Urbanbike

Recherche | mode avancée

Substrate sous iPad Pro

Nostalgie

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | iOS | mémoire | vieillir
par JChris d'Urbanbike

En 2011, la version 2.0 de Substrate était sortie1 et je l’avais évoquée dans ce billet. Cinq ans plus tard, hormis l’impossibilité d’accéder aux photos de l’album pour choisir une ambiance chromatique, ça fonctionne encore… Et ce, sur la dernière version d’iOS et sur un iPad Pro.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Le site du développeur n’est plus accessible tout comme l’application… Mais la poésie demeure…

le 18/05/2016 à 08:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à JChris d'Urbanbike | Partager…?

Un expert dit… Dix experts disent…

Et alors…?! Ces gens ne se trompent donc jamais…?

dans ailleurs | groummphh | mémoire | voir
par Jean-Christophe Courte

Je reste circonspect quand je lis, au début d’une information, le mot expert. Non pas que je me méfie des spécialistes mais je sors instantanément mes pincettes. Les experts pullulent (…mon facétieux correcteur m’a proposé polluent) et ont un avis sur tout, ce qui est bien pratique1.

Je reviens brièvement sur cette histoire du jeune William qui localise une cité maya et qui est flingué aussi sec par une tripotée d’experts. Je n’ai pas compris comment il avait déduit la localisation d’une cité mais ce que je lis depuis 48 heures me sidère plus encore…!

Certes, j’ai conservé mes rêves de môme. Je me souviens de mes lectures d’adolescent, de celle de la découverte des vestiges de Troie par Schliemann. Même si aujourd’hui, les experts (sic !) ne sont pas d’accord, les fouilles continuent.

Et la ville existe bien… C’est ballot…!

Pour finir, un souvenir personnel.

Vous pouvez interrompre votre lecture d’ailleurs…!

Quand je suis retourné au Mexique juste avant mes 21 ans pour une grosse semaine (en 1974…), mon père qui bossait sur place2 avait décidé d’effectuer une virée dans le Yucatán à cette occasion. Je n’ai rien consigné à l’époque, mes souvenirs étaient frais et j’étais persuadé qu’ils étaient inoxydables (eh bien, non…!).

Nous avions quitté Mexico en voiture (…je me souviens qu’elle etait bleue, que c’était une voiture du parc du l’entreprise qui l’employait, Soletanche) et mis le cap sur Merida tout en passant par Veracruz (au retour) et Villahermosa (à l’aller), deux villes dans lesquelles nous avions dormi3.

Je me souviens que nous avions passé quelques heures à Palenque puis remonté vers Merida sur une route peu fréquentée avant de finir non loin de Tulum à Cancún. Dans ces années là, il n’y avait pas encore de spots touristiques… mais par contre, je me souviens des quelques paillotes qui donnaient sur la mer et du sommeil réparateur du à la fraîcheur de l’océan.

Ensuite nous sommes repartis en sens inverse car ma permission4 avait une fin. J’avais eu le temps de visiter à Mexico le musée archéologique et, bien sûr, de faire un saut à Teotihuacan, site que j’avais parcouru quelques fois avec ma mère une douzaine d’années plus tôt (…voir en fin de page).

L’idée était de profiter de ma venue pour me faire découvrir les sites mayas5 que mon père avait eu l’occasion de visiter pendant ses propres périodes de repos. Dont Uxmal et Chichén Itzá.

Je me souviens de la route quasi vide, du fait que mes parents se relayaient (…et s’engueulaient quotidiennement…!), me laissant le volant quelque fois. C’était généralement mon père qui conduisait.

Je me souviens que nous avons souvent roulé tardivement (quand la nuit tombe, elle tombe brutalement…!), que je ne cessais de regarder le paysage défilant sous mes yeux.

Et de rêver à tout ce que j’imaginais masqué par la végétation, m’attardant sur les volumes nettement plus géométriques que d’autres…

Sans être un expert, je reste convaincu depuis cette longue traversée effectuée naguère que des tas d’autres sites n’attendent que leurs découvreurs. Et pourquoi pas un William en mode Schliemann…?

Laissons-le grandir et poursuivre ses rêves. Qui sait, un jour ce serait splendide qu’il nous démontre qu’il avait raison.

Clin d’oeil…

Vu que cela n’intéresse pas6 les experts, pour vos yeux…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

  • Un côté Buzz l’éclair…

reduc-450

reduc-450

Une suite si cela intéresse l’un de mes 6 lecteurs…


  1. E pur si muove! disait — peut-être…! — un gars contredit par tous les esperts de l’époque… 

  2. Cf. urbanbike | …Tu sais que tu deviens vieux | 13 — de 1973 à I975, mon paternel était Directeur de Travaux (Gerente de Construction) pour CIMESA (Cimentaciones Mexicanas, S.A) MEXlCO pour les travaux de fondations de l’aciérie de Puerto Lázaro Cárdenas (SICARTSA) Michoacán, CHICOASEN sur le río Grijalva, etc. Il adorait le Mexique où il avait travaillé entre 1960 et 1961 sur le Barrage du Bosque (Michoacán), parlait couramment espagnol. 

  3. en saisissant ce texte, me revient quand même les gros cafards passant en trombe dans la piaule de cette pension de famille de Villahermosa…! 

  4. J’étais à l’armée en 1974 et je remercie encore le Lieutenant Castagné d’avoir appuyé ma demande pour cette permission exceptionnelle. 

  5. Cf. Liste des sites mayas — Wikipédia pour mieux comprendre que ce n’était que quelques sites…! 

  6. C’est l’absence de réponse d’un grand musée parisien à qui nous voulions en faire don qui m’amuse le plus…! Ni oui, ni merde… 

le 13/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à… | Venezia

Entre Burano et vaporetto…

dans ailleurs | architecture | mémoire | voir
par Jean-Christophe Courte

Nous y sommes arrivés par le train, la gare Santa Lucia déboulant directement sur le grand canal et à deux pas d’un arrêt de la ligne de vaporetto numéro 1 qui file jusqu’au Lido de Venise. C’est une bonne solution pour ceux qui n’apprécient pas l’avion… d’autant que nombre de chouettes villes bordent la voie ferré depuis Turin ou Milan.

reduc-450

  • vue depuis la sortie1 de la Gare… Plus simple, il n’y a pas…

Le temps de prendre un ticket pour le vaporetto (…pensez immédiatement à prendre un forfait pour le nombre de jours que vous allez passer à Venise, c’est assurément la solution la plus économique — le poste transports dans Venise est loin d’être négligeable — et cela vous permettra de sauter dans un bateau pour vous rendre jusqu’à Burano par exemple…).

Puis 55 minutes de bateau — via la ligne 1 — pour nous rendre à San Zaccharia où nous attend notre hôtesse2.

D’ailleurs autant indiquer de suite ce site internet bien pratique et en français dédié à Venise, e-venise.com

reduc-450

Dernière étape, mémoriser3 le trajet depuis San Zaccharia jusqu’à l’appartement, pas une mince affaire entre canaux, ponts et nombreux décrochements urbains…!

Ensuite…? nous avons profité de la seule belle journée annoncée pour se rendre à Murano depuis Fondamente Nova.

reduc-450

  • on retiendra essentiellement cette splendide église de San Donato avec un sol splendide…

Puis Burano …déjà évoqué dans les illustrations de ce billet.

reduc-450

Sans oublier les fresques de Torcello (gaffe : pipi-room à 1,50 €…!)

Ensuite, on a bourlingué d’un quartier à l’autre, à pieds et en vaporetto. Certains grand ponts comme Accademia permettent de franchir le grand canal et d’aller se perdre dans l’urbain (ou visiter quelques lieux remarquables comme la Fondation Peggy Guggenheim).

Je ne vais pas évoquer les restaurants, nous avons toujours préféré déjeuner de quelques tapas (re sic…!) locales — les Cicchetti — accompagnées d’un verre de Spritz4 avec des tas de glaçons. Je recommande ceux du Campo San Margherita, la terrasse bourré d’étudiants, c’est là.

Pensez à jeter une tête aussi chez Tonelo, une pâtisserie qui… rien…!

En ce qui nous concerne, la cuisine dans l’appartement nous a permis de ne pas grever nos finances avec une supérette à proximité (et ouverte même le dimanche matin) pour nous ravitailler… De l’avantage de cet hébergement dans un quartier vivant, populaire, habité…

reduc-450

  • Comme sur le Titanic, même par grosse averse, l’orchestre joue pour des tables désertées…!

reduc-450

La visite de la Basilica Di San Marco ainsi que du Palais des Doges s’est effectuée le dimanche (…il y a messe et donc le lieu est ouvert — première astuce). Béatrice avait pris nos billets la veille au Museo Correr (seconde astuce) et donc pas de queue sur Riva degli Schiavoni pour rentrer au Palazzo Ducale.

Ensuite, visite du Museo Correr avec entrée rapide également (billet jumelé, CQFD)…

reduc-450

Bon, le reste est à inventer en fonction de vos désirs, envies et capacité à crapahuter — ou non — 15 kilomètres par jour.

reduc-450

Même sous la pluie, cette ville est à visiter…! Matin, midi, soir… et même nuit.

reduc-450

reduc-450

Bon, parfois, ce n’est pas possible sans gondole…!

reduc-450

Il est clair que ces quatre nuits passées sur place nous ont convaincu qu’il faudrait impérativement (sic…!) revenir. Certes, nous avons essuyé des jours de pluie et même de froid, mais, cela reste un endroit fort étendu avec des tas de quartiers typés… Et, comme pour Paris, il faut y revenir à toutes saisons…

Il y a tant de choses à voir, à revoir : des églises bien entendu mais aussi des jardins, des expos, des tableaux épatants… Bon, ne pas hésiter quand même à se marrer devant certaines oeuvres… Une croute même muséographiée reste une croute et nous en avons croisé pas mal…

reduc-450

Après coup, vous serez incollables sur les divers types d’embarcations qui sillonnent la lagune…

reduc-450

reduc-450

Evitez juste de vous retrouver dans celle-ci…!

reduc-450

À vous désormais…!

Note de fin : le guide du routard 2016 sur Venise me semble l’un des plus pratiques pour préparer votre visite puis se repérer (sans oublier Plans sur l’iPhone)…

D’autres clichés de voyage sur Photager


  1. Petite astuce… S’il existe bien une grande consigne à bagages dans la gare, une solution est de laisser le vôtre quelques heures dans une boutique située au premier angle à gauche en sortant de la gare (juste pensez à le récupérer avant 19:30 mais tarifs identiques, le propriétaire parle français)… 

  2. Corinne (…que je salue au passage…!) et son mari louent quelques appartements dans Venise (retenez ce lien et sachez qu’ils parlent français, CQFD). Vu notre budget (modeste), nous avons opté pour un deux pièces dans Castello. Certes, un poil juste pour nous quatre mais bien équipé (…donc une machine à laver) avec mini cuisine et aménagements tirant partie de tout (astucieux…!). Au rez-de-chaussée, une salle d’eau et l’entrée dans une ruelle. Très pratique car loin du flux des touristes mais proche de la place St Marc (10 minutes à pieds). Un wifi 2G rudimentaire mais bon, nous n’étions pas sur place pour surfer. 

  3. …étant reparti le soir même récupérer mon fiston Piazza Roma (…à 150 mètres de Santa Lucia) qui arrivait lui par avion, j’ai bien enregistré le trajet, voire pris mes habitudes, la troisième fois en rentrant de nuit… 

  4. lire la rubrique sur wikipedia. Pour ma part, même si l’Aperol (de Padoue) ou le Campari (…écorce d’orange) sont excellents, j’ai apprécié la version plus amère à base de Cynar (…feuilles d’artichaut…!)… Si vous passez par Corinne, elle se fera un plaisir lors de votre installation de vous expliquer et vous indiquer tous les bons coins… 

le 10/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPhone 6s+ en voyage ? Un compagnon idéal ! | 2

Sur trois jours…

dans ailleurs | architecture | grospod | mémoire | voir
par Jean-Christophe Courte

Je m’étais promis de voyager juste avec le iPhone 6s+, sans iPad pour être précis — cf. urbanbike | iPhone 6s+ en voyage ? Un compagnon idéal !. Quelques jours autour de la fête de l’ascension étaient un excellent prétexte pour filer à quelques kilomètres de Paris visiter des villes dans lesquelles nous étions passés naguère… et d’essayer pour de bon cette idée de ne se balader qu’avec un seul écran1.

reduc-450

Dès le premier jour, j’ai délaissé mon petit Canon EOS M et son 22mm. C’est la faute de ma marinière2 (si, si…!) qui ne possède que deux poches de poitrine. L’une idéalement placée pour y déposer ce iPhone (et le récupérer dans la seconde), l’autre pour mes papiers d’identité. Dans mon vieux sac à dos vert, une prise multiple, câbles et chargeurs. Et ce M qui n’en a pas bougé…! Sans oublier quelques vêtements de rechange.

Côté applications, le minimum également

Même si je stocke nombre d’applications, je n’ai pas eu à me forcer pour n’employer que Provoke pour 95 % de mes clichés. Côté traitements de texte, Drafts 4 pour noter des trucs qui me passaient par la tête avant de les expédier dans Day One 2.

reduc-450

J’attendais également la version 2.6 de Ulysses arrivée samedi sur laquelle je termine et annote cette saisie. Ainsi que la bêta de Editorial juste renouvelée, son développeur totalement débordé.

Le plaisir de ces trois jours de balade au large de Paris réside dans la disponibilité de cet appareil photo intégré avec stabilisateur optique. Les clichés effectués avec Provoke ⚑ nécessitent peu de réglages vu que le zoom n’est pas disponible. Je n’affiche que le curseur pour ajuster le contraste. Depuis des mois, j’ai opté pour un unique réglage, le X800 en lieu et place du HPAN.

reduc-450

Avec un ciel lumineux, des ombres nettes, réaliser des images graphiques est à la portée de tous. Biberonné au film lithographique de chez Agfa-Gevaert pendant trois décennies, j’aime toujours et encore ce rendu hyper contrasté. Et comprends que l’on puisse tout autant détester ce rendu.

reduc-450

Pour nous guider de village en ville, TomTom Go Mobile ⚑. Ce dernier nécessite d’enregistrer impérativement une adresse précise de destination contrairement à Plans qui se contente d’une indication de ville. Dès lors, Plans s’est avéré parfait sur de courts itinéraires, des sauts de puce entre abbayes et musées. Mais dès que nous sommes revenus dans des zones plus denses en terme de circulation, les indications de TomTom Go restent essentielles pour m’engager dans les voies rapides sans me planter…! Surtout avec un véhicule3 fatigué…!

Alors ?

Au bout de trois jours, j’ai eu du mal à décrocher de Provoke ⚑, suis passé sur ProCamera + HDR ⚑ de temps à autres pour une vue qui rendait mieux en couleurs et hop !

reduc-450

Léger, léger vous dis-je !

En gros, l’iPad ne m’a pas manqué4 même si la vue de mes compagnes de voyage penchées sur leurs vieux écrans (iPad 2 et 3) aurait pu me faire regretter ma décision.

reduc-450

Je dois également reconnaître que mes besoins ne sont plus les mêmes, je prends le temps de décoller les yeux de mes écrans pendant qu’il est encore temps.


  1. Il est certains que urbanbike ressemble de plus en plus à un jour sans fin ! Comme mes thématiques sont souvent identiques car non basées sur des tests de ouf à propos de tout ce qui sort dans l’actualité mais sur des produits que j’emploie au quotidien, j’ai également le sentiment de radoter !! Tant pis. 

  2. En cherchant le lien vers le site de la fabrique de mes marinières, chouette surprise ce matin, la découverte d’une boutique en ligne pour cet établissement qui, depuis 1928, fabrique ce vêtement professionnel LE GLAZIK boutique officielle). Bonne découverte. Le modèle que je porte depuis… biiiiiip années … est celui-ci Vareuse Vam. C’est increvable, se patine avec le temps, n’est pas imperméable et se délave peu à peu en terme de couleur. Mon unique luxe, j’en possède six dont la plus vieille a près de 25 ans. 

  3. Je prends la précaution de laisser dans notre baleine bleue une pince pour le iPhone, un cordon et l’allume cigare. De quoi recharger en cours de route le iPhone. Ou plus exactement, de ne pas le décharger trop vite avec la consommation des cartes…. 

  4. Du coup, je testerais bien un iPad Pro Un de ces quatre. 

le 08/05/2016 à 09:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à… | Verona

Pas que les arènes ou le balcon de Juliette…!

dans ailleurs | architecture | mémoire | voir
par Jean-Christophe Courte

Comme d’habitude, nous sommes arrivés par le train… Un billet réservé sur Captain Train ⚑ et imprimé avant de partir par sécurité…

reduc-450

La gare (Porta Nuova) n’est pas exceptionnelle, elle fait office également de gare routière et se situe à trois heures de Turin… Pour attendre le centre de Verona à pied, comptez 15/20 minutes après avoir franchi un bras du fleuve (un oeil sur Plans sur votre iPhone, la gare est au sud)… Notre B&B était à douzaine de mètres d’un revendeur Apple, je ne crois plus aux coïncidences…!

Nous avions trouvé via le net un gite1 pour trois situé à un dernier étage avec, fort agréable, une petite terrasse privative non visible de la rue même… Petite salle pour déjeuner, cuisine, douche. Et une piaule pour trois personnes (…une chambre dite familiale avec moustiquaires aux fenêtres).
Et au milieu, une terrasse fleurie avec une table d’extérieur, un parasol et des chaises… Inutile de vous dire que nous en avons profité le soir même après avoir trouvé un supermarché2(http://www.despar.it) bien achalandé pour faire les courses…
Voilà pour l’intendance…

reduc-450

Comme toutes les villes en Italie, prenez le temps de circuler à pied, La boussole dans Plans vous permettra de ne pas trop vous planter mais, en revanche, chaque erreur de parcours est l’occasion de découvrir des rues, des pointes de vue, des arrières-cours, des bâtiments épatants…

reduc-450

Au lieu de filer direct vers les arènes (…au coût d’entrée assez exorbitant, avis personnel), nous avons filé vers le Ponte Scaligero di Castelvecchio. Tout en briques, il reste opérationnel pour les piétons et les vélos (…aucune voiture) et joint la ville à l’arsenal.

reduc-450

Au passage, nous avons vérifié si la piadinerie qui nous était recommandée3 était ouverte en vue d’un arrêt le lendemain… Puis déambulé sur ce pont qui particulièrement photogénique, envahi tant par quelques touristes égarés que par les habitants ou étudiants qui l’empruntent quotidiennement…

La suite ne dépend que de vous…

reduc-450

Il y a les bars et restaurants autour des arènes ainsi que quelques rues piétonnes bourrées de magasins de luxe et grandes enseignes…

reduc-450

Et puis, en s’éloignant, des coins nettement plus… agréables… Ou calmes.

reduc-450

Une solution, en sachant que vous ne risquez pas de vous perdre dans cette boucle de l’Adige qui s’étend, à la louche, dans un carré 800 mètres de côte, est de tracer le nez au vent, s’enfiler sous les passages couverts et revenir en arrière dès que vous vous retrouvez sur une berge. Simple.

reduc-450

reduc-450

Retrouver le balcon de Juliette…?

Facile, gros amas de touristes qui obstrue la rue… Pour vous remettre, un peu plus loin sur le même trottoir, la Pasticceria Cordioli4.

reduc-450

reduc-450

Bon, levez les yeux côté nord quand vous êtes dans la Piazza delle Erbe et déambulez autour du Palazzo Forti. D’étranges tombes perchées vous survolent…

reduc-450

reduc-450

Enfin, il y a également un grand nombre d’églises à visiter mais tout est payant, braves gens…! Optez pour un forfait si besoin…

reduc-450

Entre San Fermo (levez les yeux sur le plafond de bois, genre carène de bateau retournée), Sainte Anastasie et, surtout, Saint Zénon5, si, si…!

reduc-450

Cette église romane est un peu à l’ouest de la ville (600 mètres, le plus simple est de suivre la rive après le pont de briques, toujours côté Verona vieille ville) mais vous ne regretterez pas d’avoir fait le détour…

reduc-450

Pour finir, cette ville est très sympa (en comparaison avec d’autres spots touristiques), surtout le matin à la fraîche… Et mérite d’y revenir… D’ailleurs on y pense déjà…!

Bon, ceci n’est pas un guide de voyage6, juste une incitation à sauter dans le train…


  1. Via Carmelitani Scalzi 1 B&B Gheller 

  2. Via Daniele Manin 7, un Eurospar. Rappel, le pain se pèse ici. Et, si vous avez un filet à provisions, c’est mieux, les sacs plastique, c’est quasi fini… 

  3. Stadone Porta Palio 4, Gusto Piadinerie, à gauche en remontant cette voie vers le pont… Simple, efficace, bon. Peu de tables, c’est un comptoir de restauration rapide qui prépare sur le moment des Piadinas — selon vos envies, cuites dans le four illico — savoureuses… 

  4. Via Cappello 39. Pas de Roméo (hé oh…!) mais jetez une oeil sur la première vitrine réfrigérée en entrant à droite…! Une tuerie… 

  5. La basilique de San Zeno Maggiore, Piazza San Zeno 2… 

  6. Photos prises à l’iPhone et au Canon M… Lisez les EXIFs 

le 05/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Mon carnet de voyage sur iPhone…? Day One 2

Notes, clichés, géolocalisation et plus encore

dans ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | mémoire | photographie | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Les quelques lecteurs réguliers de urbanbike se souviennent (je les ai saoulés) que j’ai abondamment évoqué1 Day One 2. Ce billet revient — je pensais faire court, encore raté…! — sur quelques options pratiques pour créer de nouvelles notes dans Day One 2 et utilisées ces dernières semaines en conditions réelles, c’est à dire en balade…

Avertissement : Oui, nous avons eu parfois des soucis de synchronisation avec le serveur dédié de Day One 2 (si, si…!) mais, au risque de nous répéter (!), nous — ma fille comme moi — avons vécu ces interruptions sans stress aucun …pour trois bonnes raisons…!

  • Nous employons Day One depuis octobre 2011 et n’avons jamais perdu quoi que ce soit… Certes, jusqu’à présent…! Ensuite, 99,9 % de nos écrits sont déjà synchronisés sur ce serveur. Et également sur nos autres écrans…
  • Même en l’absence de connexion internet ou de synchronisation correcte avec le dispositif de Day One 2, nos iPhones2 conservent l’intégralité de nos textes et images. Ça va sans dire mais c’est mieux en le rappelant…! Dès que le dispositif de synchro fonctionne à nouveau, les éléments rédigés entre temps sont exportés vers leur serveur dédié. Puis, dès connexion, atterrissent à leur tour sur nos iPads ou Macs…
  • Enfin, la qualité du développement effectué par de Bloom Built, notamment par Paul Magne, le soin accordé à tous les détails nous semble être un gage patent de sérieux…

C’est notre avis, CQFD, et nous le partageons3…!

Au pire, il est reste toujours la possibilité — depuis Day One 2 — d’exporter tous nos journaux : relire urbanbike | Exporter un journal au format texte depuis Day One 2 sous iOS.

Non, le vrai problème serait de se faire piquer (ou égarer…!) un iPhone avant cette synchronisation. Mais là, cela ne dépend plus trop des développeurs, non…?!

Comment insérer des images dans son flux Day One…?!

Je n’ai pas exploité à fond toutes les options qui suivent dont la prise de vue depuis Day One 2.

reduc-450

  • À gauche | 3D Touch est disponible pour les iPhones récents et équipés de cette option. Du coup, très simple d’ajouter une photo, mieux de se servir de la dernière photo ajoutée dans l’album.
  • À droite | Une autre option est de passer par Day One 2

reduc-450

  • À gauche | Et, au lieu de choisir une image, appuyer sur Camera…
  • À droite | Ici une vue de mon écran sous Photoshop… Certes, pas de HDR ou de mode noir et blanc à la Provoke ⚑ mais c’est parfait pour des notes photographiques… qui seront géolocalisées.

Pour ma part, je n’utilise pas comme ma fille Day One 2 dans la journée… C’est dans la soirée ou le lendemain au réveil que je rattrape mon retard en allant piocher dans les images enregistrées la veille (ou les jours précédents) dans l’iPhone et, ce, depuis Day One 2

reduc-450

  • À gauche | La méthode la plus simple est de remonter en haut de la chronologie pour atteindre l’icône de l’appareil photo…
  • À droite | Puis de choisir dans les images de l’album (oui, on accède immédiatement à toutes les images de l’album du iPhone) la ou les images d’un moment notable… Pensez bien à appuyer sur Done (…l’application n’est pas encore traduite à 100 % en français mais chaque version apporte son lot de correctifs, notamment linguistiques…) pour valider l’utilisation des photos sélectionnées…

Ensuite, à vous de saisir le texte afférent. Ou pas…

Encore une option pratique, ajouter des images sans pour autant les commenter. De fait, la date de prise de vue de l’image de votre choix est employée pour ranger chronologiquement cette entrée dans votre flux… et, bien entendu, leur localisation…

Cette manière d’aller récupérer des images via Day One 2 est la plus évidente mais elle n’est pas la seule. Elle a d’ailleurs parfois un défaut, celle de planter (sans conséquences…!!) l’application (…enfin, la version que j’emploie).

Je lui préfère — de temps en temps — et pour une seule image une autre méthode, celle qui consiste à passer par l’album (…avec un seul risque, ne pas me rendre compte que j’ai déjà employé telle ou telle image…!)…

reduc-450

  • À gauche | Cette troisième méthode consiste à faire défiler mes images en plus grand format dans l’album (…plus pratique que les miniatures dans Day One 2) puis exporter l’image que je souhaite…
  • À droite | L’image étant sélectionnée, reste à envoyer vers Day One 2 (si l’icône Day One 2 est absente, cherchez dans cette rangée l’icône Autre, appuyez dessus puis activez Day One 2, positionnez même ce dernier en haut de liste si besoin est…)

Si aucune icône d’application ne s’affiche, c’est peut-être du au fait que vous n’avez pas sélectionné d’image…!

reduc-450

  • À gauche | En validant l’envoi vers Day One 2, iOS affiche une fenêtre dans l’album qui reprend quasiment tout ce dont vous avez besoin… Vous pouvez saisir un micro note (ou plus, si vous le souhaitez…), changer de Journal…
  • À droite | ici, j’opte pour le journal nommé Balades

reduc-450

  • À gauche | Vous pouvez ajouter de suite un ou plusieurs tags…
  • À droite | Une fois la fenêtre remplie (…ou pas, j’insiste sur le fait que vous pouvez aussi publier tel…), appuyez sur Publier

Généralement, il ne se passe rien…! Logique, l’opération s’est effectuée en arrière plan…

Je ne vous cache pas que cela ne fonctionne à tous les coups… Comme j’utilise des versions beta de Day One 2 et de iOS, je ne sais qui pose problème…! Aussi je signale ces dysfonctionnements aux développeurs…

reduc-450

  • Généralement, ça fonctionne et vous retrouvez votre entrée dans Day One 2 à sa position chronologique et, dans la page complète votre photo, le texte qui l’accompagne mais aussi une carte…

Photos ou Carte…?

Si la fonction recherche est très efficace — relire urbanbike | Pratique : les deux modes de recherche sur Day One 2 — j’emploie deux autres modes…

reduc-450

  • À gauche | A | Soit je recherche visuellement sachant que Day One 2 trie les images chronologiquement…
  • À droite | B | Soit je recherche par localisation sur une carte

reduc-450

  • À gauche | en zoomant sur la carte, j’isole peu à peu les images et retrouve le point approximatif de ma prise de vue…
  • À droite | Un appui sur la position de l’image permet d’afficher la note ; ensuite, un appui sur Épingle de la carte permet de revenir sur la carte…

à propos des trois icônes en haut à gauche de la carte, la première vous permet d’afficher une vue satellite, la seconde de retrouver votre position actuelle sur la carte, la troisième de circonscrire la carte à toutes vos photos enregistrées dans cette application…

Pourquoi j’utilise Day One 2…?

Ce qui précède est une illustration de quelques options de cette application qui ne sert pas qu’aux voyages ou aux journaux d’adolescents…! C’est au quotidien que je l’emploie et ceci explique mes divers journaux qui sont autant de dossiers d’écriture indépendants…

Je ne suis pas un expert, un gars qualifié pour m’exprimer en termes doctes et définitifs… Je ne suis qu’un simple utilisateur qui, à cet instant, a confié 3529 notes écrites + 1869 photos concernant 1428 jours à cet outil de traitement de texte.

En premier lieu, Day One 2 est un excellent traitement de texte Markdown qui peut recevoir des textes balisés en provenance de Drafts 4, iA Writer et bien d’autres applications… Ceci explique aussi pourquoi il est très rapide en synchronisation texte.

Ensuite, Day One 2 est devenu, au fil des années, une part de ma mémoire (…au même titre que urbanbike…!). J’y note des tas de choses tant personnelles (voyages, événements…) que pratiques, des réflexions plus techniques, des idées…

Très souvent je démarre ma note en mode brouillon dans Drafts 4 avant de l’exporter via une action x-callback-url dans Day One 2.

J’apprécie avant tout à Day One 2 de me simplifier la vie en employant ce dispositif ante-chronologique qui range immédiatement ma note, en y accolant des informations pratiques comme le lieu de l’image ou de ma note si elle est dépourvue de photo mais également une information météo, le nombre de pas que j’ai effectué à ce moment là depuis le début de la journée, etc. D’aucuns trouveront ceci inutile, superfétatoire… Libre à eux de le penser…

Day One 2 me permet de retrouver dans la minute des événements précis, me remémorer de la période où nous nous sommes rendus dans tel coin, telle situation. C’est tellement efficace que j’ai ajouté ultérieurement des infos qui préexistaient avant mon utilisation intensive de Day One 2.

Pour conclure, si je ne devais ne disposer que d’une seule application sur mon iPhone en dehors de celles proposées par Apple — et malgré mes usages quotidiens de produits comme Ulysses, Editorial, iA Writer, Drafts 4 et autres — ce serait, sans discussion possible4, Day One 2. Tout d’abord pour cet aspect traitement de texte Markdown avec support de TextExpander. Ensuite pour cette exploitation générale des EXIF de mes images… Je me répète, Day One 2 est un prolongement de ma mémoire…

Voilà, c’est dit…

Dois-je ajouter que j’apprécie l’élégance de cette application…? Son ergonomie…?


  1. Dans la case de recherche de ce blog, entrez Day One 2. Désolé pour le nombre d’entrées…! 

  2. Aurélia utilise un iPhone 4s et moi un iPhone 6s+, ces deux écrans sous iOS 9.3 

  3. Bien entendu que c’est une répétition… Pensez à changez de site si cette manière d’écrire vous déplaît… 

  4. Et même si je regrette de ne pouvoir utiliser un autre service comme DropBox, s’il me manque un mode nuit, etc. Ah, si : je rêve de la récupération des données de Moves… avec une carte de mes pérégrinations quotidiennes. Ou entre telle et telle heure de la journée, histoire de compléter mes notes par une carte de mes déambulations… 

le 01/05/2016 à 12:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iOS et sac à dos…

Voyager léger

dans ailleurs | grospod | groummphh | iOS | mémoire | photographie | pratique | voir
par Jean-Christophe Courte

…billet en mode partage d’expérience (…comme toutes les notes de ce blog), la mienne…! Pas un manifeste, une méthode (sic…!), juste la liste des trucs qui encombrent mon sac1 et mes écrans…

En résumé : plus j’avance en âge, moins me balader nécessite un bagage encombrant, ce qui est génial. Et l’une des clés tient dans une poche…

Dans mon sac…

Dans la ligne du billet précédent2, ce qui n’a quasiment pas changé :

  • Un Canon M3 de première génération avec un EF-M 22mm f/2 STM et une carte 64 Go, un chargeur4. Ce boîtier décrié par les spécialistes génère des fichiers de 18 MP au format RAW… Pas un foudre de guerre. Ça tombe bien, moi non plus
  • Un léger changement, mon sac de 20L5 remplacé par un 40L ventilé pour embarquer une poignée de t-shirts6 et autres changes…
  • Chaussures7 de randonnée pour crapahuter, bonnet8 et même filet à provisions9
  • Et une trois en un fatiguée10 avec polaire amovible qui sert de pull si changement de temps…

reduc-450

Ce qui a changé…? Un iPhone 6s+ en lieu et place du 5s…

Que mettre dans ces écrans…?!

D’ailleurs… iPad, iPhone ? Ou les deux…?!

Le 6s+ dispose d’une autonomie généreuse et sert, bien évidemment, de téléphone, d’appareil photo, de machine à écrire, etc. À un point tel qu’il peut remplacer un iPad. Mais au delà de trois jours, j’ai plus de mal…

Rappel des applications embarquées…

Depuis juin 2015, j’ai supprimé les prix des applications (sujet à fluctuations), réduit leur nombre…

Un forfait pour se connecter en Europe

J’ai opté pour le forfait de Free11qui me permet de me balader 35 jours par an sans surcoût (pas de Roaming). Consommant peu de data12 grâce à mes notes Markdown spartiates, je peux me restreindre aux 3 Go proposés dès lors en 3G à l’étranger.

Ensuite, dans les hébergements, il est possible de se connecter au wifi du lieu — en utilisant, ici et ailleurs un service VPN13 comme Hide My Ass! ⚑ — lire le billet qui suit urbanbike | Hide My Ass! | un VPN sur iOS, entre autres… — ou trouver une couverture 3G minmale en téléphone.

Un appareil photo

Certes, le paradoxe est d’emporter un M et un iPhone. Explication, seul ce dernier me permet d’exploiter des notes photographiques localisées dans Day One 2 ⚑.

Si l’application Appareil Photo signée Apple reste assurément l’une des meilleures, j’apprécie Provoke ⚑ que je conserve toujours à portée de main pour composer en noir et blanc14, ainsi que les modes HDR et LowLight+ de ProCamera ⚑.

À ce propos, de plus en plus souvent, j’utilise le HDR de ProCamera en lieu et place de celui d’Apple. Certes, pas question de faire des images à la volée avec un process qui utilise 5 images pour en réaliser une seule…

À portée de main, MaxCurve ⚑ pour du post-traitement tout en jouant sur les calques. J’apprécie d’enregistrer des modèles et les appliquer tels.

Dans un dossier séparé, Reduce ⚑ et deGeo ⚑ pour retraiter les images en terme de taille ou supprimer la localisation. BLACK ⚑ et Tinge ⚑ pour du post-traitement créatif. ScanBot ⚑ pour scanner des billets et documents en cours de route. Enfin fotometer ⚑ pour m’assister en Mode Manuel le M (si, si !).

Les horaires et plans des transports locaux

Une fois rendu quelque part, pas inutile de connaître les réseaux de transport en commun et leurs horaires même si je suis adepte de la marche. La part belle à Plans, à Moovit ⚑ et, plus généralement, à Transit ⚑ que j’utilise en Île-de-France.

Pour quoi pas une seule application…? Simplement les villes couvertes par ces apps ne sont pas identiques…

Des cartes mais pas que…

Tout dépend de votre manière de voyager… Mais souvenez-vous que Booking ⚑ — qui conserve vos réservations et offre une option pour vous y conduire — ou encore TripAdvisor ⚑ pour le choix d’une gargote peuvent s’avérer très pratiques avec les avis des autres voyageurs.

Autre solution, des ouvrages numériques comme SmartCity édités par Gallimard ou des guides comme ceux de mTrip Travel Guides.

Enfin, ne pas négliger l’application d’un loueur de véhicules comme Sixt ⚑ ou autre pour une modificaton de programme en mode opportuniste.

Et en ce cas, vous (re)découvrirez l’usage de TomTom Go ⚑, pour vous extirper d’une ville que vous ne connaissez pas…! Notez que cette application remplace TomTom Europe Occidentale.

Je n’oublie pas d’emporter un long câble de connexion + un adaptateur allume cigare à double sortie, une pince pour accrocher l’iPhone (et TomTom) sur la grille de ventilation d’une voiture de location15.

Un suivi d’itinéraires

Si Moves ⚑ reste un excellent produit de suivi de nos trajets, j’apprécie Routie ⚑ qui mémorise et conserve ces parcours pour moi seul, exporte ces derniers dans divers formats, ce qui justifie, à mes yeux, son coût.

J’ouvre une parenthèse : quand on se balade dans une ville, un plaisir est de se laisser guider par le hasard (si, si, de se perdre…!), prendre quelques clichés. En lançant Routie juste avant, vous retrouvez par la suite toutes les voies explorées et, de facto, l’itinéraire de votre pérégrination.

Prévisions météo

Celui qui a également changé ma vie est RainToDay ⚑ couplé avec un abonnement WeatherPro ⚑ qui utilise ce même compte premium.

Avoir des précisions à plus d’une semaine offre un certain confort pour programmer à la louche les visites des bâtiments les jours avec pluie et les balades urbaines les jours sans !

Autre application malheureusement indispensable, Plume Air Report ⚑ qui indique, voire avertit l’utilisateur du nouveau de pollution de l’air, à Paris notament.

S’organiser et gérer des alarmes

Voyager, c’est également des correspondances ferroviaires qui partent à telle heure, telle gare à attendre, etc. J’utilise Fantastical ⚑ sur iPhone avec des alertes que je programme avant de partir. Je le renseigne pour avoir toutes les infos utiles (lieu, heure d’embarquement, mais aussi numéro de siège, réservation, etc.) regroupées en un seul écran.

Captain Train ⚑ fait encore plus fort car il prévoit d’expédier un SMS avant embarquement. Cette fonction ne doit pas masquer que Captain Train est avant tout une très chouette agence en ligne pour tous les achats de billets de train en Europe (…et ça s’étend graduellement). Avec, pour certains pays comme l’Italie, des billets dématérialisés au format PDF. Mais c’est surtout la possibilité de faire des économies substantielles en décalant parfois son voyage d’une heure pour prendre un train au tarif plus léger.

Pour finir, je n’oublie pas GoodReader ⚑ qui me permet de stocker, lire, annoter tous mes PDF (billets dématerialisés, réservations).

Enfin, pour me réveiller en douceur et partir à l’heure, Réveil HD ⚑. A conserver, la nuit, comme application active…

De la lecture et des dictionnaires…

J’apprécie d’emporter des livres, ne fusse que pour passer le temps dans les transports. Si iBooks ou Marvin ⚑ font l’affaire, j’ai adopté Gerty ⚑ car il me permet de prendre facilement des notes de lecture puis de les partager ultérieurement.

Ne pas oublier des dictionnaires pour décrypter les indications dans la langue du pays, repérer les ingrédients dans les menus des gargotes de rencontre. Ainsi ce Français-Italien? OK! ⚑ et ses homologues. Mais parfois, les utilisateurs iOS oublient qu’ils peuvent également ajouter des dictionnaires, ceux d’Apple.

reduc-450

Pensez à essayer une application gratuite développée par MicrosoftTranslator ⚑ — qui permet de traduire dans une foultitude de langues vos questions mais, surtout, de les énoncer à voix haute avec l’accent.

reduc-450

Mais faire l’effort d’apprendre quelques mots, se lancer en ajoutant les mains et un grand sourire, ça marche pas mal… Voire trouver une langue commune pour dialoguer…

Nourrir un carnet de voyage

Même si Routie ⚑ permet de noter des infos sur un itinéraire et/ou de lier des photos, je conseille un véritable outil de traitement de texte Markdown comme Day One 2 ⚑ pour employer une photo emblématique et rédiger mes notes. Day One ajoute la localisation, l’altitude, conserve les infos météo du moment, affiche une carte et même le nombre de pas.

La nouvelle version permet même de créer nombre de carnets (jusqu’à 10) identifié séparement par une couleur et de placer jusqu’à 10 photos dans un même billet… Ceci au prix d’un changement d’habitudes, les données sont désormais synchronisées entre Mac, iPad et iPhone chez l’éditeur du produit.

J’embarque également Drafts 4 ⚑, Editorial ⚑, iA Writer ⚑ mais également Ulysses ⚑.

Drafts 4 comme outil de prise de notes Markdown en priorité. Je peux aisément exporter ces notes vers Day One 2 et donc nourrir mon journal de bord. iA Writer et essentiellement Editorial avec mes workflows habituels pour rédiger un billet à publier depuis l’iPhone. Ou encore poursuivre un récit dans Ulysses qui me permet, de plus, d’organiser mes projets par dossiers et feuillets (je n’insiste plus, génial).

Note de fin

Ne pas s’encombrer de trucs inutiles, virer les applications (…là aussi, c’est fou ce que l’on embarque, un conseil : si pas utilisé ou ouvert depuis deux mois, virer) qui ne sont pas nécessaires, faire de la place dans l’album photo après sauvegarde et avant de partir, histoire de laisser de la place pour toutes vos nouvelles photos.

reduc-450

Un dernier élément, pensez, si vous ne voyagez pas seul, à ajouter une prise multiple dans l’un des sacs.

Quant à la distribution d’énergie pour recharger vos précieux dans les trains, c’est… variable.

Voilà… Billet qui devrait être mis à jour et complété prochainement…

Bon voyage…!


  1. Je suis lucide. Avant de finir en mode déambulateur ou roulettes, tant que mes jambes le supportent, j’apprécie de me balader léger en ville ou sauter dans un train… 

  2. Ce billet s’appuie sur celui de juin 2015, urbanbike | TL!DR | Voyager léger avec un iPhone 

  3. Relire urbanbike | Le retour du M équipée du Canon EF-M 22mm f/2 STM. Le tout tient dans la main ou une poche de veste. 

  4. Cf. urbanbike | Recharger les batteries des boitiers Canon 

  5. Je possède toujours un petit sac vert acquis… il y a prescription, chez décathlon au litrage (hiips…!) de 20 litres. La version ventilée de 30L pour assécher mon dos me tentait. Mais j’ai préféré opter pour la version de 40L que je ne suis obligé de remplir de plus. Certes, pas d’une grande discrétion… rouge ! Dedans, des sacs en plastique, des sacs bulle pour protéger les éléments les plus fragiles… 

  6. Blancs, n’accumulant pas la chaleur et ne marquant pas trop les strates de transpiration…! On emmène toujours trop de choses et je rêve de vêtements rapides à sécher. 

  7. Routinier je suis, cf. urbanbike | Ecco | 1000 kilomètres à pied, ça use, ça use… 

  8. En mode vieux, la perte de cheveux rend la déperdition de chaleur nettement plus sensible par la tête. Ajoutez une paire de gants en polaires en fond de sac. 

  9. Le constat de toutes ces balades est que l’on a tendance à revenir plus chargé. Que les sacs en plastique se déchirent, ne sont pas écologiques. Le filet à provisions à mailles extensibles ne tient pas de place, s’adapte aux contenus bizarres et reste confortable sans scier la main qui le tient… 

  10. Cf. urbanbike | Ma veste tous temps… même si c’est aujourd’hui une The North Face, un modèle fatigué également qui ressemble à celui-ci

  11. Depuis 2012, cf. urbanbike | Le feu restant à l’orange, j’ai migré… 

  12. Je préfère la rumeur des villes, du vent, le bourdonnement des bêtes à ailes, le crépitement de la pluie… 

  13. Okay, garantir la sécurité de mes échanges avec un abonnement VPN. Cf. ZATAZ 

  14. …mais de moins en moins sur le champ, surtout dans des endroits que je ne risque pas de visiter à nouveau. Donc prise en vue en couleurs puis post-traitement dans Provoke, BLACK Tinge ou MaxCurve

  15. Rappel : tous les véhicules ne disposent pas d’une prise USB adaptée. 

le 17/04/2016 à 12:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?