Urbanbike

Recherche | mode avancée

Et si vous redécouvriez la puissance de vos guiboles…?!

Pieds + vélo, entre autres…

dans bosser chez soi | brompton | dans mon bocal | groummphh | pratique
par Jean-Christophe Courte

Pffff, les pompes sont à sec. Pour ma part, il me reste quelques litres dans le réservoir de notre baleine bleue, histoire d’emmener ma gamine passer ses oraux pour le bac la semaine prochaine en banlieue proche, voire déplacer belle-maman en urgence si besoin.

Le reste du temps, j’utilise des Ecco avec un sac à dos.

reduc-450

Et quand c’est un poil plus loin, je déploie mon Brompton — qui dispose d’un sac ou d’un cabas — et je pédale.

Il ne s’agit pas ici de vous seriner en vous expliquant que c’est mieux, juste qu’il y a des solutions alternatives et pratiques.

Ma gamine file à son lycée en courant tous les matins (…que trois kilomètres) et revient pour moitié par le bus avant de remonter à pieds vers la maison. Ma douce alterne marche et transports en commun, voire part en vélo faire le marché avec notre fille (sacs ou cabas itou). Notre fiston sur Paris emprunte un Vélib ou saute dans le métro.

Ceci pour rappeler que l’on peut limiter ses déplacements avec une automobile sans que cela devienne une pure abomination…

Et la voiture justement…?

Elle sert généralement une fois par semaine pour aller faire de grosses courses. Ou nous balader… Mais acquise d’occasion, 190 000 au compteur, on la soigne même si j’envisage le après1.

Et pour le boulot…?

Naguère, quand j’avais encore un boulot, je prenais mon vélo jusqu’à la gare, repliais le tout pour prendre mon train puis le redéployait pour me rendre à mon bureau… dans Paris. C’était au siècle dernier…!

Saint Lazare - Concorde mais aussi filer boulevard St Germain, ce n’était pas la mer à boire. Le truc étant essentiellement de ne pas forcer pour éviter d’arriver en sueur à un rendez-vous. Plus tard, j’y suis revenu en m’équipant mieux… dont en ajoutant des lumières

Mais je ne vais pas revenir sur ce que nous avons écrit avec Jacques, il y a dix ans, à propos du travail à domicile, manifestement les entreprises freinent des quatre fers même si certaines y viennent enfin. Oui, je sais, la version 2 est toujours sur l’iPad dans Ulysses, ça vient (doucement…).

Bref, investissez dans de bonnes pompes ou un Brompton (ou les deux!) et vous allez vous surprendre.

À tous ceux qui se disent : Un Brompton, c’est un petit vélo, c’est pas sérieux… je les engage à parcourir les aventures de Hannibal Brompton, alias Vincent Burgeon sur urbanbike… La liste de ses aventures est à la fin de ce billet précisément…


  1. Si mes vautours ne me mangent pas le foie (private joke), une caisse avec deux roues électrifiées (Les vélos parisiens ont un splendide modèle) me semble une solution même si j’ai une station AutoLib à 15 minutes à pieds… Mais d’autres options existent dont un véhicule en partage… 

le 27/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPad Pro, traitements de texte et clavier Bluetooth

Tactile ou physique ? Les deux, quitte à choisir…!

dans dans mon bocal | écrire | iOS | outils | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Je reste un fanatique du clavier tactile. Jusqu’à l’iPad Air 2, j’apprécié quotidiennement celui du format classic fort compact. Depuis l’iPad Pro, je ne retrouve pas (trop…!) mes marques avec le clavier étendu de ce dernier même si je progresse (…méthode Coué !!).

Par ailleurs, j’anticipe la probable fin de mon Macintosh 17”, un antique MacBook Pro de 2009 qui tourne comme une horloge — certes un peu fatiguée — avec son SSD d’origine. Or cette configuration n’est plus supportée par Apple ! Bref, ça sent le sapin…!

Dans ma tête, un nouveau cap a été franchi dimanche quand j’ai passé1 à mon fiston le 23 pouces qui y était connecté, écran auquel j’ai ajouté mon fidèle clavier étendu (celui avec bloc numérique) pour qu’il l’utilise avec son propre 15”…

Bluetooth et iPad

J’ai connecté à cet iPad un clavier Bluetooth au même titre que le Pencil. En voilà une idée (que dis-je, une fulgurance !), qu’elle est excellente même…!

D’autant plus bonne que sous nombre de traitements de textes sous iOS dont Ulysses Mobile, supportent ce clavier externe…

Certes, ce n’était pas ma tasse de café mais ça fonctionne bien avec, de surcroît, un panneau des équivalents et raccourcis qui s’affiche dès lors que l’on appuie longtemps sur la touche Commande

Outils de traitement de texte

Petit rappel en copies d’écran…

reduc-450

  • Ulysses ⚑ (24,99 €) un outil parfait pour bosser sur de multiples projets, compact en sachant que l’on peut afficher la colonne des fragments de texte… j’y reviendrais

reduc-450

  • TextKraft ⚑ (14,99 €) avec accès en ligne à des dictionnaires selon la langue employée…

reduc-450

  • iA Writer ⚑ (4,99 €) qui se bonifie avec le temps (mais ne supporte toujours pas TextExpander !)

reduc-450

  • Drafts 4 ⚑ (9,99 €) ne propose rien mais est tellement paramétrable par ailleurs… Et sur lequel je démarre tous mes billets (même ceux qui finissent dans Ulysses Mobile, Day One 2 ou Editorial)

reduc-450

  • Day One 2 ⚑ (4,99 €) qui est Markdown lui aussi et mon outil quotidien

reduc-450

  • Byword ⚑ (5,99 €) avec ses touches décentrées (une petite mise à jour prochaine Jorge…?) mais cela n’altère en rien ses qualités…

reduc-450

  • 1Writer ⚑ (4,99 €) que je n’ai pas employé depuis un paquet de temps…

reduc-450

  • Editorial ⚑ (9,99 €). Pas de panneau (vu qu’il est multi langages, de Markdown à Fountain en passant par TaskPaper, c’est un peu compliqué). Il est en bêta sur mes écrans (et m’est totalement indispensable) et sur lequel je termine généralement tous mes billets pour urbanbike…

Alors…?

Pour la première fois, je ne vois plus d’inconvénient à laisser ce clavier Bluetooth activé (j’en bascule…!), preuve que mes usages changent et que la taille de l’iPad influe lourdement sur ces derniers…


  1. Je suis convaincu que les générations les plus âgées doivent alimenter et aider les plus jeunes le plus rapidement possible. Que dès qu’un produit n’est plus utilisé, deux options : le proposer de suite à sa tribu ou s’en débarrasser …au lieu d’ouvrir un placard et le ranger avec l’habituelle explication “on verra plus tard” qui est totalement surréaliste, car la porte à peine fermée, l’élément est déjà oublié…! 

le 19/05/2016 à 10:35 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

MyScript Stack et Stylus pour écrire à la main sous iOS

Sur un iPad Pro, ça déménage ! Mais pas que…

dans dans mon bocal | écrire | iOS | pratique
par Jean-Christophe Courte

Avec une telle surface d’écran sur un iPad Pro, on se surprend à vouloir utiliser plus fréquemment le Pencil d’Apple et même, qui sait, se remettre à écrire, à calligraphier !

Or tout cela est possible ! Si, si !

Pour mémoire, ce iPad Pro est rapide, très rapide. Et donc capable de décoder vos gestes, vos mouvements sur une surface précise de son écran. C’est ce que font ces deux applications — Stack et Stylus — de chez MyScript, et fort bien.

le point de départ, pour bien les employer est de bien assimiler leur logique et de démarrer par Stack ⚑, en mode lettre à lettre.

Ne pas hésiter à calligraphier amplement, histoire que le dispositif apprenne votre graphie. Au bout d’un moment, votre écriture sera de mieux en mieux reconnue.

Ensuite, passer à Stylus ⚑, pour former vos mots complets.

Pour gagner du temps, ne pas oublier d’apprendre les gestes supplémentaires et ne plus décoller son stylet de la surface de l’iPad. La reconnaissance des mots est affichée au-dessus de la ligne d’écriture avec trois propositions. Pas de souci pour suivre son texte, enfin plus exactement, sa saisie !

Que dire de tout ceci ? Non, ce n’est pas affaire de divination mais bien d’une bonne gestion d’algorithmes. Or ces derniers sont bien affûtés.

Pour ma part, je suis ravi malgré mes erreurs et mon apprentissage laborieux (oui, j’écris assez bizarrement, c’est graphique mais pas trop compréhensible). Ravi car je ne suis plus obligé de saisir au clavier et ce billet — commencé sur Stack — s’est prolongé sur Stylus avant d’être relu et corrigé sur Byword sur mon Mac. Or, lier les lettres, écrire à la main en continu, ça change tout dans ma manière de poser mes mots et mes idées sur l’écran !

Bien entendu, ce dispositif fonctionne sur tous les traitements de texte, de Ulysses ⚑ à Drafts ⚑ mais aussi Messages ou Mail.

J’insiste sur l’indispensable tour dans les préférences : que ce soit pour l’épaisseur du trait que pour la couleur ou encore la position de la ligne d’appui pour calligraphier. Il manque accessoirement un dispositif pour éventuellement purger les premières interprétations foireuses. Il nous arrive d’écrire des trucs assez bancals puis de retrouver ensuite ces erreurs enregistrées et affichées, restituées par défaut par le soft. Bref, la seule option à l’usage est de corriger de suite ce qui pose problème au lieu d’attendre.

le stylet, dur ou mou ?

Écrire avec le Pencil d’Apple n’est pas mal du tout mais écrire avec une pointe caoutchouc Wacom est nettement plus agréable car moins glissant sur la surface lisse de l’écran et, surtout, moins bruyant. Plus un bruit sur la vitre est un énorme plus …surtout à une heure du matin. C’est mon point de vue… et je le partage…!!

Bref, une application à redécouvrir qui me semble nettement plus fonctionnelle que Writepad ⚑, un traitement de texte qui propose également un clavier alternatif1. Or Stylus ⚑ me semble plus universel, efficace à l’usage et fonctionne même sur le iPhone 6s+.

reduc-450

Pour revenir à mon souci de clavier des premières heures sur le iPad Pro2, l’usage de MyScript Stylus ⚑ modifie totalement ma façon d’aborder ce grand iPad, me procure même le plaisir d’écrire… à la main !

reduc-450

  • Vous n’aurez pas un exemple de mon écriture manuscrite car difficile de faire une copie d’écran tant le soft va vite…

Est-ce plus lent que la saisie au clavier ?

C’est une question d’efficacité. Je suis — pour ma part — plus à l’aise, voire, plus fluide en écrivant à la main. Or disposer d’une application qui reconnait mon écriture en continu, la traduit en caractères accentués me fait gagner du temps précieux : j’effectue moins de fautes car, généralement au clavier, ce sont essentiellement des fautes de frappe.

À suivre…

Note de fin : Cela fonctionne également sur le iPad Air 2 sans aucun problème comme j’ai pu le tester sur ma fille qui a écrit en français puis en Russe sur mon ex iPad ! Reconnaissance instantanée de son écriture bien formée.

le 16/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Deux outils de traduction hors connexion sur iPhone

N’oubliez pas de charger les dictionnaires nécessaires…!

dans ailleurs | grospod | iOS | pratique
par Jean-Christophe Courte

Après Microsoft Translator ⚑ (Gratuit) qui fonctionne hors ligne, une réponse non négligeable de Google avec une belle mise à jour de Google Traduction ⚑ (Gratuit), qui est également d’une efficacité redoutable.

En résumé, deux produits gratuits avec un nombre conséquent de langues disponibles (je ne les indique pas, ce nombre augmentant à chaque version …!) et, surtout, la possibilité d’effectuer les traductions en dehors de toute connexion internet, bien pratique au fin fond d’un coin du monde sans réseau.

Pratique également chez soi pour traduire une page depuis Safari pour la version Microsoft ou écrire directement au stylet pour Google.

Explications des deux outils en quelques écrans…

Microsoft Translator

reduc-450

  • Cherchez l’accès aux préférences puis aux langues hors connexion…

reduc-450

  • les fichiers pour chaque langue sont assez lourds mais gros choix…! Reste à saisir ou à copier un bout de texte (ici, un bout de texte d’un billet précédent, sans aucune malice…)

reduc-450

  • Et l’outil fait son oeuvre…

Écrire simple pour être certain d’être correctement traduit… Notez l’option agrandissement pour échanger avec vos interlocuteurs… Ou proposer une écoute du texte lu par l’application…

Notez que Translator propose également une traduction des pages Safari…

Google Traduction

reduc-450

  • Idem, cherchez l’accès aux préférences puis à Traduction hors connexion…

reduc-450

  • Moins de langues disponibles… en apparence (atteindre un second volet avec les nombreuses langues disponibles) mais une option d’écriture manuscrite sur l’écran (à droite) que je n’ai pas encore testé…

reduc-450

  • Une option aggrandissement du texte mais pas de prononciation…? En fait, si, mais juste à l’opposé, au dessus du bloc texte traduit (pas très cohérent…!)

Gros avantage de cette application, elle fonctionne sous iPhone et iPad. Quant à la traduction des pages sur le web, elle existe depuis des années via le site de Google…

À l’usage…

Au risque de me répéter, optez pour des phrases simples et courtes (sic…!), facilement tradusibles (…et sans fautes d’orthographe…!), à l’opposé de l’exemple utilisé dans mes copies d’écran.

Ensuite, les algorithmes de traduction proposent des résultats différents… Que chacun appréciera selon ses besoins…!

Pour finir, se dire aussi que c’est un excellent entrainement pour reprendre la pratique1 d’une langue…

À vous de tester…


  1. il est clair que je vais me devoir me remettre à l’espagnol…! Dixit ma fille… 

le 12/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pratique : gérer sa liste de courses avec taskpaper dans Editorial

iPhone et iPad. Et avec FoldingText sur Mac

dans bosser chez soi | dans mon bocal | grospod | iOS | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Même en mode vieux, on peut avoir l’usage d’une liste de courses sur iPhone et s’en servir de manière rusée. Jusqu’à présent, j’ai tenté de maintenir une liste sous ThinkBook1 puis je m’en suis lassé…

Du coup, j’avais envie d’utiliser un simple traitement de texte, retrouver TextExpander, échanger les fichiers entre iPad, Mac et iPhone via DropBox. J’ai pensé au formet TaskPaper. Certes, j’ai acquis naguère l’application Taskpaper sous iOS (mais supprimée de mes écrans) et je me refuse2 à basculer vers la nouvelle version, la 3, sous OSX. Dileme…!

Bon sang, mais j’emploie Editorial ⚑ (9,99 €) sur iPhone et iPad ! Qui permet d’exploiter des fichiers Markdown mais également fountain ou encore taskpaper ! Et j’utilise FoldingText sur Mac… Sauvé !

Mode opératoire…

Avant de partir en courses

Simplement définir la liste des produits à acquérir, en ajouter si absents de cette liste et fixer les quantités.

reduc-450

  • J’ai constitué une liste des trucs que nous achetons régulièrement, liste triée par grandes rubriques.

En utilisant le format .taskpaper dans Editorial ⚑, je peux utiliser une série tags en @quelquechose… Celui marqué @done indique que telle tâche est achévée mais, pourquoi pas, que tel produit est dans le panier…

Au lieu de mettre @courses puis une quantité, le plus simple est de considérer que si surligné, c’est donc dans la liste des trucs à prendre… Et employer — par exemple — une valeur de @1 à @4… Ces infos sont à modifier dans les préférences de Editorial.

reduc-450

  • Bien entendu, il est possible de fonctionner autrement, mais le but de ce billet est également de faire preuve a minima de pédagogie…! Et vous laisser trouver des options (si, si, elles existent…!) plus adaptées à vos besoins…!

En cours de route

Du coup, en cochant les cases à cocher…

reduc-450

  • les produits sont rayés (avec le tag @done) et considérés comme étant dans le caddie /sac à dos/panier/brompton…!

J’ai désactivé l’option pour ajouter une date que je trouve inutile dans ce cadre précis…

Remise à zéro…

Une fois de retour… l’idée est de remettre la liste à zéro pour un prochain usage… Et en une opération…!

reduc-450

  • C’est ici ou un script (…renommé Virer les @) entre en action… Mais pas sur tous les tags vu que l’idée est de distinguer ce qui est de l’ordre du magasin dit de proximité de ce qui peut être commandé sur le net…

C’est un exemple pour vous montrer que les options sont assez vastes.

Quel script…?

Au départ, j’ai regardé de près Editorial Workflow — Uncheck All. Il est idéal pour supprimer tâches marquées par @done (avec ou sans date).

Sauf que cela ne fait pas du tout mon affaire. En effet, ce qui m’intéresse n’est pas de supprimer les lignes mais juste les nettoyer, de virer les tags des aquantités et/ou le @done. Remettre ma liste à zéro !

Du coup, je me suis appuyé sur un autre script,Editorial Workflow — Remove . Qui fait exactement ce dont j’ai besoin… à condition de le modifier pour mes usages (…et vous de même…!).

Ce que je veux, c’est virer les quantités @1 à @4 et les @done, les@urgent également. Mais non les @web vu que ce sont des commandes ponctuelles.

reduc-450

  • Du coup, les doigts sur le clavier pour personnaliser le code de ce dernier script (une série de recherche/remplacement). Et, pour éviter de le déclencher dans un autre fichier, bien spécifier au départ de ne fonctionner que dans un seul fichier (mon fichier de courses…!)…

Sur iPhone…?

Juste se souvenir de bien paramétrer les items TaskPaper dans les préférences de manière identique à la version iPad…!

reduc-450

  • Et dans les rayons, juste appucyer sur la case à cocher pour valider sa prise en compte dans la liste…

Pour finir, je pourrais exporter ce script également dans l’iPhone mais, comme je complète de temps à autre ma liste, que cela reste plus confortable de la traiter sur l’iPad, je laisse à ce dernier le soin de disposer du script pour nettoyer cette liste…

Et sur Mac…?

L’excellent FoldingText ⚑ fait parfaitement l’affaire3. J’y reviendrais prochainement…

reduc-450

C’est tout…!

À vous de regarder et d’améliorer ce binz…


  1. Très bon produit au demeurant mais non Markdown, ne supportant pas TextExpander et exclusivement en mode partage de fichiers via iCloud à condition de s’offrir le module idoine. Cf. Urbanbike | Pratique : gérer une liste de courses unique avec ThinkBook 

  2. cf. urbanbike | TaskPaper 3 après combien de (non) mises à jour ?! 

  3. cf. urbanbike | FoldingText revient en version 2.0 après 15 mois d’attente | 3 pour paramétrer les couleurs des éléments… la 2.2 est arrivée hier soir dans l’AppStore…! 

le 11/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Messagerie sécurisée | Sous iOS, ProtonMail intègre Touch ID

Version nettement plus confortable avec sécurité graduée selon vos besoins…

dans ailleurs | bosser chez soi | dans mon bocal | grospod | groummphh | iOS | outils | pratique
par Jean-Christophe Courte

Si vous n’avez pas envie que vos courriels se baladent en clair sur le net, ProtonMail ⚑ est assurément l’une des meilleures solutions pour travailler sur un dossier, échanger des infos professionnelles confidentielles par Mail.

Certes, en mode normal, ProtonMail fonctionne comme tout client de messagerie et votre correspondant recevant un message pourra le lire directement sur Mail par exemple…

Jusqu’ici, rien de particulier…

Un mot de passe pour attendre le contenu du Courriel

Mais ProtonMail offre un dispositif nettement plus intéressant, celui de demander un mot de passe à votre destinataire pour prendre connaissance du contenu du message que vous lui adressez et qui se trouve dans… ProtonMail.

En effet, dans ce mode avec mot de passe, le courriel expédié en clair depuis ProtonMail ne transporte en fait que le lien vers une porte d’entrée temporaire à votre coffre (…enfin, une partition de votre coffre pour votre destinataire).

Son contenu ne quitte pas ProtonMail. Certes, ce contenu pourra être copié par le destinataire mais en connaissance de cause. Cela évite pas mal de soucis dont celui d’être protégé des possibles curieux.

Pour accéder au contenu du message placé dans votre coffre, votre destinataire devra entrer un mot de passe qui sera convenu entre vous. Ce mot de passe peut être glissé quelques temps avant au téléphone ou via un SMS. Mais vous pouvez également laisser un indice pour lui rafrachir ma mémoire (attention aux indices trop simplistes comme celui de mon exemple…!)…

Enfin, très pratique, le message expédié peut avoir une durée de vie assez brève et ne plus être accessible dans les heures qui suivent l’envoi…

En amont, le service ProtonMail est protégé

De votre côté, comme pour un coffre de banque, vous devez avoir une première clé pour pénétrer sur le serveur de ProtonMail, dans la salle des coffres pour schématiser…

Puis une seconde clé pour ouvrir votre coffre, clé codée que vous pouvez remplacer à votre guise…

Cette double authentification avec deux mots de passe était l’une des difficultés d’usage de la messagerie sous iOS. Non pas que cela ne fonctionnait pas, bien au contraire, mais que cela restait un poil compliqué à l’usage.

Avec la nouvelle version (1.2.3), tout peut être réduit à une pression de Touch ID ou/et à une combinaison entrée au clavier.

pour les plus paranos, la solution avec saisie au clavier de cette combinaison est assurément la plus sûre même si elle reste la plus longue.

Illustration sur l’iPhone

Cela fonctionne depuis un navigateur web, sous Androïd mais aussi iPad. Ici, via l’application iOS sous iPhone avec des explications brossées à grands traits…

reduc-450

  • À gauche | les deux options sont disponibles, code numérique ou Touch ID…
  • À droite | Dans les préférences, nombre de possibilité (comme les avoir tous les deux et, surtout, un temps contrôlé de fermeture de l’application comme pour 1password ⚑

reduc-450

  • À gauche | Quand vous saisissez un message, vous pouvez donc lui adjoindre une clé, un mot de passe, avec ou sans indication (hint)…
  • À droite | Indication de la demande de mode de passe mais aussi de la durée de vie du message (sera traité par la suite dans ce billet) et, bien entendu, pièce(s) jointe(s).

Comment cela se passe pour le destinataire ?

En gros, si un mot de passe est utilisé…?!

reduc-450

  • À gauche | Le titre de votre message est lisible sous Mail et suivi d’une demande saisie de mot de passe avec un indice si besoin…
  • À droite | En tapotant sur le bouton dans le corps du courriel, vous quittez automatiquement Mail pour vous rendre sur le navigateur web via une liaison HTTPS…

reduc-450

  • À gauche | Il vous reste à rentrer le mot de passe puis à valider…
  • À droite | …Et vous accédez au contenu, toujours via la liaison HTTPS…

En résumé le contenu de ce courriel n’est jamais déplacé sur Mail… Pas mal non…?

Notez que le message sera inaccessible par défaut pendant un certains nombre de jours… Mais vous pouvez réduire cette durée. Exemple…

reduc-450

  • Dans la fenêtre de saisie de votre message dans ProtonMail, vous pouvez lui allouer un mot de passe (come expliqué au départ), ajouter des pièces jointes et préciser une durée de vie…

Pourquoi utiliser ProtonMail !?

Je pourrais répondre simplement que, même si nous n’avons rien à cacher, je ne vois pas pourquoi nous devrions être aisément surveillés, espionnés. Question de principe…

Ensuite, dans le cadre d’un procédure judiciaire ou notariale, des échanges professionnels, il n’est pas inutile de renforcer le secret de ces communications. C’est dit.

Si ProtonMail est gratuit, cela ne vous empêchera pas de regarder les diverses options qui sont visibles sur leur site, protonmail.com et en partie en français… Et de faire un don.

Bref, comme le VPN — cf. urbanbike | Hide My Ass! — ou encore l’application Signal ⚑, ProtonMail permet de se mettre à l’abri des gens… un peu trop curieux…!

À suivre…

le 04/05/2016 à 13:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Réflexions à propos de SplitView, l’écriture, x-callback-url, la vie qui passe…

Illustration entre Drafts 4 et Ulysses sous iOS

dans dans mon bocal | écrire | iOS | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Retour de voyage, décompression et furieuse envie de reprendre le collier1… Du coup, comme je suis en vacances (…ma fille est repartie au lycée…!), j’ai procédé au grand rangement de mes (trop) nombreux projets, viré à la benne des tas de dossiers, de bribes et réorganisé ce qui a survécu à mon passage…!

Pour expliquer ce qui suit, je n’arrive pas à rester inscrit dans une unique application de traitement de texte… notamment sous iOS.

En général, je démarre mes brouillons dans Drafts 4 — le bien nommé… Puis j’éparpille mes notes, premiers jets dans Day One 2, Editorial, iA Writer ou Ulysses selon mes envies, besoins… Ou projets.

Écrire dans une seule application ou plusieurs…?

En effet, mes plus gros dossiers (…mes futurs goncourt(e)s… — oui, je fais à nouveau ce mauvais jeu de mots…) se retrouvent dans Ulysses Mobile pour des raisons qui n’échapperont pas aux utilisateurs de ce prodigieux traitement de texte capable de traiter dossiers et sous-dossiers puis d’exporter un ensemble ordonné de feuillets en un unique fichier PDF, ePub ou Markdown, entre autres…!

J’aime bien ce phasage qui démarre avec un premier jet puis, quand cela me semble plus abouti, lisible, utilisable, un envoi vers un autre outil. Récemment, j’ai évoqué ce dispositif pour les notes de voyage — lire : urbanbike | Mon carnet de voyage sur iPhone…? Day One 2.

Bon, cela ne rend pas ma prose meilleure mais cela permet surtout de me relire (…ce que je ne fais jamais assez à mon goût, grosse tendance à survoler au lieu de lire à nouveau…).

Tester ses scripts d’export entre Drafts 4 et Ulysses…? Facile…!

C’est ici que SplitView (le découpage d’écran iOS qui fonctionne sur les écrans les plus récents) intervient et me permet de vérifier que je n’écorne pas les noms de mes dossiers lorsque j’ajoute une nouvelle action x-callback-url, un script…

En effet, comme je suis distrait et totalement dyslexique (ce qui fait beaucoup pour un vieillard…), c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour orthographier correctement les URL de mes actions ! En les affichant sous mon nez…!

reduc-450

  • À gauche | sous Drafts 4, mes diverses actions d’export vers Ulysses.
  • À droite | sous Ulysses Mobile, les projets (…enfin, ce qu’il en reste…!)

Dupliquer une action qui fonctionne et en changer le chemin…

Astuce de paresseux, il est aisé de dupliquer une action existante dans Drafts 4 — relire What’s new in Drafts 4? – Agile Tortoise ou urbanbike | Sous iOS, Drafts 4 intègre box.net …entre autres…!

On déplace le doigt horizontalement vers la droite sur une action et, dans la partie qui s’affiche à gauche, l’icône avec deux carrés superposés règle ce dilemme !

reduc-450

  • Suffit de remplir dans les URL à gauche ce qui est indiqué à droite comme noms de dossiers et sous-dossiers. Les blancs dans ces URL…? On les remplace par des %20, c’est tout…

Tester l’action…

Ensuite, à partir d’un fichier de test, de vérifier que Drafts 4 envoie bien ce fichier dans Ulysses, pas compliqué de suivre et de corriger si erreur il y a…

reduc-450

  • Bingo…! On peut même ajouter une option de suppression du fichier dans Drafts 4 après action… Pour ma part, c’est une option de nettoyage des apostrophes avant export…!

Heu, ça marche comment…?

Tout est indiqué dans cette page de support de Ulysses… Vous pouvez retrouver les infos plus techniques dans des billets2 précédents…

Et quelques liens vers ces traitements de texte sous iOS :


  1. Vu la modicité de ma retraite, je me suis remis en chasse pour la compléter a minima (je me suis renseigné, je peux le faire…). Je crois savoir rédiger (avec fautes, certes…), je peux jouer le rôle d’un Community Manager. Ou encore, faire la vaisselle, passer l’aspirateur, expliquer comment utiliser un iPad, un traitement de texte Markdown, former, etc. En même temps, je comprends ceux qui m’entendent chercher du taf puis disparaître en Italie… Or mon temps est compté, c’est maintenant et bien moins que demain…! 

  2. Et même dans Slice42 sous mon nom : urbanbike | Vers Ulysses Mobile via x-callback-url 

le 03/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?