Pourquoi garder les photos banales réalisées avec un iPhone…?

La timeline du quotidien
dans | dans mon bocal | mémoire | photo | vieillir |

En vidant le contenu de mon iPhone dans Adobe Ligntroom, je suis pris d’un doute…

— dois-je conserver ce millier d’images comme les fois précédentes…? Je me suis entendu répondre une sorte de… Et comment mon neveu…!

Je m’explique : je fais des photos mémos, en vrac…

  • telle marque de café, de thé, de pâtes trouvée chez biiiiiip à reprendre au prochain passage,
  • le souvenir ému de la dernière tarte aux quetches de Béatrice,
  • Ce double escalier dans ce village écrasé de soleil (…pour accéder à un magasin d’alimentation sans grâce mais dont la caisse enregistreuse etait sous Windows NT… j’ai aussi la photo de l’écran…!)…
  • un rappel de la couverture de tel bouquin que nous avions hésité à acheter à Silvacane (même le code barre a été photographié…),
  • un panneau rigolo,
  • la plaque du crétin qui a grillé le feu et failli me percuter,
  • tel végétal non identifié (et qui l’est resté…!),
  • un jeu d’ombre et de lumière sur l’asphalte,
  • ma vieille underwood désormais chez Benoît, etc.

@urbanbike

@urbanbike

@urbanbike

@urbanbike

@urbanbike

Cet iPhone est également truffé de copies d’écran au format .png pour illustrer des billets. La, facile de les identifier par leur format et les virer sans crainte (quoi que…!).

L’intérêt de tout virer dans Adobe lightroom est que cette application identifie les images de mon iPhone qui sont déjà dans sa base et ne rapatrie que celles réellement nouvelles. J’ajoute juste un tag #quotidien pour les identifier…

Du coup, les 1841 images de mon iPhone peuvent être destroyées sans souci (hormis quelques photos de mes gamins). Après sauvegarde sur un second disque néanmoins…!

Mais pourquoi tout garder…?!

Quelle utilité de conserver ces photos banales…?! Conserver les RAWs des photos réalisées au @potagerduroi ou sur mon île a du sens. Mais ces mémos photographiques de mon quotidien…?

Si, si… Toutes ces photos ont du sens…!!!

@urbanbike

Chaque image raconte une histoire : la mienne, celle de mes proches… et puis elles sont horodatées, geolocalisées… Ce qui n’est pas le cas des tirages en noir et blanc de mon enfance…

Du coup…

Je me souviens du déménagement du fiston (tel jour et pas à la fin du mois).
Je me souviens du gag de l’entrebâilleur qu’il a fallu scier…
Je me souviens de ce lit compliqué à descendre (…et qui a quand finit à la benne, ne passant pas par l’embrasure réduite de la fenêtre du cinquième étage)…

Mais cela va plus loin parfois…

Une couverture de livre, un objet, une pochette de disque… Celle-ci, par exemple, banale également…

@urbanbike

Je me souviens de Anyone who had a heart que j’entendais en boucle, mouflet, chanté par Dionne Warwick… La force d’évocation de la pochette est intacte, pochette que j’ai photographiée du coup avec… mon iPhone…!

Aussi je conserve tous ces mémos à coté des vraies photographies (provoc, provoc, provoc…) réalisées avec de vraies boites à pixels comme le Canon EOS-1D X.

Et puis, sérieusement, quelle différence parfois…?!

Et comme le note Anthony sur Twitter, Lightroom a d’autres vertus dont la correction d’objectif et un poil de post-traitement pour redonner du tonus à une image un peu molle… Désolé, les copies d’écran qui précédent n’ont pas eu droit à cette faveur, elles ont été brutalement extirpées telles de mon iPhone…

J’y reviendrais car billet écrit tout à trac, à vif…! Pas relu…

Dans mes rêves, un 180 mm stabilisé…

Retour du potager
dans | dans mon bocal | photo |

Comme ma fille a définitivement mis la main sur le Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM et récupéré le Canon EOS-1D Mark II de Renaud L.1 (…que je salue au passage, tu as véritablement fait une heureuse…), j’emploie désormais deux éléments qui sont passés, l’un comme l’autre, par le SAV de Canon à Courbevoie, mon antique Canon EOS 5D de première génération avec son miroir correctement fixé2 à nouveau et le Canon EF 180 mm f/3.5 L Macro USM3 resté en vrac une bonne année dans un tiroir après une belle chute, faute de…

@urbanbike

Bref, ces deux éclopés (trois avec moi…!) se sont retrouvés à partager le même compartiment dans mon sac4 avec ma prothèse5 bricolée pour stabiliser le tout. Un mousqueton pour éviter que ce sac me revienne comme un pendule quand je photographie un végétal et hop, me voilà paré pour arpenter le @potagerduroi.

@urbanbike

Néanmoins, à l’usage, j’avais pris goût à la stabilisation du 100 macro qui autorise des prises de vue à main levée à des vitesses absolument pas raisonnables…! Et puis, cet été, le prêt du Canon EOS-1D X m’avait rappelé qu’il était possible d’effleurer un déclencheur pour que l’image soit prise au lieu d’appuyer comme un damné sur celui du Canon EOS 5D…! Si, si…!

Aussi, à la veille de mes biiiiiiiiiiiiip années, sentant que ces boîtiers ont, eux aussi, pas mal de tours au compteur, je m’autorise à rêver sans risques. Sans risques car l’optique que j’imagine n’existe pas chez Canon.

@urbanbike

En effet, depuis que Sylvain m’avait prêté son 100 macro6, que j’ai eu l’opportunité d’en acquérir un, je rêve d’une version IS du Canon EF 180 mm f/3.5 L Macro USM. IS c’est pour mentionner que l’optique est stabilisée. Le 180 est une optique que j’apprécie car elle me permet de m’approcher optiquement, tout en restant à distance raisonnable, de butineuses en action, etc.

@urbanbike

Mais son très gros inconvénient reste son poids certain et, surtout, l’obligation de rester au 1/250 pour ne pas avoir de bougé. Comme le déclencheur du 5D nécessite un effort, j’ai intérêt à doubler mes essais avec une seconde photo à vitesse plus élevée si je tente une vitesse en dessous.

@urbanbike

Bref, si monsieur Canon pouvait nous proposer dans un an ou deux un 180 stabilisé à un prix accessible, un poil moins lourd et autorisant du 1/125, je… Rien du tout…!


  1. Lire urbanbike | 8 ans, 8 millions de pixels et toujours actif… 

  2. Qui était en fait sous garantie constructeur, ce que j’ignorais et donc a été finalement réparé, lire ce billet urbanbike | Canon EF 135mm f/2L USM | 6 où j’expliquais ma première sortie avec cette boite a pixels sortie de convalescence. 

  3. Lire urbanbike | Retour au 180 Macro… 

  4. De 2008, j’ai opté pour le plus banal, lire urbanbike | Crumpler Daily 370 

  5. Six années de bons et loyaux services, lire urbanbike | Manfrotto 520 Ball pour soigner mon “mouse” elbow…! 

  6. Relire ici ce billet urbanbike | Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM 

Tiens, Caméra+ en version 6 pour iPhone

Séduisant mais à assimiler…
dans | dans mon bocal | iOS | photo |

L’application de prise de vue pour iPhone, camera+ — se méfier des imitations, vient d’être remise à jour1. Parmi les nouvelles options proposées (lire le lien précédent…!), la possibilité de pouvoir contrôler la valeur ISO et la vitesse de la prise de vue au lieu de laisser l’application gérer cela même si elle le fait fort bien.

Mais aussi de pouvoir débrayer cela pour ajuster en manuel l’exposition, choisir au moment de la prise de vue la température de lumière et même agiter sur le mise au point.

Tout ceci livré ainsi dans le désordre demande un peu de pratique pour assimiler l’interface proposée par les développeurs…! Aperçu rapide…

@urbanbike

@urbanbike

Avant post-traitement, quelques images brutes de fonderie… Dont en mode dit Macro qui m’a pas mal interpelé…!

@urbanbike

@urbanbike

@urbanbike

@urbanbike

Détail

@urbanbike

Souvenez-vous que tout est en français…

@urbanbike

Et que Camera+ reste un chouette outil de Post-Traitement (voir cette ancienne chronique sur urbanbike) …

@urbanbike

Comme le remarque justement @bpepermans, dommage de ne pouvoir substituer sur l’iPhone cette application (ou une autre) à celle par défaut d’Apple…

À suivre…


  1. Pour la version iPad, on attendra un peu… 

Markdown et largeur d’image sur le Web

Chouette, encore un truc que je viens de comprendre
dans | groummphh | photo | pratique |

Je savais que cela se gérait dans la CSS mais je n’y avais pas encore mis mon nez, préférant automatiser et réduire la taille de mes images à 450 pixels de large directement dans Photoshop… Et puis, là, un peu de temps et je vous livre de suite le résultat…

En Markdown, baliser une image s’écrit comme ceci…

![texte alternatif](./monimage.jpg

Vous le savez si vous avez suivi le cours parodique de Mark Dukown (voir le jour 7…!!).

Le souci est que cela reste assez éloigné des options de gestion de taille d’image en HTML.

En cherchant sur le net, j’ai trouvé une solution simple car elle s’appuie justement sur ce texte alternatif et la CSS…

Dans urbanbike, j’ai besoin d’une image dans la colonne de gauche de 450 pixels de large et, éventuellement, d’une image ramenée à 250 pixels dans la colonne de droite…

Même si je ne vais pas perdre l’habitude de réduire mes images pour les optimiser, j’ai ajouté deux lignes dans ma CSS…

img[alt=reduc-450] { width450px}

img[alt
=reduc-250] { width250px

Ensuite, je me suis créé deux équivalents dans TextExpander, un premier équivalent nommé mz4

![reduc-450](./monimage.jpg

Ce qui précède est simplifié, CQFD. Ce qui donne…

reduc-450

Et un second équivalent nommé mz2

![reduc-250](./monimage.jpg

Ce qui donne…

reduc-250

Dans les deux cas, je fais appel à une image de 800 par 1200 pixels… mais c’est bien ce fameux texte alternatif qui est employé par la CSS pour réduire (ou non…!) l’image.

SI vous ouvrez l’image seule dans un onglet, vous pouvez constater que l’image est à la taille de 800 par 1200 pixels…

J’imagine que vous le saviez mais, dans le doute, je préfère le noter au moins pour moi ici car je vais certainement oublier dans quelques heures…

C’est tout.

Intervertir les optiques

Casser la routine, adapter nos regards
dans | ailleurs | autisme | dans mon bocal | photo | potager |

Avec ma fille, nous changeons peu à peu les règles lors de nos safaris photo. Au lieu de conserver l’usage du Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM et donc des automatismes qui vont avec, comme je l’ai accompagné ces dernières semaines avec le EF 28mm f/1.8 USM et le EF 135mm f/2L USM , elle a acceptée d’essayer cette dernière optique.

Je reconnais que l’exercice n’est pas toujours simple car, avec le 135, pas question de s’approcher aussi près du sujet. Inversement, l’ouverture à f/2.2 voire f/2.0 est un exercice stimulant. D’autant que ce 135 pique monstrueusement à pleine ouverture.

Du coup, j’ai retrouvé quelques heures l’usage du EF 100mm f/2.8L Macro IS USM mais je me rends compte que ma manière de l’employer est différente : je n’ai pas oublié sa façon de procéder ni son reproche à propos de la dureté de mes clichés…!

J’ai, en toute conscience, corrigé ma gestion de diaphragme en ouvrant plus large qu’à mon habitude. Mais quand même plus fermé que sa propre pratique…!

Résultat, moins de douceur dans mes pixels que dans ses clichés mais son influence est patente. Comme quoi, j’apprends et j’écoute les remarques de cette mouflette de 17 ans.

Plus amusant, c’est elle qui m’indique un point de vue végétal à prendre en compte. D’ailleurs, il suffit de passer sur notre site (…oui, notre site car je la considère définitivement comme mon égale…!) pour découvrir des sujets traités avec des approches différentes. Très souvent, sans nous concerter, nous figeons les mêmes scènes.

@urbanbike

@urbanbike

Vous avez dit dureté…?

Bref, hier samedi matin, encore un chouette moment partagé ensemble. Nous avons évité le déluge matinal et courageusement pris la route du @potagerduroi sur non bromptons malgré des prévisions météo sinistres.

@urbanbike

Chance, le soleil nous attendait…

De la douceur dans les pixels

Ou "Dans l'œil d'une adolescente autiste…"
dans | autisme | photo |

Avertissement : Ce billet est destiné aux parents d’enfants dits différents, c’est un partage d’expérience et ma conclusion est sans appel : procurez-leur une boîte à pixels et passez du temps avec eux sans les diriger (…ce n’est pas ce que vous appréciez comme photos qui importe, c’est ce que vos mômes vont faire…). Pour finir, je suis totalement partial1 et j’assume.

Rappel : cela fait quelques semaines que je pars en safari photo avec ma fille, elle qui m’accompagnait sans mot dire jusqu’à présent m’a emprunté2 une boîte à pixels et le 100mm Macro3.

@urbanbike

Ce qui m’épate, c’est le naturel avec lequel elle s’est mise à faire ces images… à partir du moment où elle s’est décidée à en faire4, le plaisir manifeste qu’elle y trouve (…cela la vide de ses angoisses) et le calme avec lequel elle trie et supprime ce qui cloche à ses yeux.

Dès la seconde séance, elle est revenue avec quelques clichés que j’aurais aimé réaliser…!

@urbanbike

Je lui ai suggéré de basculer en mise au point manuelle après quelques allers et retours intempestifs de l’AF de son objectif. Suggestion aussitôt mise en pratique.

Depuis, elle compose librement ses images, cherche des diagonales, des lignes de force. Elle est restée, un temps, fidèle au mode TV (priorité à la vitesse) avant de basculer en mode AV (priorité au diaphragme). Elle préfère travailler à grande ouverture. Et vérifie immédiatement, contrairement à moi5, le résultat de sa prise de vue.

@urbanbike

Autre point intéressant, elle a parfaitement intégré la notion de déplacement de son propre corps, cette petite danse autour de l’objet photographié pour obtenir le meilleur fond, couleurs et contrastes. Et éviter de croiser son ombre portée dans l’image. Bref, je la découvre soucieuse de contrôler ce qui est dans le cadre de son image.

Certes, comme nous tous, elle se plante mais ses erreurs sont assimilées dès la séance suivante. Comme elle est entêtée, elle n’hésite pas à refaire certaines prises de vue, histoire de réussir ce qu’elle avait raté la veille.

Bref, ce n’est pas une image ou deux qui me surprennent, c’est sa moisson de clichés improbables en phase avec sa manière de décrypter le monde, un souci du détail qu’elle est, souvent, la seule à percevoir.

Enfin, comme elle est hypermnèsique, elle se souvient également de toutes ses images. Or, comme nous photographions souvent les mêmes choses et que cela peut, à première vue, se ressembler, elle identifie instantanément ses visuels sur lightroom sans avoir besoin de regarder les infos du boitier ou de l’objectif.

De la douceur dans l’image…!

Le résultat n’est pas qu’une simple question de prise de vue, de cadrage, mais également de douceur. Hier, elle a regardé mes images et les a qualifiées de dures en regard des siennes. Et c’est fort bien résumé.

@urbanbike

Ce billet pour rappeler que ce n’est pas qu’une question de caillou (…le Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM est certes fabuleux et permet de suite de produire de chouettes clichés…) mais bien de sensibilité, de plénitude au moment de déclencher.

@urbanbike

Corollaire, j’apprends beaucoup en regardant ses photos6. Épatant, vous dis-je.


  1. Entre ce billet, urbanbike | Reconsidérer | mode ironique et la lecture des autres posts dans la même categorie… 

  2. Lire urbanbike | Regard décalé…?! 

  3. Histoire du premier déclic ici : urbanbike | Canon EOS-1D X à l’usage | 5 

  4. On ne force jamais ces gamins, on leur propose autant de fois que nécessaire, on attend — un an, deux ans, cinq ans…! — qu’ils intègrent cette proposition… 

  5. Contrairement à ce que je fais et avec des conséquences catastrophiques, ma distraction n’excuse pas tout ! 

  6. Mais pas que là, Messages est employé au minimum une heure par jour. Cf. urbanbike | Construire et développer sa pensée, dialoguer avec un ado autiste 

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, notés sur…

image

cf. lien publié le 23/10/2014 à 07:42

cf. lien publié le 19/10/2014 à 23:46

cf. lien publié le 19/10/2014 à 21:13

cf. lien publié le 19/10/2014 à 21:10

cf. lien publié le 19/10/2014 à 21:08

cf. lien publié le 19/10/2014 à 21:07

cf. lien publié le 18/10/2014 à 23:17

cf. lien publié le 18/10/2014 à 23:16

cf. lien publié le 18/10/2014 à 23:13

cf. lien publié le 18/10/2014 à 23:11

Ailleurs… | blogroll désordonnée…
Follow me on App.net
image

Contributions… | d’urbanbike sur…

image