Voyager léger avec un iPhone, Day One et iMoves

Mot d'ordre : ne plus se charger inutilement…
dans | ailleurs | écrire | iOS | mémoire | vieillir | voir |

Certes, j’ai emporté le Canon EOS M, mais il est clair que j’aurais pu (du…?!) ne me charger que du iPhone. Je ne regrette pas le M que j’ai employé exclusivement avec son 18-55 de série, optique reconnue dans lightroom.

J’y pense pour de brèves balades en solitaire quand le reste de ma tribu est au loin. J’ai un sac à dos léger qui va sur ses 18 ans (…un bel âge) et qui s’y prête bien, de quoi embarquer quelques t-shirts, un vêtement de pluie, du linge de rechange. Et un iPhone.

sans oublier une bonne paire de chaussures. Mes ecco ultra-légères et aérées m’ont soulagé de ma tendinite, j’ai pu ainsi galoper dans les villes escarpées sans trop grimacer.

Dans mon iPhone, quelques applications…

Côté application de prise de vue, celle signée par Apple et Provoke. Sans oublier, flickr pour poster quelques images quand le réseau est disponible.

Et basta.

Day One sur iPhone

Je l’ai déjà écrit, je suis un utilisateur inconditionnel de Day One qui me permet de commenter avec du balisage Markdown mes balades.

Fin juin, j’ai suivi le programme mis en place par ma compagne tant en termes de destination que d’hébergement. Et la période s’y prêtait merveilleusement. Juste avant le début des grandes vacances, alors que les étudiants planchent sur leurs examens, il est donc possible de baguenauder dans les villages sans être bousculé par des hordes de touristes…!

Le iPhone me permet de réaliser quelques images emblématiques des lieux rencontrés (ou situation annecdotique comme cet écran XP), reste à les utiliser ensuite comme autants d’entrées dans Day One.

@urbanbike

  • Soit je laisse juste l’image comme entrée sans texte et cela me permet de récupérer les infos de date, heure, localisation et météo
  • Soit je complète avec un bout de texte que je peux amender au fur et à mesure avec d’autres données (site internet, etc.)… Voire corriger les fautes de frappe ultérieurement en me relisant…!

Mieux encore, ma fille a réalisé des photos dans des endroits où je n’ai fait que prendre le temps de regarder (…ou, plus souvent pris des images avec le M), pas de souci : via Messages, nous partageons nos images, ce qui nous permet à l’un et l’autre de disposer de plus d’iconographie pour nos écrits…

L’un et l’autre avons, hors connexion, tapoté nos impressions mais nous avions nos iPads pour ce faire.

À la réflexion, le iPhone pourrait amplement suffire. Mais je reconnais qu’une version avec un écran un poil plus grand ne serait pas déplaisant pour ce type de déambulation. Avec une autonomie multipliée en conséquence…

— Météo, localisation en prenant en compte les infos de chaque image…

@urbanbike

— Une action facile… mais ne pas oublier le compteur de pas de l’iPhone 5 dont les informations peuvent être ajoutées globalement (en bas, à droite au-dessus de la carte) dans chaque billet…

@urbanbike

— Pour les circuits tordus, iMoves se charge de suivre mon parcours sans besoin d’expédier mes infos à un serveur et de produire, à ma demande, une simple carte…

@urbanbike

…Carte évidemment produite par iMoves GPS tracker avec les EXIF idoines et donc relue, reconnue par Day One.

Bon, et si je rédigeais un billet par village rencontré, histoire de partager quelques options de balade…? France, Italie…?

À faire dès que j’aurais un peu de temps…

@urbanbike

Mais sauvegardez bon sang !!!

Un petit ebook pour vous l'expliquer
dans | bosser chez soi | dans mon bocal | groummphh | lire | mémoire | outils | pratique |

Non, ce n’est pas un spécial copinage, je n’ai jamais rencontré Anthony ni fait le pèlerinage à Lyon pour rencontrer la secte de macg…!

Mais le propos de son petit opuscule - Sauvegardez ! - est un sujet très sensible qui, c’est bien connu, ne touche strictement personne.

Jusqu’au jour ou vous découvrez avec stupeur (…sa présence ne vous servira à rien… Pas plus que celle de stupéfaction !) que vous avez perdu des données essentielles.

Que ce soit un fichier (généralement clé, histoire quand même d’être plus pénible) ou un disque complet, c’est pareil, vous avez tiré le Mistigri…! Perdu…!

C’est ballot ET c’est trop tard

@urbanbike

Pour ma part, je suis un adepte de l’excellent SuperDuper! (point d’exclamation compris dans son nom) et admiratif du travail que fait Dave depuis des années.

@urbanbike

Ce produit m’a sauvé (…littéralement…!) plusieurs fois.

@urbanbike

Or, les règles de bon sens rappelées par Anthony sont simples à suivre, juste ne pas différer leur mise en place. Mettez vous immédiatement au boulot après l’avoir lu (ou là, de suite)…

Il ne sert à rien d’attendre un jour de plus en agitant votre patte de lapin fétiche porte-bonheur ou en vous signant trois fois de suite. L’esprit du Bad Bloc est imprévisible…!

Car le disque qui se met en rideau est fantasque, que dis-je, facétieux : il ne va rarement vous prévenir par un crouic-crouic-crouic. Il plante et voilà.

Depuis 1984 - relire mon ancienne chronique de 2001 -, j’ai eu des disquettes qui se sont faits hara-kiri (…et j’ai bien failli en faire de même tant nous étions alors coincés au niveau des deadlines client…), des DAT qui refusaient de me laisser retrouver mes précieuses données mais finissaient en zolis guirlandes brunes, des syQuest récalcitrants, des disques qu’il fallait frapper contre un mur après les avoir mis au frigidaire (et faire vite pour récupérer les infos). Je ne parle pas des chaînes SCSI avec ou sans bouchon pour connecter plusieurs disques durs ou périphériques, des CD-Roms qui boudaient telle marque de lecteur (snobisme de mauvais aloi). Par contre, jamais eu un souci avec mes disques Bernoulli Box (des 44 Mo puis 90 Mo dans les années quatre-vingt) qui furent ensuite remplacés par des Jaz (1 Go pour mon usage) et des Zip moins performants sacrifiés en 2005.

Bref, ayant vécu tout cela (galères et pertes de temps comprises), je ne peux que saluer la sortie de ce petit ouvrage pratique.

Ma propre sauvegarde en ligne est sur iCloud, DropBox, Box mais aussi (et surtout) sur HubiC, un système de sauvegarde encore perfectible proposé par OVH, et qui reçoit peu à peu tous mes fichiers RAW. Encore 1,4 To à transférer avec une ligne à petit débit…!

Le chapitre sur le choix des disques me fait penser que les miens sont arrivés à saturation (ras-la-gueule…!), raison de plus pour les changer et opter pour de plus grosses capacités…

Effrayé, alors cliquez sur Sauvegardez !…!

Thesaurus du potager sous lightroom | 3

Quels outils pour le construire…?
dans | ailleurs | dans mon bocal | mémoire | photo | potager |

Patience, patience, patience et quelques traitements de texte…! En gros, vous allez jouer de la tabulation et des {}… Mais comment ne pas se planter…?! Quelques copies d’écran en cours de saisie…

Du format .txt, un bon traitement de texte au départ, genre Byword

@urbanbike

Paradoxalement, Byword suffit amplement à la tache d’autant que vous pouvez ajouter en une fois autour d’une sélection de texte les fameux {} ou [].

Et surtout jouer avec les touches ^⌘ et les flèches ↑→↓← pour déplacer verticalement ou horizontalement un ¶ ou un ensemble de ¶.

Néanmoins, si cela devient compliqué…

BBEdit offre un lignage vertical qui correspond aux tabulations…

@urbanbike

Tree est un excellent outliner (on peut masquer et démasquer toutes les familles) et permet d’exporter en sortie en UTF 8 et au format .txt.

@urbanbike

Sans oublier sa botte secrète, une vue souvent pratique pour mettre en relation les infos (eh oui, l’aubergine, la pomme de terre et la tomate sont de la même famille…!).

@urbanbike

Bon boulot…

iMoves GPS tracker 1.0.7 disponible

Une application… à la carte ! Et muette…
dans | ailleurs | brompton | dans mon bocal | iOS | mémoire | pratique |

Bon, je me suis déjà exprimé sur iMoves GPS tracker qui a remplacé feu Moves sur mon iPhone. Aucun regret.

Pour mémoire, iMoves GPS tracker, gratuit pour des usages de moins de 15 minutes, ne balance aucune information à quelque serveur que ce soit, bon à savoir !

C’est, entre autres, ce point qui me l’a fait adopter car lors du rachat de Moves, les hésitations dans la communication des développeurs - liés désormais à Facebook - sur les utilisations (…ou non !) des infos filées à leurs serveurs ont eu raison de ma sympathie pour leur produit…! Absence de cohérence dans le discours, volte-face, c’est bon.

À l’inverse, les données enregistrées par iMoves GPS tracker sont conservées dans votre iPhone. Ce sont vos données et c’est uniquement vous qui pouvez les partager, soit par mail (via un fichier GPX), soit via une photo (avec EXIF inside)…!

@urbanbike

C’est d’ailleurs la création d’une carte (800 par 800 pixels) pour chaque parcours que je trouve pratique dans cette 1.0.7 (pas 1.7, JC, pas 1.7…), fonction que j’avais testé dans la version beta.

Du coup, chaque carte peut donner lieu à la création d’une nouvelle entrée dans mon journal de bord personnel qui tutoie les 2000 sur Day One et c’est époustouflant.

En effet, souvent je n’ai pas eu le temps de faire une image emblématique de l’événement que je souhaite retenir. Par contre, comme je lance iMoves GPS tracker assez régulièrement pour des parcours précis, je récupère en fin d’activité le fichier mais, surtout, j’enregistre la carte dans mon album.

Image du parcours qui me permet donc de créer une entrée dans Day One avec la date de début du parcours et sa localisation car iMoves GPS tracker modifie les EXIF de l’image astucieusement. Et je récupère du coup la météo et une adresse de localisation moins ésotérique.

C’est pourquoi je recommande chaudement iMoves. Je suis totalement accro à cette fonctionnalité.

Bref, à l’heure du big data, iMoves GPS tracker propose une alternative individuelle. Se souvenir que cette application a été développée par un gars en premier lieu pour son propre usage. Puis que c’est devenu après coup une app dans itunes.

Non seulement le dialogue est possible avec le développeur mais les ajouts effectuées entre la 1.0.6 et cette 1.0.7 sont exactement ce que j’attendais.

  • carte de parcours qui peut filer dans l’album
  • comptage des pas sous iPhone 5s
  • version en français !

Et d’autres petites choses…

@urbanbike

Dont des points intermédiaires avec quelques infos…

@urbanbike

L’export de la carte comme du fichier GPX est de votre responsabilité…!

@urbanbike

L’auto-pause fonctionne de mieux en mieux et je peux du coup conserver une liste de tous mes déplacements…

@urbanbike

Bref, j’ai désormais un outil de suivi de mes déplacements, une mémoire de poche que je suis le seul à utiliser comme bon me semble.

le plus simple, c’est de tester iMoves GPS tracker vu que son téléchargement est gratuit. Faites le tour du pâté de maison, un aller et retour à la boulangerie pour vous faire une idée avant de l’acquérir à prix d’or !!

Importer une carte dans Day One…

Suffit d’aller chercher l’image générée… Immédiatement les EXIFs sont reconnus…

@urbanbike

Reste à écrire la news (…de bon ou mauvais goût) qui va avec…

@urbanbike

Depuis cette capture d’écran, lu les résultats qui sont… bons.

Ensuite…?

Je pense que son développeur ne va pas s’arrêter en si bon chemin et nous proposer à terme un système d’enregistrement quotidien avec découpage automatique des parcours.

Si je me balade chez moi, iMoves GPS tracker sera capable de ne rien enregistrer. Mais des que je vais sauter sur mon vélo pour me rendre à la poste, passer à la boulangerie ou encore filer au potager du roi, tchaaaacccck lancer un nouveau parcours autonome.

Note de fin : Parfois, lorsque l’on exporte une carte d’un parcours vers l’album, cette dernière s’affiche inversée. Le plus simple est de fermer le parcours enregistré dont la carte est défaillante, d’ouvrir un autre parcours, de le refermer à son tour puis de revenir sur le parcours souhaité pour que l’application ait le temps de recalculer la carte le process. Rien de dramatique, juste un souci avec la gestion de la carte en appelant Plans, le bug semble lié à iOS.

Ouuuuuuuppps, j’avais écrit 1.7… Noooon, c’est la 1.0.7 (besoin de vacances…!!)

Editorial 1.1 sous iOS | 2

TaskPaper ? Pour faire quoi ?!
dans | dans mon bocal | iOS | mémoire | outils | pratique |

Il est clair que nombre de choses ont été ajoutées dont la format Fountain. Mais le plus spectaculaire est l’emploi de TaskPaper.

@urbanbike

De fait, Editorial vous propose plusieurs types de documents au moment d’en créer un nouveau. Il est clair que le Plain text ne m’intéresse pas. Mais Markdown (ou MultiMarkdown) et gestion de notes via TaskPaper, oui.

Prenez le temps d’apprivoiser cette gestion de tâches car la retrouver dans son traitement de texte est juste génial.

Et surtout, prenez le contrôle !

@urbanbike

Si j’adapte la méthode Rhône à la sauce TaskPaper, cela peut être d’autant plus intéressant que chaque info démarrant par @ peut être modifiée par vos soins et liée à un code couleur.

@urbanbike

Ensuite, si vous regardez la barre additionnelle de Editorial, notez qu’elle change sous TaskPaper. Un symbole @ est disponible, comme c’est bizarre…!!

Et puis c’est aussi le moment de se souvenir de TextExpander et de se créer ou non des équivalents ?!

@urbanbike

Bref, utilisez les codes couleurs de fond pour gérer visuellement les ordres de priorité et n’oubliez pas que vous pouvez ajouter plusieurs @tags par ligne.

@urbanbike

Ensuite, libre à vous de pondre un script sous TextExpander pour ajouter en sus la date de la note, etc.

@urbanbike

Attention, le cache de Textexpander reste persistant (mode sparadrap Capitaine Hadock) sous cette version de Editorial alors qu’il est bien remis à jour dans Drafts. Bug pénible car pas très pratique pour faire des essais de script…! Seule solution : créer un nouveau équivalent fictif qui force la mise à jour du set sur lequel vous bossez.

@urbanbike

Ensuite, réorganisez cette liste par un simple déplacement des items via la droite de l’écran.

@urbanbike

Seul le dernier @done ne doit pas être modifié car il va se mettre automatiquement en place si vous cochez la boîte en regard de la tâche à réaliser. Le fond de couleur va disparaître, montrant visuellement l’achèvement de la tâche.

Je vous laisse imaginer les options et détournements possibles d’une telle fonctionnalité, j’ai eu un peu de mal à m’endormir hier mais suis parti sur un usage adapté au cacochyme je suis désormais…!

Thesaurus du potager sous lightroom | 2

Et mes modèles végétaux ? Comment les identifier…?
dans | ailleurs | dans mon bocal | mémoire | photo | potager |

Comment faire pour se souvenir que la sauge de Jérusalem appartient à la famille des biiiiiiip (…damned, je l’avais à nouveau oublié…! Elle appartient à la famille des Lamiaceae…) au genre Salvia et se dit aussi en latin phlomis fruticosa.

Sauf que je n’ai pas de mémoire… Déjà, le vrai souci est de la reconnaître, de l’identifier…!

Plantae
    [Lamiaceae]
        [Salvia]
            Sauge officinale
                {salvia officinalis}
            Sauge
-cassis
                {salvia discolor}
            Sauge de jerusalem
                {phlomis fruticosa} 

Autant ajouter quelques autres types de Sauge que j’ai également photographié, sachant que je pourrais compléter ensuite la liste.

Quelques points de réflexion…

  • Si la structure ne change pas car bien pensée dès le départ, rien ne vous empêche d’ajouter de nouvelles données (dans le ficher texte externe) puis importer à nouveau le fichier… Si je rajoute de nouvelles variétés de Sauge, cela ne bouscule pas l’existant…
  • Attention néanmoins à bien réfléchir à l’usage aux balises de masquage [ ] sur les termes intermédiaires, masquage qu’il sera parfois difficle d’annuler surtout s’il y en a pas mal en cascade (…même s’il est possible individuellement d’agir dessus dans Lightroom mais corriger après coup nécessite par mal d’énergie).
  • Idem pour les balises de synonymes { } qui sont, certes, plus neutres car elle vont juste permettre d’ajouter des informations, pas que des synonymes. Je pourrais, par exemple, ajouter une info comme {toxique} à certaines plantes comme Datura.
  • Chaque arborescence doit imperativement conserver ses liaisons de base. Pas question de se dire après coup, tiens je vais aussi ajouter l’ordre ou la classe dans la chaine d’information, noooooon…! Pensez-y avant…
  • Enfin, toujours se poser la question des informations que vous souhaitez retrouver dans les EXIF de sortie
  • Plus ce billet avance, plus je me dis qu’il est un peu dommage de masquer des infos car si je me sers par la suite de mes tags dans un CMS comme Koken, l’idée est de facilement isoler sur le web les photos correspondnt à un genre ou à une famille…
  • Bref, c’est vous qui placez le curseur.

Penser à tous les cas de figure…

Comme je renseigne cette famille, je peux aussi ajouter ce que je trouve dans celle-ci… En gros, je prépare la suite…

rappel, ce billet s’écrit en même temps que j’avance, donc entre les infos visibles dans ce dernier et ce qui sera réellement déployé, un gouffre…!! L’idée est juste de partager cette expérience…

Plantae 
    [Lamiaceae]
        [Lavandula]
            Lavande
        [Mentha]
            Menthe
        [Ocimum]
            Basilic
        [Prunella]
            Brunelle
        [Rosmarinus]
            Romarin
        [Salvia]
            Sauge officinale
                {salvia officinalis}
            Sauge
-cassis
                {salvia discolor}
            Sauge de jerusalem
                {phlomis fruticosa}
        [Satureja]
            Sarriette
        [Thymus]
            Thym
        [Hyssopus]
            Hysope
                {Hysope officinale}
                {Hyssope}
                {Hyssopus officinalis L
.

Bref, j’en suis là quand je me souviens qu’au Potager du Roi, des variétés de pommes comme de poires, quelques wagons sont cultivées…!!

Et aux variétés dans une même espèce…

Mais prenons juste les figues… Figues que Louis XIV adorait (me too…!)

Plantae
    [Moraceae]
        [Ficus]
            {Figuier comestible}
            {Figuier commun}
            {Ficus carica L
.}
            Brunswick
            Bourjassotte noire
            Blanche d’Argenteuil
                {Blanche}
                {Blanche de Versailles}
            Dalmatie
            Dottato
            Figue d’Algérie
            Goutte d’or
            Grise de Saint
-Jean
                {Cotignane}
                {Grisette}
                {Coucourelle grise}
                {Célestine}
                {Cordelière}
            Madeleine des deux saisons
                {Angélique}
            Marseillaise
            Ronde de Bordeaux
            Sultane
                {Bellone}
                {Noire de juillet}
            Sonia Wolf
            Violette de Bavière
                {Bayernfeige Violetta} 

Ainsi, si je saisis comme tag en regard d’une photo de Figue le terme Blanche d’Argenteuil je vais avoir dans les EXIF ceci…

[Moraceae]
        [Ficus]
            {Figuier comestible}
            {Figuier commun}
            {Ficus carica L
.}
            Blanche d’Argenteuil
                {Blanche}
                {Blanche de Versailles} 

Sauf les termes entre crochets…

Les termes de Famille Moraceae et de type Ficus seront donc exclus mais pas les synonymes Figuier comestible, Figuier commun, Ficus carica L., le nom de la figue Blanche d’Argenteuil mais aussi Blanche, Blanche de Versailles.

@urbanbike

Vérification de l’export dans Média Pro

Choisir, c’est renoncer…!

L’intéret est de tout faire dans un traitement de texte en amont et en mode .txt. L’organisation se fait à coup de simples tabulations et c’est pourquoi j’ai pu aisément ajouter le genre que j’avais froidement zappé avant de me rendre compte qu’il était hyper important…

On apprend toujours de ses erreurs…!!

Bon, l’idée n’est pas d’être exhaustif mais d’ajouter dans cette liste les noms des nombreux mannequins végétaux qui acceptent de se laisser photographier…

Mais charge pour moi de me souvenir que ce truc jaune rigolo est bien de la sauge. Et que quelques mois, je sois encore capable de la repérer… Pas gagné…!!

Bref, le vrai souci, c’est moi…!

La récompense…? Mais ce sont les découvertes…!

Par exemple, comprendre que la famille Rosaceae va de la Spirée Van houtte aux Néfles en passant par les poires, les Framboises et les pommes…!

[Rosaceae]
        [Cydonia]
            [Coing]
                {poire de Cydonie}
                Cydonia oblonga piriformis
                Cydonia oblonga maliformis
        [Fragaria]
            [Fraise]
                {Fraisier}
                Gariguette
                Marascor
                Mara des bois
        [Malus]
            [Pomme]
                {Pommier}
                {Malus domestica}
                Kidd’s Orange Red
                Starkrimson
                    {Malus pumila}
                Ariane
                Golden
                Gala
                Reine des reinettes
                Belchard Chantecler
                Belle de Boskoop
                Granny Smith
                Rubinette
-Rosso
                Draps d’Or
        [Mespilus]
            Nèfle
                {Mespilus germanica}
        [Rosa]
            Cynorhodon
                {cynorrhodon}
                {gratte
-cul}
                {rosa canina}
        [Pyrus]
            [Poire]
                {Poirier}
                {Pyrus communis}
                Conférence
                Bon
-Chrétien Williams
                        Etc

Je vous laisse, j’ai encore plein de boulot…

@urbanbike

Exemple d’export conditionné par le choix des balises de masquage et vu ensuite par Média Pro… Solution de gauche comme montré tout au long de ce billet puis modifié par mes soins en définitive… On apprend, on apprend…!

Note de fin : Byword ou BBEdit sont excellents. Mais j’ai (re)trouvé mieux dès lors que ça commence à partir dans tous les sens…!

À suivre…

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Sans oublier…!

image

les liens vers des billets proposés sur…

image

cf. lien publié le 2014-07-20 20:15:33 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 13:27:50 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 12:24:55 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 07:43:27 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 18:52:35 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 12:59:51 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 12:55:42 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 11:48:24 GMT

En 2013, 288 millions de tonnes de plastique ont été fabriquées dans le monde, dont une grande partie finira comme déchet en mer. La mer Méditerranée est réputée la plus polluée par les déchets de plastiques.

cf. lien publié le 2014-07-19 08:51:55 GMT

Seelenkiste - allergutendinge

cf. lien publié le 2014-07-19 04:57:27 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 04:46:30 GMT

cf. lien publié le 2014-07-18 18:10:34 GMT

cf. lien publié le 2014-07-18 18:08:51 GMT

cf. lien publié le 2014-07-18 18:08:15 GMT

cf. lien publié le 2014-07-18 12:40:12 GMT

cf. lien publié le 2014-07-17 20:21:45 GMT

cf. lien publié le 2014-07-16 08:36:27 GMT

cf. lien publié le 2014-07-16 08:24:42 GMT

cf. lien publié le 2014-07-16 08:21:37 GMT

cf. lien publié le 2014-07-15 21:03:28 GMT

Ailleurs… | blogroll…
Follow me on App.net
image