Les secrets de la photo de nuit

Vittorio Bergamaschi
dans | ailleurs | archi | lire | photo | pratique | voir |

Pour ma part, j’ai toujours foiré (pas d’autre terme pour décrire mes ratages…!) mes photos de nuit faute de méthode, de patience ou de connaissances… J’ai pourtant regardé avec beaucoup d’intérêt le livre de Harold Davis en 2010 (voir cette chronique sur urbanbike) mais il a disparu de mes rayonnages (…pour un prêt longue durée, certainement…!).

Ici, la majorité des vues sont faites avec un Canon EOS 5D Mark II ou un Hasselblad, la surface du capteur joue non négligeable comme l’auteur l’explique en introduction, la sensibilité ISO (mais là, quelques bonnes surprises) ou l’usage du format RAW.

Ce que j’apprécie dans ce bouquin, hormis des photos remarquables dans Paris (…et des lieux que j’ai parcouru à pied, notamment les berges), c’est que toutes les images sont proprement renseignées.

Et donc, bien souvent effectuées sur pied, en pause longue avec une sensibilité de 100 ISO… Bref, des informations précieuses quand on prend le temps de les analyser…

Les lieux, certes. Mais surtout un oeil.

Des cadrages très graphiques, archi-graphiques si je me permets ce néologisme. Du coup, même si la technique photo vous… agace, vous prendrez plaisir à ces vues qui changent des sempiternelles (…mais remarquables — ménageons les susceptibilités…) photos de ciels étoilés ou de personnages crachant du feu, en concert, dans un bar, etc.

Bref, un bel univers, une très chouette mise en scène de l’urbain, des ponts (dessous comme dessous) comme des ports, des textures (…c’est beau un mur de piere la nuit à peine éclairé par un réverbère). Sans oublier les reflets sur les sols humides. Ou même un vélo (…enfin, ce qu’il en reste…) en noir et blanc.

Voilà, ce qui est épatant dans ce bouquin, c’est qu’il s’agit avant tout d’un beau livre de photographies. Et ensuite d’un partage de savoir-faire technique.

Alors, je ne sais pas si cela va suffire pour me faire sortir à nouveau avec un trépied et un réflexe mais les informations de Vittorio sont désormais à ma portée comme à la vôtre…

Reste à appliquer (…ah oui, je savais bien qu’il y avait une étape en sus…!).

Les secrets de la photo de nuit
Vittorio Bergamaschi
Eyrolles
9782212132366 | 18 € | 17 x 23 cm

image caddie

@urbanbike

Bureaux vides versus manque de logements

Trop compliqué de s’adapter ? Vrai en partie mais pas totalement impossible…
dans | archi | dans mon bocal | groummphh |

Je viens de lire cet article du Monde qui rappelle le déficit chronique de logements d’une part et, d’autre part, 7 millions de mètres carrés de bureaux vides, inoccupés.

Vu la conjoncture, ces derniers ne risquent pas de se remplir. Plus étonnant, d’autres mises en chantier de bureaux — programmées de longue date — se poursuivent alors même que l’on manque de mises en chantier de logements.

— 7 millions, c’est bien le chiffre 7 suivi de 6 zéros, non ?!

Prenons ces 7 millions de mètres carrés et divisons à la hache par une surface moyenne de 42 mètres carrées par personne (…en empruntant ce chiffre aux statistiques de l’Insee ici) cela nous fait 166 667 personnes logées. C’est ce que m’indique ma calculatrice RPN qui arrive encore à faire une division.

Bon, même si cela ne fait en réalité plus ou moins 150 000 personnes, c’est déjà fort sympa de désengorger les rendez-vous pour n’importe quelle surface à louer comme je l’ai vérifié la semaine dernière dans Paris (ok, je précise bien Paris intra-muros).

Gag, quand l’agence n’oublie pas carrément un rendez-vous collectif comme celui auquel j’ai participé sur le coup de 14:00. Après 45 minutes d’attente et quelques coups de téléphone, une représentante de l’agence a fini par arriver pour nous faire visiter en 10 minutes un minuscule deux pièces en arrière-cour. Pas à se plaindre, des candidats (…nouveaux gueux des temps modernes) se pressent pour le moindre rendez-vous en priant pour que leur dossier soit pris, quel qu’en soit le prix (…humour facile mais c’est bien ce que j’ai ressenti en discutant avec mes compagnons d’infortune).

Adaptation pas si simple

— Oui mais réadapter des tours de bureaux en logements, c’est compliqué.

On est bien d’accord que fabriquer du bureau c’est essentiellement des dalles avec une périphérie vitrée et un noyau central comportant le passages des fluides, des ascenseurs et des escaliers.

Ensuite, quelques cloisons souples (la notion du open space est également une pratique de réduction de ces coûts en négligeant les nuisances induites…) pour segmenter et un système de chauffage et ventilation collectif. Bref, tout pour une vie de bureau.

Et alors ? Qu’est ce qui nous empêche de réfléchir, d’inventer des solutions avec des semi patios en second jour dans des logements en profondeur…?

— C’est coûteux !

Ne pas occuper ces surfaces disponibles, ce n’est pas coûteux ? Ne jamais les occuper comme certaines tours fantômes en Asie, est-ce normal ? Investir dans des découpages astucieux et remplir ces tours de gens qui ont besoin d’être logés, cela pose problème ? Laisser les gens sans domicile, est-ce plus intelligent, plus vertueux ?

Il faut réfléchir en terme de réhabilitation et redistribuer ces espaces avec des solutions qui peuvent même être carrément ludiques. Nous formons actuellement une palanquée de jeunes architectes qui souvent galèrent pour trouver un logement étudiant, voilà un chouette sujet de réflexion et de de diplôme à leur proposer.

Sans oublier que cela peut également donner du travail aux professionnels, relancer des filières.

— Mais transformer des surfaces commerciales en logement, ce n’est pas très courant.

Erreur. Que ce soit en France ou dans d’autres pays européens, il n’est pas rare de trouver d’anciennes boutiques réinvesties en logements et ateliers. Dans certains quartiers de ma ville, c’est le cas. J’ai raté quand j’étais étudiant, faute de moyens, l’acquisition d’une boutique + étage sur le marche St Louis de Versailles qui, aujourd’hui, est devenue ce que nous avions projeté de réaliser alors !

Pour finir, même si ce n’est pas encore signé, mon fiston risque de se retrouver dans une résidence étudiante bien foutue qui s’est installée dans une ancienne chocolaterie. J’en parlerais prochainement car leur concept en terme d’aménagement est astucieux et pragmatique.

À suivre.

Un Vert à mettre impérativement dans sa pomme…!

Un convertisseur élégant sous iPhone
dans | archi | dans mon bocal | iOS | outils | pratique |

Parfois, je craque quand l'outil me semble exceptionnel.

@urbanbike

J'avais bien measures (ci-dessus) depuis des années (2008) avec son clavier qui se masque (…avec un effet de rotation) mais là, Vert (lien iTunes) m'a semblé nettement plus pratique… et beau.

@urbanbike

Bref, j'ai fait l'acquisition de Vert hier qui n'est pas une application pour mesurer votre taux de conversion à l'écologie (ça c'est une action de tous les jours…) mais bien un convertisseur d'unités de mesures.

En regardant ses spécifications, j'y trouvé des options qui me parlent comme dpi vers centimètres. Ou conversion d'unités de températures…

@urbanbike

Ou encore des valeurs utilisées dans l'industrie automobile comme le MPG, ce qui permet de comprendre des infos comme MPG= 12 city 17 hwy, voire pourquoi le réservoir est de 102 litres…!

@urbanbike

Ou les surfaces, etc.

@urbanbike

Notez le choix des thèmes…

l'application est élégante, légère à l'œil et très agréable après 24 heures d'utilisation. j'apprécie également de pouvoir placer en favoris les conversions les plus utiles.

@urbanbike

Et même d'accéder à un historique (…simple à purger de surcroit).

Bref, adopté et utilisé. Pour en savoir plus encore, un oeil sur le site d'Andrej Mihelic, son développeur…

Certes ce n'est pas traduit en français mais on évite aussi des traductions étranges comme Vied carré au lieu de pied carré

En résumé, quelques options testées…

Vert (lien iTunes) — iPhone
Measures (lien iTunes) — iPhone
Convert Any Unit (lien iTunes) — iPad et iPhone
Rapid Convert (lien iTunes) — que iPad…

Note de fin : toujours amusé de lire des commentaires proche du troll sous certains billets des gros sites d'actu dédiées à la pomme (ou non) suite aux pré commandes des nouveaux iPhones. Ben non, ce n'est pas qu'un téléphone mais bien un outil de travail. Mettez de côté deux secondes la fonction téléphone et regardez le nombre de choses que vous pouvez effectuer avec cet écran. Toujours dans une poche, ce périphérique me sert au quotidien pas que pour lire des tweets ou des courriels. Tiens, ces convertisseurs intelligents sont des outils à demeure dans le mien.

Chenonceau côté potager

Pas mal non plus…
dans | ailleurs | archi | dans mon bocal | groummphh |

Grosse machine touristique, je n'ai pas eu à coeur de visiter à nouveau ce château mais plus d'observer l'activité intense qui y régnait…

@urbanbike

Pour mémoire, cette bâtisse surplombe le Cher mais au cours étrangement bas au moment de mon passage…

@urbanbike

Le vendeur de glaces fait un véritable tabac (une queue impressionnante devant son étal) et les prix de la brasserie pharaoniques…

Mais dans cette enceinte, il y a également une très belle ferme, des jardins en bord de Cher et également un potager

C'est ce dernier que j'ai visité un peu tardivement sans pouvoir (…ou vouloir) enfreindre les bordures de fleurs… Peu d'images mais l'idée d'y revenir le matin…

@urbanbike

Pour mémoire, il est possible de venir à Chenonceau par le train, la gare se trouve à 400 mètres de l'entrée du domaine. Mais venez avec vos provisions de bouche et vos boissons sous peine de vous ruiner…!

Sur les toits de Chambord

Paroles de visiteurs
dans | ailleurs | archi | dans mon bocal | groummphh |

Mi Juillet, en descendant en Dordogne, petite pointe vers le château de Chambord

@urbanbike

Temps un peu gris, soleil rare, idéal pour se balader dans la toiture…

@urbanbike

@urbanbike

Et regarder attentivement les figurines pas encore effacées par le temps (ou juste rafraîchies)…

@urbanbike

@urbanbike

@urbanbike

Sans oublier l'expo dédiée à Henri, comte de Chambord, qui a raté l'accession sur le trône de France en 1871…!

Ou ce genre de gag : je redémarre mon iPhone qui sature à tout va ! Tomtom sur la route, répondre au fil et, accessoirement, prendre des images : lui aussi craque un peu.

@urbanbike

Passe un couple à ma hauteur. Je ne regarde que mon écran mais j'entends…

— Non mais c'est nul ce café moderne dans la cour…
— tu as raison, il pourrait être au moins médiéval (sic…!)
— là, ça craint surtout dans ce cadre…
— et l'expo, là, minable, trop moderne, pas du tout adaptée au cadre…

Le iPhone enfin actif, je lève la tête vers ce couple si péremptoire (…ou mèremptoire) et hurle intérieurement de rire…

@urbanbike

Bref, si toi qui visite en short, t-shirt layette, brodequins et tatouage maori sur la jambe, tu trouves que le bistoquet dans la cour (…aux prix forts raisonnables contrairement à un autre château visité le même jour qui te vend les 33 cl de flotte au cours du mètre cube…) ne cadre pas avec le décor majestueux du lieu, cherche mieux ce qui cloche…

Prometteur Homestyler sur iPad

Outil 3D ou catalogue de vente…?
dans | archi | dans mon bocal | iOS | outils |

Toujours passionnant à suivre, les applications de chez Autodesk. L’une des dernières nées — Homestyler (lien iTunes) — est à la fois à l’usage des professionnels mais devrait également intéresser les étudiants en architecture, décoration intérieure.

Ou le simple pékin qui, comme moi, souhaite réfléchir à la déco de son logement ! Mais les perspectives sont encore plus intéressantes car elles vont inciter de plus en plus le consommateur à intervenir lui même sur son volume intérieur et donc, l’inciter par une prévisulisation en 3D réaliste. Et donc acquérir a terme les meubles qu’il aura testé virtuellement.

Un très large éventail de produits…
Un très large éventail de produits…

Ceci explique pourquoi les fabricants mettent désormais à disposition les infos 3D de leurs produits dans… cette perspective (humour !).

Je me souviens de nos discussions sur le sujet avec Robert, le préfacier de Travailler avec un iPad, mon dernier bref-seller. Il était prolixe sur le futur de ces applications et Homestyler lui donne, une fois de plus, raison.

Certes, les exemples proposés par Homestyler sont plutôt haut de gamme et très (très) nord-américain en terme de style déco.

Grand choix, très grand choix…
Grand choix, très grand choix…

Et c’est là où l’application s’avère fort intéressante.

Bien entendu, vous ne risquez pas de retrouver un copié collé de votre propre appartement (quoi que !). Mais sachez d’emblée que vous pouvez photographier votre propre logis (en virant le maximum de meubles pour éviter d’interférer avec les produits qui vous seront ensuite proposés).

Par respect pour le lecteur — et limpossibilité de tout déplacer dans ma cagna…
Par respect pour le lecteur — et l’impossibilité de tout déplacer dans ma cagna…
…je nai pas procédé à cet essai !
…je n’ai pas procédé à cet essai !

En gros, vous photographiez votre logis ou, plus efficace, choisissez dans le paquet de propositions, une vue qui correspond grosso-modo à votre propre logis (pourquoi rigolez-vous ?! Ah, il est vrai que le standard US est assez loin de nos petites surfaces !). Ou qui reflète ce que vous aimeriez…

Puis vous intervenez sur cette vue en faisant tourner les tables… et les chaises !

Vous choisissez un volume (prémeublé, CQFD)
Vous choisissez un volume (prémeublé, CQFD)

En gros, vous meublez ce volume selon vos envies (d’où le volumineux catalogue). Puis positionnez dans l’espace les éléments sélectionnés.

Ou agencez ceux disponibles dans la scène choisie…
Ou agencez ceux disponibles dans la scène choisie…
Au doigt…
Au doigt…

Pour cela, un catalogue est à la disposition de l’utilisateur (de l’avantage de rêver sans sortir son carnet de chèques…) et permet très vite de mettre en place sur la scène de l’écran un nouvel environnement fantasmé !

Bien entendu tous les objets présents peuvent être déplaces, tournés sur eux mêmes, etc. Ou virés.

Mais l’application ne s’arrête pas en si bon chemin et vous propose également de traiter la couleurs des murs avec une palette chromatique étendue.

Nous ne sommes plus dans une représentation sommaire avec une douzaine de teintes hideuses qui se battent en duel…!

En sachant que vous pouvez aller plus loin…
En sachant que vous pouvez aller plus loin…
…avec une gamme étendue
…avec une gamme étendue

Non, là, en poussant la luminosité de votre iPad pour profiter des nuances, pas de souci pour changer la teinte de tel mur et choisir une autre ambiance pour tel autre.

Ce mur…
Ce mur…
mais…
mais…
Mais pas tel autre…
Mais pas tel autre…
Et les meubles saffichent à la fin…
Et les meubles s’affichent à la fin…

Vous pouvez vous enregistrer pour conserver vos ambiances et les partager sur les réseaux sociaux.

…pensez également à vider le cache de lapp de temps en temps…!
…pensez également à vider le cache de l’app de temps en temps…!

À noter que cette application est gratuite. L’idée est de vous inciter à acquérir les objets que vous avez vu en 3D pour de vrai…

Sur le même sujet, lire cette chronique sur Home Design ou sur ce produit, IKEA 3D Keukenidee, signé par la grande enseigne suédoise…

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, notés sur…

image

cf. lien publié le 21/09/2014 à 14:29

cf. lien publié le 21/09/2014 à 07:06

cf. lien publié le 20/09/2014 à 18:30

cf. lien publié le 19/09/2014 à 13:24

cf. lien publié le 19/09/2014 à 13:23

cf. lien publié le 19/09/2014 à 13:23

cf. lien publié le 18/09/2014 à 23:15

cf. lien publié le 18/09/2014 à 22:36

cf. lien publié le 18/09/2014 à 22:31

cf. lien publié le 18/09/2014 à 22:28

Ailleurs… | blogroll désordonnée…
Follow me on App.net
image

Contributions d'urbanbike sur | MacPlus