Urbanbike

Recherche | mode avancée

un vendredi …treize épatant !

un vendredi …treize épatant !

dans ailleurs | iOS | photographie | voir
par Jean-Christophe Courte

Paradoxalement, l’endroit où je me rends le moins reste Paris. Aussi, quelle drôle d’idée de s’y rendre un vendredi 13 avec alerte orages et averses diluviennes…?

reduc-450

En sortant de la station Musée d’Orsay, c’est un Paris fraîchement lavé par la pluie qui m’accueille. Passage par le jardin des tuileries pour débouler dans mon ancien quartier, là où j’ai passé plus de trente ans à gratter.

reduc-450

Ça démarre par un passage chez mes amis opticiens que je cueille dès l’ouverture et qui s’occupent illico de mon inusable monture en titane.

reduc-450

Elle n’est pas à la dernière mode et ne pèse rien sur mon nez1. Néanmoins, je dois faire vérifier les deux machins usagés qui sont en arrière-plan (!) et ensuite changer de verres.

reduc-450

Après coup, tour dans ce quartier, passage devant nos anciens bureaux et un peu de nostalgie en déambulant…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Avant d’atterrir à Neuilly pour discuter d’un peu d’activité à la rentrée…

reduc-450

reduc-450

Mon vieux copain (Bob, 35 ans…? Au bas mot…?!) m’a préparé une surprise à tester…

reduc-450

Je précise que la sienne est sans bulles…

reduc-450

Enfin, dument lesté, je reprends la voie ferrée…

reduc-450

Avant de finir, 24 heures plus tard, les transferts de données d’un écran vers l’autre… Merci Bob.

À suivre…

  • clichés effectués comme d’habitude avec Provoke ⚑ — l’ami Henri Dominique m’est témoin (…car en copie du Mail), Toshihiko Tambo va ajouter Touch 3D à la prochaine version de cette application…

  1. J’avais perdu l’une des pattes d’appui sur mes naseaux depuis des mois mais, même pas eu à discuter, mes besicles sont revenues en quelques minutes comme neuves… merci à eux… et ça fait quelques décennies que ça dure…! 

le 14/05/2016 à 14:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Un expert dit… Dix experts disent…

Et alors…?! Ces gens ne se trompent donc jamais…?

dans ailleurs | groummphh | mémoire | voir
par Jean-Christophe Courte

Je reste circonspect quand je lis, au début d’une information, le mot expert. Non pas que je me méfie des spécialistes mais je sors instantanément mes pincettes. Les experts pullulent (…mon facétieux correcteur m’a proposé polluent) et ont un avis sur tout, ce qui est bien pratique1.

Je reviens brièvement sur cette histoire du jeune William qui localise une cité maya et qui est flingué aussi sec par une tripotée d’experts. Je n’ai pas compris comment il avait déduit la localisation d’une cité mais ce que je lis depuis 48 heures me sidère plus encore…!

Certes, j’ai conservé mes rêves de môme. Je me souviens de mes lectures d’adolescent, de celle de la découverte des vestiges de Troie par Schliemann. Même si aujourd’hui, les experts (sic !) ne sont pas d’accord, les fouilles continuent.

Et la ville existe bien… C’est ballot…!

Pour finir, un souvenir personnel.

Vous pouvez interrompre votre lecture d’ailleurs…!

Quand je suis retourné au Mexique juste avant mes 21 ans pour une grosse semaine (en 1974…), mon père qui bossait sur place2 avait décidé d’effectuer une virée dans le Yucatán à cette occasion. Je n’ai rien consigné à l’époque, mes souvenirs étaient frais et j’étais persuadé qu’ils étaient inoxydables (eh bien, non…!).

Nous avions quitté Mexico en voiture (…je me souviens qu’elle etait bleue, que c’était une voiture du parc du l’entreprise qui l’employait, Soletanche) et mis le cap sur Merida tout en passant par Veracruz (au retour) et Villahermosa (à l’aller), deux villes dans lesquelles nous avions dormi3.

Je me souviens que nous avions passé quelques heures à Palenque puis remonté vers Merida sur une route peu fréquentée avant de finir non loin de Tulum à Cancún. Dans ces années là, il n’y avait pas encore de spots touristiques… mais par contre, je me souviens des quelques paillotes qui donnaient sur la mer et du sommeil réparateur du à la fraîcheur de l’océan.

Ensuite nous sommes repartis en sens inverse car ma permission4 avait une fin. J’avais eu le temps de visiter à Mexico le musée archéologique et, bien sûr, de faire un saut à Teotihuacan, site que j’avais parcouru quelques fois avec ma mère une douzaine d’années plus tôt (…voir en fin de page).

L’idée était de profiter de ma venue pour me faire découvrir les sites mayas5 que mon père avait eu l’occasion de visiter pendant ses propres périodes de repos. Dont Uxmal et Chichén Itzá.

Je me souviens de la route quasi vide, du fait que mes parents se relayaient (…et s’engueulaient quotidiennement…!), me laissant le volant quelque fois. C’était généralement mon père qui conduisait.

Je me souviens que nous avons souvent roulé tardivement (quand la nuit tombe, elle tombe brutalement…!), que je ne cessais de regarder le paysage défilant sous mes yeux.

Et de rêver à tout ce que j’imaginais masqué par la végétation, m’attardant sur les volumes nettement plus géométriques que d’autres…

Sans être un expert, je reste convaincu depuis cette longue traversée effectuée naguère que des tas d’autres sites n’attendent que leurs découvreurs. Et pourquoi pas un William en mode Schliemann…?

Laissons-le grandir et poursuivre ses rêves. Qui sait, un jour ce serait splendide qu’il nous démontre qu’il avait raison.

Clin d’oeil…

Vu que cela n’intéresse pas6 les experts, pour vos yeux…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

  • Un côté Buzz l’éclair…

reduc-450

reduc-450

Une suite si cela intéresse l’un de mes 6 lecteurs…


  1. E pur si muove! disait — peut-être…! — un gars contredit par tous les esperts de l’époque… 

  2. Cf. urbanbike | …Tu sais que tu deviens vieux | 13 — de 1973 à I975, mon paternel était Directeur de Travaux (Gerente de Construction) pour CIMESA (Cimentaciones Mexicanas, S.A) MEXlCO pour les travaux de fondations de l’aciérie de Puerto Lázaro Cárdenas (SICARTSA) Michoacán, CHICOASEN sur le río Grijalva, etc. Il adorait le Mexique où il avait travaillé entre 1960 et 1961 sur le Barrage du Bosque (Michoacán), parlait couramment espagnol. 

  3. en saisissant ce texte, me revient quand même les gros cafards passant en trombe dans la piaule de cette pension de famille de Villahermosa…! 

  4. J’étais à l’armée en 1974 et je remercie encore le Lieutenant Castagné d’avoir appuyé ma demande pour cette permission exceptionnelle. 

  5. Cf. Liste des sites mayas — Wikipédia pour mieux comprendre que ce n’était que quelques sites…! 

  6. C’est l’absence de réponse d’un grand musée parisien à qui nous voulions en faire don qui m’amuse le plus…! Ni oui, ni merde… 

le 13/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

The lunchbox

Décrocher…

dans ailleurs | dans mon bocal | vieillir | voir
par Jean-Christophe Courte

Je suis heureux d’avoir supprimé depuis des mois les infos fournies par Google Analytics… qui me le rend bien.

Ce billet est tout sauf un billet d’arrêt (oui, ne mélangeons pas tout…!), juste une micro suite à l’état d’esprit qui m’anime depuis 2013.

Hier, en faisant mes courses dans une grande enseigne (la préférée de mon papa…!) et sans avoir tenu compte des voyants d’alerte (niveau d’huile, circuit de refroidissement…) de ma baleine bleue, j’ai hâtivement parcouru, caddie en mains, les rayons liés à ma liste de courses1.

Au rayon frais, des gars en train de charger les rayons. Je suis d’un naturel ouvert (trop ?!) et aime à discuter avec tous ceux dont la tronche me revient. Un gars entre deux âges avec un visage buriné2 répond à mon interrogation et notre propos dévie, comme quoi on peut philosopher même dans un rayon. Puis m’interrompt en constatant que je cherche un produit qui, de toute évidence, manque. Bref, m’interroge sur ce dernier, disparaît quelques minutes et revient avec ce que je souhaitais.

Hormis cette marque de profonde gentillesse, c’est bien la convergence de nos vues qui m’a touché. Oui, vivons chaque jour comme si ce dernier était le dernier. J’en suis là.

reduc-450

Ensuite, voyant la foule des papys se densifier (foule dans laquelle je me fonds parfaitement…), j’ai fini en quelques minutes mon lot de grosses courses et filé vers une caisse tenue par une femme souriante (décidément !).

Jour de chance, ma poubelle ne m’a pas lâchée au retour et mon copain William m’a incité à passer le voir pour refaire les niveaux dans l’après-midi. Ma fille passant ses épreuves de Russe demain, c’est même plus que conseillé si je ne veux pas passer en mode auto-stop sur le chemin de son épreuve !

Puis, hier, après cette journée libidineuse qui m’a rappelé nombre d’épisodes de mon enfance (…certaines mentalités semblent ne jamais changer, je pensais que cela allait peu à peu disparaître, ben non…), Béatrice m’a remémoré ce chouette film indien qu’elle avait apprécié, The lunchbox | ARTE que j’ai visionné aux trois-quarts hier soir et terminé tranquillement ce matin.

reduc-450

Magnifique.

Je vous engage à le regarder sur votre iPad ou iPhone avec Arte ⚑. Plus que deux jours.


  1. D’ailleurs, cette visite m’a permis d’améliorer le dispositif de la liste de courses, exit ThinkBook, ce sera le sujet éventuel d’un prochain billet… 

  2. Je regrette même de ne pas l’avoir pris en photo — une gueule épatante et marquée — mais ce sera une prochaine fois car je sais désormais à quelles heures il bosse… 

le 10/05/2016 à 10:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à… | Venezia

Entre Burano et vaporetto…

dans ailleurs | architecture | mémoire | voir
par Jean-Christophe Courte

Nous y sommes arrivés par le train, la gare Santa Lucia déboulant directement sur le grand canal et à deux pas d’un arrêt de la ligne de vaporetto numéro 1 qui file jusqu’au Lido de Venise. C’est une bonne solution pour ceux qui n’apprécient pas l’avion… d’autant que nombre de chouettes villes bordent la voie ferré depuis Turin ou Milan.

reduc-450

  • vue depuis la sortie1 de la Gare… Plus simple, il n’y a pas…

Le temps de prendre un ticket pour le vaporetto (…pensez immédiatement à prendre un forfait pour le nombre de jours que vous allez passer à Venise, c’est assurément la solution la plus économique — le poste transports dans Venise est loin d’être négligeable — et cela vous permettra de sauter dans un bateau pour vous rendre jusqu’à Burano par exemple…).

Puis 55 minutes de bateau — via la ligne 1 — pour nous rendre à San Zaccharia où nous attend notre hôtesse2.

D’ailleurs autant indiquer de suite ce site internet bien pratique et en français dédié à Venise, e-venise.com

reduc-450

Dernière étape, mémoriser3 le trajet depuis San Zaccharia jusqu’à l’appartement, pas une mince affaire entre canaux, ponts et nombreux décrochements urbains…!

Ensuite…? nous avons profité de la seule belle journée annoncée pour se rendre à Murano depuis Fondamente Nova.

reduc-450

  • on retiendra essentiellement cette splendide église de San Donato avec un sol splendide…

Puis Burano …déjà évoqué dans les illustrations de ce billet.

reduc-450

Sans oublier les fresques de Torcello (gaffe : pipi-room à 1,50 €…!)

Ensuite, on a bourlingué d’un quartier à l’autre, à pieds et en vaporetto. Certains grand ponts comme Accademia permettent de franchir le grand canal et d’aller se perdre dans l’urbain (ou visiter quelques lieux remarquables comme la Fondation Peggy Guggenheim).

Je ne vais pas évoquer les restaurants, nous avons toujours préféré déjeuner de quelques tapas (re sic…!) locales — les Cicchetti — accompagnées d’un verre de Spritz4 avec des tas de glaçons. Je recommande ceux du Campo San Margherita, la terrasse bourré d’étudiants, c’est là.

Pensez à jeter une tête aussi chez Tonelo, une pâtisserie qui… rien…!

En ce qui nous concerne, la cuisine dans l’appartement nous a permis de ne pas grever nos finances avec une supérette à proximité (et ouverte même le dimanche matin) pour nous ravitailler… De l’avantage de cet hébergement dans un quartier vivant, populaire, habité…

reduc-450

  • Comme sur le Titanic, même par grosse averse, l’orchestre joue pour des tables désertées…!

reduc-450

La visite de la Basilica Di San Marco ainsi que du Palais des Doges s’est effectuée le dimanche (…il y a messe et donc le lieu est ouvert — première astuce). Béatrice avait pris nos billets la veille au Museo Correr (seconde astuce) et donc pas de queue sur Riva degli Schiavoni pour rentrer au Palazzo Ducale.

Ensuite, visite du Museo Correr avec entrée rapide également (billet jumelé, CQFD)…

reduc-450

Bon, le reste est à inventer en fonction de vos désirs, envies et capacité à crapahuter — ou non — 15 kilomètres par jour.

reduc-450

Même sous la pluie, cette ville est à visiter…! Matin, midi, soir… et même nuit.

reduc-450

reduc-450

Bon, parfois, ce n’est pas possible sans gondole…!

reduc-450

Il est clair que ces quatre nuits passées sur place nous ont convaincu qu’il faudrait impérativement (sic…!) revenir. Certes, nous avons essuyé des jours de pluie et même de froid, mais, cela reste un endroit fort étendu avec des tas de quartiers typés… Et, comme pour Paris, il faut y revenir à toutes saisons…

Il y a tant de choses à voir, à revoir : des églises bien entendu mais aussi des jardins, des expos, des tableaux épatants… Bon, ne pas hésiter quand même à se marrer devant certaines oeuvres… Une croute même muséographiée reste une croute et nous en avons croisé pas mal…

reduc-450

Après coup, vous serez incollables sur les divers types d’embarcations qui sillonnent la lagune…

reduc-450

reduc-450

Evitez juste de vous retrouver dans celle-ci…!

reduc-450

À vous désormais…!

Note de fin : le guide du routard 2016 sur Venise me semble l’un des plus pratiques pour préparer votre visite puis se repérer (sans oublier Plans sur l’iPhone)…

D’autres clichés de voyage sur Photager


  1. Petite astuce… S’il existe bien une grande consigne à bagages dans la gare, une solution est de laisser le vôtre quelques heures dans une boutique située au premier angle à gauche en sortant de la gare (juste pensez à le récupérer avant 19:30 mais tarifs identiques, le propriétaire parle français)… 

  2. Corinne (…que je salue au passage…!) et son mari louent quelques appartements dans Venise (retenez ce lien et sachez qu’ils parlent français, CQFD). Vu notre budget (modeste), nous avons opté pour un deux pièces dans Castello. Certes, un poil juste pour nous quatre mais bien équipé (…donc une machine à laver) avec mini cuisine et aménagements tirant partie de tout (astucieux…!). Au rez-de-chaussée, une salle d’eau et l’entrée dans une ruelle. Très pratique car loin du flux des touristes mais proche de la place St Marc (10 minutes à pieds). Un wifi 2G rudimentaire mais bon, nous n’étions pas sur place pour surfer. 

  3. …étant reparti le soir même récupérer mon fiston Piazza Roma (…à 150 mètres de Santa Lucia) qui arrivait lui par avion, j’ai bien enregistré le trajet, voire pris mes habitudes, la troisième fois en rentrant de nuit… 

  4. lire la rubrique sur wikipedia. Pour ma part, même si l’Aperol (de Padoue) ou le Campari (…écorce d’orange) sont excellents, j’ai apprécié la version plus amère à base de Cynar (…feuilles d’artichaut…!)… Si vous passez par Corinne, elle se fera un plaisir lors de votre installation de vous expliquer et vous indiquer tous les bons coins… 

le 10/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPhone 6s+ en voyage ? Un compagnon idéal ! | 2

Sur trois jours…

dans ailleurs | architecture | grospod | mémoire | voir
par Jean-Christophe Courte

Je m’étais promis de voyager juste avec le iPhone 6s+, sans iPad pour être précis — cf. urbanbike | iPhone 6s+ en voyage ? Un compagnon idéal !. Quelques jours autour de la fête de l’ascension étaient un excellent prétexte pour filer à quelques kilomètres de Paris visiter des villes dans lesquelles nous étions passés naguère… et d’essayer pour de bon cette idée de ne se balader qu’avec un seul écran1.

reduc-450

Dès le premier jour, j’ai délaissé mon petit Canon EOS M et son 22mm. C’est la faute de ma marinière2 (si, si…!) qui ne possède que deux poches de poitrine. L’une idéalement placée pour y déposer ce iPhone (et le récupérer dans la seconde), l’autre pour mes papiers d’identité. Dans mon vieux sac à dos vert, une prise multiple, câbles et chargeurs. Et ce M qui n’en a pas bougé…! Sans oublier quelques vêtements de rechange.

Côté applications, le minimum également

Même si je stocke nombre d’applications, je n’ai pas eu à me forcer pour n’employer que Provoke pour 95 % de mes clichés. Côté traitements de texte, Drafts 4 pour noter des trucs qui me passaient par la tête avant de les expédier dans Day One 2.

reduc-450

J’attendais également la version 2.6 de Ulysses arrivée samedi sur laquelle je termine et annote cette saisie. Ainsi que la bêta de Editorial juste renouvelée, son développeur totalement débordé.

Le plaisir de ces trois jours de balade au large de Paris réside dans la disponibilité de cet appareil photo intégré avec stabilisateur optique. Les clichés effectués avec Provoke ⚑ nécessitent peu de réglages vu que le zoom n’est pas disponible. Je n’affiche que le curseur pour ajuster le contraste. Depuis des mois, j’ai opté pour un unique réglage, le X800 en lieu et place du HPAN.

reduc-450

Avec un ciel lumineux, des ombres nettes, réaliser des images graphiques est à la portée de tous. Biberonné au film lithographique de chez Agfa-Gevaert pendant trois décennies, j’aime toujours et encore ce rendu hyper contrasté. Et comprends que l’on puisse tout autant détester ce rendu.

reduc-450

Pour nous guider de village en ville, TomTom Go Mobile ⚑. Ce dernier nécessite d’enregistrer impérativement une adresse précise de destination contrairement à Plans qui se contente d’une indication de ville. Dès lors, Plans s’est avéré parfait sur de courts itinéraires, des sauts de puce entre abbayes et musées. Mais dès que nous sommes revenus dans des zones plus denses en terme de circulation, les indications de TomTom Go restent essentielles pour m’engager dans les voies rapides sans me planter…! Surtout avec un véhicule3 fatigué…!

Alors ?

Au bout de trois jours, j’ai eu du mal à décrocher de Provoke ⚑, suis passé sur ProCamera + HDR ⚑ de temps à autres pour une vue qui rendait mieux en couleurs et hop !

reduc-450

Léger, léger vous dis-je !

En gros, l’iPad ne m’a pas manqué4 même si la vue de mes compagnes de voyage penchées sur leurs vieux écrans (iPad 2 et 3) aurait pu me faire regretter ma décision.

reduc-450

Je dois également reconnaître que mes besoins ne sont plus les mêmes, je prends le temps de décoller les yeux de mes écrans pendant qu’il est encore temps.


  1. Il est certains que urbanbike ressemble de plus en plus à un jour sans fin ! Comme mes thématiques sont souvent identiques car non basées sur des tests de ouf à propos de tout ce qui sort dans l’actualité mais sur des produits que j’emploie au quotidien, j’ai également le sentiment de radoter !! Tant pis. 

  2. En cherchant le lien vers le site de la fabrique de mes marinières, chouette surprise ce matin, la découverte d’une boutique en ligne pour cet établissement qui, depuis 1928, fabrique ce vêtement professionnel LE GLAZIK boutique officielle). Bonne découverte. Le modèle que je porte depuis… biiiiiip années … est celui-ci Vareuse Vam. C’est increvable, se patine avec le temps, n’est pas imperméable et se délave peu à peu en terme de couleur. Mon unique luxe, j’en possède six dont la plus vieille a près de 25 ans. 

  3. Je prends la précaution de laisser dans notre baleine bleue une pince pour le iPhone, un cordon et l’allume cigare. De quoi recharger en cours de route le iPhone. Ou plus exactement, de ne pas le décharger trop vite avec la consommation des cartes…. 

  4. Du coup, je testerais bien un iPad Pro Un de ces quatre. 

le 08/05/2016 à 09:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à… | Verona

Pas que les arènes ou le balcon de Juliette…!

dans ailleurs | architecture | mémoire | voir
par Jean-Christophe Courte

Comme d’habitude, nous sommes arrivés par le train… Un billet réservé sur Captain Train ⚑ et imprimé avant de partir par sécurité…

reduc-450

La gare (Porta Nuova) n’est pas exceptionnelle, elle fait office également de gare routière et se situe à trois heures de Turin… Pour attendre le centre de Verona à pied, comptez 15/20 minutes après avoir franchi un bras du fleuve (un oeil sur Plans sur votre iPhone, la gare est au sud)… Notre B&B était à douzaine de mètres d’un revendeur Apple, je ne crois plus aux coïncidences…!

Nous avions trouvé via le net un gite1 pour trois situé à un dernier étage avec, fort agréable, une petite terrasse privative non visible de la rue même… Petite salle pour déjeuner, cuisine, douche. Et une piaule pour trois personnes (…une chambre dite familiale avec moustiquaires aux fenêtres).
Et au milieu, une terrasse fleurie avec une table d’extérieur, un parasol et des chaises… Inutile de vous dire que nous en avons profité le soir même après avoir trouvé un supermarché2(http://www.despar.it) bien achalandé pour faire les courses…
Voilà pour l’intendance…

reduc-450

Comme toutes les villes en Italie, prenez le temps de circuler à pied, La boussole dans Plans vous permettra de ne pas trop vous planter mais, en revanche, chaque erreur de parcours est l’occasion de découvrir des rues, des pointes de vue, des arrières-cours, des bâtiments épatants…

reduc-450

Au lieu de filer direct vers les arènes (…au coût d’entrée assez exorbitant, avis personnel), nous avons filé vers le Ponte Scaligero di Castelvecchio. Tout en briques, il reste opérationnel pour les piétons et les vélos (…aucune voiture) et joint la ville à l’arsenal.

reduc-450

Au passage, nous avons vérifié si la piadinerie qui nous était recommandée3 était ouverte en vue d’un arrêt le lendemain… Puis déambulé sur ce pont qui particulièrement photogénique, envahi tant par quelques touristes égarés que par les habitants ou étudiants qui l’empruntent quotidiennement…

La suite ne dépend que de vous…

reduc-450

Il y a les bars et restaurants autour des arènes ainsi que quelques rues piétonnes bourrées de magasins de luxe et grandes enseignes…

reduc-450

Et puis, en s’éloignant, des coins nettement plus… agréables… Ou calmes.

reduc-450

Une solution, en sachant que vous ne risquez pas de vous perdre dans cette boucle de l’Adige qui s’étend, à la louche, dans un carré 800 mètres de côte, est de tracer le nez au vent, s’enfiler sous les passages couverts et revenir en arrière dès que vous vous retrouvez sur une berge. Simple.

reduc-450

reduc-450

Retrouver le balcon de Juliette…?

Facile, gros amas de touristes qui obstrue la rue… Pour vous remettre, un peu plus loin sur le même trottoir, la Pasticceria Cordioli4.

reduc-450

reduc-450

Bon, levez les yeux côté nord quand vous êtes dans la Piazza delle Erbe et déambulez autour du Palazzo Forti. D’étranges tombes perchées vous survolent…

reduc-450

reduc-450

Enfin, il y a également un grand nombre d’églises à visiter mais tout est payant, braves gens…! Optez pour un forfait si besoin…

reduc-450

Entre San Fermo (levez les yeux sur le plafond de bois, genre carène de bateau retournée), Sainte Anastasie et, surtout, Saint Zénon5, si, si…!

reduc-450

Cette église romane est un peu à l’ouest de la ville (600 mètres, le plus simple est de suivre la rive après le pont de briques, toujours côté Verona vieille ville) mais vous ne regretterez pas d’avoir fait le détour…

reduc-450

Pour finir, cette ville est très sympa (en comparaison avec d’autres spots touristiques), surtout le matin à la fraîche… Et mérite d’y revenir… D’ailleurs on y pense déjà…!

Bon, ceci n’est pas un guide de voyage6, juste une incitation à sauter dans le train…


  1. Via Carmelitani Scalzi 1 B&B Gheller 

  2. Via Daniele Manin 7, un Eurospar. Rappel, le pain se pèse ici. Et, si vous avez un filet à provisions, c’est mieux, les sacs plastique, c’est quasi fini… 

  3. Stadone Porta Palio 4, Gusto Piadinerie, à gauche en remontant cette voie vers le pont… Simple, efficace, bon. Peu de tables, c’est un comptoir de restauration rapide qui prépare sur le moment des Piadinas — selon vos envies, cuites dans le four illico — savoureuses… 

  4. Via Cappello 39. Pas de Roméo (hé oh…!) mais jetez une oeil sur la première vitrine réfrigérée en entrant à droite…! Une tuerie… 

  5. La basilique de San Zeno Maggiore, Piazza San Zeno 2… 

  6. Photos prises à l’iPhone et au Canon M… Lisez les EXIFs 

le 05/05/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Écrire dans medium ?

Chouette plateforme

dans dans mon bocal | écrire | voir
par Jean-Christophe Courte

J’ai fini par m’inscrire sur medium, histoire de suivre deux personnes que j’apprécie. D’autres suivront…

Je me suis planté dans les options, fini par trouver des chroniques en français avant de quitter les lieux, pas trop convaincu par ma première incursion. Mais je suis revenu et accède via l’application dédiée sous iPad.

Certes, nombre d’arguments militent en faveur de cette plateforme, lire Medium isn’t just startup people — Free Code Camp par exemple.

Il est clair que c’est un endroit intéressant avec, de plus, trois bons outils Markdown sous iOS et OSX, capables de publier vos textes aisément1 si vous souhaitez, à votre tour, contribuer.

Lire Comment j’ai atterri sur Medium : grâce à Ulysses… — Medium ou Je suis de retour… sur Medium — Medium, deux personnes qui contribuent à leur rythme.

Est-ce que tout ceci m’a donné envie de publier sur medium ? Non, pas encore, j’attends d’apprivoiser un peu plus le binz pour me décider. Ou pas.

Je vais continuer à lire et, de temps à autre, commenter. Ainsi ce billet Mon TOP 5 des utilitaires pour Mac — Medium.

C’est dit. Mais c’est moins catégoriquement non2 qu’il y a quinze jours…!

Ajout : en discutant avec Fred, ce dernier m’a expédié un lien sur un des ses billet de début 2013, billet que je viens de lire et que je recommande pour mieux comprendre la genèse de medium (…oui, il faut mettre une cap à Medium)… | Medium : la boîte à idées |


  1. Ulysses, iA Writer et Byword pour le moment… 

  2. s’il y avait des notes en bas de page, cela serait un verrou de moins, soit dit en passant… et une action pour poster depuis Drafts 4 (Greg…?!). Je sais, ce sont des arguments assez légers. D’autant que Editorial répond à cette option via ce Workflow : Editorial Workflow — Post to Medium 

le 02/05/2016 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?