Pop, clip, tsssssssssss !

Étonnez moi, Benoît…
dans | dans mon bocal | outils | pratique |

Quand on a une chouette bande de copains comme @doopix ou @bpepermans (…et bien d’autres…!), il ne se passe pas une semaine sans que nous nous échangions via nos blogs respectifs des trucs, astuces, applications pratiques, réflexions en vrille…!

Pas besoin de taper le carton, de se voir pour échanger par Messages des nouvelles, lire la prose ou l’humeur de l’un, succomber à la dernière trouvaille de l’autre.

Là, c’est PopClip : menu contextuel à tout faire | bpepermans qui a fait tilt…!

Vu que l’app était en promo, que cela fait pas mal de temps que je vois les bouts de codes ajoutés par Brett More Markdown for PopClip - BrettTerpstra.com, paf, j’ai fini par sacrifier le coût du pain hebdomadaire pour ajouter dans ma barre de menus ce dispositif.

Et, comme Benoît et Dominique précédemment, j’ai tout installé avant de retrancher furieusement ce qui s’avérait soit déjà présent dans Byword, MultiMarkdown Composer ou Ulysses III (export dans le presse papiers du texte au format HTML). Soit dans des équivalents sous TextExpander (et donc accessibles aussi sous iOS) que j’avais scripté de mes petits doigts.

Par contre, quelques trucs plus simples, pratiques pour mes besoins… qui sont, de facto, différents des vôtres.

Comme tout a été magistralement dit et illustré pas Benoît - lire PopClip : menu contextuel à tout faire | bpepermans, deux copies d’écran et quelques explications…

reduc-450

  • Pas la peine de rajouter une recherche sur DuckDuckGo vu qu’elle se fera directement par le biais de ce moteur dans Safari.
  • Couper, couper, coller…? Non, j’ai ça dans les doigts depuis 1984…
  • Messages et Tweetbot, pas mal du tout…
  • le comptage de caractères fort pratique
  • Des exports vers Fantastical et Things
  • Comment et Underscore pour des raisons pratiques
  • les trois changements de casse
  • Translate
  • Créer un équivalent TextExpander

Et puis deux derniers qui ne s’affichent que dans le contexte adéquat…

reduc-450

  • WebMarkdown pour récupérer du HTML (sur le site de Benoît…!) et le transformer en Markdown
  • Sort qui ne s’affiche que si plusieurs lignes sont sélectionnées

Voilà.

Pourquoi les traitements de textes sur mon iPad sont un sujet sensible

Et pourquoi j'aime les développeurs de ces traitements de texte !
dans | dans mon bocal | écrire | groummphh | outils |

Autant certains outils sur mon iPad sont des applications de confort qui restent assez éloignées de mes préoccupations, autant la catégorie traitements de texte est assurément la seule qui m’interpelle de suite.

Ainsi, j’ai apprécié longtemps FileMaker ou telle application pratique me donnant la météo mais c’est bien pour FrameMaker que j’ai pris fait et cause dès 20031…!

C’est assez simple à comprendre. ce sont les seules applications auxquelles je confie mes peines, mes joies, sur lesquelles je rédige aussi bien (ou aussi mal…) mes billets techniques que mes coups de cœur.

Pour écrire en dehors du cadre informatique, il y a ce même besoin de trouver (ou d’être en adéquation) le papier avec le bon grammage, carnet ou cahier, la bonne dureté pour le crayon de bois, la plume souple de stylo pour réaliser cette alchimie délicate qui est de coucher par écrit ce que l’on a en soi.

Et je ne vous parle pas de l’ambiance2 nécessaire pour écrire, la hauteur du plan de travail, la qualité du siège, écrire debout ou non, éléments qui, eux, ne bougent pas trop, que l’on tape sur un iPad, une machine à écrire portative. Ou que l’on écrive à la main…!

Bref, c’est pourquoi évoquer les traitements de texte déclenche autant de passion. Ce n’est pas un acte neutre.

En tapotant à l’écran, j’éprouve les mêmes besoins d’être en adéquation avec mes outils anciens d’écriture !

Si je fustige tel ou tel traitement de texte, ce n’est pas pour le plaisir de casser, de démonter, ce n’est pas par esprit de polémique mais simplement parce que je cherche comme tous ceux qui se coltinent avec l’écriture la perle rare, le support idéal sur l’écran de mon iPad dans lequel déposer mes fragments de texte (…ok, on se rassure, je ne suis pas Hemingway, pas Flaubert, Proust, juste un rédacteur technique avec très deux brefs-selliers…).

Or rien ne m’agace plus que de constater que le développeur d’une application essaye (sans méchanceté aucune…) de plier à sa vision d’écrire ses clients. Ou, plus grave à mes yeux, n’écoute pas les remontées du terrain mais se fige dans une posture de l’auteur du siècle dernier.

Bordel…! Mais si Hemingway avait connu Markdown et l’iPad, qui sait s’il n’aurait pas saupoudré ses écrits de photos qu’il aurait réalisé avec son iPhone…?!

Bref, si tous les traitements de texte étaient inutiles, nous bosserions sur Notes…! Et basta.

Aussi, merci aux développeurs de comprendre que leurs produits ne sont pas de simples applications. Que l’on passe tous du temps à les absorber, à les faire à nos doigts, à les tordre à nos manières de travailler, à accepter parfois de changer nos façons de procéder.

Parfois, c’est l’osmose immédiate (…je pense à la corde à linge de Daedalus touch ou, près de trente ans plus tôt, à la réelle émotion ressentie en découvrant le mode Plan de Microsoft Word), parfois c’est très heurté (je n’ai pas oublié mes premiers moments sur Editorial avant de comprendre l’importance de ses workflows…).

Parfois, il y a des développeurs qui ne prennent pas en compte nos demandes (…ainsi Drafts, une application qui, comme iA Writer Pro n’autorise pas encore le balisage Markdown sur sélection…). Et d’autres qui nous régalent d’une option fabuleuse de publication vers WordPress (Byword bien entendu), ajoutent un dispositif discret pour twitter dans la foulée (TextCenter), me permettent de geolocaliser telle photo et me donnent même la météo au moment où cette dernière fut prise, affichent une carte du lieu (Day One, excellent traitement de texte Markdown), etc.

Alors, tout comme nous étions naguère à la recherche de la plume la plus souple (…et solide) pour graver nos histoires, hésitions entre un conquéror vergé 100 grammes et un opale de rives, nous naviguons entre tous version traitements de texte qui nous sont proposés.

Vendu n’est pas être utilisé…

Certains développeurs se targuent d’avoir vendu tant d’exemplaires de leur application. Mais savent-ils que nous, les écrivaillons, nous avons acheté dix, vingt, trente, quarante applications…?! Nous le faisions pour nos crayons de bois avant de trouver que 2B était plus propice que le HB standard…!

Qu’avoir été acquise n’est pas pour une application la preuve d’être utilisée…!

Combien de courriels sympas de lecteurs qui m’indiquent qu’ils ont, suite à un billet sur urbanbike, acheté tel ou tel produit. Et puis, deux semaines plus tard, ils l’ont délaissé au profit de tel autre (…qu’ils citent, parfois un produit que je n’aime pas) qui leur convient bien mieux, avec lequel ils ont du plaisir.

Mais voilà la clé, le plaisir… d’écrire, CQFD.

Pas la peine de m’expliquer quel tel dispositif est plus en adéquation avec l’acte d’écrire.

Encore faut-il qu’il soit adopté

Et conservé sur la durée.

J’utilise trois flux différents3. Ces flux répondent à trois besoins qui, parfois, se superposent. Pas question pour moi de m’enfermer d’emblée dans un unique dispositif, aussi intelligent soit-il.

Par contre, quand soudainement un developpeur me coupe l’accès à TextExpander comme ce fut le cas avec iA Writer pour une raison parfaitement légitime et argumentée, qu’il ne soit pas surpris de mon ire. Et même, de ma tenace rancune4. Le développeur de Nebulous Notes a fait de même avant, suite un tweet que je lui avais expédié dès la sortie de sa précédente version, de rétablir l’accès à ce dispositif deux jours après.

Bref, pour conclure, la relation que nous vivons avec nos traitements de texte n’est pas logique, froide mais bien nourrie de sentiments !

Normal vu que c’est dans un traitement de texte que nous pouvons les exprimer à notre tour.


  1. Relire ce billet de septembre 2003 et premier billet de urbanbike | Vers une ANM ? 

  2. Certains aiment l’ambiance du bistrot, moi celle de ma cuisine. Là, en écrivant ces lignes, la fenêtre grande ouverte, c’est le bruit du chantier non loin qui rythme mes phrases…! 

  3. Lire ce billet urbanbike | Ranger ses bouts de texte, une histoire de flux… 

  4. Je galèje. Même si je peux avoir des échanges assez vifs avec tel ou tel developpeur, tant que ces échanges se font, c’est qu’il y a encore un intérêt certain malgré la barrière de la langue. C’est pourquoi iA Writer comme iA Writer Pro sont toujours sur mon iPad contrairement à… biiiiiiiiiiip ! 

Redécouvrir APN et ses 256 caractères

Sous iOS et iPhone…
dans | dans mon bocal | iOS | outils |

Tout le monde connaît Facebook et Twitter. Nettement moins Google+ et encore moins Diaspora ou APN (app.net).

C’est ce réseau qui m’intéresse ces derniers temps car il conserve encore nombre d’utilisateurs dont quelques amis. Diaspora n’a pas de client iOS, ce qui le rend plus compliqué à utiliser.

Avec APN, doublez le format de Twitter en terme de caractères (256) pour avoir une idée. Et rendez-le payant (…sans être excessif) dès que vous montez en puissance.

Avec la sortie de iOS 8, quelques clients historiques d’APN comme NetBot (le pendant de TweetBot) ont cessé de fonctionner.

Du coup, je me suis offert Riposte avant de tester hAppy.

@urbanbike

hAppy a surtout le grand merite de tourner egalement sur iPad et d’être encore actif en terme de développement…

@urbanbike

Riposte semble à l’arret et c’est bien dommage car il me convient parfaitement graphiquement…

@urbanbike

Tous les deux sont lotis de riches préférences mais celles de Riposte permet d’insérer même des liens au format Markdown

@urbanbike

Le seul bug notable de riposte sous iOS 8 est que les trois cases prédictives masquent ses options lors de la rédaction de messages contrairement à celles de hAppy

@urbanbike

Mais tous les deux permettent d’expédier un lien vers Things, par exemple…

À ce propos, pour en savoir plus sur les clients de app.net, Eric tient une page fort pratique que je vous engage à consulter avant d’aller plus loin, ce que je n’ai évidemment pas fait, erreur…!!

Structure texte Markdown et Editorial sous iOS

Un workflow qui simplifie la vie
dans | dans mon bocal | écrire | iOS | outils | pratique |

Je signale à l’attention de mes deux lecteurs ce petit workflow de derrière les fagots pondu par le developpeur de Editorial, Editorial Workflow — Outline (Max. Level) qui est juste indispensable dès lors que vous bossez sur des documents longs.

Bref, comme dans MultiMarkdown Composer sous OSX, l’affichage du plan…

@urbanbike

En ce moment, j’ai un feuilleton (feuuuilllettton…?!) en cours sur MacPlus - L’iPad est votre machine à écrire… - et me repérer entre ce que j’ai terminé et ce qui est en cours est devenu ultra simple en affichant simplement la structure du document Markdown sous Editorial.

@urbanbike

Ne pas oublier juste de changer une variable (ce que je n’ai pas capté de suite…!), à savoir le nombre de niveaux… Là je me limite aux quatre premiers…

À suivre.

MultiMarkdown | Sur quelles applications utiliser Definition…?

Une balise mieux supportée mais insuffisamment…
dans | écrire | outils | pratique |

Rappel : c’est une option qui ne fonctionne qu’avec des outils de traitement de texte supportant le balisage MultiMarkdown (et non uniquement Markdown)

J’aime bien les définitions… Je pense que c’est lié à mes années de pensionnat (période lointaine sans internet…!)…

En MultiMarkdown, cela se balise comme ceci …

Terme
:    Définition 1
:    Définition 2
:    Etc

Contrairement aux notes imbriquées, les définitions sont supportées par nettement plus d’applications. Ainsi Byword, MultiMarkdown Composer, Writer Pro ou Editorial par exemple.

Un exemple…? Si j’écris :

Urbanbike
:    Espace personnel depuis 2003…
:    Quelques copains invités… 

L’export de ce contenu au format HTML le transforme ainsi…

<dl>
<
dt>Urbanbike</dt>
<
dd>Espace personnel depuis 2003…</dd>

<
dd>Quelques copains invités…</dd>
</
dl

Comme MultiMarkdown est un balisage en développement (contraitement à Markdown), à tester impérativement sur vos outils avant d’adopter une balise…!

MultiMarkdown | Notes de bas de page imbriquées (ou inline footnotes)

Pas encore déployées partout mais demandées d'urgence…!
dans | écrire | outils | pratique |

Rappel : MultiMarkdown est une version évoluée de l’excellent Markdown dont un cours en 8 jours (…8 heures ou 8 minutes…) est à votre disposition sur urbanbike, la fameuse méthode @dukown…!

Les notes en base de page sont très utiles. En MultiMarkdown, la note est détachée de l’appel de note…

Or, MultiMarkdown est un balisage qui évolue et dans la version 4.5.3 — lire la doc complète au format PDF —, la bonne idée de Fletcher T. Penney est de les imbriquer.

Bon sang, mais c’est bien sûr…! Plus facile d’écrire :

Texte[^Note complète] 

Au lieu du balisage MultiMarkdown de base…

Texte[^AppelDeNote]

[
^AppelDeNote]Note complète 

Le gain est évident, on oublie l’appel de note qui est immédiatement calculée lors de l’export dans le format souhaité (HTML, PDF, etc.).

Et on ne recherche pas 10 kilomètres plus loin la note déconnectée de son contexte…

Attention : tous les traitements de texte ne supportent pas encore cette option bien pratique à mes yeux. Le seul qui le supporte pour le moment sous OSX est bien entendu MultiMarkdown Composer, le traitement de texte de Fletcher T. Penney, le développeur de MultiMarkdown. Raison de plus pour inciter nombre de très bons traitements de texte (…Ulysses III, Byword, Editorial sous iOS, etc.) à ajouter cette option dans leurs prochaines versions…

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, notés sur…

image

cf. lien publié le 23/10/2014 à 07:42

cf. lien publié le 19/10/2014 à 23:46

cf. lien publié le 19/10/2014 à 21:13

cf. lien publié le 19/10/2014 à 21:10

cf. lien publié le 19/10/2014 à 21:08

cf. lien publié le 19/10/2014 à 21:07

cf. lien publié le 18/10/2014 à 23:17

cf. lien publié le 18/10/2014 à 23:16

cf. lien publié le 18/10/2014 à 23:13

cf. lien publié le 18/10/2014 à 23:11

Ailleurs… | blogroll désordonnée…
Follow me on App.net
image

Contributions… | d’urbanbike sur…

image