Ingrédients pour une vie de passions formidables

Luis Sepúlveda
dans | ailleurs | lire | vieillir |

Escrituras en tiempo de crisis est le titre en espagnol de ces nouvelles parues en 2012 et traduites par Bertille Hausberg. Je comprends mieux ce que fut la vie de Luis Sepúlveda, un auteur que je ne connaissais pas, entre prison et exil.

« Un jour, quand ma fille était devenue adulte, je lui ai raconté qu’au milieu de la fusillade certains embrassaient une image pieuse mais moi j’embrassais une photo en noir et blanc où elle souriait dans mes bras et je me jurais alors que, si j’en sortais vivant, nous récupérerions tout le temps que je lui avais volé.
L’irrémédiable est la pire des certitudes.
Je sais que mes enfants ont souffert de mon absence à la sortie de l’école, quand il pleuvait et que les parents de leurs camarades les attendaient, le parapluie ouvert, la voiture bien chaude, un gâteau à la main. »

À 70 ans passés, il continue à dénoncer avec vigueur et ironie, ajuster ses coups, écrire de très belles chroniques qui pourraient aisément se lire comme autant d’articles de blog.

Mais le marché a gagné et cela ne va pas s’arranger. Ce point est à conserver en mémoire, un pour cent de cette planète contrôle l’existence des quatre-vingt-dix-neuf pour cent restants.

On devrait même évoquer les 0,01 pour cent pour être plus précis…! Les 0,99 % qui suivent ne sont que des courroies de transmission grassement payées, des exécutants achetés pour leurs capacités. Ces derniers participent au pouvoir, mais ne l’ont pas.

Bref, Sepúlveda n’y va pas de main morte, il rappelle avec précision et humour les situations (…sur l’Espagne notamment — page 63) mais qui le lit, qui l’entend…? Je devrais rapprocher ces chroniques engagées et toujours actuelles de la fin de l’émission Là-bas si j’y suis sur inter.

Même si les faits rappelés sont têtus, les indignations réelles et profondes, l’érosion de la part de marché fait son oeuvre… Qui écoute encore les vieux qui soliloquent (sic), vive le divertissement…! Même quand ils parlent d’amour (jolies pages) ou de vrai miracle de Noël…!

Au passage pour ceux qui n’ont pas encore décroché, page 60 démarrent trois pages sur “de l’importance de la bouche et des trolls”… Et page 77 un épatant “Mode d’emploi pour un 1er Mai gâché” en neuf pages drolatiques où l’auteur raconte son retour dans les Asturies depuis la Turquie. Si vous aimez les correspondances aériennes foirées, un monument…!

Du coup, envie de lire Dernières nouvelles du Sud, Le vieux qui lisait des romans d’amour ou L’ombre de ce que nous avons été. Une autre écriture que Francisco Coloane mais l’évocation du Chili souvent et, bien entendu, du Sud

Ingrédients pour une vie de passions formidables
Luis Sepúlveda
Métailié
9782864249504 | 16 €

image caddie

Ou sur iBooks

@urbanbike

Pour finir, cette dernière citation…

« Je ne sais pas si je suis, si j’ai été un bon père. Mais je suis sûr de ma tendresse pour mes enfants, j’ai toujours essayé d’être un ami sur lequel ils peuvent compter, un compagnon dans tout ce qui peut arriver. Et avec ça je suis en paix. »

@urbanbike

Vélos de course | Concepteurs de génie | machines de légende

Richard Moore et Daniel Benson
dans | ailleurs | lire | voir |

Il est clair que ce ne sont pas des vélos urbains qui sont décrits et montrés dans cet ouvrage sous toutes leurs coutures.

Si je ne suis pas trop fan de ce type de vélo— ni de l’équipement du coureur qui va avec, je reste fascinė par certaines machines exceptionnelles carrossées pour gagner encore en vitesse (…héhé, loin de mes 36 km/heure sur mon brompton…!).

Je pense au Laser de chez Cinelli avec ses roues pleines et aux motifs si graphiques ; au Trek et ses roues à flancs roses… Ou encore au Lotus 108 et sa roue Mavic 3G à l’avant, une lenticulaire à l’arrière…!

Très chouette bouquin qui liste avec gourmandise tout les grands et petits fabricants ce qui ont fait l’histoire du vélo de course ces dernières décennies, entre ingénierie et marketing. Des histoires prodigieuses à découvrir appuyées par une iconographie épatante.

Bouquin pour passionnés !

@urbanbike

Vélos de course
Concepteurs de génie | Machines de légende
Richard Moore et Daniel Benson
Préface de Bernard Hinault
Dunod
9782100707034 | 29 € | 352 pages quadri

image caddie

Note de fin : passage en mode calme amorcé

Mais sauvegardez bon sang !!!

Un petit ebook pour vous l'expliquer
dans | bosser chez soi | dans mon bocal | groummphh | lire | mémoire | outils | pratique |

Non, ce n’est pas un spécial copinage, je n’ai jamais rencontré Anthony ni fait le pèlerinage à Lyon pour rencontrer la secte de macg…!

Mais le propos de son petit opuscule - Sauvegardez ! - est un sujet très sensible qui, c’est bien connu, ne touche strictement personne.

Jusqu’au jour ou vous découvrez avec stupeur (…sa présence ne vous servira à rien… Pas plus que celle de stupéfaction !) que vous avez perdu des données essentielles.

Que ce soit un fichier (généralement clé, histoire quand même d’être plus pénible) ou un disque complet, c’est pareil, vous avez tiré le Mistigri…! Perdu…!

C’est ballot ET c’est trop tard

@urbanbike

Pour ma part, je suis un adepte de l’excellent SuperDuper! (point d’exclamation compris dans son nom) et admiratif du travail que fait Dave depuis des années.

@urbanbike

Ce produit m’a sauvé (…littéralement…!) plusieurs fois.

@urbanbike

Or, les règles de bon sens rappelées par Anthony sont simples à suivre, juste ne pas différer leur mise en place. Mettez vous immédiatement au boulot après l’avoir lu (ou là, de suite)…

Il ne sert à rien d’attendre un jour de plus en agitant votre patte de lapin fétiche porte-bonheur ou en vous signant trois fois de suite. L’esprit du Bad Bloc est imprévisible…!

Car le disque qui se met en rideau est fantasque, que dis-je, facétieux : il ne va rarement vous prévenir par un crouic-crouic-crouic. Il plante et voilà.

Depuis 1984 - relire mon ancienne chronique de 2001 -, j’ai eu des disquettes qui se sont faits hara-kiri (…et j’ai bien failli en faire de même tant nous étions alors coincés au niveau des deadlines client…), des DAT qui refusaient de me laisser retrouver mes précieuses données mais finissaient en zolis guirlandes brunes, des syQuest récalcitrants, des disques qu’il fallait frapper contre un mur après les avoir mis au frigidaire (et faire vite pour récupérer les infos). Je ne parle pas des chaînes SCSI avec ou sans bouchon pour connecter plusieurs disques durs ou périphériques, des CD-Roms qui boudaient telle marque de lecteur (snobisme de mauvais aloi). Par contre, jamais eu un souci avec mes disques Bernoulli Box (des 44 Mo puis 90 Mo dans les années quatre-vingt) qui furent ensuite remplacés par des Jaz (1 Go pour mon usage) et des Zip moins performants sacrifiés en 2005.

Bref, ayant vécu tout cela (galères et pertes de temps comprises), je ne peux que saluer la sortie de ce petit ouvrage pratique.

Ma propre sauvegarde en ligne est sur iCloud, DropBox, Box mais aussi (et surtout) sur HubiC, un système de sauvegarde encore perfectible proposé par OVH, et qui reçoit peu à peu tous mes fichiers RAW. Encore 1,4 To à transférer avec une ligne à petit débit…!

Le chapitre sur le choix des disques me fait penser que les miens sont arrivés à saturation (ras-la-gueule…!), raison de plus pour les changer et opter pour de plus grosses capacités…

Effrayé, alors cliquez sur Sauvegardez !…!

Grand cirque Taddei

Andréa Camilleri
dans | ailleurs | lire |

Un grand merci à l’amie d’enfance de Béatrice qui lui a offert ce bouquin que j’ai subtilisé aussitôt pour le dévorer.

Je suis un fan de Andréa Camilleri, cet écrivain italien qui va gaillardement sur ses 90 balais et qui continue à écrire plus que jamais. Je n’ai jamais été déçu par ses romans, policiers ou nouvelles.

Gran Circo Taddei est paru chez Sellerio à Palerme en 2011 et vient d’être traduit par Dominique Vittoz pour les éditions Fayard.

Comme toujours, tout se déroule autour de la ville de Vigàta, lieu imaginaire qui est un melting-pot de plusieurs villes du sud ce l’Italie.

Grand cirque Taddei est un recueil de huit nouvelles qui se situent lors de la période fasciste. Je ne vais pas vous expliquer quoi que ce soit (!!) car chaque nouvelle est un véritable bijou et pourrait fort bien se décliner en film.

Histoires tendres, hilarantes, truculentes, voire paillardes dans un milieu corseté et obeissant à une vision politique qui trouve chez nous quelques nostalgiques.

Il me reste la moitié des nouvelles à lire mais je me suis tellement amusé, détendu à lire les quatre premières (notamment celle du tailleur…) que je souhaite partager avec vous cet épatant remède à la morosité ambiante.

Bref, savoureux, drôle et ironique.

@urbanbike

Grand cirque Taddei
Andréa Camilleri
Fayard
9782213671826 | 19 €

image caddie

Et pour vendredi, apportez le livre demandé…

École, papier et référence éditoriale unique
dans | dans mon bocal | iOS | lire |

C’est un gag qui se répète cette année et cela est bien normal… Pour suivre certains cours au Lycée, il est préférable de partir d’un même texte.

Aussi le professeur indique à ses élèves qu’il leur faut se procurer tel titre de tel auteur chez tel éditeur.

Souci, seuls les premiers arrivés à la librairie sont servis de suite et les autres doivent passer commande.

Avec des parents qui ne sont pas toujours très rapides (moi), le passage dans ces vénérables institutions s’effectue tardivement et, du coup, les délais d’obtention de l’ouvrage sont encore plus longs…! Pire, pas certain que l’éditeur ait en stock le nombre surprenant d’ouvrages demandés…

C’est ici où le numérique rend bien entendu service (…si l’ouvrage est disponible — dans mon cas il l’est — et se retrouve sur mon iPad en 20 secondes). Il permet à l’élève de le lire bien avant le cours (…mieux, je peux aussi le lire simultanément…!!).

La question qui reste ouverte est :

  • quid du prof qui va se retrouve nez-à-nez avec un élève qui a son bouquin sur son iPhone (…à défaut d’oser venir en classe avec son iPad, ce que je déconseille même si je rêve de cela depuis la sortie de cette tablette)

L’élève lit bien le même texte (auteur très contemporain) et peut même ajouter des notes de lecture, surligner des passages qu’il retrouvera aussi sur mon Macintosh ou son iPad (et les exportera si besoin est)…

Pas d’encombrement (okay, l’édition demandée est un livre de poche), lecture confortable (je teste l’intégrale de Flaubert sur mon iPhone et c’est un régal… d’où une citation copiée/collée récemment) et un poids inexistant…!

Alors…?!

RFI, radio, actualités et blogs sous iOS

Sur iPad et iPhone
dans | ailleurs | dans mon bocal | écouter | iOS | lire |

Quand je n’écoute pas Inter, Culture, Musique ou TSF Jazz, je suis d’une oreille attentive le flux d’informations de RFI, Radio France Internationale.

Une manière de sortir des éternelles discussions franco-françaises et de regarder comment ça se passe ailleurs

@urbanbike

Note : il y a toujours une application RFI pure radio sur iTunes si besoin…

Avec la dernière version de leur application (2.1), tout peut se faire désormais sous iOS, sur le iPad de préférence mais pas que…! Ça fonctionne sur iPhone…

@urbanbike

C’est gratuit et disponible sur iTunes… N’oubliez pas le fil Twitter @rfi que je suis (aussi…!)

@urbanbike

Indispensable pour prendre du recul et entendre du français avec d’autres fréquences, d’autres accents…

Et des infos un peu moins rances que celles que l’on nous sert complaisamment à toutes les sauces…

@urbanbike

Parfois des photos qui se télescopent (celles du bas)…!

@urbanbike

La partie radio peut être masquée…

@urbanbike

Accès aux blogs spécifiques avec retour via le gros X rouge en haut à droite…!

@urbanbike

Du coup, facile de se balader dans leur grille d’info… De partager…

@urbanbike

…et même d’aller lire les billets originaux sur les sites qui sont mentionnés (ainsi, nos amis péruviens et colombiens peuvent venir en Europe trois mois sans visa, info découverte par leur biais…)

@urbanbike

Bref, c’est bien foutu et disponible en pas mal de langues (pour la radio, c’est 12).

@urbanbike

Mérite réellement une place sur votre iPad ou iPhone.

Bonne écoute…!

Notez que leur site Apprendre le français dispose aussi d’une application sur iTunes

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, notés sur…

image

cf. lien publié le 2014-07-24 15:57:10 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 15:51:07 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 15:50:35 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 14:59:27 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 14:52:58 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 11:28:08 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 20:15:33 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 13:27:50 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 12:24:55 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 07:43:27 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 18:52:35 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 12:59:51 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 12:55:42 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 11:48:24 GMT

En 2013, 288 millions de tonnes de plastique ont été fabriquées dans le monde, dont une grande partie finira comme déchet en mer. La mer Méditerranée est réputée la plus polluée par les déchets de plastiques.

cf. lien publié le 2014-07-19 08:51:55 GMT

Seelenkiste - allergutendinge

cf. lien publié le 2014-07-19 04:57:27 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 04:46:30 GMT

cf. lien publié le 2014-07-18 18:10:34 GMT

cf. lien publié le 2014-07-18 18:08:51 GMT

cf. lien publié le 2014-07-18 18:08:15 GMT

Ailleurs… | blogroll…
Follow me on App.net
image