Qui est dans l’erreur pour le changement de Touch ID ? Apple, vraiment…?!

Bref, seul le coût vous chagrine ?
dans | dans mon bocal | groummphh | vieillir |

J’ai lu les réactions indignées de lecteurs à propos de l’affaire de l’error 531. Un changement de la serrure, pardon, du capteur d’empreintes Touch ID ailleurs2 que chez Apple bloque le iPhone depuis iOS 9. C’est ballot…

En résumé, le concert d’indignation se résume à : Scandaleux, obligé de payer au prix fort tout ça pour un simple changement de pièce, etc.

Votre contenu n’a donc aucun prix…?!

Un simple changement de pièce ?!

Hahaha !! Juste le changement de la serrure pour accéder à tout le contenu de votre iPhone…!

Comme les esprits sont échauffés (…genre “meurs, Apple, meurs…” pour ces prix intolérables…), je vais vous raconter une histoire.

Il y a quelques semaines, un particulier appelle mon plombier3 de choc pour qu’il intervienne sur sa chaudière en panne. Première sujet d’étonnement, il lui précise que c’est une installation récente4 datant d’un mois…

Mon plombier arrive, les mains dans les poches, fait le tour de la chaudière. Puis sort son iPhone, fait quelques photos, relève le numéro de la machine et tapote une série de notes.

Le particulier, surpris de ne pas le voir sortir sa caisse à outils, finit par lui demander quand il va remettre sa chaudière en état…

Ce garçon qui est un professionnel qualifié, voire ultra certifié, lui explique qu’il ne touchera à… rien sans en référer au constructeur.

Et lui demande qui a effectué cette installation.

C’est mon beau-frère… qui s’y connaît finit lâcher le particulier.

Seconde sujet d’étonnement, installer une chaudière demande quelques qualifications, ça ne se bricole pas…!

Alors, poursuivez avec lui… s’entend il répondre par mon plombier.

…Qui ajoute (…je synthétise)…

en tant qu’installateur expert, agréé par le constructeur de votre matériel, je lui adresse un courriel avec votre numéro de série et la liste de tous les éléments manquants qui annulent la garantie car, dans la configuration actuelle, votre installation ne répond absolument pas aux réglementations en vigueur d’une installation Gaz ni aux points élémentaires exigés par le fabricant, pourtant dûment mentionnés dans le manuel livré avec ce matériel.

Il lui liste alors tous les éléments oubliés5 par le fameux beau-frère lors de l’installation, ceci expliquant pourquoi ce matériel se retrouve en panne. Et, plus grave, d’ores et déjà à changer, littéralement vrillé par cette installation assemblée en dépit du bon sens…!

Puis mon plombier repart en lui préconisant soit d’en discuter avec le beau-frère bricoleur (…mais dangereux et incompétent) pour qu’il refasse totalement cette installation… à ses risques et périls. Soit de faire venir un installateur qualifié pour refaire une installation complète dans les règles de l’art… avec une nouvelle chaudière6 dans les deux cas. Car inutile de penser ressusciter une installation cuite

Pour Apple, c’est la même chose.

Nous ne sommes plus dans le remplacement d’une télévision défectueuse par une autre ou la vérification du niveau d’huile d’un moteur…

  • Faire appel à Apple pour cette pièce stratégique qu’il faut appairer, c’est le prix de la sécurité de vos données.
  • Faire appel à mon plombier qualifié Viessmann et Qualigaz, c’est la sécurité de ma tribu…

Entre le moment où le iPhone a été déposé puis repris, nombre de scénarios sont possibles…! Ensuite, c’est, accessoirement, une porte ouverte pour réemployer un iPhone… volé.

reduc-450

Pour mémoire, mon propre iPhone deviendra une brique en cas de dix tentatives de décodage. Comme je mesure cette possibilité, mes données sont synchronisées sur mon Mac. Idem pour l’iPad. Tous ces écrans (le Mac y compris) sont localisés même si le retrait de la carte SIM sur le iPhone va couper cette localisation en cas de vol. Mais vu la taille de mon mot de passe, il semble bien parti pour finir alors comme presse-papiers…

Un dernier exemple, quand j’ai fait tomber mon 180 Macro, c’est le SAV de Canon France qui l’a réparé7 et je suis reparti avec une garantie constructeur d’une année.

Bref, je comprends que tout soit devenu trop cher. Mais ce n’est pas un simple téléphone qui est en jeu. Si c’est le cas, la bonne option est de suivre l’exemple de mon épouse qui se sert d’un antique Nokia en déplacement. Mais d’un iPad à la maison.

Je vais encore me faire des amis…


  1. …inutile de revenir dessus, connectez-vous sur vos sites d’infos préférés. 

  2. Déjà m’expliquer comment une pièce aussi sensible se retrouve chez un réparateur local ? Récupération sur la dépouille d’un autre appareil, pièce originale ? 

  3. celui qui m’a installé mon Nest — cf. urbanbike | Nest, le thermostat connecté… | 1 — et qui entretient annuellement ma chaudière, un fou de iPhone, soit dit en passant… 

  4. …déjà cette information est étonnante : généralement, on appelle le professionnel qui a installé le matériel et non un nouveau plombier… 

  5. …je glisse sur les détails (…absence du vase d’expansion, etc.), c’était même une chance qu’elle se soit simplement arrêtée avec des fuites dans tous les coins. 

  6. Pour économiser, à la louche, 1000 €, cette erreur risque de lui coûter 4 à 5 fois plus cher… 

  7. …qui fonctionne comme un charme depuis. Cf. urbanbike | Retour au 180 Macro… 

Telle Pénélope, j’attends le copier coller intelligent…

De Ulysses sous iOS : il arrive…!
dans | dans mon bocal | écrire | groummphh | iOS | pratique |

Cela fait partie de la prochaine livraison de Ulysses pour iPad et iPhone. Sur Macintosh1, c’est un poil plus complexe…

C’est quoi le souci, JC ?

S’il est aisé de copier coller un fragment de texte d’un traitement de texte Markdown vers un autre traitement de texte, le seul qui restait rétif à cette opération était Ulysses. Par inadvertance, je n’avais pas testé cette option depuis la dernière bêta2. Grosse erreur…

Sauf qu’il ne faut pas effectuer de copier coller mais exporter…

  • Passer par l’export vers une autre application
  • Choisir Ulysses
  • À l’arrivée, le rangement dans les containers est parfait !!

Illustration…

reduc-450

  • un texte dans Editorial avec liens et notes3… Je veux le transférer vers Ulysses pour iPad

reduc-450

  • il suffit de le dire et de le désigner…

reduc-450

  • Par défaut, il arrive dans le dossier Boîte pour tout (!) Déjà cela fleure bon le collage impeccable… vérifions…

reduc-450

  • Pas d’URL à côté des containers…

reduc-450

  • Le note de pied de page est en place…

reduc-450

  • Et le lien dans la note également…

Bref… toujours tester et tester à nouveau…!


  1. relire urbanbike | Coller un texte balisé en Markdown dans Ulysses III. C’est bien le même produit qui a été renommé, pour mémoire. 

  2. en terme de bêta, je me pose là…!! 

  3. Le billet de test…? Celui-ci : urbanbike | TL;DR : Gérer plusieurs flux avec Day One sous Mac, iPad ou iPhone… avec images, liens, et notes de bas de page… Et long… 

Vos notes : bas de page, fin de chapitre ou d’ouvrage…?

À redécouvrir avec le numérique…
dans | dans mon bocal | écrire | groummphh | lire | mémoire | vieillir |

Je rebondis sur un tweet lu hier (un RT de mon amie Luce) qui a donné lieu à une courte discussion avec ma fille pendant que nous échangions en mode bûcheron au ping-pong, les pieds dans la boue.

Bref, tout en essayant (!) de contrer ses balles croisées (…de l’art de me prendre de vitesse, art dans lequel elle excelle !), j’évoquais avec elle l’intérêt de ces notes1 de bas de page, pourquoi je les utilise2 désormais sans me restreindre.

Si ces notes sont souvent employées dans les ouvrages sérieux pour mentionner avec précision une source (auteur, ouvrage, numéro de page, etc.), j’aime les utiliser pour construire bâtir un second espace de lecture3, sans pour autant alourdir le cours du billet…

un aspect chouette du numérique…

Or rien n’est plus chiant, crétin, stupide4 que de jongler dans un ouvrage papier entre un appel de note dans le texte et son explication une quinzaine de pages plus loin, voir un regroupement de toutes les notes en fin d’ouvrage. Je me refuse à entendre les explications habituelles sur la difficulté que cela représenterait : avec FrameMaker il y a des lustres, il était facile de demander à l’application de se débrouiller pour les placer en fin de page courante.

Sur une page web, c’est nettement plus simple. Un appui sur l’appel de note conduit à la note (même si le billet est très long). Ensuite à la fin de la note, la flèche située en regard permet de revenir à l’appel de la note, sorte de va-et-vient numérique confortable, d’ascenseur.

Dans un fichier ePub, c’est nettement plus confortable, un appui affiche temporairement une fenêtre avec la note.

Du coup, il est facile pour un lecteur de revenir au paragraphe source. Bref, de ne pas se perdre en cours de route !

Ce dispositif offre une lecture à plusieurs vitesses5, permet de consulter les digressions, les informations hors contexte si l’on est d’humeur à les parcourir.

reduc-450

Ou rester strictement dans le cadre de l’information annoncée par le titre et le sous-titre en esquivant ce foisonnement de notes buissonnières !

Fort de ces constats, je suis dans une phase d’écriture d’un texte personnel avec ce dispositif. Cela revient à mettre en place une trame linéaire, un fil d’Ariane. Et, sur toute cette ligne, des noeuds6 comme autant d’appels à de possibles bifurcations7 qui seront ainsi matérialisées, chaque note pouvant être autonome dans sa lecture8.

reduc-450

Quitte à sortir de la ligne…!

Bon, ce sont quelques idées partagées ici…

À suivre…

À propos de ces deux photos9


  1. …qui sont ici, sur urbanbike, des notes de fin de billet

  2. J’aurais du mentionner également la simplicité du balisage Markdown qui me permet aisément d’en truffer mes billets. Ce texte a été écrit dans Editorial ⚑ et les notes pondues par ce script de @viticci (comment ça, je dérive…?!). 

  3. Et ne pas me contraindre à oublier dans l’instant l’idée qui vient d’apparaître, développer des bouts d’argumentaire facétieux ou très sérieux, télescoper un souvenir avec ce que j’écris… 

  4. Et là, je pèse mes mots car ceux qui me viennent spontanément à l’esprit sont nettement plus grossiers…! 

  5. De facto, on est nullement contraint de lire toutes les notes, juste celles qui sont liées à un contexte qui nous interpelle… le plusieurs vitesses n’est pas gratuit dès lors. 

  6. Cela me fait spontanément penser au Quipu. Et peu importe si on oublie la signification de chaque appel de note, reste la structure… oui, c’est un peu tiré par les cheveux et c’est bien pour cela que c’est une simple note inodore (…je l’ai fait…!). 

  7. C’est une réponse pratique et technique à ma vision du récit en mode puzzle auquel je m’essaye. Des fragments séparés jusqu’à présent mais sans interconnexion. L’avantage de l’appel de note est de placer un aiguillage à l’endroit qui me semble approprié, au lecteur de l’emprunter ou non. 

  8. …une anecdote se suffisant à elle même que le lecteur peut ignorer sans perdre le fil de l’histoire. L’idée me plaît énormément, reste à la mettre en œuvre. Sous Ulysses, c’est parfait vu que chaque note n’est plus lisible une fois qu’elle est dans son container. Et c’est pourquoi écrire avec deux traitements de texte est loin d’être sot, Ulysses pour la trame générale et un autre traitement de texte (via une séparation créée par SplitView) pour ces notes, ces fragments. 

  9. …effectuées avec ProCamera + HDR ⚑ en version 9.3 avec un iPhone 6s+ et l’option HDR 5 images, cf. urbanbike | Longues expositions avec ProCamera 9.3 sur iPhone 

Ça recycle | Des livres pour Louisette-Marie | 2

S'occuper des vivants, transmettre…
dans | dans mon bocal | groummphh | vieillir |

Message personnel : À ceux qui ne comprennent pas pourquoi je ne me commémore pas certains événements passés, je réponds par cette photo…

reduc-450

C’est un superbe cliché expédié par mon copain Joël, il y a peu. Et la preuve que de simples livres1… Mais je préfère m’arrêter là.

Comprend2 qui peut…


  1. se référer à l’épisode précédent : Ça recycle | Des livres pour Louisette-Marie 

  2. Tout est dans le sous-titre… Mais manifestement, certains peuvent peu. 

Solide ! Mais pourquoi construire solide ?!

Bon, cette fois-ci, Apple est mort, si, si…!
dans | groummphh |

Aie, aie, aie…! Je jette un œil sur les infos de la semaine et, pffffff…!!

Je résume : Qui dit tassement dit boire la tasse à brève échéance. Et puis, regardez les courbes des graphiques, l’iPad est mort, les ventes de iPhone vont décliner, les résultats chuter, les actionnaires vendre dans l’angoisse leurs actions (…alors que déjà ils en bavent avec la chute des cours de l’or noir, schiste alors…), les clients vont prendre peur, ce n’est plus qu’une course contre la montre (…même que pas une info, ça fleure bon le complot, à ce sujet…!).

Et gnagnagna, et gnagnagni…

Bref, c’est THE catastrophe. Sans oublier que les états se rebiffent, qu’en Europe comme en Australie, pas de quartiers (sic…!), c’est l’hallali contre la comptabilité de la pomme…!

Pressée de partout, ça sent le gros pépin à moyen terme. Allez, répétez après moi : Apple est mort1. Dix fois, sinon, ça ne marche pas…

Va falloir remplacer nos écrans… Sauf que…!

Ah, vous avez le même souci, pas très inspirant la concurrence. Pire, pour cette dernière, c’est également la catastrophe, qui copier…? Zut de zut…!

De fait, l’erreur de fond vient de la pomme elle-même. Qui a oubliée de faire de l’obsolescence programmée, c’est ballot.

Entre l’iOS 9.2 qui tourne tant sur de vieux iPhone 4s que sur des iPad 2, c’est du grand n’importe quoi !! Que d’antédiluviens MacBook Pro de 2009 supportent sans broncher le dernier OSX, mais c’est nul…!

— Mais c’est pas bon, Tim, c’est pas bon !

Puis, il y a plus grave, ces produits — quand on oublie de les plier en les plaçant dans une poche arrière ou de les passer au mixer — durent plus longtemps que prévu. Comment voulez-vous, dans ces conditions, en changer ? Les iPad 2 sont increvables même utilisés 10 heures pas jour.

Non, la solution, c’est un système qui refuserait de s’installer sur des bécanes de plus de deux ans, des produits qui commenceraient sournoisement à se désagréger de l’intérieur.

Là, on pourrait battre des records de vente chaque année. Et avoir enfin un cours de bourse d’enfer, nom de Zeus…!

Trêve de balivernes…

Le rêve de la croissance infinie est quand même un sacré leurre… Ensuite, en tant que simple utilisateur, j’ai apprécié en ces temps financièrement difficiles, étranglés même, de conserver cet antique MacBook de huit ans d’âge sous le dernier OSX, de passer mes précédents iPhones à ma petite tribu, d’upgrader sans souci tous nos écrans dépassés sous iOS 9.2.

Si Apple n’a pas gagné d’argent sur ces opérations là, elle a capitalisé sur un élément qui ne met pas les bourses en émoi, ne rentre pas dans les prévisions des analystes : ma fidélité et celles de mes proches.

Le iPad a remplacé chez nous la télévision, l’abonnement satellite sera clôt à la fin du mois, nos utilisations au quotidien ont radicalement changé.

Bref, que Apple ait un cours de bourse chahuté, paye enfin des impôts et ne récidive pas tous les ans dans le lancement en fanfare d’un nouveau produit ne m’angoisse pas.

La surface financière de la pomme même après avoir enfin remis sa compta d’équerre ne l’empêchera pas de peaufiner ses prochains systèmes et de proposer des produits améliorés.

Quand j’aurais (dans une prochaine vie ?!) une situation plus claire, j’envisagerais de remplacer mon antique MacBook Pro 17 ainsi que l’iPad Air 2 par une unique tablette, un iPad Pro 2 par exemple. Mais pour le moment, vu que ces deux écrans tournent sans souci, ce sera pour 2017 au plus tôt.


  1. et piiiiiis… ce plantage de Safari sous iOS dès le lendemain était un signe…! 

Et (vos) Yeux dans tout ça…?!

Reposer les yeux, oublier les écrans…
dans | bosser chez soi | dans mon bocal | écrire | groummphh | iOS | lire | pratique | vieillir |

Même en réduisant la luminosité de l’écran, même en passant l’ambiance des mes traitements de texte en mode nuit, il me semble qu’il est temps de décrocher un peu, beaucoup, passionnément !

Laisser planer son regard au loin, marcher, ping-ponguer1… bref, décrocher des écrans…

Je redécouvre le iPad comme le iPhone sous une formule boîte à podcasts ou écoute de la radio. J’ai des tas d’épisodes des papous à écouter, des conférences passionnantes au Collège de France à suivre…

Sans oublier quelques chouettes albums de jazz qui m’accompagnent dans mes balades urbaines, celles que je fais à pieds pour me rendre à la boulangerie quérir une baguette toute chaude ou à la poste pour un nième recommandé…

En attendant, sous iOS…

Je lis dans les revues sur le net que la version d’iOS 9.3 contiendrait un dispositif pour réduire la fatigue occulaire. Fort bien mais pourquoi ne pas proposer un système qui se glisserait dans les vieilles machines également, dans un iPad 2 ?

En attendant, il existe quelques options à tester sous la rubrique accessibilité dans les réglages. Dont deux qui peuvent soulager vos yeux.

reduc-450

  • Réduire le point blanc (Accessibilité/Augmenter le contraste)… Certes votre tablette vous proposera des images moins flatteuses mais au quotidien, c’est pas mal

reduc-450

  • Testez l’option Nuances de gris (Accessibilité)

reduc-450

  • Je l’emploie parfois avec le Dark Theme de Editorial (dans le panneau signalé par Aa) mais déjà, vérifiez si vos outils de saisie2 ne disposent pas d’un thème nuit…

reduc-450

  • Réduisez également la luminosité de votre écran…

Mais, surtout, décrochez !

Bon, je m’entends rigoler intérieurement… au lieu de prodiguer des conseils, déjà le faire…!


  1. comment ça, ce verbe n’existe pas ? Désormais il existe, naaaa… 

  2. En disposent sous iOS : Editorial ⚑, Drafts 4 ⚑, Ulysses ⚑, iA Writer ⚑, Byword ⚑, Syml ⚑, LetterSpace ⚑ et quelques autres 

TL;DR : Box.net, Ulysses sous iOS et histoires de transferts

État de l'art à la date de ce billet…!
dans | dans mon bocal | écrire | grospod | groummphh | iOS | pratique |

Ce qui suit sont de simples constats sur des points qui vont évoluer et sur lesquels je me suis focalisé.
Je voulais écrire deux lignes sur Box.net (si, si…!), et puis la beta de Ulysses est venue télescoper ce que j’écrivais et…
J’ai essayé de faire court(e) comme d’habitude…
Impossible…

J’utilise box.net depuis 20111 et je m’en sers comme d’un espace de stockage froid contrairement à DropBox ou encore iCloud qui font communiquer mes fichiers quotidiennement entre mes applications sous iOS et OSX.

Bien que disposant d’un espace conséquent sous box.net, j’ai tendance à le négliger… Or ça bouge ces derniers temps, lire les infos à ce sujet sur le blog de box.net.

L’application Box iOS se bonifie…

Depuis fin novembre, box ⚑ supporte désormais 3D Touch.

reduc-450

  • L’interface est agréable…

reduc-450

  • À gauche | Les fichiers peuvent être triés (…les plus récents en haut dans mon cas).
  • À droite | notez que le rendu du balisage Markdown est parfaitement lisible, ce qui est épatant mais pas suffisant…

Sous iOS, Ulysses avec Box en import…

La dernière beta de Ulysses ⚑ iOS (iPhone et iPad) avance dans le bon sens… Mais il y a un Mais…

Rappel du collage spécial sur Macintosh

reduc-450

  • Autant il est facile de faire un copier/coller spécial d’un fichier Markdown issu de n’importe quel traitement de texte sur Macintosh vers Ulysses (le fameux ⇧ - ⌘ - V pour forcer le passage du Markdown vers Ulysses avec cinq options bien pratiques…!)…
Et comment procéder sur iOS

Autant il n’est pas (…encore) possible de faire un copier/coller de même nature d’un texte issu d’un autre traitement de texte sous iOS sans devoir vérifier à l’arrivée les liens et/ou les notes en bas de page.

En gros, tout est conservé mais n’arrive pas systématiquement dans les containers de Ulysses, c’est aussi simple que cela.

En attendant la solution de copier/coller idoine, comme je duplique régulièrement les fichiers terminés de DropBox vers… Box.net depuis mon Macintosh (…explication en fin de billet), j’emploie en import une option ad hoc proposée par Ulysses.

Avertissement : Ce qui suit fonctionne depuis un dossier dédié d’une application de iCloud (par exemple, le dossier des fichiers de iA Writer ⚑ ou celui de Byword ⚑) ou depuis un FTP via Transmit ⚑.
Notez qu’ici l’ouverture de fichiers en provenance de DropBox n’est pas (encore) prise en compte.
Aussi, je préfère évoquer mon stockage froid dans box.net.

reduc-450

  • À gauche | Si iCloud est actif, la rubrique suivante permet d’appeler des fichiers externes…
  • À droite | Des dossiers iCloud d’autres applications (…et donc de récupérer leurs fichiers Markdown), de Transmit mais aussi de box.net. On y arrive…!

reduc-450

  • À gauche | Un air de déjà vu…? Oui, on se retrouve bien dans l’app Box (voir plus haut) à choisir le fichier à importer…
  • À droite | Une fois ce dernier transféré dans la fenêtre de Ulysses, il faut appuyer sur Modifier.

reduc-450

  • À gauche | en bas de la fenêtre, trois options dont celle qui nous intéresse, Importer
  • À droite | le fichier est alors importé proprement dans Ulysses, exactement comme si vous aviez utilisé les commandes ⇧ - ⌘ - V -> vers Markdown sous OSX.

Le résultat est impeccable. Il vous reste à déplacer ce fichier vers le dossier souhaité…

La solution n’est pas (encore) box.net

C’est ici que l’on peut se poser une question : mais pourquoi ne pas utiliser box.net du coup…?!

reduc-450

  • Pour mémoire, on peut lancer directement depuis l’icône de l’application via 3D Touch une recherche, arriver sur les dossiers favoris ou entrer une note… à la mode box.net.

C’est que l’on ne peut pas exporter de fichiers depuis iOS vers box.net pour le moment. S’il est bien possible de créer des notes dédiées, il n’y a pas d’options pour exporter vers box comme on le fait avec DropBox, c’est agaçant…!! 3D Touch, Touch ID mais pas d’envoi de fichier…? À améliorer…

Les transferts sous iOS vers Ulysses également à finaliser…

Sur Ulysses, les briques se mettent en place… Illustration.

reduc-450

  • À gauche | Le partage depuis Editorial (juste un workflow à ajouter…) permet de retrouver les modules vers des applications ou services comme dans n’importe quelle application. Bien entendu, cette liste dépend des applications que vous possédez…
  • À droite | Aie, aie, aie…! Box n’apparait pas, par contre Ulysses est disponible…

reduc-450

  • À gauche | En sélectionnant ce module Ulysses, on a une prévisualisation de ce qui sera importé et, astuce, le choix du dossier d’arrivée…!
  • À droite | Je vous laisse apprécier le confort…!! Pour ma part, je retrouve tous mes dossiers de travail…

reduc-450

  • À gauche | J’ai choisi un dossier précis et vous pouvez constater que le fichier est bien arrivé à destination… Juste ne pas se précipiter, cet export passe — à un moment donné — par iCloud, gage parfois d’un petit temps d’attente…!
  • À droite | en affichant le fichier, il est juste dommage (pour le moment) que ce fichier importé en Markdown n’entre pas dans les containers propres à Ulysses dans cette beta. C’est particulièrement visible pour le lien…

Bref, encore du boulot sous les doigts des développeurs mais, en l’état, sacrée puissance sous les nôtres…!

À suivre car tout ceci est en perpétuelle évolution…!

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, noté sur…

ex. Inexten.so

cf. lien publié le 12/02/2016 à 20:57

cf. lien publié le 12/02/2016 à 20:55

cf. lien publié le 12/02/2016 à 20:51

cf. lien publié le 12/02/2016 à 20:43

cf. lien publié le 12/02/2016 à 10:29

cf. lien publié le 12/02/2016 à 09:39

cf. lien publié le 12/02/2016 à 09:37

cf. lien publié le 12/02/2016 à 09:36

cf. lien publié le 11/02/2016 à 21:28

cf. lien publié le 11/02/2016 à 21:25

Follow me on App.net

Urbanbike est hébergé par…

image

Ailleurs…

image

image