fotomoto | votre vendeur de photos

Tirages grand format, cartes, eCards et vente de fichiers en ligne
dans | bosser chez soi | photo | pratique | voir |
Cela fait plus de deux ans que fotomoto existe. Récemment, Dominique m'en parle et, effectivement, pas mal de nouveautés ces dernières semaines.

20100730__018.png

Peu-à-peu, les options s'empilent au-dessus d'un premier principe simple, proposer aux photographes de tous poils de vendre les tirages de leurs images sans transformer nécessairement leurs sites en usines à gaz. En gros, faites les images, on se charge de l'impression de ces dernières et on vous rémunère à chaque vente.

Sauf que ce concept a pris de l'envergure. Du coup, cela m'a donné l'envie de tester. Surtout quand j'ai vu que c'était fort simple de l'ajouter sur un site monté sous PixelPost.

20100730__019.png

Du coup, j'ai installé fotomoto sur mon propre site de photos, pour voir, en moins de 30 secondes.

20100730__017.png

C'est ensuite que les choses deviennent plus compliquées, mais pas tant que cela. Il faut juste comprendre comment le tout est articulé depuis fotomoto et comment sélectionner les images que vous souhaitez vendre. Ou non…!

De fait, en vous étant inscrit préalablement à fotomoto, il vous faut activer le plug-in ajouté dans votre site via une clé fournie par mail puis, via l'administration distante qui se réalise depuis leur site — et en anglais exclusivement —, prendre le temps de caler l'ensemble.

Pas d'affolement, il est possible à tout moment de revenir sur ses choix.

20100730__010.png

Bien évidemment, définir les images à utiliser. Certaines images (…comme la trombine du photographe…!) peuvent être définitivement écartées et d'autres rester en attente…

20100730__011.png

Il est facile de préciser quelles images seront activées…

20100730__009.png

Des options de tri permettent d'ailleurs de vérifier quelles images ont été vues récemment par les visiteurs et expédiées, par exemple, au format eCard…

Bon indicateur pour découvrir ce qui intéresse vos derniers visiteurs.

20100730__012.png

Les images en haute résolution peuvent être téléchargées d'emblée sur le site de fotomoto pour simplifier leur traitement si elles sont retenues et demandées mais souvenez-vous qu'entre le moment de la commande et celui de l'envoi imprimé, vous êtes averti par fotomoto de celle-ci.

Vous avez le temps d'expédier le fichier numérique ad hoc dans les heures qui suivent, l'impression ne s'effectuant pas dans la foulée. Donc pas de panique pour l'envoi de vos fichiers haute résolution que vous délivrerez dans les heures qui suivent. Ensuite les images sont traitées, emballées et expédiées par fotomoto.

20100730__008.png

Vous pouvez préciser pour chaque image si vous souhaitez qu'elle soit uniquement accessible pour des tirages, pour des cartes postales, si vous souhaitez vendre le fichier numérique, partager l'url pour Facebook ou, plus amusant, permettre aux visiteurs de passages d'envoyer à leurs amis une eCard avec l'une de vos images.

20100730__007.png

Toues ces choix sont modulables…

20100730__006.png

Et parfaitement renseignés quand nécessaire.

20100730__014.png

Même les mentions qui apparaissent sous vos images peuvent être traduites par vos soins…

20100730__013.png

Directement en ligne sur le site de fotomoto…!

20100730__015.png

Une fois en place, il est très simple d'expédier une eCard (ou une eCarte…!)…

20100730__016.png

Commander un tirage sur le papier de votre choix et à la taille souhaitée, etc.

Comme je viens de mettre cela en route, je n'ai pas encore testé la vente en ligne (…qui se dévoue…?!) mais le principe est sympa d'autant qu'il vous décharge de toute cette partie fastidieuse de l'impression, de la vente à l'unité, de l'expédition, de la facturation et de la comptabilité.

Attention, fotomoto ne vire les émoluments qu'au delà de $200. Aussi, si vous vendez un premier tirage, il vous faudra patienter d'avoir quelques autres clients pour recevoir un premier règlement de leur part.

Le site ne parle qu'anglais, certaines options sont encore affinables et je leur ai proposé de partager un dossier DropBox avec toutes mes hautes définitions plutôt que de les télécharger une à une…

En tous cas, le concept est séduisant, fort bien développé et devrait permettre à nombre de photographes de proposer facilement à la vente les tirages de leurs photos… Reste à trouver des clients intéressés mais déjà la boutique est disponible.

À suivre.
Note(s) de lecteur(s)…

Juste une réaction de fotomoto via Twitter le 31/07/2010
thanks for covering us! Correction: we pay anytime: http://tinyurl.com/33qr6bu

Bref, pas de seuil limite…

L’image et le droit | Créer, protéger, reproduire, diffuser

Manuela Dournes
dans | groummphh | lire | mémoire | photo | pratique |
Nouvel opus dans la collection a'sfored (Centre de formation du Syndicat national de l'édition), L'image et le droit mérite que tout photographe, webmaster, graphiste jette un oeil — voire les deux ! — dans cette somme d'informations pratique sur les utilisations de l'image.

D'ailleurs l'actualité nous propose des tas d'exemples régulièrement dont la toute dernière publicité des poulets de loué (lire ce billet du dijonscope).

Je signale ce livre alors que je n'ai fait que le parcourir en diagonal pour y trouver quelques informations qui m'intéressent (voir en fin de billet). Ce n'est pas un livre qui se lit, c'est un bouquin de référence qui doit être en bonne place dans votre bibliothèque professionnelle pour le consulter dès que vous avez un doute sur l'usage que vous faites de certaines sources iconographiques.

Plus intéressant encore, quid des autorisations et des cessions de droit, comment protéger des images, quels sont les modèles de contrat, etc. Bref, comment, en tant qu'illustrateur ou photographe se protéger.

Pour ma part, je le recommande et vais continuer ces prochaines semaines à le labourer…!! Mais comme il vient tout juste de paraître et que les vacances d'été sont un moment propice pour faire le point sur son job et sur les procédures, n'hésitez-pas à aller le feuilleter en librairie. Ou à le commander en ligne, histoire de ne pas bronzer idiot…!



L'image et le droit
Créer, protéger, reproduire, diffuser
Manuela Dournes
Collection a'sfored
Eyrolles
9782212125757 | 19 € pour 222 pages

image caddie


20100725_IMG_5043_ub.jpg

Sur la même thème Profession Photographe indépendant, quelques infos dans le Guide pratique du graphiste freelance et le livre Photo d'architecture

Photographies interdites
Pour prolonger ce billet, je suis souvent surpris de découvrir qu'il est interdit de photographier dans des lieux de culture. Je me réfère à cet excellent billet de 2005 que j'ai découvert par le biais de cet autre article dans la Repubblica.it via louvrepourtous.fr

Ces interdictions de photographier tous azimuts m'agacent prodigieusement alors que n'importe quel téléphone (avec ou sans antenne performante…!) est doté de cette fonction de captation numérique… Et, sur le fond, est-il légal d'empêcher le quidam de photographier des œuvres appartenant au patrimoine public…? La réponse devrait être non. Pour mémoire, ce sont nos impôts qui payent acquisitions et conservations, bâtiments et personnels…! Le droit d'entrée dans ces Musées est presque abusif…!

Aussi, soyons encore plus spécieux, allons nous interdire également de prendre des croquis sur un calepin…? L'apprentissage des Beaux-Arts passe pourtant par ce travail de la main et ce n'est pas le travail d'Auguste Choisy qui me contredira… Aujourd'hui, il est plus rapide de prendre des notes photographiques. Sauf que.

Heureusement, il n'est pas interdit de photographier au Louvre
Le règlement de visite autorise la prise de photographies sans l'usage des flashes, dans les salles des collections permanentes, sous certaines conditions :
"Dans les salles des collections permanentes, les œuvres peuvent être photographiées ou filmées pour l’usage privé de l’opérateur.
L’usage des flashes, et autres dispositifs d’éclairage est prohibé.
Dans les salles d'expositions temporaires, il est interdit de photographier et de filmer.
Il est également interdit de filmer et de photographier les installations et les équipements techniques."


Fin mai, je suis allée voir l'exposition Turner et ses peintres au Grand Palais et j'aurais bien aimé croquer numériquement deux ou trois détails. Impossible en vertu du règlement, la seule solution étant de s'offrir à 39 € le catalogue de l'expo.

Pas trop envie de le faire car seules deux toiles m'intéressaient dont le navire dans une tempête de neige. Du coup, comme je n'ai pas eu le droit de photographier en RAW avec mon Canon G11 et sans flash ce tableau, me voilà à la chercher sur Google.

Gag… Quelques exemples pour mieux comprendre…
Laquelle de ces nombreuses représentations est la plus proche du tableau réel…!?

20100612_turner_01.png
20100612_turner_02.png
20100612_turner_05.png

La dernière me semble plus proche de ce que j'ai conservé en mémoire et si j'en crois cette affiche…

20100612_turner_03.png

Bref ces photographies interdites, on les trouvent hébergées ci et là avec des informations chromatiques souvent à l'ouest. Reste alors à revenir sur rmn.fr et, plus intéressant, sur photo.rmn.fr. Sauf que c'est à nouveau payant.

Du coup, je reviens au livre L'image et le droit en vous proposant de lire les pages 201 à 203 dédiées aux images du patrimoine. Dont les dernières lignes…
Il convient de rappeler une règle déjà abordée précédemment. l'article L. 111-3 du Code de la propriété intellectuelle distingue la propriété intellectuelle (le droit d'auteur qui porte sur une oeuvre de l'esprit) de la propriété de l'objet matériel. Le propriétaire de cet objet ou du support de l'oeuvre n'est investi d'aucun des droits reconnus aux auteurs.
Cependant, la photographie d'une oeuvre, protégée ou tombée dans le domaine public, peut, si elle est originale, donner prise au droit d'auteur. Il est donc légitime, dans ce cas, que l'auteur de la photographie ou son représentant, photothèque par exemple, exerce les droits qui en découlent, à savoir contrôle de l'exploitation à travers une autorisation de reproduction ou de représentation et paiement de droits d'auteur, forfaitaires en l'occurrence.
En revanche, si la photographie de l'oeuvre n'est pas originale, ce qui peut être le cas de certaines photographies de tableaux ou autres documents à plat, des droits de reproduction ne sauraient être exigés. Force est de constater que dans la pratique cette distinction n'est pas opérée. Il en résulte une confusion entre redevances versées par les usagers aux photothèques des musées, bibliothèques, monuments, etc., et les droits de reproduction qui concernent exclusivement l'exercice du droit d'auteur.
Enfin, alors que les héritiers sont privés, 70 ans après le décès de l'auteur, de toute revendication patrimoniale sur les oeuvres de ce dernier, l'État pourrait continuer à les exploiter pour lui-même dans un but lucratif et à perpétuité. L'État bénéficie de fait d'un droit exclusif sur la reproduction des oeuvres du patrimoine artistique et architectural français tombées dans le domaine public. En droit, on appelle cela le « domaine public payant».

Bref, rien n'est simple, tout se complique…!

Pour prolonger encore, d'anciens billets dans urbanbike :
Faut-il revisiter le droit de l’image…? ; Droit et Photographie ; Droit d’auteur et numérisation

Références couleurs et iPhone | 2

myPANTONE | précisions
dans | iOS | mémoire | outils | potager | pratique | voir |
Petites précisions pour myPANTONE (une iApp utilisable sur un iPhone) que j'avais oublié de montrer…

Un rappel viseul sur les options chromatiques bien pratiques liées aux harmonies…

201007289_IMG_1150.png

Et, surtout un dispositif tout simple qui permet d'appuyer les échantillons de couleur trouvés sur un fond prédéfini tout en les plaçant où souhaité…

201007289_IMG_1145.png

201007289_IMG_1148.png

Choisi parmi ces propositions de base…

201007289_IMG_1146.png

Ou sur l'image de son choix (là, étant en voiture en attendant ma tribu, j'ai photographié ce que j'avais sous les yeux mais un intérieur d'appartement est nettement plus judicieux…)

201007289_IMG_1147.png

Bien entendu, ces échantillons peuvent être déplacés sur l'image et regroupés à tout moment en appuyant sur la bouton situé en bas à gauche.

Note(s) de lecteur(s)…

Phillippe ajoute…
Ce petit mot pour vous parler d'une autre iApp que j'utilise personnellement concernant la gestion/choix des couleurs et intégrant les Pantone.
Il s'agit de Color Expert, de l'éditeur "Code Line".
(Éditeur déjà connu sur Mac pour ses outils Art Directors Toolkit et l'excellent SneakPeek Pro.)

Color Expert permet notamment de sélectionner la norme "Standard" (swop) ou "Euro" (euroscale) pour l'équivalence CMJN des Pantone.

Et, effectivement, cela n'a pas l'air mal du tout…

Guide pratique du graphiste freelance

Cathy Fishel
dans | groummphh | lire | pratique |
Manifestement le sujet devient sérieux avec quelques livres parus ces derniers temps, spécifiquement sur le métier de graphiste dont Profession Graphiste Indépendant évoqué ici en juin 2010.

Cela tombe bien, c'est mon job.
J'ai parcouru dimanche soir à nouveau ce livre et il est remarquable par son universalité…! Cathy Fishel a rencontré des tas des graphistes sur la planète — du Brésil en passant par l'indonésie — qui ont partagé leurs points de vue et cela donne un livre très frais, sortant du strict cadre hexagonal.

Bref, amusant — façon de parler — de constater que les graphistes sont confrontés aux mêmes problèmes, questions, angoisses, à quelque latitude que ce soit…!

D'emblée l'auteur place la véritable question qui fâche. Pourquoi se mettre à son compte, en est-on véritablement capable, quelles sont les motivations réelles de ceux qui franchissent le pas…? Bref, êtes-vous bien armés pour vous lancer dans cette activité où rien n'est assuré…?!

Une fois ces interrogations essentielles passées, l'auteur rappelle les risques et les épreuves quotidiennes qui attendent les candidats à l'indépendance… Et embraye sur les habituels Comment se faire connaître, prospecter…? Comment se comporter vis-à-vis de ses clients, gérer son business, se faire payer, organiser son travail et ne pas empiéter sur sa vie privée  ? Tiens ce dernier point me rappelle un autre bouquin (auto pub !)…!

Bref cet ouvrage déroule et répond à toutes les questions que l'on est droit de se poser avant de se lancer dans une activité de graphiste freelance. Et surtout, après…! Bien sûr, la partie droit a été adaptée aux spécificités françaises dont, page 100, les taux de TVA auxquels nous sommes soumis selon nos activités.

Toujours enrichissant de comprendre comment cela se passe dans ce métier en lisant les très nombreux témoignages d'autres graphistes du bout du monde, de méditer leurs principes et partager leurs expériences.

Ainsi Damang, graphiste en Indonésie…
N'oubliez pas que travailler en freelance ne signifie pas travailler seul ;

Rodney, dans l'Alabama, ajoute :
Avec du talent, vous attirez de nouveaux clients ; avec des compétences et de la performance, vous fidélisez vos clients.

Carolina à Buenos Aires, précise :
Dans un contrat, s'il est question de trois illustrations, il y en a juste trois, et non quatre ou cinq. Tout est une question de rigueur. Si le client en souhaite davantage, vous êtes en droit de lui demander plus d'argent.

Un clin d'œil à une réflexion reçue par courriel de Loïc.

Je termine par cette citation de bon sens de Christian qui travaille au Brésil :
Si vous travaillez dans le graphisme pour les avantages matériels, vous êtes sur la mauvaise voie.

Universel, vous dis-je…!

Une dernière qui me semble également emblématique de notre métier, cette réflexion de Alana dans le Maryland :
Les graphistes indépendants ont définitivement besoin d'énergie. Parce que vous êtes le graphiste, le comptable, le secrétaire, le gestionnaire, l'agent, et bien plus.




Guide pratique du graphiste freelance
Cathy Fishel
Traduit de l'anglais par Dorothée Sittler
Adapté par Véronique Chambaud, Docteur en droit spécialisée en fiscalité, formatrice et conseillère pour les artistes, créateurs et professionnels de la culture

Dunod
9782100541133 | 19,90 € | 208 pages en quadri

image caddie

20100725_IMG_5047_ub.jpg

Cette couverture est de votre serviteur.

Références couleurs et iPhone

Mon nuancier, myPANTONE, myPANTONE™ X-Ref, trois iApps testées
dans | iOS | mémoire | outils | potager | pratique | voir |
J'ai testé rapidement trois iApps pour iPhone ce dimanche. Pourquoi…? Avez-vous vu le temps qu'il fait…?!

Note : ce test a été modifié suite à un reboot de mon iPhone qui a corrigé un dysfonctionnement pénible.

Explication réelle : dans un courriel expédié par un de mes clients samedi soir (Eric, c'est de votre faute…!), ce dernier me posait la question de l'usage des iApps PANTONE. Après lui avoir répondu que je ne travaillais qu'en Focoltone (relire cette ancienne chronique sur urbanbike), je suis allé voir sur iTunes et, pire, j'ai acquis les deux iApps pour les tester l'une après l'autre.

Préalable : même si je reste convaincu qu'un bon nuancier papier est souvent préférable, il n'empêche que les couleurs passent au fil des ans et qu'il faudrait renouveler ses nuanciers papier au moins tous les cinq ans. C'est juste oublier que ces outils coûtent la peau du "biiip"…!

Aussi cette solution numérique, même si elle n'est pas parfaite à 100 % ne me semble pas totalement déraisonnable. Possédant un iPhone 4 avec l'excellent écran Retina, je prends juste la précaution de mettre la luminosité à fond pour que l'image affichée soit, à tout le moins, la plus homogène possible. Mes premiers essais de ces iApps ne sont pas catastrophiques mais c'est l'inégale finition des produits qui m'agace sérieusement. Surtout quand les dits produits sont payants et manifestement pas terminés.

Autre intérêt de ces nuanciers portatifs, permettre de monter à son client que son propre écran n'est pas calibré mais ceci est une autre histoire…!

myPANTONE
J'ai d'abord acheté myPANTONE dans les références iTunes. Une iApp qui n'est pas donnée.

Ce qui m'a semblé intéressant, c'est la possibilité de photographier un objet avec son iphone pour en extraire les équivalents chromatiques PANTONE. Bien penser dès le départ à choisir le nuancier souhaité car les résultats ne seront jamais identiques entre un Coated et un Uncoated, etc.

Soit l'extraction des valeurs est faire automatiquement…

20100725_IMG_1088.png

Soit vous devriez pouvoir sélectionner dans l'image les nuances souhaitées et les placer dans les 5 swatchs en bas…

20100725_IMG_1085.png

Bon, non seulement l'iApp a assez de difficultés à distinguer les bleus (ici, c'est un peu trop violacé…) mais, surtout, impossible de construire sa rangée de couleurs en bas d'écran. Bon, j'espère que c'est un bug qui sera rapidement corrigé.

Je reviens à l'exemple précédent pour montrer qu'en sélectionnant l'une des 5 couleurs extraites par l'iApp, il est possible d'aller plus loin…

20100725_IMG_1089.png

20100725_IMG_1090.png

Sinon, il est possible, après avoir sélectionné son nuancier…

20100725_IMG_1118.png

…de se balader dans son pantonnier, un peu à l'image de la version papier…

20100725_IMG_1117.png

20100725_IMG_1116.png

20100725_IMG_1113.png

S'arrêter sur une combinaison pour la lire de manière plus confortable…

20100725_IMG_1114.png

Et visualiser la couleur quasi plein écran.

20100725_IMG_1115.png

Mais là, très énervant, pas d'équivalence CMJN. L'objectif reste bien de vendre des encres prêtes à l'emploi avec leurs conséquences habituelles — lavage d'un groupe d'impression avec des solvants ; emploi d'une partie de pot (et donc oxydation de ce qui reste) ; nouveau nettoyage du groupe d'impression. Bref, un ensemble d'opérations très écologiques.

Hormis cette limitation ridicule (la seconde iApp de PANTONE la lève, lire la suite), le truc le plus incroyable sur celle-ci — en tous cas sur mon iPhone 4 en version 4.0.1 — est cette impossibilité de glisser une nuance dans la partie basse sensée être un répertoire des couleurs conservées par l'utilisateur…!

Correction de 16:20 : après reboot de mon iPhone, le drag and drop des nuances dans l'espace personnel fonctionne.

La preuve en images…

20100725_IMG_1119.png

20100725_IMG_1120.png

20100725_IMG_1121.png

Pour finir l'envoi par courriel fonctionne dans cette iApp et le résultat, une fois arrivé chez le destinataire, est fort sympathique…

20100725_ub_001.png

Un détail à 100 %…

2010_ub_001b.png

myPANTONE™ X-Ref
Ensuite j'ai acquis, ne trouvant pas les options de conversion, myPANTONE™ X-Ref, nettement moins chère.

Le principe est assez simple, il s'agit de montrer ce que la couleur de gauche deviendra une fois rendue ou convertie dans le nuancier de droite.

20100725_IMG_1091.png

S'il est possible au départ de convertir d'une nuancier à l'autre…

20100725_IMG_1092.png

Le fait de choisir en premier lieu l'option CMYK/RGB/HTML limite le nombre de nuanciers cibles à trois options…

20100725_IMG_1093.png

Mais permet en revanche de créer sa couleur et de connaître immédiatement ses valeurs dans les trois espaces chromatiques…

20100725_IMG_1094.png

20100725_IMG_1095.png

20100725_IMG_1096.png


Mon nuancier
Pour finir, j'ai trouvé une iApp gratuite, Mon nuancier 1.0.2 (url iTunes) proposé par Becquet — un site qui propose de la déco.

Et là, surprise, voilà une petite iApp qui non seulement fonctionne pas mal mais propose immédiatement une interprétation des couleurs en CMJN. Et ce depuis une photo prise via cette iApp, depuis des photos préalablement réalisées ou via un nuancier assez sommaire.

20100725_IMG_1098.png

Je suis parti des deux mêmes images photographiées par mon iPhone…

20100725_IMG_1108.png

20100725_IMG_1099.png

20100725_IMG_1100.png

Le pointeur permet de voir quelle partie de 'limage est analysée, la couleur est certes interprétée…

20100725_IMG_1101.png

Reste à enregistrer sa référence (je vais y revenir). Il est aussi possible de parti de la palette…

20100725_IMG_1103.png

20100725_IMG_1104.png

Et, dans les deux cas, on enregistre ses références avec même une petite note selon ses envies.

20100725_IMG_1109.png

20100725_IMG_1111.png

Mieux encore, les couleurs enregistrées peuvent être ensuite expédiées par courriel, ce que l'on attendrait assez basiquement d'une iApp payante comme myPANTONE™ X-Ref…

20100725_ub_002.png

Résultat une fois arrivé par courriel. Simple et de bon goût. Avec valeurs CMJN, CQFD.

Pour finir, il est possible de se balader dans des images proposées, des ambiances embarquées (je vous laisse découvrir).

20100725_IMG_1112.png

En conclusion…
Sans vouloir être désagréable (quoi que…!), je suis très surpris de constater que les iApps griffées PANTONE sont encore au stade d'ébauches vu leur prix. Bon, je nuance ceci après avoir du rebooter mon iPhone et forcé le drag and drop des couleur.

Au risque de me répéter, il manque l'envoi par courriel dans myPANTONE™ X-Ref. Et il est souhaitable que myPANTONE affiche les valeurs en CMJN.

De plus, je trouve dommage que toutes ces fonctionnalités ne soient pas regroupées dans une seule iApp. Mais bon, ce sont les aléas du marketing bourrin avec des gens qui oublient d'interroger les utilisateurs potentiels de leurs produits…

Aussi bravo à l'iApp gratuite de Becquet…! Certes, elle ne gère aucune nuancier professionnel mais elle fait le minimum qui intéresse tous les graphistes, c'est-à-dire extraire depuis une image les nuances souhaitées… Et au format CMJN s'il vous plaît.

J'aimerais bien que le marketing de PANTONE prenne le temps de regarder cette dernière et cesse de nous prendre pour des vaches à lait. Et nous livre — accessoirement — des produits "finis" vu le prix demandé…

Pour finir…
Juste une dernière précision… Dans myPANTONE™ X-Ref, il est possible de lister toutes les nuances d'un nuancier donné et cela est bien pratique…

20100725_IMG_1122.png

Toutes…? C'est là où j'ai un soudain doute. Je m'explique.
J'ai cherché à l'oeil la nuance trouvée sur la couverture d'un journal via l'iApp myPANTONE…

20100725_IMG_1123.png

Le nuancier retenu est le Pantone Solid Coated…

20100725_IMG_1124.png

J'avais également trouvé une autre nuance qui m'intéressait dans ce nuancier…

20100725_IMG_1128.png

Je l'ai cherchée dans myPANTONE™ X-Ref…

20100725_IMG_1130.png

Et même trouvé du coup sa correspondance dans un autre nuancier (uncoated)…

20100725_IMG_1127.png

20100725_IMG_1131.png

Question : pourquoi je ne trouve pas dans l'iApp myPANTONE™ X-Ref et dans le nuancier Pantone Solid Coated la référence 7691C…?

20100725_IMG_1129.png

Alors qu'elle existe (voir plus haut) dans l'iApp myPANTONE…!

Je sais, je m'égare. Là, plus question de rebooter.

iStockphoto sur iPhone

Utile pour les graphistes…!
dans | iOS | outils | pratique |
Je suis un vieux client de iStockPhoto même si je reste fidèle aux français de Phovoir-images. Là, l'équipe d'iStockphoto a fait très fort en développant un petit outil hyper pratique de recherche d'images dans leur gigantesque base depuis l'iPhone…

20100723_IMG_1080.png

Dès le lancement, le ton est donné, es images d'accueil cyclent… Il suffit de saisir en anglais le terme souhaité dans la barre de recherche et hop…

20100723_IMG_1072.png

Soit en vignettes, soit en liste…

20100723_IMG_1076.png

Une fois l'image trouvée, on tapote dessus pour en savoir plus…

20100723_IMG_1073.png

20100723_IMG_1074.png

Taille, crédits, mots clés, tout est fait pour aider à la recherche. Et, bien entendu, possibilité d'expédier au client le visuel pour validation dans le cadre d'une recherche d'éléments graphiques pour un projet…

20100723_IMG_1075.png

Si vous êtes client, vous pouvez même alimenter vos visionneuses (lightbox)…

20100723_IMG_1077.png

Bref, une manière très astucieuse de lancer des recherches et de se/les adresser. Nb, la qualité de l'écran Retina du iPhone 4 st un argument de plus…!

Gitzo GT3320BS | 2

Version alu
dans | photo | pratique |
Plus de deux mois d'utilisation, j'ai adopté ce pied Gitzo GT3320BS. Bon, Laurent Thion était venu le piquer récupérer la semaine dernière mais m'avait assuré qu'il en avait bien commandé deux qui devaient arriver incessamment sous peu.

Et cet après-midi, tadaaaaaaa…! Livraison…!

20100722_IMG_4897_ub.jpg

Petit sac en tissu (plus écolo que du plastique, c'est bien vu), clés de serrage et modes d'emploi. Le temps de remonter ma tête Manfrotto 410 dessus…

20100722_IMG_4901_ub.jpg

Et hop…!

20100722_IMG_4906_ub.jpg

Sans le Gitzo GT3320BS, je vous assure que je suis moins à l'aise pour réaliser mes petites photos rapprochées… (Photo Laurent)

2010-07-15-24836-_DSC9093.png

Nous aurons l'occasion d'en parler à nouveau à la rentrée…!

NB : plus d'infos dont le prix…? C'est sur le site de bogenimaging.fr
Note(s) de lecteur(s)…

Franklin ajoute…
"t'as de beaux pieds tu sais"

Arf…!

Fabrice…
vu la photo de son utilisation, on est pas loin de ces modules de type exo-squelette qui commence à foisonner afin de stabiliser ces minuscules caméras vidéo que deviennent les DSLR ;-)
Le pire, c'est que je suis sûr que ça stabilise super bien !!!

D'autres images prochainement…
image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Lire les contributions… | d’urbanbike sur

image

Trouvé sur le net, noté sur…

image

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:47

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:45

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:44

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:43

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:40

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:39

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:38

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:33

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:31

cf. lien publié le 27/05/2015 à 11:30

Urbanbike est hébergé par…

image
image
Follow me on App.net
image