iPad pro et clavier tout aussi pro ?!

Ce que j'attend de ce super grospod…
dans | dans mon bocal | écrire | iOS |

Chouette, on y arrive tranquillement. Si la taille du iPad Air 2 est amplement suffisante pour l’usage que j’en fais actuellement, il n’empêche qu’un clavier revisité et un poil plus large en mode paysage serait le bienvenu.

J’ai vu sur le web les mêmes copies d’écran que vous avec une rangée de chiffres en plus. Utilisateur de traitements de textes Markdown, je suis un habitué des barres additionnelles et l’idée n’est pourtant pas d’ajouter des empilements de lignes de touches.

Par contre, j’aimerais qu’Apple laisse les développeurs de Ulysses for iPad ou Editorial intégrer dans ces espaces supplémentaires des options spécifiques au Markdown

Ou que les développeurs nous laissent le contrôle de ces élements du clavier, ajouter les touches qui nous conviennent comme la touche ⌦ (…oui, je bassine quelques lecteurs avec cette demande).

Bref, remettre en marge des éléments plutôt que de constituer un gigantesque burger empilé (…métaphore également utilisée pour des couvertures de livres avec auteur, sur-titre, titre, sous-titre et phrase d’accroche…!).

reduc-450

Il semble que le prototype à grosses touches ait été écarté…!

Pour finir, j’ai également évoqué iThoughts mais version iOS dans MacPlus, lire : Pratique : trier une carte heuristique avec iThoughts

Spendide gestion de tri dans iThoughtsX

Pour des Cartes heuristiques bien ordonnées
dans | écrire | outils | pratique |

La dernière version — 2.2.8 — de iThoughtsX (47,99 €) offre une solution radicale pour ordonner le contenu de nos arborescences en plus d’avoir basculé en français ses menus…!

Le plus simple est de regarder ce que cela donne via ces trois copies d’écran (…que vous pouvez agrandir si le cœur vous en dit)…

reduc-450

Ce sont bien entendu les tris réglés qui m’intéressent…

reduc-450

Notez que vous pouvez enregistrer une règle précise à une arborescence dont les dates de modification…

reduc-450

Et voici nos pommes triées dans l’ordre alphabetique…

Merci à Craig Scott pour ces petites touches fonctionnelles de pur confort…

À noter que cela a été également dans la dernière version — 2.16 — sous iOS, voir iThoughts (9,99 €) qui échange bien entendu ses fichiers avec iThoughtsX.

Affichage publicitaire : de l’huile dans les rouages d’urbanbike…?

De la pomme avec modération
dans | dans mon bocal | groummphh |

Je ne reviens pas sur nos précédentes expériences, Prescrire ne sert à rien, il faut vendre. Il y a quelques mois, en discutant avec l’ami Benoît Pepermans, j’avais suivi son conseil : (essayer de) me réaffilier.

Sans succès. J’avais dû oublier un truc dans la procédure d’inscription (…la force de l’inconscient ou de l’acte manqué…!) et laissé tomber.

Avant-hier, je lis dans mon blog Apple favori cette info : Apple ouvre les précommandes de livres aux éditeurs et ça fait tilt !

Du coup, après avoir essayé à blanc iTunes Link Maker, je me suis décidé à demander à nouveau une affiliation en vue de ce que je suis en train d’écrire (…je laisse les quelques ami(e)s qui écrivent réfléchir…).

Ma première tentative de validation semblant foirer, je suis à deux doigts de renoncer quand je comprends qu’une seule info est marquée en rouge. En modifiant cette dernière, je valide en pensant obtenir une réponse en fin de semaine prochaine.

Mauvaise langue…!

Un courriel d’acceptation est arrivé dans Mail cette nuit. À moi les placards de publicité, les pages spéciales pour vendre montres, tablettes, iPhones… Ah, ah, ah !

Non, je plaisante (quoi que !).

…Mais il y avait parfois des liens sponsorisés dans urbanbike…?!

Oui, avec les codes de mes amis de MacPlus. Je viens de faire un recherche remplacement dans ma base SQL pour modifier les… 17 liens existants…

Dont acte.

Désormais, je vais essayer de couvrir les frais d’urbanbikette avec ces rentrées modestes. Puis envisager de racheter mon île en totalité ! Enfin… une carte postale de mon île…!

reduc-450

Note de fin : je reviendrais en temps utile sur cet agrément même si cela peut (sic…!) couvrir les frais de mon hébergement (…chez l’excellent Monarobase…), la prochaine mise à jour en 3.0 d’ExpressionEngine ou un renouvellement chez Gandi de ce domaine. Ou rien…!

Des messageries moins poreuses…?

Cryptage et compagnie
dans | bosser chez soi | dans mon bocal | groummphh | mémoire |

Vu la manière dont les choses évoluent (mal…!), il est temps d’analyser sa propre tripotée d’habitudes et d’outils, commencer à (essayer de…!) boucher les trous de nos passoires numériques…

Même si cela semble avoir peu d’utilité, autant freiner la curiosité de certaines officines et leur permettre de facto de justifier leurs émoluments !

Oui, j’ai décidé d’être taquin.

N’avoir rien à cacher n’empêche pas de ne pas les laisser traîner sur tous les coins du web sauf si on se décide à les publier comme j’essaye de le faire depuis des lustres via les sites mentionnés dans la colonne adjacente.

Le problème est que j’ai quand même des trucs à dire, écrire, transmettre, des pensées (géniales ou à la k…) à partager, des projets de bouquins, des bribes de vannes idiotes. Bref, je ne souhaite pas livrer aisément toutes mes pépites à ceusses qui me surveillent ! Si nos présidents ont été espionnés, pourquoi ne le serais je pas…?!

Du coup j’ai testé ProtonMail comme mes amis de Mac Plus — lire Focus : ProtonMail, la messagerie sécurisée — et Tutanota.

  • ProtonMail est un système bien foutu à deux étages : un identifiant + mot de passe pour accéder à la plateforme puis un second mot de passe pour accéder à l’interface de messagerie. Il faut s’inscrire et cela prend un peu de temps avant de recevoir un lien, patience.
  • Tutanota ne nécessite qu’un identifiant + mot de passe et cause français. Là, c’est immédiat. Et dispose déjà d’une application sous iOS.

Dans les deux cas, l’énorme plus est d’écrire et conserver vos mails sur chaque plateforme, de pouvoir les crypter avec un mot de passe différent à chaque fois, mot de passe qui servira à vos correspondants qui seront conduits à lire vos messages sur le même serveur.

Bien entendu, à vous de convenir d’un mot de passe chacun d’entre-eux et, surtout, de faire parvenir à votre correspondant ce dernier. Mais quelques idées simples sont à imaginer.

Il est clair qu’au niveau de la simplicité d’usage, Tutanota emporte la palme. Et c’est parfait pour des échanges que vous n’avez pas envie de partager. Néanmoins, 1password (49,99 €) sera vite indispensable car les mots de passe légers sont à bannir. Et surtout pour accéder à ces services…!

Si ProtonMail est moins simple à utiliser (double identification), il dispose d’une option assez sympathique, celle de supprimer l’accès à un mail envoyé à un correspondant si ce dernier ne l’ouvre pas dans un temps que vous définissez.

Ensuite, il est moins perméable à des visites car le mot de passe à votre base de mails n’est connu que de vous. En gros, si vous perdez la clé, personne pour vous envoyer du secours. Sauf demander à la NSA de venir déplomber votre partition, histoire de retrouver les ingrédients de votre recette de tiramisu aux fraises avec légère cuisson des blancs.

Plus sérieusement, c’est pas mal pour un chercheur qui bosse sur un projet et qui n’a pas trop envie de se faire piller son boulot, c’est intéressant pour communiquer des infos en vue d’une action en justice à son avocat, etc.

Il ne s’agit pas de remplacer tous ses mails habituels par ces services mais de les employer dans les moments où là confidentialité est essentielle. Inutile de basculer d’un excès à un autre.

Se souvenir que ces dispositifs permettent de conserver tous vos mails rédigés avec le service employé sur un serveur distant, sécurisé, comprendre non accessibles sur un ordinateur ouvert à tous les vents.

Oui, c’est gratuit au départ mais avec une taille de boîte limitée. Ensuite, si les solutions vous conviennent, cela aura nécessairement un prix.

reduc-450

Ah, vous ne bossez pas en XML, dommage…

Et donc pas de mission…
dans | dans mon bocal | outils | typo | vieillir |

Je ne sais pas si la situation perdure mais c’était l’une des réponses quand je prospectais naguère (…avant juin 2013) pour ma petite entreprise…

Du XML sinon rien.

Du coup, j’ai raté quelques chouettes opportunités car le traitement de données en XML ne me branchait pas, trop éloigné de mon job de metteur en pages et de graphiste. J’avais certes employé des outils ad hoc comme FrameMaker bien avant mais, pour illustrer, cette application n’a jamais été portée sous OSX alors qu’elle tournait comme une horloge sous Mac OS 9.2. Certes, des pans entiers ont été repris peu à peu dans InDesign mais je n’avais plus la vista de réapprendre à bricoler dans un produit nettement moins adapté, lent…

Mais pourquoi j’évoque cela…?

Ce matin, sur Twitter, je suis tombé sur un billet de Marie Lebert à propos de son livre Le Livre 010101 (1971-2015) (en PDF) dans lequel mon ami Marc Autret est cité…

Ce dernier écrivait, il y a quelques années déjà :

Je déplore que l’émergence de l’EPUB ait provoqué l’anéantissement pur et simple du PDF comme format de livre numérique. Le fait que les éléments d’interactivité disponibles au sein du PDF ne soient pas supportés par les plateformes nomades actuelles a aboli toute possibilité d’expérimentation dans cette voie, qui m’apparaissait extrêmement prometteuse. Alors que l’édition imprimée fait la place à des objets de nature très différente, entre le livre d’art de très haute facture et le livre “tout terrain”, le marché de l’ebook s’est développé d’emblée sur un mode totalitaire et ségrégationniste, comparable en cela à une guerre de systèmes d’exploitation plutôt qu’à une émulation technique et culturelle. De fait, il existe fort peu de livres numériques PDF tirant parti des possibilités de ce format.

Pour les lecteurs d’urbanbike, souvenez-vous de FlyingButtons (les explications du développeur sont ici)…

L’idée de créer un PDF au format iPad sur les paysages de mon île avec mes propres photos est toujours présente mais quand je vois les difficultés à réaliser le tout en ePub et l’absence de maquette contrôlée par le graphiste que j’étais, comment dire…!

Dans l’inconscient collectif, le PDF reste une sorte de duplicata statique de l’ouvrage imprimé et personne ne veut lui voir d’autre destin. L’EPUB, qui n’est rien d’autre qu’une combinaison XHTML/CSS (certes avec des perspectives JavaScript), consiste à mettre le livre numérique “au pas” du web. C’est une technologie très favorable aux contenus structurés, mais très défavorable à l’artisanat typographique. Elle introduit une vision étroite de l’œuvre numérique, réduite à un flux d’information. On ne le mesure pas encore, mais la pire catastrophe culturelle de ces dernières décennies est l’avènement du XML, ce langage qui précalibre et contamine notre façon de penser les hiérarchies. Le XML et ses avatars achèvent de nous enfermer dans les invariants culturels occidentaux.

Marc résume bien ce qui est devenu la norme cette dernière décennie…

C’est pourquoi j’explore des combinaisons simples à base de balisage léger Markdown (avec des bases de données comme FileMaker), un poil de transformation typographique avec des CSS sous Marked2 ou des Styles sous Ulysses for Mac pour exporter dans des formats devenus des standards. Mais je reste nostalgique du PDF avec les traitements typo possibles, des blancs, des mises en pages non adaptatives mais volontaires (au sens d’assumées) travaillées par le graphiste…

Même si je reste un utilisateur assidu de Marvin ou Gerty sur iPad, je conserve GoodReader pour lire et annoter mes PDF…

Bref, je vais avoir du temps à ne faire que cela, reprendre mes ingrédients à base de traitements de texte Markdown, styler des CSS (voire, repasser par InDesign avec le script de Jongware) et pondre à nouveau, pour mon plaisir, des PDF avec de la typo1…!

Bref, je suis totalement dépassé… J’assume…!


  1. Je pense au Guide pratique de choix typographique — qui a été remis à jour — ainsi qu’à Roger Excoffon | Le gentleman de la typographie, deux ouvrages en PDF de David Rault distribués par adverbum

Du coté de la béta de Ulysses for iPad

MacPlus.net
dans | écrire | iOS | pratique |

En passant… Ulysses sous iPad apprend le français … Mais pas que…! Bref, on sent que les fonctions de Ulysses for Mac glissent doucettement dans l’iPad et tant mieux…

reduc-450

Moovit et Routie pour vos trajets

MacPlus.net
dans | ailleurs | iOS | pratique |

Tout d’abord, Routie, l’enregistreur de vos activités, supporte l’app Santé… et n’est plus gratuit (logique, ce très bon produit qui ne diffuse pas vos trajets est revenu à son prix de vente).

Ensuite, Moovit 4.1 réintègre son widget et c’est bien pratique pour se déplacer au quotidien…

reduc-450

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Lire les contributions… | d’urbanbike sur

image

Trouvé sur le net, noté sur…

image

cf. lien publié le 04/07/2015 à 22:53

cf. lien publié le 04/07/2015 à 22:50

philip jodidio documents the japanese house reinvented

cf. lien publié le 04/07/2015 à 07:35

A bad week for fracking, another black eye for natural gas

cf. lien publié le 04/07/2015 à 07:33

cf. lien publié le 02/07/2015 à 11:56

cf. lien publié le 02/07/2015 à 11:53

Man Simplifies into Off-Grid Micro Cabin Life in California

cf. lien publié le 01/07/2015 à 22:15

cf. lien publié le 28/06/2015 à 15:45

cf. lien publié le 27/06/2015 à 16:15

cf. lien publié le 26/06/2015 à 13:19

Urbanbike est hébergé par…

image
image
Follow me on App.net
image