Bamboo Paper 2.9 : seulement un nouveau look ?!

Ou l'application de nouvelles conditions d'usage ?
dans | archi | dans mon bocal | groummphh | iOS | mémoire | outils | vieillir |

Hop, nouvelle version de Bamboo Paper ⚑ (Gratuit) ce midi et, bien évidemment, je télécharge cette version.

Puis je la lance…

reduc-450

Aussitôt suivi de…

reduc-450

Aie ! Tu signes ou tu n’utilises plus en substance…

reduc-450

Comme j’ai acquis quelques outils et des templates par le passé, ça m’énerve un peu mais ne réagissons pas trop à chaud comme à mon habitude…!

reduc-450

En me rendant sur le carnet qui m’intéresse, tiens un nuage

reduc-450

5 Go à condition d’ouvrir une session, etc. Non.

reduc-450

C’est ballot car j’aime bien l’interface de cet outil…

reduc-450

Son zoom à deux doigts, son ergonomie légère…

reduc-450

Et ses outils (stylets) pour crobarder (dont le tout petit accroché au port Audio pour ne pas le perdre)… Qui peuvent être utilisés — bien heureusement — ailleurs…

Néanmoins, je n’aime pas signer des conditions générales qui ne résument pas en quelques lignes le pourquoi de leur demande.

Je l’ai fait sans activer le nuage de chez Wacom pour accéder à mes carnets. Il est clair que je suis pour conserver la maîtrise, le choix de mes outils et non des nuages (sic !) proposés. Ici, même pas la possibilité de dire non et de continuer à utiliser l’outil indépendamment, juste sur mon iPad.

Je pourrais certes revenir de suite à l’ancienne version (genre, reculer pour mieux sauter).

Du coup, je suis en train de réfléchir sérieusement à une migration rapide. Relire : urbanbike | Noteshelf 10.4 réintroduit le plaisir de crobarder au stylet… | 2.

D’autant que le nouveau look annoncé est plus que discutable (et pour cause, changements marginaux hormis le nuage)

Essayer de tenir les utilisateurs par les… est une très mauvaise idée à mon avis.

À suivre…

Avec une différence entre les deux : Noteshelf a, certes, un coût mais ne me trace pas et me laisse me débrouiller pour mes archives. Elle me permet de me synchroniser vers DropBox, Box, Google Drive, expédier vers Evernote, le tout au format PNG ou PDF… Prenons le temps de réfléchir…

Noteshelf 10.4 réintroduit le plaisir de crobarder au stylet… | 2

De l'importance de revisiter de fond en comble une application…
dans | archi | dans mon bocal | iOS | outils | pratique |

Hier, j’écrivais ici : Je passe sur les autres caractéristiques de cette très chouette application même si je lui préfère, pour crobarder des projets d’archi à main levée, Bamboo…

Erreur…! Grosse erreur…!!

Après avoir posté ce précédent billet et ne souhaitant pas me plonger dans les analyses d’après premier tour (!), j’ai commencé par revisiter l’application sur le simple plan du dessin comme je le fais dans Bamboo pour des projets fantaisistes et…

Bon sang, mais ça fonctionne parfaitement… à condition de choisir les bons modèles de grille (et en se souvenant que l’on peut exporter une page en JPG ou en PDF sans associer le fond de page…), voir plus bas.

Explications…

Noteshelf ⚑ (7,99 €) a certes une interface rustique mais diablement pratique…

reduc-450

Un grand choix de couleurs, la possibilité de choisir son type de trait, la taille de la pointe et même de se créer des favoris (…ce que je ne fais pas…)

reduc-450

Un coup de stabilo ? Idem. Pas de problème…

reduc-450

Gommer…? Trois options dont une assez fine pour repasser sur les traits dessinés par erreur (c’est un exemple)…

reduc-450

Mais en amont, le choix du papier (fond d’écran), titre et couverture de carnet de notes. Attention, vous pouvez changer de modèle de fond de page à tout instant et même utiliser des fonds de pages différents dans un même document… On suit…?!

reduc-450

Dupliquer une ou des pages, en détruire, en ajouter, certes. Mais très intéressants, la possibilité de déplacer une sélection de pages du carnet de notes en cours vers un autre carnet

reduc-450

Exporter en JPG ou en PDF avec ou sans le layout (le modèle de fond de page)…

Sans oublier une fonction clé : la possibilité de copier une zone dessinée sur une page (sans le modèle de fond, CQFD) et coller cette sélection dans une autre page…

Et bien entendu, ajouter des notes manuscrites1 avec le dispositif de zoom rappelé hier…

Du coup, j’ai rangé Bamboo, Note Taker HD, Sketch Rolls, Grafio et Inkpad dans un dossier ad hoc dans un écran annexe de mon iPad, en phase avec ce que je professe dans ce billet, urbanbike | Du temps pour écrire | 2…!

Attention, ce sont de très bons produits mais quitte à crobarder, je préfère un outil qui allie écriture manuscrite et dessin. Et ce, pour mon propre usage.

Du coup, je suis de plus en plus intéressé par tester un iPad Pro… en fin d’année prochaine (ou jamais !)

  • Noteshelf ⚑ (7,99 €) sur iPad. Options (payantes ou non) en plus comme des modèles de fond de page ou les couvertures des projets…

  1. et abondamment testé avec mon stylet Wacom de base… Celui de 2010, juste acheté quelques têtes caoutchouc pour remplacer celles usagées. 

Noteshelf 10.4 réintroduit le plaisir d’écrire au stylet…

Sur iPad et, dit-on, sur iPad Pro…!
dans | archi | dans mon bocal | iOS | outils | pratique |

Dans les mises à jour de ce week-end, une version 10.4 de Noteshelf ⚑ (7,99 €) qui remet agréablement les pendules à l’heure. Pour ma part, c’est la partie calligraphie qui me posait pas mal de problèmes, plus de l’inconfort qu’autre chose… Bref, c’était simplement devenu moins agréable à l’usage…

Chouette : cette 10.4 me réconcilie avec Noteshelf sur ce plan précis…

reduc-450

Même en mode paysage, pas de souci pour écrire dans la fenêtre de zoom et suivre ce que l’on écrit dans la template choisie… Bien activer Palm Rejection en dessous de la loupe…

reduc-450

Chacun sa recette mais, pour ma part, c’est un zoom x 3.0…

reduc-450

Et un crayon d’une épaisseur de 2.

J’utilise un simple stylet à tête caoutchouc de chez Wacom sur un iPad Air 2.

reduc-450

Bref, facile de se faire des pages et des pages d’écriture (faut impérativement que j’en fasse, à force d’écrire au clavier, je perds la motricité de ma main…).

Je passe sur les autres caractéristiques de cette très chouette application même si je lui préfère, pour crobarder des projets d’archi à main levée, Bamboo ⚑ (Gratuit) — sur iPad également — et ses outils de dessin plus proches de mes besoins pour des roughs rapides…

  • Noteshelf ⚑ (7,99 €) sur iPad. Options (payantes ou non) en plus comme des modèles de fond de page ou les couvertures des projets…

Tivoli | Dolce Vita

Villas mais également pâtisserie artisanale
dans | ailleurs | archi | dans mon bocal | voir |

Un autre jour, j’évoquerais la Villa d’Este, voire la Villa Adriana1. Ou nos déambulations dans Rome2 ou Turin, nos près de 19 kilomètres quotidiens… Mais, quitte à égrener quelques notes de voyage, autant démarrer sur une rencontre savoureuse…!

Se rendre au moins deux jours à Tivoli pour visiter les alentours, riches en Villas et jardins est à planifier. Se souvenir que l’usage de Tomtom pour circuler tant à Rome que sur les routes est indispensable. Surtout par temps de pluie3…!

En quittant notre hébergement — chaudement recommandé4via les ruelles tortueuses qui mènent vers le centre ville, nous sommes passés devant la vitrine joliment garnie d’une toute petite pâtisserie malheureusement fermée alors. Au retour de notre périple dans les jardins de la Villa d’Este5, nous avons poussé sa porte.

reduc-450

Un premier test (!) de quelques pièces pâtissières le soir même pour un coût modique et — nom de Zeus…! — quel plaisir de déguster cette fabrication artisanale fraîche et parfumée… Pas de pièces mécaniquement identiques mais une véritable explosion en bouche à chaque fois…! Que demander de plus.

Bon, inutile de préciser que nous sommes repassés le lendemain après nos déambulations sur le site de la Villa d’Hadrien6. Une première fois juste pour nous rassurer sur le fait qu’il était bien ouvert un lundi après-midi…!

reduc-450

Après un grand tour dans la vieille ville, nous sommes revenus pour nous charger de quelques autres échantillons7 (sic !) à déguster comme unique dîner en attendant un passage pluvieux particulièrement costaud8.

Je laisse aux éternels sceptiques, pisse-vinaigres le soin de glousser dans leur coin. Nous étions ravis d’échanger dans un mélange d’italien, espagnol, français, anglais mâtiné de gestes et rires avec ce pâtissier modeste qui a aussitôt appelé son épouse, plus à l’aise que lui en français.

Ce sont deux calabrais venus chercher du travail dans le Latium. Et, manifestement, bien acclimatés. Il faut rappeler que la crise est bien visible en Italie… Mais vous n’êtes pas obligé de le savoir.

reduc-450

Pasticceria La Dolce Vita
Via Colsereno 6 - 00019 Tivoli

Bref, un conseil, si vous passez à Tivoli, glissez une tête dans leur boutique…

Note pratique pour Tivoli : un discout existe Viale Roma juste avant la place qui donne accès à la Villa Gregoriana (…se visite bien entendu mais évitez les chaussures trop légères, sentiers très escarpés). Intérêt de ce magasin…? Il est aussi ouvert le dimanche soir quand tout est fermé. Et pensez à vous garer sur des places sans bandes bleues ni jaunes le long de la rivière à la hauteur de l’hopital.


  1. Eh oui, notre fille n’aura pas tous les ans 18 ans… 

  2. Pour Rome, je ne ferais aucun commentaire sur le B&B que nous avons testé : entre l’absence de petit déjeuner pour cause d’arrivée tardive de la dame sensée les réaliser, les fils électriques quasi à nu dans la salle de bains (…n’évoquons pas le sèche-cheveux collé à la paroi de la douche) ou l’exiguïté de la chambre. Mais bonne situation dans Rome (pas loin de la gare), lits confortables, magasin d’alimentation correctement achalandé à deux blocs et fenêtre sur rue calme. 

  3. L’avantage de la pluie est de se rendre compte à quel point les routes sont défoncées, vu le nombre de flaques…! Et pensez câble et allume-cigare-USB (toutes les voitures de location n’ont pas de sortie directe USB pour récharger votre iPhone). 

  4. B&B Catillo, accessible également via la Viale Roma par un parcours un poil labyrinthique d’escaliers. Douches agréables, lits impeccables (…même si je ne comprendrais jamais l’intérêt de traversins en lieu et place d’oreillers plus moelleux) et vrai petit déjeuner. Recommandé. Bon, l’environnement (…comprendre : les vis à vis proches) peuvent étonner si vous n’avez pas trop idée de l’urbanisme anarchique qui règne dans ces villes anciennes. 

  5. Villa d’Este, Tivoli, (Roma) - Italia - Sito Ufficiale 

  6. Villa Adriana 

  7. À chacun sa notion du voyage mais la gastronomie nous a toujours semblée essentielle. Sans oublier les marchés, boutiques d’alimentation ou enseignes plus grosses… Mangez local… 

  8. Les orages et les pluies peuvent être assez violents, le parapluie est de rigueur comme la veste avec capuche…! 

Emmenez tout Venise sur votre iPhone

MacPlus.net
dans | ailleurs | archi | dans mon bocal | iOS | voir |

Voyagez léger… Emmenez tout Venise sur votre iPhone, rédigé par votre serviteur sur MacPlus

reduc-450

Les secrets de la photo de nuit

Vittorio Bergamaschi
dans | ailleurs | archi | lire | photo | pratique | voir |

Pour ma part, j’ai toujours foiré (pas d’autre terme pour décrire mes ratages…!) mes photos de nuit faute de méthode, de patience ou de connaissances… J’ai pourtant regardé avec beaucoup d’intérêt le livre de Harold Davis en 2010 (voir cette chronique sur urbanbike) mais il a disparu de mes rayonnages (…pour un prêt longue durée, certainement…!).

Ici, la majorité des vues sont faites avec un Canon EOS 5D Mark II ou un Hasselblad, la surface du capteur joue non négligeable comme l’auteur l’explique en introduction, la sensibilité ISO (mais là, quelques bonnes surprises) ou l’usage du format RAW.

Ce que j’apprécie dans ce bouquin, hormis des photos remarquables dans Paris (…et des lieux que j’ai parcouru à pied, notamment les berges), c’est que toutes les images sont proprement renseignées.

Et donc, bien souvent effectuées sur pied, en pause longue avec une sensibilité de 100 ISO… Bref, des informations précieuses quand on prend le temps de les analyser…

Les lieux, certes. Mais surtout un oeil.

Des cadrages très graphiques, archi-graphiques si je me permets ce néologisme. Du coup, même si la technique photo vous… agace, vous prendrez plaisir à ces vues qui changent des sempiternelles (…mais remarquables — ménageons les susceptibilités…) photos de ciels étoilés ou de personnages crachant du feu, en concert, dans un bar, etc.

Bref, un bel univers, une très chouette mise en scène de l’urbain, des ponts (dessous comme dessous) comme des ports, des textures (…c’est beau un mur de piere la nuit à peine éclairé par un réverbère). Sans oublier les reflets sur les sols humides. Ou même un vélo (…enfin, ce qu’il en reste…) en noir et blanc.

Voilà, ce qui est épatant dans ce bouquin, c’est qu’il s’agit avant tout d’un beau livre de photographies. Et ensuite d’un partage de savoir-faire technique.

Alors, je ne sais pas si cela va suffire pour me faire sortir à nouveau avec un trépied et un réflexe mais les informations de Vittorio sont désormais à ma portée comme à la vôtre…

Reste à appliquer (…ah oui, je savais bien qu’il y avait une étape en sus…!).

Les secrets de la photo de nuit
Vittorio Bergamaschi
Eyrolles
9782212132366 | 18 € | 17 x 23 cm

image caddie

@urbanbike

Bureaux vides versus manque de logements

Trop compliqué de s’adapter ? Vrai en partie mais pas totalement impossible…
dans | archi | dans mon bocal | groummphh |

Je viens de lire cet article du Monde qui rappelle le déficit chronique de logements d’une part et, d’autre part, 7 millions de mètres carrés de bureaux vides, inoccupés.

Vu la conjoncture, ces derniers ne risquent pas de se remplir. Plus étonnant, d’autres mises en chantier de bureaux — programmées de longue date — se poursuivent alors même que l’on manque de mises en chantier de logements.

— 7 millions, c’est bien le chiffre 7 suivi de 6 zéros, non ?!

Prenons ces 7 millions de mètres carrés et divisons à la hache par une surface moyenne de 42 mètres carrées par personne (…en empruntant ce chiffre aux statistiques de l’Insee ici) cela nous fait 166 667 personnes logées. C’est ce que m’indique ma calculatrice RPN qui arrive encore à faire une division.

Bon, même si cela ne fait en réalité plus ou moins 150 000 personnes, c’est déjà fort sympa de désengorger les rendez-vous pour n’importe quelle surface à louer comme je l’ai vérifié la semaine dernière dans Paris (ok, je précise bien Paris intra-muros).

Gag, quand l’agence n’oublie pas carrément un rendez-vous collectif comme celui auquel j’ai participé sur le coup de 14:00. Après 45 minutes d’attente et quelques coups de téléphone, une représentante de l’agence a fini par arriver pour nous faire visiter en 10 minutes un minuscule deux pièces en arrière-cour. Pas à se plaindre, des candidats (…nouveaux gueux des temps modernes) se pressent pour le moindre rendez-vous en priant pour que leur dossier soit pris, quel qu’en soit le prix (…humour facile mais c’est bien ce que j’ai ressenti en discutant avec mes compagnons d’infortune).

Adaptation pas si simple

— Oui mais réadapter des tours de bureaux en logements, c’est compliqué.

On est bien d’accord que fabriquer du bureau c’est essentiellement des dalles avec une périphérie vitrée et un noyau central comportant le passages des fluides, des ascenseurs et des escaliers.

Ensuite, quelques cloisons souples (la notion du open space est également une pratique de réduction de ces coûts en négligeant les nuisances induites…) pour segmenter et un système de chauffage et ventilation collectif. Bref, tout pour une vie de bureau.

Et alors ? Qu’est ce qui nous empêche de réfléchir, d’inventer des solutions avec des semi patios en second jour dans des logements en profondeur…?

— C’est coûteux !

Ne pas occuper ces surfaces disponibles, ce n’est pas coûteux ? Ne jamais les occuper comme certaines tours fantômes en Asie, est-ce normal ? Investir dans des découpages astucieux et remplir ces tours de gens qui ont besoin d’être logés, cela pose problème ? Laisser les gens sans domicile, est-ce plus intelligent, plus vertueux ?

Il faut réfléchir en terme de réhabilitation et redistribuer ces espaces avec des solutions qui peuvent même être carrément ludiques. Nous formons actuellement une palanquée de jeunes architectes qui souvent galèrent pour trouver un logement étudiant, voilà un chouette sujet de réflexion et de de diplôme à leur proposer.

Sans oublier que cela peut également donner du travail aux professionnels, relancer des filières.

— Mais transformer des surfaces commerciales en logement, ce n’est pas très courant.

Erreur. Que ce soit en France ou dans d’autres pays européens, il n’est pas rare de trouver d’anciennes boutiques réinvesties en logements et ateliers. Dans certains quartiers de ma ville, c’est le cas. J’ai raté quand j’étais étudiant, faute de moyens, l’acquisition d’une boutique + étage sur le marche St Louis de Versailles qui, aujourd’hui, est devenue ce que nous avions projeté de réaliser alors !

Pour finir, même si ce n’est pas encore signé, mon fiston risque de se retrouver dans une résidence étudiante bien foutue qui s’est installée dans une ancienne chocolaterie. J’en parlerais prochainement car leur concept en terme d’aménagement est astucieux et pragmatique.

À suivre.

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, noté sur…

ex. Inexten.so

cf. lien publié le 11/02/2016 à 21:28

cf. lien publié le 11/02/2016 à 21:25

cf. lien publié le 11/02/2016 à 21:19

cf. lien publié le 11/02/2016 à 13:57

cf. lien publié le 11/02/2016 à 13:52

cf. lien publié le 11/02/2016 à 13:50

cf. lien publié le 11/02/2016 à 10:20

cf. lien publié le 11/02/2016 à 08:04

cf. lien publié le 11/02/2016 à 07:39

cf. lien publié le 11/02/2016 à 07:36

Follow me on App.net

Urbanbike est hébergé par…

image

Ailleurs…

image

image