À quoi carburent mes écrans | 7

iPad et iPhone essentiellement
dans | dans mon bocal | écrire | grospod | outils | vieillir |

Tiens, il y avait longtemps…!

Rappel : je ne suis plus un actif, un travailleur vrai de vrai, mes besoins actuels introduisent un biais à ne jamais omettre en parcourant ce qui suit ! Bref, mes choix ne sont pas les plus pertinents…

Du coup, plus trop l’envie (ou le besoin d’explorer) ce qui se passe du côté de OSX. Mes écrans au quotidien sont l’iPad et le grosPod — un iPhone 6s+. Mon antique MacBook Pro 17 me sert avec Ulysses et quelques outils pour illustrer ce blog.

Le mode dictée m’a bien amusé ces derniers mois avant que je ne me lasse de devoir reprendre et corriger mes phrases. Je n’y renonce pas, seul l’enthousiasme n’est plus au rendez-vous.

Le véritable changement de taille (sic…!) est l’arrivée du iPhone 6s+ avec son écran grand format. Plus la peine de s’encombrer du iPad en permanence, autonomie agréable, etc.

reduc-450

  • À gauche | le premier écran qui contient ce dont j’ai besoin…
  • À droite | ce billet sous Editorial (après un premier jet sous Drafts 4)

Côté photo, il m’arrive même avec un tel outil de faire des photos floues comme Tim Cook quand je suis fatigué (rarement). J’en apprécie l’IS mais c’est surtout la taille du viseur qui me convient1 en me laissant de la place pour viser et déclencher…!

Mais qui dit grande taille, dit clavier et traitements de texte.

Plus de confort sous Editorial, Drafts 4 et iA Writer. Grosse attente autour de Ulysses (la version beta qui tourne sous iPhone est splendide). Mais, au risque de me répéter à nouveau, ce grosPod est mon carnet de notes photographiques et textuelles.

Et sur ce plan, n’en déplaise aux esprits chagrins, la nouvelle version de Day One 2 répond à 90% à mes attentes. Comme d’habitude, je ne fais pas de photos avec Day One 2 mais avec des outils idoines. MaxCurve ⚑ me permet de post-traiter mes images avant de les importer dans Day One 2.

Mes outils sous iOS

Et ceux sous OSX

Toujours trois flux d’écriture !

  • mes notes quotidiennes avec Day One
  • mes futurs Goncourt(e)s (sic…!) avec Ulysses et, en amont, iThoughts
  • ces billets saisis à chaud sous Drafts 4, retravaillės sous Editorial et (mal !) relus sous Byword ou iA Writer.

Mais il manque dans cette liste une pièce essentielle — en 11 lettres…! — de mon dispositif d’écriture…

  • TextExpander ⚑ bien entendu, ma base de raccourcis pour gagner du temps à tout moment…

Hormis quelques rares produits (…je ne cite pas ceux d’Apple) comme iA Writer, iThoughts TextKraft Pro et ThinkBook, tous mes outils supportent TextExpander.

…quelques alternatives

Bosser avec les outils mentionnés précédemment ne m’empêche pas d’utiliser ThinkBook ⚑, de tester Syml ⚑ (que sur iPad), conserver TextKraft Pro ⚑ essentiellement sur iPad, garder en mémoire Nebulous Notes ⚑ et Daedalus touch ⚑ comme alternatives. Et attendre la version 3 de MultiMarkdown Composer ⚑ sur Mac.


  1. l’âge joue certainement sur ce point ! 

Telle Pénélope, j’attends le copier coller intelligent…

De Ulysses sous iOS : il arrive…!
dans | dans mon bocal | écrire | groummphh | iOS | pratique |

Cela fait partie de la prochaine livraison de Ulysses pour iPad et iPhone. Sur Macintosh1, c’est un poil plus complexe…

C’est quoi le souci, JC ?

S’il est aisé de copier coller un fragment de texte d’un traitement de texte Markdown vers un autre traitement de texte, le seul qui restait rétif à cette opération était Ulysses. Par inadvertance, je n’avais pas testé cette option depuis la dernière bêta2. Grosse erreur…

Sauf qu’il ne faut pas effectuer de copier coller mais exporter…

  • Passer par l’export vers une autre application
  • Choisir Ulysses
  • À l’arrivée, le rangement dans les containers est parfait !!

Illustration…

reduc-450

  • un texte dans Editorial avec liens et notes3… Je veux le transférer vers Ulysses pour iPad

reduc-450

  • il suffit de le dire et de le désigner…

reduc-450

  • Par défaut, il arrive dans le dossier Boîte pour tout (!) Déjà cela fleure bon le collage impeccable… vérifions…

reduc-450

  • Pas d’URL à côté des containers…

reduc-450

  • Le note de pied de page est en place…

reduc-450

  • Et le lien dans la note également…

Bref… toujours tester et tester à nouveau…!


  1. relire urbanbike | Coller un texte balisé en Markdown dans Ulysses III. C’est bien le même produit qui a été renommé, pour mémoire. 

  2. en terme de bêta, je me pose là…!! 

  3. Le billet de test…? Celui-ci : urbanbike | TL;DR : Gérer plusieurs flux avec Day One sous Mac, iPad ou iPhone… avec images, liens, et notes de bas de page… Et long… 

Vos notes : bas de page, fin de chapitre ou d’ouvrage…?

À redécouvrir avec le numérique…
dans | dans mon bocal | écrire | groummphh | lire | mémoire | vieillir |

Je rebondis sur un tweet lu hier (un RT de mon amie Luce) qui a donné lieu à une courte discussion avec ma fille pendant que nous échangions en mode bûcheron au ping-pong, les pieds dans la boue.

Bref, tout en essayant (!) de contrer ses balles croisées (…de l’art de me prendre de vitesse, art dans lequel elle excelle !), j’évoquais avec elle l’intérêt de ces notes1 de bas de page, pourquoi je les utilise2 désormais sans me restreindre.

Si ces notes sont souvent employées dans les ouvrages sérieux pour mentionner avec précision une source (auteur, ouvrage, numéro de page, etc.), j’aime les utiliser pour construire bâtir un second espace de lecture3, sans pour autant alourdir le cours du billet…

un aspect chouette du numérique…

Or rien n’est plus chiant, crétin, stupide4 que de jongler dans un ouvrage papier entre un appel de note dans le texte et son explication une quinzaine de pages plus loin, voir un regroupement de toutes les notes en fin d’ouvrage. Je me refuse à entendre les explications habituelles sur la difficulté que cela représenterait : avec FrameMaker il y a des lustres, il était facile de demander à l’application de se débrouiller pour les placer en fin de page courante.

Sur une page web, c’est nettement plus simple. Un appui sur l’appel de note conduit à la note (même si le billet est très long). Ensuite à la fin de la note, la flèche située en regard permet de revenir à l’appel de la note, sorte de va-et-vient numérique confortable, d’ascenseur.

Dans un fichier ePub, c’est nettement plus confortable, un appui affiche temporairement une fenêtre avec la note.

Du coup, il est facile pour un lecteur de revenir au paragraphe source. Bref, de ne pas se perdre en cours de route !

Ce dispositif offre une lecture à plusieurs vitesses5, permet de consulter les digressions, les informations hors contexte si l’on est d’humeur à les parcourir.

reduc-450

Ou rester strictement dans le cadre de l’information annoncée par le titre et le sous-titre en esquivant ce foisonnement de notes buissonnières !

Fort de ces constats, je suis dans une phase d’écriture d’un texte personnel avec ce dispositif. Cela revient à mettre en place une trame linéaire, un fil d’Ariane. Et, sur toute cette ligne, des noeuds6 comme autant d’appels à de possibles bifurcations7 qui seront ainsi matérialisées, chaque note pouvant être autonome dans sa lecture8.

reduc-450

Quitte à sortir de la ligne…!

Bon, ce sont quelques idées partagées ici…

À suivre…

À propos de ces deux photos9


  1. …qui sont ici, sur urbanbike, des notes de fin de billet

  2. J’aurais du mentionner également la simplicité du balisage Markdown qui me permet aisément d’en truffer mes billets. Ce texte a été écrit dans Editorial ⚑ et les notes pondues par ce script de @viticci (comment ça, je dérive…?!). 

  3. Et ne pas me contraindre à oublier dans l’instant l’idée qui vient d’apparaître, développer des bouts d’argumentaire facétieux ou très sérieux, télescoper un souvenir avec ce que j’écris… 

  4. Et là, je pèse mes mots car ceux qui me viennent spontanément à l’esprit sont nettement plus grossiers…! 

  5. De facto, on est nullement contraint de lire toutes les notes, juste celles qui sont liées à un contexte qui nous interpelle… le plusieurs vitesses n’est pas gratuit dès lors. 

  6. Cela me fait spontanément penser au Quipu. Et peu importe si on oublie la signification de chaque appel de note, reste la structure… oui, c’est un peu tiré par les cheveux et c’est bien pour cela que c’est une simple note inodore (…je l’ai fait…!). 

  7. C’est une réponse pratique et technique à ma vision du récit en mode puzzle auquel je m’essaye. Des fragments séparés jusqu’à présent mais sans interconnexion. L’avantage de l’appel de note est de placer un aiguillage à l’endroit qui me semble approprié, au lecteur de l’emprunter ou non. 

  8. …une anecdote se suffisant à elle même que le lecteur peut ignorer sans perdre le fil de l’histoire. L’idée me plaît énormément, reste à la mettre en œuvre. Sous Ulysses, c’est parfait vu que chaque note n’est plus lisible une fois qu’elle est dans son container. Et c’est pourquoi écrire avec deux traitements de texte est loin d’être sot, Ulysses pour la trame générale et un autre traitement de texte (via une séparation créée par SplitView) pour ces notes, ces fragments. 

  9. …effectuées avec ProCamera + HDR ⚑ en version 9.3 avec un iPhone 6s+ et l’option HDR 5 images, cf. urbanbike | Longues expositions avec ProCamera 9.3 sur iPhone 

MaxCurve, des courbes et des calques sous iOS

Puissant outil de post-traitement…
dans | dans mon bocal | grospod | iOS | outils | photo | pratique |

La version 1.2 de MaxCurve ⚑ vient d’arriver et c’est de la bombe…!

Vous reprenez ce qui a déjà été dit dans ce billet urbanbike | MaxCurve et post-traitement dynamique de vos images sous iOS et dans cet autre si vous préférez agir via votre iPad — urbanbike | MaxCurve et post-traitement dynamique de vos images sous iOS | 2 — et vous ajoutez des calques !!

Illustration :

reduc-450

  • Un nouveau bouton dans la barre des actions et deux options…

reduc-450

  • À gauche | Pour le filtre/calque couleur, choisissez la teinte et intensité
  • À droite | et le mode d’application…! fusion, opacité

reduc-450

  • À gauche | le second bouton permet de choisir une texture à appliquer… et également de choisir le mode de fusion et d’opacité
  • À droite | mais vous n’êtes pas limité à ces deux calques…!

reduc-450

  • À gauche | N’importe quelle action de transformation avec les autres options donne lieu à la création d’un calque :
  • À droite | que vous pouvez masquer, déplacer… Et enregistrer à terme comme set.

Inutile de dire que je suis encore plus accro. Je précise que mes sets précédents sont conservés…!

À suivre !!!

Day One 2 en action | 1

Chacun fait comme il lui plaît…
dans | ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | iOS |

J’ai effectivement noté lors d’une synchronisation depuis la version 2 dans la matinée de jeudi, jour du lancement, un peu de lag lorsque les premiers utilisateurs ont commencé à se connecter (…et donc exporter leurs propres données) via le dispositif propre à Day One mais cela n’a pas été catastrophique (…toujours ceux qui ont les plus petites… bases qui s’effarouchent à la première difficulté !). Certes, mes 3231 entrées + 1583 photos étaient déjà dans le nuage de Day One, seul avantage d’avoir utilisé la beta pendant deux mois…

Depuis Jeudi donc, je suis passé à Day One 2 à 100%. Et j’ai décidé, dans la foulée, de virer la version Classique — vers laquelle je ne crois sincèrement pas revenir — de tous mes écrans.

Hier matin lors de l’annonce de la sortie, tout en discutant avec Sébastien via Twitter, j’ai lancé un export de l’ensemble de mes billets et images dans Day One 2 via l’iPad.

reduc-450

Ce fichier global de 1.45 Go était donc en attente…

reduc-450

Je pouvais le copier sur dans le nuage via DropBox ou sur mon FTP via Transmit.

reduc-450

Ce que je n’ai pas fait, question de temps… Bref, en fin d’après-midi, je me suis souvenu que j’avais du ménage à faire, dont virer quelques applications. J’en dégagé une bonne dizaine en passant par l’ancienne version de iA Writer qui faisait doublon avec… iA Writer 3.1, c’est fou le nombre de trucs que l’on conserve…

Pour transférer plus rapidement le fichier de 1,45 Go depuis l’iPad vers le Macintosh, je n’ai pas trouvé plus rapide que iTunes.

reduc-450

Il suffit de glisser le .zip sur le bureau depuis iTunes et hop… Une décompression du .zip pour me rassurer (oui, les 1583 photos et un seul fichier texte de 7 Mo sont bien présents)…

reduc-450

Ouverture de ce fichier sous BBEdit pour consulter son contenu sans souci…

reduc-450

Ne restait plus qu’à supprimer sur le Mac la version désormais Classic de Day One comme les autres applications en ligne de mire.

reduc-450

Tout d’abord rechercher l’emplacement des sauvegardes, ouvrir le dossier concerné…

reduc-450

Puis lancer une suppression propre avec l’aide de CleanMyMac (qui m’a opportunément indiqué une mise à jour oubliée).

reduc-450

Mon Macbook s’est retrouvé avec quelques Go de libre.

Auto Backup ou expédier vers un autre site une sauvagarde…?

Pour défaut, Day One fait un auto-backup chaque jour… Comme ses fichiers sont parfois redondants, vous pouvez aisément en supprimer ou, inversement, en créer…

reduc-450

Attention : l’action Send Backup va créer un dossier .zip complet… que vous pouvez expédier vers l’emplacement de votre choix.

Bref, je ne suis pas allé plus loin (houuuuuuuu…!) pour deux raisons, fichier conséquent pour une connexion ADSL assez ridicule chez moi (être loin du DSLAM est une horreur) et le fait de pouvoir effectuer une sauvegarde conséquente de temps à autre sur le iPhone 6s+ me contente. Mais dès que j’ai l’occasion (en 4G, par exemple), je teste…

Pour finir, iA Writer ⚑ a été mis à jour, ajoute quelques options pour peaufiner vos touches de la barre d’espacement et indique plus agréablement les parties de code dans un texte Markdown. Bertrand Chamayou a enregistré les pièces de Ravel ⚑ pour piano seul, je ne vous dis que cela (écouté cette nuit)…

Enfin, Day One 2… de sortie…!

Bien plus qu'un simple carnet de notes, assurément !
dans | ailleurs | écrire | grospod | iOS | mémoire | pratique |

Voilà, Day One version 2 est disponible… vous la trouverez sous deux formes :

Et la question que tout le monde se pose est la suivante :

Q: Are you giving a discount for users of Day One Classic?

Yes, during our launch week we are offering a 50% discount. Mac will be $19.99 and iOS will be $4.99.

En résumé, pas de prix de mise à jour mais une période limitée pendant laquelle le prix est divisé par deux, ne tardez pas trop si vous êtes intéressé ou souhaitez renouveller !!

reduc-450

  • À portée de doigt, Touch ID oblige (!) pour déverrouiller le mot de passe ainsi que 3D Touch pour choisir d’emblée l’action souhaitée…

Pour ma part, je n’avais pas noté de problème lors de l’import de mes propres données — 2925 billets et 1188 images — de la version précédente dans cette version 2. C’est rappelé ici dans cette note sur le site de l’éditeur.

Pour les grandes lignes de cette nouvelle version, je vous renvoie à ce long billet : urbanbike | TL;DR : Gérer plusieurs flux avec Day One sous Mac, iPad ou iPhone… que je compléterais par des coups de projecteur comme ce celui-ci urbanbike | Pratique : les deux modes de recherche sur Day One 2.

J’ai eu beaucoup de plaisir à tester ce produit1 ces mois derniers car il répond à mes usages en démarrant de l’iPhone pour ouvrir une note. Certes, j’étais réservé face au système de sauvegarde désormais propriétaire2. Déjà, se souvenir que chaque occurence de Day One enregistre jusqu’à 10 fichiers de sauvegarde sur le support utilisé. Ensuite, ce serait se priver d’un dispositif qui fonctionne bien.

À quoi ça sert…!

Généralement, c’est une photo emblématique3 qui sert de prétexte à une note plus ou moins élaborée par la suite. Les ingrédients pour la rédiger sont présents, il s’agit de l’heure et de la date de la prise de vue. Day One ajoute diverses informations pratiques comme la météo en se basant sur la géolocalisation de l’image, le nombre de pas effectués. Bref tous les éléments pour faciliter de suite, mais généralement en différé, la saisie d’une note dans l’un de mes trois journaux.

Et c’est ici que cette application fait la différence, le break. En autorisant la multiplication des journaux et/ou carnets de notes4, voire de voyages5, en permettant de glisser jusqu’à dix clichés par billet, il dépasse le simple journal dans lequel consigner ses états d’âme…!

reduc-450

  • À gauche | Exemple sur un billet récent d’urbanbike… Un simple appui sur l’icône dédiée pour accéder à la barre additionnelle en lieu et place des outils de date, localisation, etc.
  • À droite | Le rendu du balisage Markdown

Entre les tags, le Markdown, le MultiMarkdown, l’export en .txt, la création de PDFs avec les images des billets, Day One est devenu un carnet d’écriture fabuleux à placer dans son iPhone6.

À suivre…

Rappel sous OSX

Sur un Mac, pas de souci pour ces deux options : divisé ou plein écran…

reduc-450

Et donc une seule colonne de texte lors de la saisie…

reduc-450

Et ensuite…?

Ce que j’attends désormais sur Day One est le mode nuit7. Puis, qui sait, d’autres modes d’export dont un format ePub pour partager, justement, un carnet de voyage avec force photos, voire même du Book Printing. Il nous faudra attendre une prochaine mise à jour pour publier à nouveau un billet8 depuis Day One sans disposer d’un site web, j’y reviendrais dès que disponible.

À suivre…

Pour finir : Si la version 2.0 vient d’arriver, que les utilisateurs9 de la version classic se rassurent : sous iOS, Day One Classic ⚑ a été mise à jour le 2 février en 1.17.6. Sous OSX, cf. Day One Classic ⚑ ce fut fin novembre 2015.

— J’ajoute, comme d’habitude, quelques notes de bas de page pour préciser deux/trois points au lieu de surcharger mon propos.


  1. Je ne vais pas revenir (et vous bassiner) sur ma découverte de cette application — relire urbanbike | Day One sur iPad — en octobre 2011, application que j’ai de suite achetée et installée sur mon iPad, Markdown oblige. À l’époque, je découvrais ce balisage étrange et il n’y avait pas tant de produits que cela qui proposait de jouer de l’astérisque…! Ensuite, c’est ma propre fille qui en a fait son outil d’écriture quotidien. Installé sur nos iPhones, il est en bonne place pour noter un fait ou une idée. 

  2. Sans photos, il serait possible de se passer de synchro et exporter les sauvegardes via FTP (ou DropBox pour le coup) sans utiliser le système mis en place par l’éditeur… Mais quelques excellents arguments en parcourant cette page En savoir plus sur le dispositif de synchronisation et la suppression du compte si besoin est. 

  3. je m’en suis expliqué ici : urbanbike | De l’importance de l’image associée à une note 

  4. L’an passé, il nous a accompagné en Italie et c’est la première fois que je conserve une trace aussi complète et fiable de nos pérégrinations. Cette année, je vais récidiver sur des balades plus ou moins longues et j’ai déjà viré nombre d’applications de mon iPhone pour faire de la place pour mes images mais aussi pour les sauvegardes que Day One version 2 effectue. 

  5. Idem, parcourir ce billet urbanbike | TL!DR | Voyager léger avec un iPhone 

  6. Relire urbanbike | De l’importance de l’iPhone pour Ulysses et Day One ainsi que urbanbike | Prendre des images et notes photographiques avec Ulysses sous iOS… 

  7. Je complète très souvent mes notes le soir dans mon lit (ou tôt le matin). L’idée est d’éviter que la lumière de l’écran du iPad réveille ma compagne et, surtout, cesse de bruler mes yeux qui sont déjà assez fatigués comme cela…! Cette demande a été prise en compte par les développeurs. 

  8. Entre créer un compte tendance sur Médium (…pour publier deux billets par an) et la publication à la volée depuis sa version de Day One d’une note, pour moi il n’y a pas photo …malgré le manque patent de notoriété…! Pffff… je me suis encore fait des copains…! 

  9. La version Classic est maintenue pour le moment et certains utilisateurs ne souhaitent pas basculer vers cet environnement, c’est le cas de ma propre fille qui préfère maintenir son unique journal dans la formule actuelle ! Notez que cela m’arrange pour suivre les deux versions… Pour avoir plus d’infos en direct de chez l’éditeur, c’est ici… 

Longues expositions avec ProCamera 9.3 sur iPhone

Emportez deux pinces en guise de trépied !
dans | ailleurs | grospod | iOS | photo | pratique |

J’ai régulièrement évoqué ProCamera sur iPhone1 et son mode HDR dans quelques billets dont celui-ci, urbanbike | ProCamera, HDR et iPhone 6s plus, avec le iPhone 6s+.

Mercredi matin, hop, sortie de ProCamera + HDR ⚑ avec, surprise, un nouveau module nommé Lowlight +. L’ancien mode nuit (renommé Lowlight) est toujours disponible dans la version de base. Mais, comme pour le HDR et son module vividHDR, le module Lowlight + est un achat intégré que vous pouvez tester avec un filigrane de démo. Mieux, ces deux modules se combinent est-il écrit dans la notice. À ce propos, un mode d’emploi embarqué est disponible en anglais et les options fort nombreuses.

reduc-450

  • je vous passe les tombereaux d’options. Notez le widget paramétrable qui vous permettra également d’appeler depuis les notifications un mode particulier (que cinq dans ce contexte : vidéo, appareil photo, HDR, Lowlight + et Lowlight)…

reduc-450

  • À gauche | un appui à gauche du déclencheur pour accéder à la barre des modes (horizontale et glissante pour les contenir tous)…
  • À droite | les options pour le mode HDR (non, je ne rentre pas dans les détails…!)

reduc-450

  • À gauche | en haut, l’usage (ou non) conseillé d’un trépied (!) et en bas, le bouton Lux+ pour capturer un maximum de lumière si besoin…
  • À droite | les options propres à ce mode + un bouton info à droite qui va afficher le mode d’emploi… Je passe sur les modes Selfie, Scanner ainsi que sur la vidéo

Bref, c’est le cas de le dire, il n’y a pas photo : j’ai essayé la version déverrouillée de Lowlight + avec mes petites pinces d’architecte2 et mes écouteurs…

reduc-450

  • L’image n’est pas cadrée, c’est histoire de montrer à quel point le rendu est propre (…aucune lampe allumée, juste la lumière du soir)

En pause longue, il est clair (sic !) qu’il faut être méthodique, prendre le temps. Et déclencher avec ses écouteurs pour éviter faire vibrer le iPhone.

reduc-450

  • idem, lumière du soir exclusivement…

De plus, les temps de pose peuvent être très longs, l’analyse de la scène également et un dispositif de trépied, de stabilisation est souvent indispensable.

Certes, si la scène est bien éclairée, le dispositif va réduire le bruit et vous pouvez quand même agir à main levée. C’est là où le iPhone 6s+ avec son IS (stabilisateur intégré) offre quelques petits plus, à condition de ne pas espérer de miracles !

reduc-450

  • Ici, une seule lampe de chevet allumée et quelques tranches de livres à 4 mètres de là… Aucune photo à main levée, ces trois images sur pinces (!)

Bref, en 12 MP (en moyenne 3008 par 4010 pixels max), les résultats sont épatants vu que le principe est de combiner plusieurs prises de vue à la suite. Leur nombre dépend des conditions de lumière, on ne va pas y revenir 100 fois. Le mode Lux+ est réservé à de très longues posés3 avec une forte remontée de bruit à mes yeux, pas convaincu…

Le module vividHDR a également été amélioré (…jusqu’à 5 images mixées pour obtenir une photo plus dynamique) et propose les mêmes options que sur les versions précédentes — relire urbanbike | Photographie HDR avec ProCamera 8 — c’est à dire cinq options de rendu de votre cliché (un seul est conservé à la fin, CQFD).

reduc-450

  • HDR éclatant très proche de la vérité sur cette image (banale)

reduc-450

  • HDR noir et blanc

Bref, vous l’avez compris, on est loin de l’option HDR de l’appareil photo d’Apple qui ne demande pas de réglage particulier.

À vous d’apprécier si cela vaut le coup. Ou non.


  1. Ne m’attendez pas sur la prise de vue avec un iPad pour le moment même si certains comparent cela à une prise de vue avec une chambre, je n’ai pas patience de trimballer l’iPad pour faire des photos. 

  2. L’option pinces d’architecte est ici : urbanbike | iPhone, pinces et stabilité | 2, billet qui suivait également celui ci urbanbike | Long temps de pose avec Slow Shutter! et mes pinces de chez Lefranc & Bourgeois

  3. Un tour sur le blog de l’éditeur n’est pas inutile… Notamment pour Lowlight + 

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, noté sur…

ex. Inexten.so

cf. lien publié le 11/02/2016 à 13:57

cf. lien publié le 11/02/2016 à 13:52

cf. lien publié le 11/02/2016 à 13:50

cf. lien publié le 11/02/2016 à 10:20

cf. lien publié le 11/02/2016 à 08:04

cf. lien publié le 11/02/2016 à 07:39

cf. lien publié le 11/02/2016 à 07:36

cf. lien publié le 10/02/2016 à 19:49

cf. lien publié le 10/02/2016 à 10:19

cf. lien publié le 10/02/2016 à 09:49

Follow me on App.net

Urbanbike est hébergé par…

image

Ailleurs…

image

image