IMG 3147 textastic

Et même une connexion vers son (ou ses) serveur(s) FTP…!

Attention néanmoins à ne pas faire une confiance aveugle à ces dispositifs et à prendre quelques précautions de bon sens (voir plus loin). À ce propos, j'ouvre une parenthèse (une de plus)…

Le iPad est assez bien foutu et les fichiers ne disparaissent pas comme cela du jour au lendemain sous n'importe quel prétexte ! Bref, inutile de sauvegarder sur le nuage toutes les deux secondes…
Pensez par contre a bien sauvegarder à l'issue d'une grosse série de corrections ou lors d'une bonne et longue production de votre part.

Avec la possibilité de placer tous nos fichiers au même endroit via DropBox, il est tentant de se débrouiller pour faire pointer tous les liens vers le nuage vers un seul répertoire. Et donc accéder à cette bibliothèque de textes en attente depuis n'importe quel app installée sur votre iPad et supportant DropBox. C'est possible mais cela demande à l'utilisateur qui papillonne d'un traitement de texte à un autre de se souvenir que la seule version qui compte est sur le nuage et donc à l'importer avant chaque modification. Et inversement, à bien sauvegarder à nouveau à la fin. C'est possible, je peux en témoigner, mais ce n'est pas toujours idéal.

La meilleure solution, à mon avis et après diverses expérimentations, essais multiples — et parfois perte de contenu ! — , est de choisir une app qui servira toujours de pivot, de clé d'accès à la sauvegarde.
Et sur l’iPad, de ne pas hésiter à copier coller un texte pour aller le retraiter ailleurs… En n'oubliant pas de faire l'inverse au retour puis de synchroniser ensuite cette mouture retraitée via l'app clé.

Daedalus touch avec la possibilité de sauvegarder simultanément sur MobileMe et DropBox simultanément retient mon attention. De plus, deux logiques de sauvegarde :
DropBox ne conserve qu'une seule copie qui est remise à jour ;
MobileMe crée à chaque fois un nouveau dossier complet avec tous les fichiers.

Ce dossier porte le même nom avec un numéro comme suffixe, numéro qui est incrémenté de 1 à chaque fois. Pas mal de revenir sur la version d'il y a deux jours dans laquelle vous avez joyeusement taillé avant de vous rendre compte que c'est, non seulement moins bien, mais que nombre d'infos ont disparu ! Au lieu de les chercher, il suffit d'aller explorer ces anciennes sauvegardes et copier/coller ce qui a disparu.

•••>> 15:35 J'ai la surprise de voir que cela a changé sur mon MobileMe et que ce que j'avais constaté n'est plus… Plus d'incrémentation, plus qu'une seule version à jour. Je teste à nouveau.
Fin de ma longue parenthèse…!!


Pratique d'accéder à la hiérarchie de mes dossiers sauvegardes dans le nuage…?
C'est pas inutile de pouvoir ouvrir et ranger précisément dans tel ou tel dossier. Toutes les apps ne le permettent pas encore mais cela se généralise peu-à-peu.

Verrouiller automatiquement l'accès à ces fichiers distants ?!
Ben oui, autant éviter que votre traitement de texte devienne une porte dérobée pour accéder à votre volume DropBox par exemple ! Certes, il est possible de mettre un code à l'ouverture de l'iPad comme d'un iPhone mais peu de personnes le font. En ce cas, si l'on vous dérobe votre iPad, c'est l'accès à vos Mails et aussi, par le biais de vos apps non sécurisées aux contenus de vos dossiers en ligne. Pensez-y…

201105021 IMG 3149 textastic

Sous Textastic, c'est optionnel et bien pratique d'autant que les codes d'accès vers vos serveurs FTP sont enregistrés pour vous simplifier la vie…

Réellement utile de connaitre le nombre de signes et de mots…?
Pratiquement tous les outils le font désormais. Si vous écrivez pour des supports, c'est un minimum de savoir que votre papier qui doit ne faire que deux feuillets (2 x 1500 signes) est trop long ou trop court…!

201105020 IMG 3137 tdt

Sous Notesy…

Expédier les textes par mail au format texte…?!
Non, seulement c'est indispensable mais c'est une précaution de bon sens à prendre. Surtout si on se mélange les pinceaux dans ses sauvegardes — ceux dans le nuage comme sur l’iPad. Se souvenir qu'un fichier peut se substituer à tel autre par un manque d'attention à une alerte affichée sur votre Pad et mal interprétée. Cela peut devenir catastrophique. Même si DropBox ou la sauvegarde locale fonctionnent correctement, s'expédier des versions successives de son texte par Mail est loin d'être une mauvaise idée (j'insiste…!). Autre option astucieuse, expédier vos textes vers votre compte gratuit sur Evernote via l'adresse Mail dédiée que vous communiquera ce service.

Les textes au format PDF…?
J'aime bien cette option assez rare qui permet de donner à lire à quelqu'un sans lui permettre de corriger le texte brut. Nebulous Notes for DropBox propose cela et c'est très pratique.

Récupérer son fichier via iTunes…?
Encore un moyen assez simple pour échanger les fichiers entre l'outil de texte et votre ordinateur. Surprise, nombre d'apps ne le permettent pas. Si iA-Writer, PlainText, Textastic et Daedalus touch le proposent, Notesy et Nebulous Notes non…

Paramétrer la luminosité de l'écran…?
Encore une option de confort. Si la luminosité maximale est indispensable pour consulter des photographies, en mode lecture ou rédaction, nous aimons bien réduire l'intensité de l'écran. Corollaire, ceci améliore l'autonomie de la tablette. C'est lié au paramétrage de l'environnement de travail sous Nebulous Notes.

Renommer facilement un fichier…?
C'est ma méthode de travail qui vaut ce qu'elle vaut option pratique, , j'aime garder des versions n-1, n-2 de ce qui est en cours. Malheureusement, hormis faire un copier/coller de votre texte dans un document vierge, cela n'est pas une fonctionnalité prise en compte dans certaines apps.

Textastic le permet bien mais c'est un peu acrobatique. Par contre sous Daedalus touch, c'est très simple, le titre que vous donnez à chaque page d'une pile est le nom du fichier. Bref, si vous modifiez ce titre, le nom du fichier l'est, CQFD.

201105024 IMG 3205 pt

Sur PlainText, c'est fort simple…

Rechercher et remplacer une portion de texte…?
Le plus souvent c'est pour retrouver un point précis de son texte. Pour le moment, c'est rarement une fonctionnalité que vous trouverez. Notesy propose un mode recherche mais en balayant tous les fichiers de votre dossier DropBox. Daedalus touch le propose également de manière très efficace, tant dans le document affiché que dans toutes les piles…
Sinon, optez un produit plus lourd comme Pages. Ou pour Textastic.

201105020 IMG 3131 tdt

Sous Notesy, recherche dans les fichiers mais affichage minimal de leur contenu, c'est à l'utilisateur de fixe le nombre de lignes — entre 1 et 5) qu'il souhaite lire…

201105021 IMG 3143 textastic

Textastic est le plus complet sur ce point, rien à dire…

201105021 IMG 3173 daedalus

201105021 IMG 3174 daedalus

Sous Daedalus touch au sein des docs dans une pile ou dans toutes les piles… Mais pas (encore) de remplacement.

Utiliser le mode outliner pour masquer tout le document tout en n'affichant qu'une seule partie.
Certains produits de prise de notes ou de traitement de texte offrent cette option qui n'est pas négligeable. Ce sont plus des produits de prise de notes comme ThinkBook (voir cette chronique sur urbanbike) ou de gros traitements de texte comme Pages…

Daedalus touch propose une réinvention astucieuse de la notion même de l'outliner. Quand vous écrivez, vous bossez par chapitres, par séquences qui ne sont pas toujours rédigées dans l'ordre. Ici, au lieu d'écrire un long flux de texte et de vous balader dedans via l'ascenseur, vous créez volontairement pour chaque partie à traiter un feuillet indépendant, dans l'ordre que vous souhaitez, ces feuillets sont autant de pages de taille variable qui sont insérées dans la pile des feuillets que constitue votre document.

Oui mais…? Non, pas de souci pour réorganiser la disposition des feuilles en mode réduction en les déplaçant d'un simple geste du doigt. Ben oui, telle feuille passe avant telle autre, et basta. Du coup, cette gestion par feuilles revient à réinventer une gestion — certes minimum — de chapitres au sein de votre structure mais également à vous concentrer à chaque fois sur une thématique. Et juste transformer ces pages en autant de post'it qu'il est facile de réorganiser, c'est l'oeuf de Colomb.


201105021 IMG 3160 daedalus

201105021 IMG 3161 daedalus

Je remets ci-dessus les copies d'écran de ma chronique sur Daedalus touch ainsi qu'un bout de mes explications… La version 1.0.1 de mercredi matin optimise l'affichage, plus fluide…

Utile de basculer de mode paysage en mode portrait et inversement…?
Pas de question à se poser, toutes les apps le permettent car c'est inhérent à l'iOS de l’iPad. Cela permet de dégager plus de place pour consulter votre texte (voir en préambule).

Agrandir ou réduire les marges de la page affichée…?
De mémoire, Notesy est l'un des rares produits qui propose de basculer entre une justification pleine largeur et une plus resserrée, plus confortable (mais exclusivement en mode paysage)…

iA-Writer, PlainText ou Daedalus touch ne se posent pas de question, imposent d'emblée en mode paysage une largeur de ligne réduite qui s'avère nettement plus confortable à l'oeil.

201105020 IMG 3130 tdt

Option Wide sur Notesy

201105024 IMG 3202 pt

Et sous PlainText

201105024 IMG 3201 iw

Ou sous iA-Writer

201105024 IMG 3200 da

La même chose sous Daedalus touch

Laisser au moins deux documents affichés pour passer de l'un à l'autre…?
Hormis des produits qui permettent de prendre des notes, du style afficher une URL dans une colonne et rédiger en mode texte dans l'autre colonne, c'est une fonctionnalité qui manque. Seuls des utilitaires comme Side by Side ou PaperHelper (…et encore, ce dernier n'affiche qu'une fenêtre texte et une fenêtre de navigateur). C'est un peu idiot que les apps de saisie de texte ne permettent pas un affichage de deux documents en regard mais cela devrait se développer, j'imagine.

201105020 IMG 3127 tdt

Ici un exemple sous Side by Side, une app pas toujours probante en utilisation.

Disposer de gestures…?
J'aime bien les gestes naturels comme balayer l'écran de droite à gauche de la main pour annuler la saisie (et, inversement, pour la reablir…!) sur iA-Writer. J'aime la proposition élégante de PlainText et de Daedalus touch pour déplacer le curseur en tapotant juste dans la marge. Là encore, cela dépend du bon vouloir des développeurs mais cela se met doucement en place.

Bon, Daedalus touch me conduit désormais à pincer tous les écrans que je vois pour les fermer ou les ouvrir…!! C'est la manière sur ce soft de fermer ou ouvrir une pile ou afficher un feuillet…

Mode focus…?
C'est ce que propose iA-Writer, à savoir juste une concentration sur les trois dernières lignes contenant le pointeur et, dès lors, affichées en noir tout en estompant le reste du texte qui reste néanmoins lisible. Bon, pas indispensable mais très confortable.

201105020 IMG 3134 tdt

Ici, sous iA-Writer…

Macros…?
Ces macros sont liées aux touches supplémentaires. Par exemple, j'utilise sur Nebulous Notes un embryon de macro qui concatène la date et l'heure et ajoute par défaut un mot clé. Je remplace cette info si besoin et cet ensemble est utilisé comme nom de fichier dès l'enregistrement. Bien sûr, le .txt est ajouté ici par l'application, pas à s'en soucier…

201105020 IMG 3139 tdt

Notez que l'on peut faire strictement la même chose avec TextExpander qui gère finement les options de date et d'heure…!

Masquer les menus…?
De plus en plus d'applications le proposent, ce qui permet de réduire les sollicitations lors d'écriture et de gagner un peu de place…

Affichage de badges et autres suivis de sauvegarde…?
Si nombre d'apps indiquent que les fichiers sont bien sauvegardés, Notesy est très précis à cet égard… Daedalus touch propose un indicateur visuel très simple itou.

201105020 IMG 3136 tdt

Sous Notesy…

Déplacer facilement le pointeur de sélection…?
Avec les barres de touches additionnelles ou des gestures (voir plus haut), c'est généralement possible en se passant de l'option de base du iPad (pointer directement à l'écran avec le doigt).

Textastic propose lui un système encore plus fou appelé, de plus, par une gesture spécifique (trois doigts sur l'écran)…

201105021 IMG 3144 textastic

Et avec possibilité de sélectionner et copier/coller…! J'adore…

…?

C'est à la fin de cette liste que je me dis in petto que j'ai encore du oublier des tas de trucs dans mon énumération…!

Ce sera pour une prochaine version car ce billet va continuer à évoluer, CQFD.

Alors, quels produits utiliser…? That is the question…
Voici les produits taillés pour la saisie que je recommande, ce qui ne sera pas une surprise pour les lecteurs reguliers d'urbanbike…

Nebulous Notes for DropBox que j'utilisais en priorité tant pour sa ligne additionnelle de touches, ses macros que sa capacité à personnaliser mon environnement de travail… Il supporte de TextExpander, d'un accès à DropBox et s'avère très agréable.

201105020 IMG 3140 tdt

Notesy arrivait en seconde position. Il me sert car cette app est la seule à me permettre de scruter tous mes textes en affichant les premières lignes de leur contenu… Je ne serais pas surpris de voir cette app se muscler peu à peu.

201105020 IMG 3138 tdt

iA-Writer qui reste l'un meilleurs outils de saisie mais, paradoxalement, le seul à ne pas intégrer TextExpander, ce qui est rédhibitoire à mes yeux. J'attends qu'Oliver, son développeur, le fasse enfin… Dernier point, iA-Writer pointe vers son dossier spécifique sous DropBox.

201105020 IMG 3135 tdt

PlainText qui est gratuit et hyper efficace mais sans barre de touches supplémentaire et sans possibilité de construire son environnement de travail lors que c'est une app développée par le père même de l'excellent Writeroom (sur Mac et sur iPhone)…! La version de base affiche une barre de publicité. Il suffit de payer une petite somme pour s'en dispenser.

201105020 IMG 3133 tdt

Daedalus touch Très prometteur, produit auquel j'ai consacré deux chroniques toutes fraîches (voir cette chronique sur urbanbike et celle qui suit…). Après 72 heures d'usage intensif, j'ai le regret d'annoncer à nombre de très belles et bonnes applications que je viens de migrer (si, si…!) sur Daedalus touch malgré une propension à quitter souvent avec la toute première version.

Bon, cela n'est pas aussi simple que cela de migrer car j'ai pris pas mal d'habitudes mais j'ai fait la part des choses. Et hop, plus de confort que d'emmerdements. C'est dit. Pire, j'ai repris du plaisir à écrire et me suis ouvert des espaces d'écriture. Et, en 72 heures, non seulement je m'y suis tenu mais j'ai pondu.

201105024 IMG 3199 da

J'ajoute en complément l'excellent Textastic (voir cette chronique sur urbanbike de la première version) qui est très orienté code mais qui peut servir, sans difficulté, de traitement de texte et dont de nombreuses copies d'écran illustrent ce billet… Seul regret, on ne peut pas macroter ni personnaliser les touches additionnelles…

Sans oublier Pages bien sûr ou, simplement, Notes, ces deux derniers ne supportant ni TextExpander, ni DropBox…!

Cela peut surprendre de retrouver Notes dans ce dossier… Pourtant, si vous n'avez pas envie dépenser le moindre kopeck, passez un peu de temps avec cette dernière. On y pense pas assez mais le iPad est livré avec des tas d'apps qui sont amplement suffisantes dans nombre de situations.
De plus, Notes a un énorme avantage si vous utilisez MobileMe car ces petites notes vont trouver place dans votre messagerie sur votre Mac.

Enfin on a tendance à l'oublier aussi mais l'app TextExpander est un outil de prises de notes ! Je m'explique : non seulement TextExpander mémorise un paquet de sets utiles pour accélérer notablement notre saisie mais c'est aussi, accessoirement, un petit éditeur de texte.
Oui, je sais, je me répète.


Billets additionnels de produits testés à un instant "t" sur urbanbike : iA-Writer | PlainText | Nebulous Notes | Notesy | Notes | Textastic. Et bien sûr, Daedalus touch.

Pour finir, j'insiste sur cet instant "t"… Je ne serais pas surpris de trouver demain matin juste après publication de nouvelles versions des produits cités avec des apports de folie…! C'est un peu usant…!


Mise à jour… Nouvelle preuve, mercredi matin, paf…!

201105025 IMG 3206 da
image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Sans oublier…!

image

les liens vers des billets proposés sur…

image

cf. lien publié le 2014-04-15 17:58:00 GMT

cf. lien publié le 2014-04-15 17:54:31 GMT

cf. lien publié le 2014-04-14 19:04:12 GMT

cf. lien publié le 2014-04-14 17:35:44 GMT

cf. lien publié le 2014-04-14 07:58:43 GMT

Accès à une vidéo…

cf. lien publié le 2014-04-13 19:39:05 GMT

cf. lien publié le 2014-04-13 12:31:59 GMT

cf. lien publié le 2014-04-13 12:26:30 GMT

cf. lien publié le 2014-04-13 05:44:02 GMT

cf. lien publié le 2014-04-13 05:39:46 GMT

Le Terminal et ses usages - AYA

cf. lien publié le 2014-04-12 18:21:52 GMT

cf. lien publié le 2014-04-12 05:57:43 GMT

Memories of Steve

cf. lien publié le 2014-04-12 04:32:12 GMT

cf. lien publié le 2014-04-11 20:36:25 GMT

cf. lien publié le 2014-04-11 20:35:08 GMT

cf. lien publié le 2014-04-11 20:24:05 GMT

cf. lien publié le 2014-04-11 20:17:26 GMT

cf. lien publié le 2014-04-11 18:59:15 GMT

Les 67 plus riches de la planète possèdent autant que les 3,5 milliards de plus pauvres

cf. lien publié le 2014-04-11 07:18:53 GMT

cf. lien publié le 2014-04-10 05:00:03 GMT

Ailleurs… | blogroll…
Follow me on App.net
image