Affichage publicitaire, urbanbike et liens…

Faire simple…
dans | dans mon bocal | groummphh |

mais on s’en fout, JC !

Malgré les quolibets, je prolonge le billet qui précède. Je ne sais pas si c’est un effet collatéral de la vague de chaleur, du passage d’un démarcheur à 13:10 (les gars qui n’ont toujours pas compris que la sieste, c’est sacré…! Ou que le prospecteur précédent, sympa, n’avait pas mieux réussi…) mais bon…

Or donc, j’étais sur le point de faire appel à fontawesome quand un excès de bon sens me rappelle que certains pictos sont déjà dans les typos .otf…

reduc-450

Bref, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple…?

Et de modifier un workflow écrit par Benoît pour Editorial

Du coup, les liens précédents (sans micro dîme pour urbanbike) sont facilement identifiés de ceux avec légère aumône (!!) comme ceux qui suivent :

Affichage publicitaire, urbanbike et réactivité…

Réflexions en passant…
dans | dans mon bocal | groummphh |

J’aime expérimenter des solutions même si la surprise est qu’il n’a pas de surprises.

Que ce soit LE dernier traitement de texte qui va enfoncer tous les autres et qui s’avère biiiiiiip …non, il n’a pas été évoqué ici et les trois mises à jour effectuées depuis ne m’ont pas plus convaincu…!).

Ou la publicité qui va - accessoirement – générer des revenus… Bon, 21 clics plus tard dont au moins 3 de mon fait, je trouve le dispositif intéressant sur un lien (…si je signale iThoughtsX dans un billet, un identifiant pour urbanbike est associé en fin d’url).

Par contre le mini tableau de 10 applications de traitement de texte que je recommande avec habillage de l’applestore m’agace car il met un certain temps à s’afficher …après l’intégralité du site heureusement.

Du coup, comme je reste le principal lecteur d’urbanbike, j’ai pris le temps de me réunir ce matin avec moi-même et, collectivement, à l’unanimité, nous avons décidé de supprimer cet aplat gris de la colonne de droite.

Seuls les liens vers des applications sont renseignés. Pour ne pas tromper le lecteur, je vais réfléchir à l’usage d’une info iconographique associée qui indiquera cet état de lien zurbanbisqueté. Libre ensuite à tout à chacun de cliquer… ou pas.

Certes, la pub est nécessaire sur de très gros sites mais sur un moustique comme urbanbike, c’est un peu dérisoire (sic !) même si l’idée est (?) sympathique.

reduc-450

Bref, voilà à quoi vous allez échapper dès publication de ce billet…!

Mise à jour de 14:05 : je pense à une signalisation comme ce qui suit… Editorial ⚑ (9,99 €) avec un petit drapeau tout simplement dans la couleur du lien et dans la typo de base.

Affichage publicitaire : de l’huile dans les rouages d’urbanbike…?

De la pomme avec modération
dans | dans mon bocal | groummphh |

Je ne reviens pas sur nos précédentes expériences, Prescrire ne sert à rien, il faut vendre. Il y a quelques mois, en discutant avec l’ami Benoît Pepermans, j’avais suivi son conseil : (essayer de) me réaffilier.

Sans succès. J’avais dû oublier un truc dans la procédure d’inscription (…la force de l’inconscient ou de l’acte manqué…!) et laissé tomber.

Avant-hier, je lis dans mon blog Apple favori cette info : Apple ouvre les précommandes de livres aux éditeurs et ça fait tilt !

Du coup, après avoir essayé à blanc iTunes Link Maker, je me suis décidé à demander à nouveau une affiliation en vue de ce que je suis en train d’écrire (…je laisse les quelques ami(e)s qui écrivent réfléchir…).

Ma première tentative de validation semblant foirer, je suis à deux doigts de renoncer quand je comprends qu’une seule info est marquée en rouge. En modifiant cette dernière, je valide en pensant obtenir une réponse en fin de semaine prochaine.

Mauvaise langue…!

Un courriel d’acceptation est arrivé dans Mail cette nuit. À moi les placards de publicité, les pages spéciales pour vendre montres, tablettes, iPhones… Ah, ah, ah !

Non, je plaisante (quoi que !).

…Mais il y avait parfois des liens sponsorisés dans urbanbike…?!

Oui, avec les codes de mes amis de MacPlus. Je viens de faire un recherche remplacement dans ma base SQL pour modifier les… 17 liens existants…

Dont acte.

Désormais, je vais essayer de couvrir les frais d’urbanbikette avec ces rentrées modestes. Puis envisager de racheter mon île en totalité ! Enfin… une carte postale de mon île…!

reduc-450

Note de fin : je reviendrais en temps utile sur cet agrément même si cela peut (sic…!) couvrir les frais de mon hébergement (…chez l’excellent Monarobase…), la prochaine mise à jour en 3.0 d’ExpressionEngine ou un renouvellement chez Gandi de ce domaine. Ou rien…!

Des messageries moins poreuses…?

Cryptage et compagnie
dans | bosser chez soi | dans mon bocal | groummphh | mémoire |

Vu la manière dont les choses évoluent (mal…!), il est temps d’analyser sa propre tripotée d’habitudes et d’outils, commencer à (essayer de…!) boucher les trous de nos passoires numériques…

Même si cela semble avoir peu d’utilité, autant freiner la curiosité de certaines officines et leur permettre de facto de justifier leurs émoluments !

Oui, j’ai décidé d’être taquin.

N’avoir rien à cacher n’empêche pas de ne pas les laisser traîner sur tous les coins du web sauf si on se décide à les publier comme j’essaye de le faire depuis des lustres via les sites mentionnés dans la colonne adjacente.

Le problème est que j’ai quand même des trucs à dire, écrire, transmettre, des pensées (géniales ou à la k…) à partager, des projets de bouquins, des bribes de vannes idiotes. Bref, je ne souhaite pas livrer aisément toutes mes pépites à ceusses qui me surveillent ! Si nos présidents ont été espionnés, pourquoi ne le serais je pas…?!

Du coup j’ai testé ProtonMail comme mes amis de Mac Plus — lire Focus : ProtonMail, la messagerie sécurisée — et Tutanota.

  • ProtonMail est un système bien foutu à deux étages : un identifiant + mot de passe pour accéder à la plateforme puis un second mot de passe pour accéder à l’interface de messagerie. Il faut s’inscrire et cela prend un peu de temps avant de recevoir un lien, patience.
  • Tutanota ne nécessite qu’un identifiant + mot de passe et cause français. Là, c’est immédiat. Et dispose déjà d’une application sous iOS.

Dans les deux cas, l’énorme plus est d’écrire et conserver vos mails sur chaque plateforme, de pouvoir les crypter avec un mot de passe différent à chaque fois, mot de passe qui servira à vos correspondants qui seront conduits à lire vos messages sur le même serveur.

Bien entendu, à vous de convenir d’un mot de passe chacun d’entre-eux et, surtout, de faire parvenir à votre correspondant ce dernier. Mais quelques idées simples sont à imaginer.

Il est clair qu’au niveau de la simplicité d’usage, Tutanota emporte la palme. Et c’est parfait pour des échanges que vous n’avez pas envie de partager. Néanmoins, 1password (49,99 €) sera vite indispensable car les mots de passe légers sont à bannir. Et surtout pour accéder à ces services…!

Si ProtonMail est moins simple à utiliser (double identification), il dispose d’une option assez sympathique, celle de supprimer l’accès à un mail envoyé à un correspondant si ce dernier ne l’ouvre pas dans un temps que vous définissez.

Ensuite, il est moins perméable à des visites car le mot de passe à votre base de mails n’est connu que de vous. En gros, si vous perdez la clé, personne pour vous envoyer du secours. Sauf demander à la NSA de venir déplomber votre partition, histoire de retrouver les ingrédients de votre recette de tiramisu aux fraises avec légère cuisson des blancs.

Plus sérieusement, c’est pas mal pour un chercheur qui bosse sur un projet et qui n’a pas trop envie de se faire piller son boulot, c’est intéressant pour communiquer des infos en vue d’une action en justice à son avocat, etc.

Il ne s’agit pas de remplacer tous ses mails habituels par ces services mais de les employer dans les moments où là confidentialité est essentielle. Inutile de basculer d’un excès à un autre.

Se souvenir que ces dispositifs permettent de conserver tous vos mails rédigés avec le service employé sur un serveur distant, sécurisé, comprendre non accessibles sur un ordinateur ouvert à tous les vents.

Oui, c’est gratuit au départ mais avec une taille de boîte limitée. Ensuite, si les solutions vous conviennent, cela aura nécessairement un prix.

reduc-450

Civilisation du déchet

Une invention récente…
dans | ailleurs | dans mon bocal | groummphh | mémoire | vieillir |

Avertissement : Pas mal du tout l’encyclique, fort agréable à lire. Bon, j’arrête la lecture quand François évoque sa propre boutique, mais je suis en phase avec ce qu’il écrit à propos de maison commune1. Ce pape a des convictions, ce n’est pas la première fois qu’il me surprend par ses prises de position radicales. Je suis même étonné qu’il ne lui soit pas arrivé de pépin tant il se fait d’ennemis…

Je reviens sur les déchets qu’il évoque2 dans ce texte. Cela me rappelle que je viens de passer près de deux ans à vider une maison qui en était remplie.

  • Mais ce sont des souvenirs de toute une vie, rien à voir, JC !

J’entends. Il faut juste m’expliquer pourquoi conserver un grille-pain en état de marche et neuf autres en panne entassés par ailleurs, le tout à l’avenant. Certes, nous avons tendance à accumuler3 des tas de trucs qui, finalement, ne resserviront jamais.

Au lieu de les laisser devenir déchets, autant les recycler4 au plus vite, les réparer ou donner ce que l’on utilise plus.

Je me souviens, tout gamin à Orléans chez mes grands-parents paternels, de la modicité de leur poubelle. Oui, vous avez bien lu, de leur poubelle que l’on sortait une fois par semaine.

Certes, la période de la guerre était encore dans les mémoires et l’électricité un progrès récent. Mes grands-parents disposaient d’une vieille Juva 4 conduite par ma grand-mère, ce qui lui permettait de se rendre au marché central tous les matins pour y travailler alors que l’âge de sa retraite était largement entamé. Et revenir avec des cageots d’invendus de fin de marché, de fruits blets, de parts de fromage improbables, de talons de jambon5

Mon grand-père recyclait le maximum dans une cuisine goûteuse et roborative, les fanes (…le vert que les gens laissent trop souvent de côté…) devenaient s’intégraient dans une tourte aux herbes, une omelette, une soupe, etc. Le reste des végétaux et autres coquilles d’œuf étaient compostés au fond du petit jardin.

Par ailleurs, les cagettes en bois, le papier6 entretenaient l’unique poêle de leur logis, les pots en verre trouvaient un nouvel usage, Les bocaux vivaient plusieurs existences, confitures une saison, légumes une autre. Bref, dans les années soixante (zut, cela ne me rajeunit pas…!), on ne gâchait pas, on recyclait, on réparait, on échangeait.

La vie était modeste : pas de connexion internet mais balades en solitaire dans les venelles à vélo ou retrouver les copains dans les terrains vagues7. Sans oublier les pique-niques dominicaux en famille sur les bords de Loire… avec récupération des pissenlits pour la soupe ou la salade du lendemain.

Bref, ceci pour dire qu’un juste milieu entre ces deux modes de vie (le nôtre et celui d’avant-hier) doit être possible. Reprendre le temps de vivre au lieu de passer sa vie à accumuler…

reduc-450

Et avoir le temps d’admirer les fleurs sauvages qui s’épanouissent entre deux morceaux de trottoir


  1. Dès le point 17. 

  2. Voir le point 21. «Il faut considérer également la pollution produite par les déchets, y compris les ordures dangereuses présentes dans différents milieux. Des centaines de millions de tonnes de déchets sont produites chaque année, dont beaucoup ne sont pas biodégradables : des déchets domestiques et commerciaux, des déchets de démolition, des déchets cliniques, électroniques et industriels, des déchets hautement toxiques et radioactifs. La terre, notre maison commune, semble se transformer toujours davantage en un immense dépotoir»

  3. Les mois prochains vont être utilisés à faire le tour de mon propre logement et extraire, virer ce qui est inutile même si nous avons déjà commencé à trier. Nous avons donné (ou cédé à vil prix à des personnes qui en ont l’utilité…) pas mal de choses en accord avec nos enfants. 

  4. D’autant qu’il existe des ateliers de réparation, pour mémoire, André m’avait engueulé, je reviens sur ce billet à propos des Repair Café 

  5. Nous continuons ces pratiques, l’astuce étant de transformer tout de suite ce qui est à maturité, défraîchi voire un peu… attaqué…! 

  6. Époque bénie où les emballages plastiques étaient rares, où des poches en papier suffisaient à transporter les éléments en vrac, etc. 

  7. Ça n’existe quasiment plus…! 

Pourquoi utiliser plusieurs traitements de texte Markdown…!

Pourquoi choisir…?
dans | dans mon bocal | groummphh | iOS | outils | vieillir |

Hier, Drafts 4 comme Editorial ont été mis à jour. Deux excellents produits. Le premier me permet de rédiger des notes, des bribes d’articles qui seront ou non repris dans un billet pour urbanbike ou MacPlus. Le second de finaliser confortablement ce dernier.

Bien entendu, le lecteur de passage trouve mes superlatifs excessifs. N’a t’il pas lu sous mon clavier des termes aussi chaleureux pour Ulysses for iPad ou Day One ?! Pour Byword, voire encore iA Writer ou Nebulous Notes. Et se dire que manifestement l’auteur de ces lignes n’a pas d’avis tranché.

Erreur ! Ce sont tous des traitements de texte Markdown !

Aussi vais-je tenter une métaphore qui ne fonctionnera que pour ceux qui ont l’habitude de démarrer leur journée par un petit déjeuner roboratif.

reduc-450

Même si j’engloutis à petites gorgées un bol de café éthiopien au réveil, il est hors de question de ne pas l’accompagner de tartines grillées nappées de beurre et de confiture.

— là, j’entends les Heu, JC, le rapport avec les traitements de texte ?

Chaque matin, la question est grave : quelles confitures vont me permettre de démarrer la journée…!?

Bien entendu je galeje mais je ne vois pas consommer de la confiture d’abricot ou de fraise tous les matins !

Hier, j’ai trouvé de la prune et de l’arbouse mais est-ce à dire que je renonce aux clémentines de Corse ou au coings en morceaux, au subtil mélange figues-noix…?

Hier j’ai eu plaisir à employer Editorial. Ce matin, j’écris cette amorce de billet sous Drafts 4 mais j’ai egalement jeté un œil sur la bêta de Ulysses for iPad après avoir attendu que TestFlight se décide à me la délivrer.

Voilà ma réponse.

Chaque traitement de texte Markdown a une saveur, des qualités différentes. Si je veux démarrer un texte au kilomètre, iA Writer. Le structurer d’emblée, Daedalus touch ou Ulysses for iPad ; ajouter des infos de l’Apple Store sans perdre de temps, Editorial ; noter un événement personnel, Day One… ou prendre une note, DropBox… me relire avant de poster, Byword.

Comme mon texte est du .txt nappé de Markdown, pas de souci. Mieux, relire son texte saisi dans Drafts 4 dans Editorial me permet de réviser ce dernier.

Mais chaque matin j’hésite entre figue, cerises noires, rhubarbe, coing (en morceaux), pastèque, citron vert, églantine, melon (sans se le prendre !) et bien d’autres…

reduc-450

Dernier point : écrivez vous toujours avec le même crayon ou stylo ?!

Bon, je sais que certains utilisent un modèle de stylo, consomment une variété de confitures, employent un unique traitement de texte. Je n’ai pas à les juger.

Hop, ping-pong avec ma princesse…

Quid des raccourcis ? | 552° épisode…

Si…
dans | dans mon bocal | groummphh |

Si, si…

Ils sont revenus…!

reduc-450

Oui, ils sont revenus (et chassés aussi sec…) sur mon Mac et sous iOS

Sous iOS, mon massacre de ce matin n’a pas été (gros soupir…) efficace… Je viens de jeter un oeil dans les préférences de mon iPad et… Ahhhhhhhhhhhhhhh…! Aussi…

Cher zapple… j’adore tes produits que je consomme depuis 1984 avec un égal plaisir… Mais, vois-tu, comme dans toute relation de longue durée, il y a un moment ou certains comportements de l’être aimée (sic !) commencent sérieusemement à devenir cause de conflit(s)…

Là, à me remettre perpétuellement tes raccourcis à nouveau dans mon système comme une série de nains de jardins sur la pelouse, c’en est trop… j’ai beau les balancer à la benne, les piler, les faire sauter un à un… tu t’obstines à les re(re, re, re)mettre en rang d’oignon…! J’en ai marre…

Appeulounnet, ça va barder…! J’espère que El Capitan (quelle idée ce nom de système…!) va nous remettre tout ça vite vite propre en ordre comme on dit de l’autre côté des alpes…

Sinon…? Sinon, je songe au divorce, à céder aux avances de Windows ou de Androïd…!

Ton JC…! De très mauvaise humeur…

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Lire les contributions… | d’urbanbike sur

image

Trouvé sur le net, noté sur…

image

cf. lien publié le 02/07/2015 à 11:56

cf. lien publié le 02/07/2015 à 11:53

Man Simplifies into Off-Grid Micro Cabin Life in California

cf. lien publié le 01/07/2015 à 22:15

cf. lien publié le 28/06/2015 à 15:45

cf. lien publié le 27/06/2015 à 16:15

cf. lien publié le 26/06/2015 à 13:19

cf. lien publié le 26/06/2015 à 13:18

cf. lien publié le 26/06/2015 à 13:16

cf. lien publié le 25/06/2015 à 21:46

cf. lien publié le 25/06/2015 à 19:52

Urbanbike est hébergé par…

image
image
Follow me on App.net
image