Un sein ou une paire de fesses et c’est la régie qui s’offusque…

Ça manque totalement d'adsense…!
dans | dans mon bocal | groummphh |

C’est dans ces cas là où je suis heureux de ne pas avoir de pub. Okay, cela me coute1 un bras mais pas de censeur impérial qui coupe soudainement les Google Adsense pour cause de…

  • scènes de nudité intégrale ;
  • images, vidéos ou jeux à caractère pornographique ;
  • dessins animés ou bandes dessinées pornographiques.

Notez qu’on les cherche encore sur MacPlus mais l’algorithme du grand manitou de la publicité mondiale a frappé…!

C’est bien connu, depuis 1997 MacPlus est un repaire de sybarites et de pornographes notoires… Si, si, j’écris pour eux…

Bon, Apple est moins borné vu que la fameuse couverture qui provoque l’ire Googlesque est parfaitement visible sur iTunes.

Notez que cette couverture est également visible sur le moteur de recherche de… Google… Jésus, Marie, Joseph…!!

Cherchez La Femme Bénédicte Martin…! Et, mon dieu, mon dieu, mon dieu… écartez les têtes blondes de l’écran…

Bref, cette décision est affligente et d’une hypocrise crasse qui va bien avec l’air du temps et du grand rétro-pédalage moral en cours.

Une formule comme Il est interdit de diffuser des annonces Google sur des pages dont le contenu est réservé à un public adulte ou averti. Cela concerne tout contenu fétichiste ainsi que les sites faisant la promotion d’accessoires sexuels… vous empêche quasiment de mettre une photo d’une statuaire de Maillol ou de Rodin pour illustrer votre propos… Trop osé…!

  • Merci à tous ces pères et mères la pudeur numériques2. Un conseil, évitez de vous rendre dans un musée comme le Louvre…! Heureusement, pas de souci pour les chaines d’infos en continu qui nous repassent en boucle des vidéos tout public (sic…!) à gerber…

  1. Ce site est gentiment sponsorisé par ma pomme comme expliqué ici… 

  2. Mise à jour : Étonnant cette concomitance et ce patienter 48 heures… 

Sur l’écran noir de mon iPad… | 1

Editorial
dans | dans mon bocal | écrire | groummphh |

Dans la liste des outils qui se transforment, qui s’améliorent pour notre plus grand plaisir, hormis Ulysses for iPad, il y a Editorial qui est en cours de refonte.

Je comprends parfaitement que ce rappel incessant à des outils Markdown puisse lasser prodigieusement certains lecteurs légitimement fiers de manipuler correctement leurs outils bureautiques et la myriade d’icônes associée.

Vous êtes devenus les champions de Word ou de Pages, vous en savourez chaque parcelle et, paf…! Ce perfide rédacteur d’urbanbike vient vous expliquer que ces chouettes outils bureautiques sont, certes pas mal, mais peu adaptés à l’écriture.

Comme une très grosse envie d’écharper sans autre forme de procès l’empêcheur de tourner en rond !

Pour l’avoir moi même ressenti naguère, je connais le plaisir de connaître sur le bout des doigts toutes les options d’un Microsoft Word ou d’un Adobe indesign1. J’ai souvent ragé de ne pouvoir coupler sous OSX mon fidele FileMaker Pro avec une version adaptée de Adobe FrameMaker au dernier OS de mon Macintosh. Les dieux du marketing en ont décidé autrement et cela a été la remise en cause d’une large partie de mon activité.

Aussi, j’imagine fort bien la déception de tous ceux qui viennent de maîtriser l’enchaînement de deux styles, la connaissance des principaux attributs de mise en forme des styles paragraphes et caractères…! Bien sûr que c’est utile dans le cadre de la mise en forme d’un flux de texte lors d’une mise en pages sous Indesign.

Mais pour écrire…?!

Trop souvent nous nous perdons à régler des options assez techniques au lieu de nous préoccuper de l’essentiel, ce qui sort de notre tête ! Comment nomme-on cela ? Procrastiner…?!

J’aspirais aussi à trouver un outil axé sur l’ecriture et non la mise en forme de mes textes.

WriteRoom a certainement été le premier produit (sous Mac en 2006, relire ce billet) à me faire toucher du doigt la différence entre un super outil de mise en forme comme Word et le fait de me retrouver exclusivement face à un écran pour ne faire qu’écrire. Et rien d’autre…!

Plus de distraction, plus de perte de temps en mise en forme de la martingale idéale de styles, plus de jeu sur la gestion des niveaux titre. Un écran noir, aucun menu alors. Que mes pensées qui se projetaient sur cet écran et un clavier.

Avec l’iPad, c’est encore une autre partie qui se joue ici.

Pas besoin de clavier externe même si cela est disponible, juste un clavier qui s’inscrit sur l’écran avec sa barre additionnelle de qualité, manque juste une touche Fwd delete que j’ai rajouté dans les bookmarks du menu haut de Editorial

TextExpander et TaskPaper à nouveau opérationnels, je trace ma route2

reduc-450

Merci Ole.


  1. J’ai même du écrire des bouquins sur chacun des outils… 

  2. Entre Ulysses for iPad, Byword, Editorial, Drafts 4, iA Writer et Daedalus touch, comment voulez-vous que je m’ennuie… 

2015, traitements de texte et iPad…?

Editorial mais pas que…
dans | dans mon bocal | écrire | groummphh | mémoire | vieillir |

Pour mémoire, « l’iPad n’a aucun interêt, c’est juste un écran de consultation. »

Je me souviens de ces petites phrases assassines prononcées par quelques experts autosuffisants lors de l’annonce du iPad en 2010. Je me souviens des jeux de mots sur son nom, le mépris qui a accompagné ses premiers pas.

Aujourd’hui en 2015, nous avons la chance de suivre le développement d’une belle brochette de traitements de texte qui font assaut d’intelligence et de réflexion pour nous permettre de nous dépasser sur cet… écran de consultation.

Je n’ai aucune nostalgie vis à vis de mes anciens outils, que ce soit la composphère IBM sur laquelle j’ai brisé mes ongles une décennie durant. Ou encore la grosse machine à écrire orator qui ne servait qu’à ajouter des titres aux slides et qui déplaçait la table à chaque retour chariot.

Ma machine à écrire en 2015 n’a pas de touches, pas de papier, pas de ruban, une autonomie de folie. Elle est légère, réactive, multi-claviers et se joue de balisages exotiques.

Après Ulysses for iPad qui arrive dare-dare au niveau de Ulysses for Mac, après Drafts 4 qui s’avère encore plus essentiel pour prendre des notes, après Day One qui poursuit sa mue pour devenir un épatant traitement de texte, voici Editorial qui s’enrichit à son tour d’une flopée d’options confortables.

Et je n’ose imaginer ce qui mitonnent les développeurs de Byword, TextCenter, iA Writer Pro (…je lui préfère encore et toujours iA Writer), Nebulous Notes ou encore 1Writer, voire Daedalus touch.

Écran de consultation, quelle blague quand même !

Mon iPad est devenu mon plus fidèle confident, pas une note ne lui échappe, de jour comme de nuit, à la maison ou en balade.

Sa capacité à expédier mes fragments sur iCloud ou DropBox, à les partager entre toutes les applications citées me permet de changer d’environnement selon mes humeurs.

Bien entendu, il manque encore des pièces dans ce puzzle mais ce qui est amusant est de savoir que ces pièces s’écrivent, se codent, se déploient…

2015 s’annonce bien…

…Tu sais que tu deviens vieux | 14

Quand tu vois partir ceux que tu lis…
dans | groummphh | vieillir |

En février 2013, Anne m’avait écrit ceci depuis son iPad à propos des barres additionnelles et de Markdown

Nous n’étions pas d’accord mais cette femme directe et précise argumentait avec talent. Aussi, j’ai conservé sa démonstration.


Cher Jean-Christophe,

je connais Daedalus, que j’avais acheté sur vos conseils je pense, mais dont je n’ai jamais rien pu faire. Ça ne convient pas à ma manière d’écrire. La barre supplémentaire ne présente que peu d’intérêt pour moi, ce que je veux, c’est précisément ce qu’offre iA Writer. Des accents à portée de main, plus quelques autres signes. Ça me permet de ne penser qu’à ce que j’écris. De devoir me dire (même en très abrégé) dans ma tête «maintenant-je-change-de-clavier» ou «maintenant ne pas taper, mais glisser» pour avoir un accent ou un signe typographique usuel comme l’apostrophe, ça me coupe le flux. J’ai appris la dactylo avec dix doigts à quatorze ans, c’est intériorisé, je n’ai plus besoin d’y penser, c’est la condition sine qua non. Voilà pourquoi je n’utiliserai jamais Markdown avec un de ces programmes. Tous les chichis, je les fais plus tard avec Nisus (qui est déjà infiniment plus simple que Word). Ce que je veux avec un traitement de texte, c’est qu’il écrive – comme une machine à écrire, rien de plus, juste avec moins de fatigue. Sur le Mac, je dois dire que la largeur de la fenêtre, même sur le Air 11”, fait que ce qu’il y a autour ne me dérange pas. La palette à droite du texte me permet de faire les formatages simples d’un clic, ça me va très bien. Sur l’iPad par contre, où la place est plus mesurée, dans tous ces traitements de texte il faut réfléchir, faire des apprentissages dits simples mais qui sont assez complexes et ça me trouble.

Un mot enfin pour TextExpander: c’est la même chose. Si je dois me mettre à penser à ma liste d’abbréviations, je suis fichue. Je comprends que cela puisse être très utile à un dyslexique. Pas à moi.

J’ai jeté un oeil à Nebulous. Dommage qu’ils n’aient pas mis quelques lettres accentuées au lieu de certains signes qui font à mon avis double emploi. Cela dit, ce n’est plua le “machine à écrire” voulue par Oliver, c’est un traitement de texte sophistiqué.

Amitiés.

Anne

Voila, je trouve sympa de partager ce texte dans ces circonstances. Un unique regret, ne l’avoir jamais rencontrée… Salut Anne.

Coup de gueule : les raccourcis indestructibles iOS / OS X

MacPlus.net
dans | dans mon bocal | groummphh | iOS |

À l’image du sparadrap du Capitaine Haddock, les Raccourcis ou l’éternel retour…! Coup de gueule : les raccourcis indestructibles iOS / OS X… ou le retour sur un problème récurrent, souvent évoqué dans urbanbike et encore loin d’être corrigé…

reduc-450

Quelques semaines avec l’iPad Air 2

Génial mais…
dans | dans mon bocal | écrire | groummphh | iOS |

Après une vingtaine de jours de tête à tête, je peux l’affirmer sans réserves, cet iPad Air 2 est un véritable délice au quotidien1. Réactif, j’ai redécouvert les applications de retouche d’images qui ramaient joyeusement sur mon fidèle iPad 3 désormais utilisé par ma fille (gestion familiale de l’obsolescence dans ma tribu).

Je continue, bien entendu d’employer, pour écrire, nombre de traitements de texte Markdown et il m’est impossible d’oublier iOS dont la dernière version avec ses touches prédictives est simplement un “must” même si…

Mais poursuivons…!

Cet iPad est entouré d’une coque Apple en cuir, ce qui lui permet de reprendre un peu d’épaisseur. J’ai besoin d’écran large, des bords tout aussi larges pour poser mes pouces et de ce surcroît d’épaisseur.

Touch ID, simplement génial

La principale avancée, hormis la célérité des éléments embarqués, réside bien dans le déverrouillage avec reconnaissance d’empreinte. Et surtout le fait de pouvoir ouvrir 1Password de la même manière, de plus en plus d’applications à vrai dire.

Du coup, cela est d’un grand confort même si cela ne dispense pas l’utilisateur de se souvenir de son mot de passe principal.

Écran splendide

Pas réellement un plus quand on a déjà utilisé un iPad Retina mais la qualité du iPad Air 2 saute aux yeux. Confort de lecture et meilleure gestion de la luminosité à mon avis…

Alors, heureux ?

À vrai dire, non. Et — en partie — de ma faute.

reduc-450

J’avais basculé naguère mes équivalents clavier dans le dispositif proposé par Apple, les Raccourcis qui sont partagés par iCloud.

Je m’arrache mes derniers cheveux en essayant de les supprimer vu que TextExpander est toujours actif et se gère, lui, sans souci.

les Raccourcis qui ne se retirent pas et ne se modifient plus…!

Pour résumer, mon seul ennemi n’est pas la finance (sic !) mais le retour sournois de ces Raccourcis à la mode Apple.

reduc-450

Le changement de système n’a en rien réglé ces retours intempestifs. J’ai du supprimer mes très (trop) nombreux équivalents claviers une bonne quinzaine de fois. Une des dernières fois simultanément sur le Mac, l’iPad et l’iPhone. J’ai même tenté les suppressions partielles, en me disant qu’à doses homéopathiques… Ben non…!

Jusqu’à présent, fiasco complet2. Encore ce matin et cet après-midi.

…et spécifiquement sous iOS

En effet, au moment d’écrire ses lignes, un retour dans les préférences m’a, une fois de plus, démontré que mes dernières tentatives n’avaient pas abouti. Plus grave, il y a un effet yoyo : je vérifie, ah, page vide de Raccourcis. Je reviens 30 minutes plus tard, paf…!

Plus grave, cela touche essentiellement l’iPad et l’iPhone.

Je relance encore et toujours l’opération, supprimé, à nouveau, tous ces Raccourcis qui, comble de l’horreur, ne peuvent pas même être modifiés ! J’ai essayé d’en changer à défaut… Non.

Bref, je suis réellement satisfait de tout mon environnement sauf de cette (grosse) aiguille dans mon usage quotidien.

reduc-450

Et je résume le tout par cette ultime copie d’écran…


  1. sauf sur un point évoqué en fin d’article, soyons précis. 

  2. Et je suis loin d’être le seul… lire iOS 8 upgrade deleted keyboard shortcuts 

Déchetterie | 4

Histoire sans fin
dans | ailleurs | dans mon bocal | groummphh | vieillir |

Pratiquement deux années à vider ce goulp

J’ai renoncé à enregistrer mes allers et retours à la déchetterie. Je dois allègrement dépasser la trentaine de déplacements à vider méticuleusement dans les bennes dédiées.

reduc-450

Un ce matin, deux autres hier.

Comme d’habitude, du vrac, beaucoup de vrac : vieux abats-jours déglingués, trois tonnes de torchons limite moisis, de la literie, une table en métal (…qui a trouvé un nouveau propriétaire)… Une autre devait suivre mais je n’avais pas les clés pour la démonter.

Et puis il y a le prochain chargement qui commencer à s’entasser dans le garage…

Cette fois-ci, il s’agit des produits toxiques qui ne sont collectés qu’un jour donné : vieux détachants, produits non identifiés mais avec quelques symboles clairs, solvants, produits ménagers en fin de carrière, piles usagées, ampoules vrillées…

reduc-450

Pots de peintures, bidons d’huile moteur…

reduc-450

J’accumule le long de la porte du garage cet héritage (sic…!) en nombre…

reduc-450

En faisant un dernier tour, je tombe sur un ultime spot que j’avais délaissé… Joie et bonheur.

Cela aura nécessairement une fin. Ou pas…!

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Lire les contributions… | d’urbanbike sur

image

Trouvé sur le net, notés sur…

image

cf. lien publié le 27/02/2015 à 09:26

cf. lien publié le 25/02/2015 à 07:40

cf. lien publié le 21/02/2015 à 11:41

cf. lien publié le 20/02/2015 à 17:12

cf. lien publié le 20/02/2015 à 14:00

Review: Artists sound the environmental alarm in “Gyre: The Plastic Ocean,” at CDC museum | ArtsATL

cf. lien publié le 20/02/2015 à 13:48

cf. lien publié le 20/02/2015 à 13:46

cf. lien publié le 20/02/2015 à 09:31

cf. lien publié le 20/02/2015 à 09:30

cf. lien publié le 20/02/2015 à 09:30

Urbanbike est hébergé par…

image
Follow me on App.net
image