Urbanbike

Recherche | mode avancée

Bref passage à… | Verona

Pas que les arènes ou le balcon de Juliette…!

dans ailleurs | architecture | mémoire | voir
par Jean-Christophe Courte

Comme d’habitude, nous sommes arrivés par le train… Un billet réservé sur Captain Train ⚑ et imprimé avant de partir par sécurité…

reduc-450

La gare (Porta Nuova) n’est pas exceptionnelle, elle fait office également de gare routière et se situe à trois heures de Turin… Pour attendre le centre de Verona à pied, comptez 15/20 minutes après avoir franchi un bras du fleuve (un oeil sur Plans sur votre iPhone, la gare est au sud)… Notre B&B était à douzaine de mètres d’un revendeur Apple, je ne crois plus aux coïncidences…!

Nous avions trouvé via le net un gite1 pour trois situé à un dernier étage avec, fort agréable, une petite terrasse privative non visible de la rue même… Petite salle pour déjeuner, cuisine, douche. Et une piaule pour trois personnes (…une chambre dite familiale avec moustiquaires aux fenêtres).
Et au milieu, une terrasse fleurie avec une table d’extérieur, un parasol et des chaises… Inutile de vous dire que nous en avons profité le soir même après avoir trouvé un supermarché2(http://www.despar.it) bien achalandé pour faire les courses…
Voilà pour l’intendance…

reduc-450

Comme toutes les villes en Italie, prenez le temps de circuler à pied, La boussole dans Plans vous permettra de ne pas trop vous planter mais, en revanche, chaque erreur de parcours est l’occasion de découvrir des rues, des pointes de vue, des arrières-cours, des bâtiments épatants…

reduc-450

Au lieu de filer direct vers les arènes (…au coût d’entrée assez exorbitant, avis personnel), nous avons filé vers le Ponte Scaligero di Castelvecchio. Tout en briques, il reste opérationnel pour les piétons et les vélos (…aucune voiture) et joint la ville à l’arsenal.

reduc-450

Au passage, nous avons vérifié si la piadinerie qui nous était recommandée3 était ouverte en vue d’un arrêt le lendemain… Puis déambulé sur ce pont qui particulièrement photogénique, envahi tant par quelques touristes égarés que par les habitants ou étudiants qui l’empruntent quotidiennement…

La suite ne dépend que de vous…

reduc-450

Il y a les bars et restaurants autour des arènes ainsi que quelques rues piétonnes bourrées de magasins de luxe et grandes enseignes…

reduc-450

Et puis, en s’éloignant, des coins nettement plus… agréables… Ou calmes.

reduc-450

Une solution, en sachant que vous ne risquez pas de vous perdre dans cette boucle de l’Adige qui s’étend, à la louche, dans un carré 800 mètres de côte, est de tracer le nez au vent, s’enfiler sous les passages couverts et revenir en arrière dès que vous vous retrouvez sur une berge. Simple.

reduc-450

reduc-450

Retrouver le balcon de Juliette…?

Facile, gros amas de touristes qui obstrue la rue… Pour vous remettre, un peu plus loin sur le même trottoir, la Pasticceria Cordioli4.

reduc-450

reduc-450

Bon, levez les yeux côté nord quand vous êtes dans la Piazza delle Erbe et déambulez autour du Palazzo Forti. D’étranges tombes perchées vous survolent…

reduc-450

reduc-450

Enfin, il y a également un grand nombre d’églises à visiter mais tout est payant, braves gens…! Optez pour un forfait si besoin…

reduc-450

Entre San Fermo (levez les yeux sur le plafond de bois, genre carène de bateau retournée), Sainte Anastasie et, surtout, Saint Zénon5, si, si…!

reduc-450

Cette église romane est un peu à l’ouest de la ville (600 mètres, le plus simple est de suivre la rive après le pont de briques, toujours côté Verona vieille ville) mais vous ne regretterez pas d’avoir fait le détour…

reduc-450

Pour finir, cette ville est très sympa (en comparaison avec d’autres spots touristiques), surtout le matin à la fraîche… Et mérite d’y revenir… D’ailleurs on y pense déjà…!

Bon, ceci n’est pas un guide de voyage6, juste une incitation à sauter dans le train…


  1. Via Carmelitani Scalzi 1 B&B Gheller 

  2. Via Daniele Manin 7, un Eurospar. Rappel, le pain se pèse ici. Et, si vous avez un filet à provisions, c’est mieux, les sacs plastique, c’est quasi fini… 

  3. Stadone Porta Palio 4, Gusto Piadinerie, à gauche en remontant cette voie vers le pont… Simple, efficace, bon. Peu de tables, c’est un comptoir de restauration rapide qui prépare sur le moment des Piadinas — selon vos envies, cuites dans le four illico — savoureuses… 

  4. Via Cappello 39. Pas de Roméo (hé oh…!) mais jetez une oeil sur la première vitrine réfrigérée en entrant à droite…! Une tuerie… 

  5. La basilique de San Zeno Maggiore, Piazza San Zeno 2… 

  6. Photos prises à l’iPhone et au Canon M… Lisez les EXIFs 

le 05/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Messagerie sécurisée | Sous iOS, ProtonMail intègre Touch ID

Version nettement plus confortable avec sécurité graduée selon vos besoins…

dans ailleurs | bosser chez soi | dans mon bocal | grospod | groummphh | iOS | outils | pratique
par Jean-Christophe Courte

Si vous n’avez pas envie que vos courriels se baladent en clair sur le net, ProtonMail ⚑ est assurément l’une des meilleures solutions pour travailler sur un dossier, échanger des infos professionnelles confidentielles par Mail.

Certes, en mode normal, ProtonMail fonctionne comme tout client de messagerie et votre correspondant recevant un message pourra le lire directement sur Mail par exemple…

Jusqu’ici, rien de particulier…

Un mot de passe pour attendre le contenu du Courriel

Mais ProtonMail offre un dispositif nettement plus intéressant, celui de demander un mot de passe à votre destinataire pour prendre connaissance du contenu du message que vous lui adressez et qui se trouve dans… ProtonMail.

En effet, dans ce mode avec mot de passe, le courriel expédié en clair depuis ProtonMail ne transporte en fait que le lien vers une porte d’entrée temporaire à votre coffre (…enfin, une partition de votre coffre pour votre destinataire).

Son contenu ne quitte pas ProtonMail. Certes, ce contenu pourra être copié par le destinataire mais en connaissance de cause. Cela évite pas mal de soucis dont celui d’être protégé des possibles curieux.

Pour accéder au contenu du message placé dans votre coffre, votre destinataire devra entrer un mot de passe qui sera convenu entre vous. Ce mot de passe peut être glissé quelques temps avant au téléphone ou via un SMS. Mais vous pouvez également laisser un indice pour lui rafrachir ma mémoire (attention aux indices trop simplistes comme celui de mon exemple…!)…

Enfin, très pratique, le message expédié peut avoir une durée de vie assez brève et ne plus être accessible dans les heures qui suivent l’envoi…

En amont, le service ProtonMail est protégé

De votre côté, comme pour un coffre de banque, vous devez avoir une première clé pour pénétrer sur le serveur de ProtonMail, dans la salle des coffres pour schématiser…

Puis une seconde clé pour ouvrir votre coffre, clé codée que vous pouvez remplacer à votre guise…

Cette double authentification avec deux mots de passe était l’une des difficultés d’usage de la messagerie sous iOS. Non pas que cela ne fonctionnait pas, bien au contraire, mais que cela restait un poil compliqué à l’usage.

Avec la nouvelle version (1.2.3), tout peut être réduit à une pression de Touch ID ou/et à une combinaison entrée au clavier.

pour les plus paranos, la solution avec saisie au clavier de cette combinaison est assurément la plus sûre même si elle reste la plus longue.

Illustration sur l’iPhone

Cela fonctionne depuis un navigateur web, sous Androïd mais aussi iPad. Ici, via l’application iOS sous iPhone avec des explications brossées à grands traits…

reduc-450

  • À gauche | les deux options sont disponibles, code numérique ou Touch ID…
  • À droite | Dans les préférences, nombre de possibilité (comme les avoir tous les deux et, surtout, un temps contrôlé de fermeture de l’application comme pour 1password ⚑

reduc-450

  • À gauche | Quand vous saisissez un message, vous pouvez donc lui adjoindre une clé, un mot de passe, avec ou sans indication (hint)…
  • À droite | Indication de la demande de mode de passe mais aussi de la durée de vie du message (sera traité par la suite dans ce billet) et, bien entendu, pièce(s) jointe(s).

Comment cela se passe pour le destinataire ?

En gros, si un mot de passe est utilisé…?!

reduc-450

  • À gauche | Le titre de votre message est lisible sous Mail et suivi d’une demande saisie de mot de passe avec un indice si besoin…
  • À droite | En tapotant sur le bouton dans le corps du courriel, vous quittez automatiquement Mail pour vous rendre sur le navigateur web via une liaison HTTPS…

reduc-450

  • À gauche | Il vous reste à rentrer le mot de passe puis à valider…
  • À droite | …Et vous accédez au contenu, toujours via la liaison HTTPS…

En résumé le contenu de ce courriel n’est jamais déplacé sur Mail… Pas mal non…?

Notez que le message sera inaccessible par défaut pendant un certains nombre de jours… Mais vous pouvez réduire cette durée. Exemple…

reduc-450

  • Dans la fenêtre de saisie de votre message dans ProtonMail, vous pouvez lui allouer un mot de passe (come expliqué au départ), ajouter des pièces jointes et préciser une durée de vie…

Pourquoi utiliser ProtonMail !?

Je pourrais répondre simplement que, même si nous n’avons rien à cacher, je ne vois pas pourquoi nous devrions être aisément surveillés, espionnés. Question de principe…

Ensuite, dans le cadre d’un procédure judiciaire ou notariale, des échanges professionnels, il n’est pas inutile de renforcer le secret de ces communications. C’est dit.

Si ProtonMail est gratuit, cela ne vous empêchera pas de regarder les diverses options qui sont visibles sur leur site, protonmail.com et en partie en français… Et de faire un don.

Bref, comme le VPN — cf. urbanbike | Hide My Ass! — ou encore l’application Signal ⚑, ProtonMail permet de se mettre à l’abri des gens… un peu trop curieux…!

À suivre…

le 04/05/2016 à 13:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Hide My Ass! | un VPN sur iOS, entre autres… | 2

Mise à jour en 2.1

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Rappel : je lis régulièrement la prose technique de Damien Bancal dans ZATAZ et j’ai fini par opter pour Hide My Ass! ⚑ — cf. urbanbike | iOS et sac à dos….

J’en ai parlé ici avant de partir quelques jours et ça a bien fonctionné pour mes connexions (deux écrans simultanément) dans ls gares et lieux publics même si parfois cela avait tendance à sauter et même à perdre mes identifiants…

Cette après-midi, mise à jour (qui stabilisera — je le souhaite — ce que je signalais juste avant…) et une nouveauté pas inintéressante…

reduc-450

  • À gauche | Au lieu de Account, un Help Me Choose qui atterrit sur
  • À droite | …ce panneau avec 4 choix qui vous permettront de ne plus trop vous poser de questions…

reduc-450

  • une connexion sécurisée normale (comme je suis OVH, j’impression d’être en terrain connu), une liste généreuse de tous les serveurs de ce VPN dans des tas de pays…

reduc-450

  • et, pour les plus angoissés, le mode Parano ou le mode anti-censure !

Bref, ça fonctionne assez bien et, rappel, on peut ne prendre un abonnement que pour un mois et ne le renouveler que pour ses déplacements…

Et encore merci à Damien…

le 03/05/2016 à 18:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Réflexions à propos de SplitView, l’écriture, x-callback-url, la vie qui passe…

Illustration entre Drafts 4 et Ulysses sous iOS

dans dans mon bocal | écrire | iOS | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Retour de voyage, décompression et furieuse envie de reprendre le collier1… Du coup, comme je suis en vacances (…ma fille est repartie au lycée…!), j’ai procédé au grand rangement de mes (trop) nombreux projets, viré à la benne des tas de dossiers, de bribes et réorganisé ce qui a survécu à mon passage…!

Pour expliquer ce qui suit, je n’arrive pas à rester inscrit dans une unique application de traitement de texte… notamment sous iOS.

En général, je démarre mes brouillons dans Drafts 4 — le bien nommé… Puis j’éparpille mes notes, premiers jets dans Day One 2, Editorial, iA Writer ou Ulysses selon mes envies, besoins… Ou projets.

Écrire dans une seule application ou plusieurs…?

En effet, mes plus gros dossiers (…mes futurs goncourt(e)s… — oui, je fais à nouveau ce mauvais jeu de mots…) se retrouvent dans Ulysses Mobile pour des raisons qui n’échapperont pas aux utilisateurs de ce prodigieux traitement de texte capable de traiter dossiers et sous-dossiers puis d’exporter un ensemble ordonné de feuillets en un unique fichier PDF, ePub ou Markdown, entre autres…!

J’aime bien ce phasage qui démarre avec un premier jet puis, quand cela me semble plus abouti, lisible, utilisable, un envoi vers un autre outil. Récemment, j’ai évoqué ce dispositif pour les notes de voyage — lire : urbanbike | Mon carnet de voyage sur iPhone…? Day One 2.

Bon, cela ne rend pas ma prose meilleure mais cela permet surtout de me relire (…ce que je ne fais jamais assez à mon goût, grosse tendance à survoler au lieu de lire à nouveau…).

Tester ses scripts d’export entre Drafts 4 et Ulysses…? Facile…!

C’est ici que SplitView (le découpage d’écran iOS qui fonctionne sur les écrans les plus récents) intervient et me permet de vérifier que je n’écorne pas les noms de mes dossiers lorsque j’ajoute une nouvelle action x-callback-url, un script…

En effet, comme je suis distrait et totalement dyslexique (ce qui fait beaucoup pour un vieillard…), c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour orthographier correctement les URL de mes actions ! En les affichant sous mon nez…!

reduc-450

  • À gauche | sous Drafts 4, mes diverses actions d’export vers Ulysses.
  • À droite | sous Ulysses Mobile, les projets (…enfin, ce qu’il en reste…!)

Dupliquer une action qui fonctionne et en changer le chemin…

Astuce de paresseux, il est aisé de dupliquer une action existante dans Drafts 4 — relire What’s new in Drafts 4? – Agile Tortoise ou urbanbike | Sous iOS, Drafts 4 intègre box.net …entre autres…!

On déplace le doigt horizontalement vers la droite sur une action et, dans la partie qui s’affiche à gauche, l’icône avec deux carrés superposés règle ce dilemme !

reduc-450

  • Suffit de remplir dans les URL à gauche ce qui est indiqué à droite comme noms de dossiers et sous-dossiers. Les blancs dans ces URL…? On les remplace par des %20, c’est tout…

Tester l’action…

Ensuite, à partir d’un fichier de test, de vérifier que Drafts 4 envoie bien ce fichier dans Ulysses, pas compliqué de suivre et de corriger si erreur il y a…

reduc-450

  • Bingo…! On peut même ajouter une option de suppression du fichier dans Drafts 4 après action… Pour ma part, c’est une option de nettoyage des apostrophes avant export…!

Heu, ça marche comment…?

Tout est indiqué dans cette page de support de Ulysses… Vous pouvez retrouver les infos plus techniques dans des billets2 précédents…

Et quelques liens vers ces traitements de texte sous iOS :


  1. Vu la modicité de ma retraite, je me suis remis en chasse pour la compléter a minima (je me suis renseigné, je peux le faire…). Je crois savoir rédiger (avec fautes, certes…), je peux jouer le rôle d’un Community Manager. Ou encore, faire la vaisselle, passer l’aspirateur, expliquer comment utiliser un iPad, un traitement de texte Markdown, former, etc. En même temps, je comprends ceux qui m’entendent chercher du taf puis disparaître en Italie… Or mon temps est compté, c’est maintenant et bien moins que demain…! 

  2. Et même dans Slice42 sous mon nom : urbanbike | Vers Ulysses Mobile via x-callback-url 

le 03/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Écrire dans medium ?

Chouette plateforme

dans dans mon bocal | écrire | voir
par Jean-Christophe Courte

J’ai fini par m’inscrire sur medium, histoire de suivre deux personnes que j’apprécie. D’autres suivront…

Je me suis planté dans les options, fini par trouver des chroniques en français avant de quitter les lieux, pas trop convaincu par ma première incursion. Mais je suis revenu et accède via l’application dédiée sous iPad.

Certes, nombre d’arguments militent en faveur de cette plateforme, lire Medium isn’t just startup people — Free Code Camp par exemple.

Il est clair que c’est un endroit intéressant avec, de plus, trois bons outils Markdown sous iOS et OSX, capables de publier vos textes aisément1 si vous souhaitez, à votre tour, contribuer.

Lire Comment j’ai atterri sur Medium : grâce à Ulysses… — Medium ou Je suis de retour… sur Medium — Medium, deux personnes qui contribuent à leur rythme.

Est-ce que tout ceci m’a donné envie de publier sur medium ? Non, pas encore, j’attends d’apprivoiser un peu plus le binz pour me décider. Ou pas.

Je vais continuer à lire et, de temps à autre, commenter. Ainsi ce billet Mon TOP 5 des utilitaires pour Mac — Medium.

C’est dit. Mais c’est moins catégoriquement non2 qu’il y a quinze jours…!

Ajout : en discutant avec Fred, ce dernier m’a expédié un lien sur un des ses billet de début 2013, billet que je viens de lire et que je recommande pour mieux comprendre la genèse de medium (…oui, il faut mettre une cap à Medium)… | Medium : la boîte à idées |


  1. Ulysses, iA Writer et Byword pour le moment… 

  2. s’il y avait des notes en bas de page, cela serait un verrou de moins, soit dit en passant… et une action pour poster depuis Drafts 4 (Greg…?!). Je sais, ce sont des arguments assez légers. D’autant que Editorial répond à cette option via ce Workflow : Editorial Workflow — Post to Medium 

le 02/05/2016 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Mon carnet de voyage sur iPhone…? Day One 2

Notes, clichés, géolocalisation et plus encore

dans ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | mémoire | photographie | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Les quelques lecteurs réguliers de urbanbike se souviennent (je les ai saoulés) que j’ai abondamment évoqué1 Day One 2. Ce billet revient — je pensais faire court, encore raté…! — sur quelques options pratiques pour créer de nouvelles notes dans Day One 2 et utilisées ces dernières semaines en conditions réelles, c’est à dire en balade…

Avertissement : Oui, nous avons eu parfois des soucis de synchronisation avec le serveur dédié de Day One 2 (si, si…!) mais, au risque de nous répéter (!), nous — ma fille comme moi — avons vécu ces interruptions sans stress aucun …pour trois bonnes raisons…!

  • Nous employons Day One depuis octobre 2011 et n’avons jamais perdu quoi que ce soit… Certes, jusqu’à présent…! Ensuite, 99,9 % de nos écrits sont déjà synchronisés sur ce serveur. Et également sur nos autres écrans…
  • Même en l’absence de connexion internet ou de synchronisation correcte avec le dispositif de Day One 2, nos iPhones2 conservent l’intégralité de nos textes et images. Ça va sans dire mais c’est mieux en le rappelant…! Dès que le dispositif de synchro fonctionne à nouveau, les éléments rédigés entre temps sont exportés vers leur serveur dédié. Puis, dès connexion, atterrissent à leur tour sur nos iPads ou Macs…
  • Enfin, la qualité du développement effectué par de Bloom Built, notamment par Paul Magne, le soin accordé à tous les détails nous semble être un gage patent de sérieux…

C’est notre avis, CQFD, et nous le partageons3…!

Au pire, il est reste toujours la possibilité — depuis Day One 2 — d’exporter tous nos journaux : relire urbanbike | Exporter un journal au format texte depuis Day One 2 sous iOS.

Non, le vrai problème serait de se faire piquer (ou égarer…!) un iPhone avant cette synchronisation. Mais là, cela ne dépend plus trop des développeurs, non…?!

Comment insérer des images dans son flux Day One…?!

Je n’ai pas exploité à fond toutes les options qui suivent dont la prise de vue depuis Day One 2.

reduc-450

  • À gauche | 3D Touch est disponible pour les iPhones récents et équipés de cette option. Du coup, très simple d’ajouter une photo, mieux de se servir de la dernière photo ajoutée dans l’album.
  • À droite | Une autre option est de passer par Day One 2

reduc-450

  • À gauche | Et, au lieu de choisir une image, appuyer sur Camera…
  • À droite | Ici une vue de mon écran sous Photoshop… Certes, pas de HDR ou de mode noir et blanc à la Provoke ⚑ mais c’est parfait pour des notes photographiques… qui seront géolocalisées.

Pour ma part, je n’utilise pas comme ma fille Day One 2 dans la journée… C’est dans la soirée ou le lendemain au réveil que je rattrape mon retard en allant piocher dans les images enregistrées la veille (ou les jours précédents) dans l’iPhone et, ce, depuis Day One 2

reduc-450

  • À gauche | La méthode la plus simple est de remonter en haut de la chronologie pour atteindre l’icône de l’appareil photo…
  • À droite | Puis de choisir dans les images de l’album (oui, on accède immédiatement à toutes les images de l’album du iPhone) la ou les images d’un moment notable… Pensez bien à appuyer sur Done (…l’application n’est pas encore traduite à 100 % en français mais chaque version apporte son lot de correctifs, notamment linguistiques…) pour valider l’utilisation des photos sélectionnées…

Ensuite, à vous de saisir le texte afférent. Ou pas…

Encore une option pratique, ajouter des images sans pour autant les commenter. De fait, la date de prise de vue de l’image de votre choix est employée pour ranger chronologiquement cette entrée dans votre flux… et, bien entendu, leur localisation…

Cette manière d’aller récupérer des images via Day One 2 est la plus évidente mais elle n’est pas la seule. Elle a d’ailleurs parfois un défaut, celle de planter (sans conséquences…!!) l’application (…enfin, la version que j’emploie).

Je lui préfère — de temps en temps — et pour une seule image une autre méthode, celle qui consiste à passer par l’album (…avec un seul risque, ne pas me rendre compte que j’ai déjà employé telle ou telle image…!)…

reduc-450

  • À gauche | Cette troisième méthode consiste à faire défiler mes images en plus grand format dans l’album (…plus pratique que les miniatures dans Day One 2) puis exporter l’image que je souhaite…
  • À droite | L’image étant sélectionnée, reste à envoyer vers Day One 2 (si l’icône Day One 2 est absente, cherchez dans cette rangée l’icône Autre, appuyez dessus puis activez Day One 2, positionnez même ce dernier en haut de liste si besoin est…)

Si aucune icône d’application ne s’affiche, c’est peut-être du au fait que vous n’avez pas sélectionné d’image…!

reduc-450

  • À gauche | En validant l’envoi vers Day One 2, iOS affiche une fenêtre dans l’album qui reprend quasiment tout ce dont vous avez besoin… Vous pouvez saisir un micro note (ou plus, si vous le souhaitez…), changer de Journal…
  • À droite | ici, j’opte pour le journal nommé Balades

reduc-450

  • À gauche | Vous pouvez ajouter de suite un ou plusieurs tags…
  • À droite | Une fois la fenêtre remplie (…ou pas, j’insiste sur le fait que vous pouvez aussi publier tel…), appuyez sur Publier

Généralement, il ne se passe rien…! Logique, l’opération s’est effectuée en arrière plan…

Je ne vous cache pas que cela ne fonctionne à tous les coups… Comme j’utilise des versions beta de Day One 2 et de iOS, je ne sais qui pose problème…! Aussi je signale ces dysfonctionnements aux développeurs…

reduc-450

  • Généralement, ça fonctionne et vous retrouvez votre entrée dans Day One 2 à sa position chronologique et, dans la page complète votre photo, le texte qui l’accompagne mais aussi une carte…

Photos ou Carte…?

Si la fonction recherche est très efficace — relire urbanbike | Pratique : les deux modes de recherche sur Day One 2 — j’emploie deux autres modes…

reduc-450

  • À gauche | A | Soit je recherche visuellement sachant que Day One 2 trie les images chronologiquement…
  • À droite | B | Soit je recherche par localisation sur une carte

reduc-450

  • À gauche | en zoomant sur la carte, j’isole peu à peu les images et retrouve le point approximatif de ma prise de vue…
  • À droite | Un appui sur la position de l’image permet d’afficher la note ; ensuite, un appui sur Épingle de la carte permet de revenir sur la carte…

à propos des trois icônes en haut à gauche de la carte, la première vous permet d’afficher une vue satellite, la seconde de retrouver votre position actuelle sur la carte, la troisième de circonscrire la carte à toutes vos photos enregistrées dans cette application…

Pourquoi j’utilise Day One 2…?

Ce qui précède est une illustration de quelques options de cette application qui ne sert pas qu’aux voyages ou aux journaux d’adolescents…! C’est au quotidien que je l’emploie et ceci explique mes divers journaux qui sont autant de dossiers d’écriture indépendants…

Je ne suis pas un expert, un gars qualifié pour m’exprimer en termes doctes et définitifs… Je ne suis qu’un simple utilisateur qui, à cet instant, a confié 3529 notes écrites + 1869 photos concernant 1428 jours à cet outil de traitement de texte.

En premier lieu, Day One 2 est un excellent traitement de texte Markdown qui peut recevoir des textes balisés en provenance de Drafts 4, iA Writer et bien d’autres applications… Ceci explique aussi pourquoi il est très rapide en synchronisation texte.

Ensuite, Day One 2 est devenu, au fil des années, une part de ma mémoire (…au même titre que urbanbike…!). J’y note des tas de choses tant personnelles (voyages, événements…) que pratiques, des réflexions plus techniques, des idées…

Très souvent je démarre ma note en mode brouillon dans Drafts 4 avant de l’exporter via une action x-callback-url dans Day One 2.

J’apprécie avant tout à Day One 2 de me simplifier la vie en employant ce dispositif ante-chronologique qui range immédiatement ma note, en y accolant des informations pratiques comme le lieu de l’image ou de ma note si elle est dépourvue de photo mais également une information météo, le nombre de pas que j’ai effectué à ce moment là depuis le début de la journée, etc. D’aucuns trouveront ceci inutile, superfétatoire… Libre à eux de le penser…

Day One 2 me permet de retrouver dans la minute des événements précis, me remémorer de la période où nous nous sommes rendus dans tel coin, telle situation. C’est tellement efficace que j’ai ajouté ultérieurement des infos qui préexistaient avant mon utilisation intensive de Day One 2.

Pour conclure, si je ne devais ne disposer que d’une seule application sur mon iPhone en dehors de celles proposées par Apple — et malgré mes usages quotidiens de produits comme Ulysses, Editorial, iA Writer, Drafts 4 et autres — ce serait, sans discussion possible4, Day One 2. Tout d’abord pour cet aspect traitement de texte Markdown avec support de TextExpander. Ensuite pour cette exploitation générale des EXIF de mes images… Je me répète, Day One 2 est un prolongement de ma mémoire…

Voilà, c’est dit…

Dois-je ajouter que j’apprécie l’élégance de cette application…? Son ergonomie…?


  1. Dans la case de recherche de ce blog, entrez Day One 2. Désolé pour le nombre d’entrées…! 

  2. Aurélia utilise un iPhone 4s et moi un iPhone 6s+, ces deux écrans sous iOS 9.3 

  3. Bien entendu que c’est une répétition… Pensez à changez de site si cette manière d’écrire vous déplaît… 

  4. Et même si je regrette de ne pouvoir utiliser un autre service comme DropBox, s’il me manque un mode nuit, etc. Ah, si : je rêve de la récupération des données de Moves… avec une carte de mes pérégrinations quotidiennes. Ou entre telle et telle heure de la journée, histoire de compléter mes notes par une carte de mes déambulations… 

le 01/05/2016 à 12:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPhone 6s+ en voyage ? Un compagnon idéal !

Pourquoi s’encombrer ?!

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | iOS | photographie | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce billet fait suite à urbanbike | iOS et sac à dos…

Certes, de retour, j’annote ce texte sur un iPad… Bref, en résumé, je suis parti avec deux écrans mais suis désormais convaincu que j’aurais pu/dû ne partir qu’avec le iPhone 6s+1. Si, si…!

Explications…

C’est un constat sur dix jours, balloté entre divers hébergements dans une demi-douzaine de cités reliées par le chemin de fer. En effet, rien ne vaut un début d’expérience en conditions réelles avec ses aléas (retards de train, correspondances…), périples à pied dans les villes (Moves m’indique plus de 150 kilomètres en dix jours avec des pointes à plus de 18…). Tout en prenant des clichés et en se dirigeant dans l’urbain, ci et là, en mode boussole.

Et sans oublier les tweets, la récupération des courriels, les échanges par SMS avec les hébergements ou le fiston arrivé, pour Venise, en avion low-cost.

Savoir quand on arrive, quand on repart est essentiel pour l’hébergeur2. Sans oublier le problème des clés à rendre, la consigne des sacs. Tout ceci se négocie au cas par cas.

Une autonomie rassurante

Dire que l’autonomie de cet iPhone grand format est franchement remarquable n’est pas une surprise. Mais plus clair de le constater dans les conditions d’un voyage.

Étonnamment, la fin de la journée était rarement en dessous de 40% de charge. Du coup, de la marge pour ressortir manger un morceau, filer sur un quai, boire un Spritz et revenir en évitant soigneusement les ruelles en impasse sur un canal…!

Rappel utile : en Italie, la 3G3 se capte quasiment partout dans les villes. Même dans le train (…dans les wagons où l’on trouve souvent des prises pour recharger). En gros, cette excellente couverture téléphonique a aussi une incidence claire sur l’autonomie.

Boussole plus qu’itinéraire…

En ville, la consultation de Plans est parfaite. Mais nous avons renoncé assez vite à nous fier à l’itinéraire par étapes.

Montrer comment rejoindre au plus vite à pieds depuis notre géolocalisation une adresse finale est pratique mais suivre les indications par étapes en mode piéton dans une ville bourrée de ruelles pêche en terme de vitesse. Mieux vaut afficher le trajet proposé puis suivre sa géolocalisation sur cet itinéraire. Le point bleu signalant la position du iPhone, il est facile de constater si l’on est sur la bonne route ou carrément dans les choux.

En prenant le temps, le mode boussole s’avère utile pour repérer un édifice puis s’y rendre à l’estime. Cela permet, de plus, des découvertes imprévues.

Notes photographiques

Prendre des clichés avec ProCamera en mode HDR et 5 visuels est d’autant plus confortable que la stabilisation de l’optique sur le 6s+ joue particulièrement pour des scènes intérieures (musées ou églises…).

Néanmoins, j’ai usé et abusé au départ de cette application au lieu de laisser la main à l’application Appareil photo d’Apple. Et trop souvent, je n’ai pas fait le choix du mode HDR naturel pour opter pour HDR Éclatant, voire Dramatique. Bon, pas de regrets, on apprend de ses erreurs.

Dans nombre de situations, je préfère shooter en noir et blanc. Et pour cela, même s’il m’est possible de convertir des clichés couleur issus de l’album, j’ai utilisé Provoke.

Ceci me ramène quelques décennies en arrière, à l’évoque où je me défonçais le dos en trimballant un Hasselblad et deux dos films argentiques amovibles : un pour le noir et blanc, le second pour la couleur. Ici. Il me suffit de changer d’application.

Oui, le iPhone 6s+ est une bonne boite à pixels. Néanmoins, je reste partagé et — même si j’ai du écrire l’inverse ailleurs…! — j’apprécie le Canon M et son EF-M 22mm f/2 STM. Un exemple ci-dessous…

reduc-450

Rappels

Si j’ai bien apprécié le Wallet et le rappel des billets de train, ce sont surtout les alertes de Fantastical avec les informations tant des horaires des trains ou des réservations, infos souvent fournies par les services que nous avons utilisé, de Booking à Capitain Train

Rappel : imprimer nos billets ne fut pas inutile non plus.

Carnet de route

Enfin, chaque jour, écrire son journal de bord. Si Day One 24 reste l’outil le plus adapté pour conserver la chronologie en récupérant l’horodatage des images et leur localisation, j’ai préféré employer un traitement de texte Markdown pour rédiger un billet de la journée complète. Et comme j’avais pu récupérer la dernière version de iA Writer en me connectant en 3G, j’ai employé ce dernier.

…agréable mais avec deux faiblesses à mes yeux, l’absence de TextExpander et, surtout, une certaine lenteur à synchroniser via iCloud. Du coup, je suis revenu sur Drafts 4.

Mais, Théo, qu’est-ce que tu racontes !?

Okay, les modèles de prévision météorologiques ont eu du pain sur la planche fin avril… WeatherPro nous a servi des prévisions assez hasardeuses et éloignées de la pluie que l’on se ramassait, je ne parle pas même de RainToDay qui n’est pas encore activé en Italie.

Pour finir…

  • Translator nous a servi une seule fois. Le reste du temps, c’est généralement l’anglais et nos tentatives de communiquer en italien. Hormis une fois à Turin en prenant un pot à La Maison de Marie, le maître des lieux parlant un excellent français pour nous communiquer son amour de sa ville.
  • Gerty pour les longs moments dans le train pour lire…
  • Moves qui est passé en 2.7.11 en cours de voyage et qui enregistre nos parcours…
  • WikiLinks bien pratique pour répondre à des questions sur l’instant et proposant, via notre localisation, des données sur ce qui nous entourait
  • Booking et TripAdvisor pour des infos pratiques avant et pendant
  • Nest qui nous a permis de constater que le chauffage se relançait correctement chez nous pendant notre absence (pointes à -2°) et permettait de conserver notre logis à 13°C. C’est cette même application qui nous a permis de rentrer dans des volumes revenus à 17°C car programmée depuis le train du retour…
  • Hide My Ass! qui n’a fonctionné que sur deux écrans en même temps (Apple m’a remboursé mon second achat…) et bien pratique dans les gares.
  • Podcasts d’Apple pour meubler les soirées sans connexion ou les épisodes ferroviaires trop longs.
  • Assistance Free qui remplace le service de FreeMobile via Twitter et qui m’a permis de comprendre pourquoi l’iPhone de ma fille et le mien n’avaient pas basculé sur le réseau du partenaire italien après la frontière. Un échange en vidéo depuis l’hôtel avec le technicien m’a permis de comprendre que nos iPhones avaient mémorisé l’ancien partenaire et non le nouveau. Il fallait donc désactiver le mode Automatique dans Réglages/Opérateurs et choisir le nouveau prestataire.

Voilà, voilà !

Pour finir, des liens vers les applications utilisées…

reduc-450

  • Deux images réalisées capturées par un Canon M à… Burano (…clichés dédiés à Sylvie Niel…!)

  1. bon, comme Apple se casse la gueule en bourse, que Apple est mort, cette chronique est désormais inutile ! 

  2. J’ai reçu mes droits d’auteur 2015 ce midi et cela me permet de régler deux nuitées sur neuf… Je vais finir par me lancer dans la politique, c’est nettement plus rémunérateur…! 

  3. Free bosse désormais avec Vodophone et cela se sent en terme de couverture 

  4. comme nombre d’utilisateurs, j’ai vécu — sans stress, j’insiste — les périodes sans synchronisation du iPhone vers le serveur de Day One 2. Mais tout est revenu dans l’ordre et mon carnet de voyage est désormais tant sur le iPhone 6s+ que sous iPad ou Mac. 

le 30/04/2016 à 16:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?