Les doigts dans WordPress

Changement de thèmes et interférences
dans | dans mon bocal | groummphh | outils |

Ces derniers jours, je me suis retrouvé à employer de plus en plus WordPress. Pas exclusivement pour tiaaft avec @david_bosman mais également pour réaliser enfin un petit site de présentation du travail de Béatrice, préparer un projet avec ma fille ou encore tester les galeries pour remplacer à terme behindtheleaves qui tourne toujours sous feu PixelPost.

Hormis le fait que je laisse toujours Monarobase installer le kit de départ, à moi ensuite la découverte de ce CMS qui rompt étonnamment avec mes habitudes sous ExpressionEngine.

Bien entendu, il existe une cohorte de templates (modèles) prêts à l’emploi et gratuits à appliquer sur un site WordPress tout neuf, dont les thèmes proposés par défaut qui sont loin d’être ridicules. Mais après avoir essayé pas mal de choses, je reste fidèle à ceux d’elmastudio. Je ne sais pas si c’est le fait que ce soit une développeuse mais j’apprécie son travail, les ambiances et couleurs employées. Et le fait que ses thèmes soient responsives.

Par contre, ce que j’ai découvert avec WordPress, ce sont également les soucis que l’on peux rencontrer surtout si l’on teste pas mal de thèmes d’éditeurs différents à la suite, chacun utilisant ses propres techniques et, parfois, laissant des bouts de code qui viennent interférer avec le thème que vous installez après coup…!

Du coup, j’ai bossé cet après-midi en mode Pénélope — détricotant les options que j’avais installées et revenant sur les thèmes — pour finir par nettoyer ma base de visuels en la supprimant en intégralité. Légère perte de temps indispensable pour reconstruire les liens et, au final, assez satisfait du résultat.

Bien sûr, la qualité des plug-ins est également un point à considérer et je remercie @doopix pour ses conseils avisés…

Bon, faudrait quand même que je finisse un jour par lire un peu de documentation sur le sujet mais cela reste — dès lors que l’on a une ambition modeste — à la portée de tous. Et, rappelons-le, il existe des modules pour continuer à écrire en Markdown si bien que le HTML se sert que pour les images et dans certains ShortCodes.

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike


Recherche | mode avancé

Follow me on App.net