L’histoire de l’indienne à fond ramoneur

De retour du Musée de la Toile de Jouy
dans | ailleurs | dans mon bocal | voir |

Je copie/colle l’info de l’expo que vous pouvez trouver ici sur le site du Musée de la Toile de Jouy en Josas avec des photos notamment.

L’exposition Indiennes sublimes est proposée au musée de la Toile de Jouy (attention : jusqu’au 23 juin 2013) par la Villa Rosemaine, centre d’étude et de diffusion du patrimoine textile situé à Toulon. Elle présente les indiennes, toiles de coton peintes et imprimées des Indes, de Perse, de Provence mais aussi de Jouy. Moins connues que les fameuses « toiles de Jouy », si on donne à ce terme le sens de « toiles monochromes à personnages », leur production était pourtant bien plus importante.

Bon, et alors…?

Mais c’est superbe ! Et cela se termine demain…

Nous y sommes allés avec ma fille et nous avons adoré… Quelques vues pour mémoire…

Ici, un tablier en toile de Nîmes (l’ancêtre du denim) en premier plan…

@urbanbike

Motifs couleurs, tout est prodigieux…

@urbanbike @urbanbike

Quelques notions glanées ci et là (…mais sans aucune garantie…!)

Fond ramoneur…? Fond très sombre, brun qui contraste bien avec les motifs en premier plan… Ce caraco a un fond ramoneur…

@urbanbike

Chafarcani…? Toiles indiennes avec des tas de petits motifs en semis et rayures imprimées à la planche de bois…

@urbanbike

Kalamkari…? Tissu de coton peint à la main et imprimé au bloc en inde (…si j’ai bien noté, c’est du persan — kalam (stylo) et kari (artisanat) — qui veut dire que les motifs sont dessinés avec un stylet)

@urbanbike

Vanne…? Décor à ramage de fleurs. Et le mot vanne vient de la région de Lyon et désigne une couverture ou courtepointe piquée.

@urbanbike

Pelempore…? Du persan palangposh (couverture de lit)… Dessus de lit décoré

Bonnes herbes…? Motif floral crée par Oberkampf

Coquecigrues…? Terme emprunté à Rabelais pour désigner un semis de fleurs et de créatures imaginaires

Impression : si plus récemment on employait des cuivres gravés, au départ, c’étaient des empreintes en bois…

@urbanbike @urbanbike

Le musée retrace aussi en expo permanente l’histoire de cette fabrication (là, trop compliqué à exposer, lire cette fiche)

Bref, du coup, en sortant j’ai enfin compris le pourquoi de ces motifs floraux devant le Musée…

@urbanbike

Pour rappeler les près sur lesquels on étendait les kilomètres de toile pour les laver (…avec l’eau pure de la bièvre…!).

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike


Recherche | mode avancé

Follow me on App.net