iOS 8 dans quelques heures

Y passer ou non ?!
dans | ailleurs | dans mon bocal |

Une certaine fébrilité ci ou là, des mises à jour d’applications qui se succèdent (…je ne vous dis pas le binz quand vous en avez un bon millier…) et l’éternelle question de la compatibilité.

Même si certaines applications vont en profiter pour effectuer une mue importante et demander aux utilisateurs actuels de passer à nouveau à la caisse, certaines permettront d’attendre en proposant quasi simultanément une version actualisée et une version remodelée. Enfin, dès octobre…!

Ma connexion en huitième de teinte côté débit m’offre un excellent prétexte pour ne pas me précipiter.

Pour une fois, je pense attendre tranquillement quelques jours avant de basculer. Et laisser à d’autres le soin de déminer iOS même si la majeure partie du travail semble avoir été effectuée. Ce sera du même tonneau pour OSX

En attendant des jours meilleurs (…et une connexion efficace), j’ai vissé le Canon EF 28mm f/1.8 USM (pas l’optique la plus exceptionnelle) sur mon antique 5D, optique que je balade à pleine ouverture au ras des pâquerettes…!

@urbanbike

Désaccoutumance | 2

Merci ma box
dans | dans mon bocal | groummphh | lire |

Dimanche matin, vers 07:30, notre box a décidée de nous offrir une première journée sans internet. Puis quasiment une seconde.

J’ai bien essayé de la convaincre de fonctionner, l’ai relancée une dizaine de fois, rien.

Pire, elle s’est transformée en guirlande de Noël en alternant l’affichage de ses témoins lumineux.

Heureusement, la 4G de Free est activée dans mon coin et, dès lundi, j’ai contacté OVH et son service efficace. Nous avons testé pas mal d’options, fait un reset de la box avant de statuer sur une dégradation nette de la ligne pour des causes aussi banales que l’oxydation (déjà vécu sur mon île), etc.

Du coup, passage d’un technicien en chair et en os dès que possible.

  • Oui, mais Netflix ?

La radio qui reste ma principale source d’information le matin quand nous petit-déjeunons en famille nous serine la disponibilité de ce nouveau service.

Bon sang, mais c’est dra-ma-tique !! Cette chute de débit va nous marginaliser et, à terme, nous serons incapables de citer (en anglais, CQFD) un florilège de répliques de séries culte.

Zut de crotte…!

Tant pis.

Nous allons nous contenter de voler des photos au @potagerduroi ou de nous affronter à balles réelles …de ping-pong. Bref, nous limiter à des activités qui nous priveront d’être haletants, les yeux rivés sur un écran, en regardant une vieille saison 2 ou 3 cultissime.

Je galèje.

Cette interruption sur 48 heures m’a permis de lire des polars, quelques pages scientifiques et un essai assez sombre de Yves Paccalet écrit en 2006 - L’Humanité disparaîtra, bon débarras !- aussi pessimiste que moi-meme.

je peux comprendre que certains soient choqués à la lecture de ce texte (…difficile de rire de tout avec tout le monde) mais je retrouve quelques envolées qui convoquent autant Thomas Disch (The Ruins of Earth).

C’est le quotidien, le côté banal de notre existence qui est devenu notre cauchemar. En fait, les bombes sont déjà en train de tomber, l’oxyde de carbone de plus en plus pollue l’air de Roseville, du mercure empoisonne nos eaux, nos poissons, nous-mêmes, et, l’une après l’autre, nos technologies font disparaître les formes de vie dont dépend notre existence sur cette planète. Ce ne sont pas là des catastrophes imaginaires, c’est tout simplement ce qui se passe.

…que Jared Diamond dans Effondrement1 quand Paccalet écrit…

Les communautés humaines dites « primitives » meurent de quatre tragédies combinées : l’épuration ethnique ; les maladies transmises par les envahisseurs (grippe, rougeole, variole, poliomyélite, syphilis…) ; le cataclysme de l’économie marchande ; la destruction massive de l’environnement. Ces désastres ont frappé les Indiens d’Amérique ; les Aborigènes d’Australie ; les Nouba, les Pygmées ou les Bochimans d’Afrique ; les Inuit, les Samoyèdes ou les Tchouktches de l’Arctique… Les responsables, c’est nous, les « nations civilisées », avec nos vagues d’explorateurs, de conquistadores, de soldats, de commerçants, de missionnaires…

Puis ajoute…

On reproche aux écologistes leur catastrophisme. Ils ne sont qu’objectifs. Les lois de la physique, de la chimie et de la biologie s’exercent dans un autre champ que celui de la foi, de la morale ou de la politique. La nature n’est ni gaie, ni triste ; ni remplie d’espérance, ni désespérée. Elle anéantira notre espèce en toute innocence.

Puis, plus loin…

L’humanité disparaîtra d’autant plus vite qu’elle cumule les conduites ineptes. Elle s’imagine au-dessus de la nature : elle est dedans. Elle y barbote et elle y gigote, au gré des pulsions essentielles qui l’animent…

Donc en 2006, d’aucuns ont trouvé ces phrases exagérées…?! Ah bon. Mais en 2014…?

Allez, à un de ces quatre2.


  1. Lire cette petite note, urbanbike | Pourquoi certaines sociétés prennent-elles des décisions catastrophiques ? 

  2. Quand je ne suis pas ici, je suis chez MacPlus… 

Désaccoutumance, retour au réel 1.0…!

Du temps hors connexion…
dans | ailleurs | dans mon bocal | vieillir |

Bien entendu, c’est ironique. Il s’agit de reprendre le contrôle de mon temps1.

J’apprécie Twitter2, j’aime trouver une amorce de réponse à mes questionnements via internet, mais ai-je besoin d’être tout le temps connecté…?

En gros, dois-je répondre immédiatement aux courriels ou aux DM qui me sont adressés, accepter tous les appels entrants, réagir aux messages dès qu’ils me sont notifiés ? Non. Trois fois non.

Il y a peu, j’évoquais un retour nécessaire à La frugalité3. Cela ne veut pas dire se priver, mais juste s’interroger4 avant de passer commande…!

Ces dernières semaines, c’est un autre sentiment qui s’infiltre dans mon esprit, désaccoutumance ou désadaptation, déshabitude. Je devrais mettre ces mots au pluriel.

Bref, si je reste un utilisateur d’écrans pour écrire et m’informer, il est grand temps de sortir, de bouger pendant que je le peux encore. Admirer par moi-même la lande couverte de bruyères roses orangées, les légumes au potager me semble nettement plus palpitant que de scruter le net à l’affût de la dernière (…mettez le terme qui vous vient à l’esprit)…

Bref, prendre le temps de filer sur mon vélo (avec ma fille ou pas…) ou sur mes deux pieds voir le vaste monde… qui démarre à ma porte. Plus que jamais, redevenir un explorateur du quotidien.

Pour finir : quand je ne publie pas ici, c’est que je suis peut-être chez MacPlus.


  1. Héhé, et même du temps qui me reste… à vivre…! Soyons lucides, nous ne sommes pas éternels. C’est pratique les notes en bas de page, cela crée deux niveaux de lecture. 

  2. facebookisation rampante, histoire de donner des gages aux investisseurs qui veulent que ça crache du résultat. 

  3. Chouette : des kilomètres carrés d’ordures technologiques qui s’ajouteront à celles qu’il n’aura pas été possible de brûler ou reconditionner. Dans la série cadeaux pour nos petits enfants, nous sommes une génération prévoyante… Groumph ! Tant qu’il n’y aura pas de politique efficace de recyclage comme en Suède avec récupération des composants et matières premières, ce seront de nouveaux territoires qui seront grignotés par nos poubelles sur cette planète pour les enfouir. 

  4. Surtout ce matin dès 9 heures. 

Mise à jour de Drafts en 3.6.8 sous iOS

En attendant la version 4…
dans | dans mon bocal | écrire | iOS |

Outil de prise de notes, supportant le balisage Markdown mais avec une barre additionnelle qui ne permet pas d’envelopper en une seule passe une sélection de texte, supportant avec constance TextExpander (et rien que pour cela, son developpeur, Greg, mérite mon respect…), il est clair que j’apprécie toujours autant Drafts (4,99 €) sur mon iPad même si je ne l’utilise pas tous les jours.

Cette dernière version succède à une longue série de mises-à-jour avec des fortunes diverses. Mais, est-ce que je vieillis ou deviens plus indulgent (!!), elle me semble nettement plus stable. Plus de curseur qui se balade dans mon écran dès que je saisis un Raccourcis TextExpander, nettement plus facile pour insérer mon pointeur d’un appui dans mon texte.

Je l’ai dit, écrit, Drafts comme TextCenter font partie des applications indispensables en terme de prise de notes.

Certes, ces derniers mois, c’est Editorial qui a pris l’ascendant sur tous mes traitements de texte, sans exception. J’y ai trouvé les workflows indispensables à ma fabrication quotidienne de contenu ainsi l’accès à un navigateur internet.

Alors, pourquoi évoquer Drafts en ce cas…? Mais parce que, comme, Byword, Nebulous Notes ou Daedalus touch, c’est un excellent produit qui se bonifie en vieillissant…!

@urbanbike

Bref, la force de Drafts, encore faut-il s’en souvenir, est bien cette prise de notes tranquille en amont d’un billet par exemple. Je finis d’écrire sur Drafts puis il me reste à exporter avec la date du jour ce billet dans DropBox. Et, réouvrir ce meme texte dans Editorial pour le finir, l’amender.

J’aime employer son thème nuit pour écrire dans l’obscurité, j’aime sa cohorte de petits scripts pour poster sur twitter ou app.net, j’apprécie son dispositif indépendant de sauvegarde de mes fichiers texte.

Il est clair que j’attends impatiemment la version 4…!

Alors, cette montre, ce iPhone, chouette, hein…?!

Pas client pour l'instant, voire même pour celui d'après…
dans | dans mon bocal |

Amis lecteurs qui m’interrogez (DM ou courriel…), que vous dire ? Je ne suis pas dans la cible.

Avec ma vision carte postale1, les rares montres que j’ai porté plus jeune (pffffff, il y a longtemps…!), hyper plates ou conçues pour des pressions importantes ont toutes souffert de rencontres inopinées avec les chambranles de portes, des coins de table malicieusement placées dans ma trajectoire…! Certaines ont survécu et restent à l’abri, quelque part dans un tiroir.

Pour m’indiquer l’heure, mon iPad 3 quand j’écris ces lignes, l’iPhone quand je me balade (…au même titre que l’horloge du parcmètre, du panneau RER qui m’indique l’heure de passage du prochain train) me contentent2.

Non, d’expérience, ma maladresse visuelle me m’incite pas à ajouter un tel volume à mon poignet.

Par contre (et j’avais prévenu ici, lire urbanbike | Voyager léger avec un iPhone, Day One et iMoves), c’est le iPhone 6 grand format qui me fait réfléchir. Et, accessoirement, me pousse à développer l’idée de combiner iPhone et iPad, me retrouver de facto face à un seul écran.

Et donc voyager encore plus léger. Du coup, l’envie assez naturelle de tester en situation son interface sur cet écran plus vaste, mais à la condition d’y retrouver mes outils d’écriture, que ce soient Editorial ou Day One.

Aucune urgence, mon iPad 3 retina3 fonctionne comme au premier jour avec des outils de plus en plus efficaces. Juste que je n’oublie pas de quitter Reeder2 pour éviter de retrouver mon clavier temporairement figé.

À 5 heures du matin, finir ma nuit avec Marvin (ou démarrer ma journée, au choix) en lisant, rédiger un billet avec Editorial, le poster via Icab sans réveiller ma moitié, sans bruit ni lumière, parfait.

C’est pourquoi je testerais bien un gros iPhone 6 s’il arrive à remplir ces mêmes tâches. Mais, dans la même temps, j’aime bien la taille du iPad classique (non mini).

Bon. Pas question de me précipiter, il me manque un élément essentiel4…! C’est ballot !


  1. Pas de stéréo visuelle suite à une opération aux yeux gamin, pas de 3D si vous préférez. 

  2. Dans la cuisine, ce sont les horloges du four ou de la radio qui remplissent cet office. 

  3. 30 mois d’usage et toujours actif… urbanbike | New iPad à l’usage 

  4. Des sesterces…! Et comme je ne fais pas de phobie administrative, que je n’ai jamais été incompatible avec mes déclarations d’impôts, pas un ducat, kopeck de côté. D’ailleurs, je vous renvoie à ceci… Raymond Devos - le possédé du percepteur - YouTube 

Travailler chez vous, mais vous n’y pensez pas…!

(Rire gras…!)
dans | bosser chez soi | dans mon bocal | groummphh |

Eh oui, nous sommes bien en septembre 2014, internet est déployé sur tout le territoire, les réseaux comme les outils informatiques sont performants (…on en parle dès ce soir avec la keynote de la pomme1), les jeunes générations formées, Skype ou FaceTime opérationnels.

Par ailleurs, les problèmes de transport (auto-routiers mais également ferrés), de pollution2 et de logement connus de tous3.

Bref, si on peut éviter de faire faire près de trois heures de trajet chaque jour pour aller travailler, c’est une bonne idée non ?!

Il est donc aisé de mettre en place des solutions pour bosser chez soi en partie4 et donc d’obtenir des salariés retenus une meilleure efficacité, productivité5…?!

Alors pas de problème…?

Erreur, certains employeurs6 résistent encore !!!!

Ce n’est pas une question de génération comme on pourrait le penser, certains vieux (j’en suis un…!) sont plus que partants et ont pigé le bénéfice de telles solutions tant pour leur boite que pour leurs salariés.

Mais, enfer et damnation, certains jeunes patrons de société à haut potentiel technologique (re sic !) renâclent, mal à l’aise dans l’exercice de leurs nouveaux rôles. Et nous rejouent l’entreprise de grand papa en souhaitant avoir leur petit personnel sous la main tout le temps.

Mettez cela sur un manque de confiance (…en eux, dans leurs équipiers, va savoir…!), une organisation interne moyenne, etc7.

Certes, il y aura toujours (…explication pratique et passe partout) des tire-au-flan, etc. Et inversement, des personnes qui ne souhaitent pas bosser chez elles8 pour de très bonnes raisons, raisons auxquelles je souscris car nous ne sommes pas tous taillés pour bosser chez nous.

Par contre, refuser abruptement toute évolution de la manière de travailler est, à mes yeux, un énorme gâchis pour l’entreprise elle-même. Et la planète.

À croire que ceux qui bloquent9 ne sont pas loin d’atteindre leur niveau d’incompétence10

Bref, il y a dix ans, avec Lukino, nous avions démarré un livre sur le thème travailler chez soi, livre qui fut publié l’année suivante11 et j’ai la nette impression que rien n’a bougé…!!

Aussi, bravo à tous ceux qui ne veulent surtout pas que ça change…!


  1. Une entreprise décrite à la radio comme touchée de plein fouet par le scandale des images (sic !) des stars volées. Rappel du proverbe, le sage montre la lune, l’imbécile le doigt, parfaitement illustrée. 

  2. Il suffit de se connecter sur Airparif - Association de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France chaque jour pour s’en convaincre. Et, du coup, urbanbike | Pollution : travaillez chez vous 

  3. …de tous ceux qui ouvrent les yeux, les autres préférant, comme à Issy-les-Moulineaux, fermer les stations de collecte des données et donc casser le thermomètre

  4. Ne demandons pas l’impossible pour commencer, juste un tiers de temps ou un mi-temps…! 

  5. …des mots qu’aiment entendre les patrons habituellement, non…?! 

  6. …une très grosse majorité en vérité (soupir…!) et mes échanges via Twitter ou Messages douchent mon optimisme. 

  7. Et je ne parle pas du besoin de trouver (si, si…!) du punching-ball pour se défouler…! Ce sera le sujet d’une autre humeur. 

  8. Cela va du simple manque de place à l’envie de sortir de chez soi (échapper à son milieu, voir d’autres têtes) en passant par le très légitime ne pas se sentir capable de bosser individuellement… Des arguments parfaitement recevables. 

  9. Là me viennent soudainement quelques exemples que j’ai côtoyé dans mes vies antérieures, une belle collection dont le seul but était de faire perdurer leur situation, maintenir un rideau de fumée…! 

  10. Relire le Principe de Peter toujours d’actualité. 

  11. Cf. urbanbike, notes sans commentaires | Travailler chez soi 

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, notés sur…

image

cf. lien publié le 13/09/2014 à 18:26

cf. lien publié le 13/09/2014 à 18:25

cf. lien publié le 13/09/2014 à 18:24

Best of #biciclette

cf. lien publié le 13/09/2014 à 18:22

cf. lien publié le 13/09/2014 à 18:22

cf. lien publié le 13/09/2014 à 18:20

Autre grand classique : le retrait d’office sur votre compte, pour des PV…

cf. lien publié le 12/09/2014 à 20:24

cf. lien publié le 12/09/2014 à 17:58

cf. lien publié le 12/09/2014 à 08:26

Seafront Hotel Design Geared Towards Cyclists - PSFK

cf. lien publié le 12/09/2014 à 08:22

Ailleurs… | blogroll désordonnée…
Follow me on App.net
image

Contributions d'urbanbike sur | MacPlus