Produits nomades en déplacement

Multiplication des tétines électriques
dans | potager |
image

Tous nos petits écrans, tous ces produits que nous utilisons pour communiquer consomment, eux, de l’électricité. Et pour certains qui se baladent avec une panoplie complète, c’est parfois galère pour tout recharger… Ce matin via autoblog, je suis allé voir cette nouvelle prouesse technique qui libérera de cette angoisse quotidienne tous ceux qui doivent impérativement se balader avec ces boulets outils en voiture… Pour moins de 35$, les voilà reliés à la batterie de votre voiture via la prise allume cigare (prise qui tombe en désuétude…!). Bientôt il faudra ajouter dans ce barda un reader de livres numériques, objet indispensable pur être paré de tous les côtés technologiquement… J’avais lu récemment un petit billet sur un blog à propos d’une petite éolienne posée sur le toit de taxis en asie. L’électricité ainsi produite était à disposition du client pendant la course pour recharger son portable… Pour mémoire, l’ouverture d’un livre comme sa lecture répétée (sur une semaine ou sur un siècle…) ne consomme rien…

Vincent, Volker et les autres

Du côté des blogs photos…
dans | photo |
image

D’abord un billet complet de Volker sur LightZone, un produit que j’avais survolé ici en juillet… Comme d’habitude, notre spécialiste du RAW examine le produit sous toutes ses coutures et conclut sur un “le travail avec Lightzone est contagieux, fait assez rare pour le souligner !”, formule que je partage…! Ensuite l’arrivée de Vincent, l’auteur de plusieurs livres sur des boîtiers photo dont celui sur le Nikon D50, dans la blogosphèreJean-François semble partager mon enthousiasme vis-à-vis du iMac 24 pouces… Je n’avais pas vu le kit de montage VESA, bien vu… Tony également qui note que le iMac 17 pouces est encore plus abordable grâce au retrait de certaines options… Note : j’avais oublié l’article de François sur son Canon 85 mm f 1.2… Et pour l’apprécier pleinement, il faut au moins un 5D. Seule consolation le Canon 50 mm f 1.2 qui devient, sur un 350D ( faut multiplier par 1.6) un 80 mm…! Bon, si parlait d’autre chose…?

Le iMac à la conquête de l’entreprise

24 pouces et plus si affinités…
dans | pratique |
image

Quand on y pense deux petites secondes, le télescopage de ces nouvelles à 24 heures d’intervalle est violent… D’abord Intel se sépare de plus de 10 000 personnes (hop, la pression de la concurrence alliée à une demande croissante mais à des coûts de plus en plus bas se traduit mécaniquement par ce type de décision — arrêtez-moi si je dis une connerie…)… Et hier soir (où étiez-vous si nous n’étiez pas encore au courant…?!), Apple a sorti la nouvelle version de l’iMacn avec un écran 24 pouces avec intel inside… Bon ne retenons que cette dernière annonce… Chapeau Apple, voilà un produit qui a de la gueule avec un prix plancher de 2000 € TTC. J’ai regardé vite fait sur l’Apple Store une configuration un peu plus tonique de cette nouvelle machine (2,33 Ghz, 3 Go de RAM — d’ailleurs, pourquoi ne pas permettre d’aller à 4 Go sur les deux slots disponibles…, une carte graphique plus véloce mais un disque SATA de 250 Go à 7200 tpm bien suffisant — je préfère avoir des disques externes de sauvegarde, aucun soft, souris et clavier avec câble + AppleCare). On arrive à 3348 € TTC… J’ai pris l’exemple de l’iMac 24 mais en version 20 pouces avec la même configuration… on est à moins de 2800 € TTC… Hop, même opération avec un Mac Pro (downsizing en Xeon 2 Ghz, 4 Go de RAM, carte graphique de base, disque de 250 Go de base, clavier et souris filaire, pas de softs, un 23 pouces, un AppleCare), pof, 4777 € TTC sur la balance… Ok, côté puissance, on, ne joue pas dans la même cour… Certes le Mac Pro est une machine attirante, puissante, rapide, 64 bits (etc, etc.). Mais sérieusement, cette débauche de puissance est souvent inutile en bureautique tout comme pour un usage personnel et — je ne vais pas me faire que des amis — même pour un professionnel indépendant avec des besoins standards de graphisme… Une rapide comparaison…? Il me semble que l’on réalise de très bonnes photos avec un Canon 350D sans avoir nécessairement besoin d’utiliser son grand frère quatre fois plus cher… Alors, que ces deux grammes soient présentes et permettent l’une comme l’autre de travailler correctement avec les mêmes applications est indéniable mais la question reste entièreDe quoi ai-je réellement besoin et non qu’est-ce qui me ferait plaisir… Pour ma part, avec cette proposition du iMac 24 pouces, cela se discute sérieusement… Avec un avantage énorme pour ce dernier qui tient peu de place (indispensable le volume quand on bosse chez soi), beau, ne revient pas très cher… Et propose du FireWire 800 plus rapide (à condition de ne pas utiliser du 400 en même temps car ajustement sur le débit le moins rapide…)… Et beaucoup plus transportable : 11,2 kilos, écran compris contre les 19,2 kilos du Mac Pro (merci Sébastien d’avoir relevé une coquille, j’avais écrit Mac Plus !! ce dernier est carrément portable !!)  sans oublier les 7 kilos d’un écran 23 pouces… Bref, avec un tel produit, de l’Intel inside, la possibilité de faire tourner du Windows, je suis persuadé que nombre d’entreprises vont se poser sérieusement cette question lors du renouvellement de leurs PC fatigués… NB : je ne parie pas, je me suis planté deux fois cette année sur l’arrivée d’un grosPod…!

Starbucks chez Barnes and Noble

Publishing live
dans |
image

C’est tout naturellement que les cafés américains Starbucks auront l’honneur de lançer fin septembre le nouveau livre d’un auteur à succès, Mitch Albom. Rien de surprenant finalement car les magasins Barnes and Noble hébergent systématiquement et directement au coeur de la librairie… les cafés Starbucks. Avec succès ! À nouveaux comportements d’achats, nouveaux espaces, et vice-versa. Ainsi certaines grandes surfaces, comme Wal-Mart, vous proposent d’être votre propre caissier si vous le souhaitez : vous accédez à une machine où vous scannez les produits, payez et quittez le magasin. Plus récemment, vous avez la possibilité d’accéder à des bornes connectées au site web du magasin pour affiner vous-même votre recherche des produits. Contrairement aux apparences, est-ce que ce ne serait pas les meilleures innovations possibles pour revaloriser le maillon faible en librairie : le vendeur. Car le vendeur alterne entre la caisse qui l’épuise, les rayons à mettre à jour toujours plus vite et les questions sans intérêt des clients, à 80 % centrées sur l’endroit où trouver le livre en rayon car il l’a déjà sélectionné sur le Net. Après mes quelques mois comme vendeur chez Barnes and Noble, lire est une impossibilité permanente : ni le temps, ni l’énergie. Pourtant un programme remarquable montre la voie en incitant les magasins à “pousser” un livre chaque mois, livre lu par tous les vendeurs… et les ventes suivent. Inclure un temps de lecture dans le temps de travail est-il hors de portée ? Avant 2015 cette librairie hi-tech ? Pour redonner le goût de lire aux libraires et nous faire partager leur immense savoir. Car un libraire qui lit reste une ressource inépuisable. Et c’est à lui d’éduquer le lecteur, de le guider, de lui faire découvrir d’autres auteurs, d’autres centres d’intérêts. Combien de livres subissent le classement arbitraire du rayon quand seul le libraire peut donner vie au lien entre deux livres loin l’un de l’autre. Arrêter d’être un vendeur pour redevenir un libraire.

PUB, Pub, pub…!

Comment travailler chez soi…
dans | bosser chez soi |
image
Toujours en librairie ou sur le site de l'éditeur

image caddie

Dernière mise à jour de cette page : Juin 2008…!!

Pour en savoir plus sur Michel Houellbecq, c'est ici. Pour en savoir plus sur Comment travailler chez soi, lire la suite…

Voilà 15 jours pile-poil que le livre est disponible (…comment, vous n'avez pas encore lu "Comment travailler… chez soi" ?!!).

À qui s'adresse ce livre
Comme nous l'avions dit, "Comment travailler… chez soi" n'est pas une thèse soporifique, un précis technique, une encyclopédie détaillée et exhaustive. Notre idée était de réaliser un petit bouquin qui ne se prenne pas au sérieux à destination de nos pairs qui travaillent aussi à domicile.
Ensuite, que la légèreté des propos comme des illustrations puisse servir à engager le dialogue avec les proches.
Travailler chez soi n'est pas toujours perçu comme un vrai boulot, une activité noble et sérieuse. Souvent notre propre entourage ne comprend pas réellement comment nous fonctionnons (doux euphémisme)…
Avec Jacques, nous nous disions que ce bouquin devait être lisible par tous, familles, amis comme clients.
Par exemple, ma propre belle famille a été un peu surprise, certaines situations leur rappelant des situations vécues… Mon beau-père l'a pris avec humour et cela nous a permis de remettre les pendules à l'heure. Eh oui, le beau-fils travaille pour… de bon !
Bref si nous pouvons aider à renouer le dialogue, si "Comment travailler chez soi" agit comme une thérapie familiale ou professionnelle, c'est déjà cela de gagné !

Il n'apportera évidemment pas grand-chose aux professionnels aguerris, c'est un simple pense-bête à propos des bonnes habitudes que l'on oublie trop souvent nous-même de suivre ! Il peut être utilisé comme piqûre de rappel, sans parler du plaisir de se sentir moins seuls…!
Bref, comme l'écrivait ici un de nos lecteurs, c'est "ma" vie…!!

Cet opuscule est essentiellement destiné aux débutants qui ne se connaissent pas encore suffisamment notre univers (d'où le titre) et qui peuvent être tentés de rejoindre nos rangs sans se rendre compte des contraintes. Les dernières pages sont dédiées aux problèmes de santé et elles sont rédigées par l'excellent Martin Winckler…!

Exemples du livre en téléchargement
Un dernier point que je tiens à souligner. Nous avons multiplié les planches d'exemple en téléchargement ici et sur le site d'Eyrolles. Si par inadvertance, vous achetez ce livre et que vous le trouvez médiocre, prenez-vous en à vous-même…! Il n'a jamais été plus facile de découvrir un livre avant de l'acquérir me semble-il…

De toute façon, nous avons prévu de livrer le contenu en feuilleton sur Macdigit tout au long de l'année 2006 Ce sera sur urbanbike jusqu'en octobre 2007 (deux pages par semaine, à dose homéopathique…)…
Cela ne retire en rien l'intérêt du livre qui reste un bel objet superbement imprimé et beaucoup plus agréable à parcourir - comme à lire - qu'un site internet.

Par contre, n'hésitez pas à nous indiquer ce qui manque, à faire des remarques pour la seconde édition (…on prévoit 620 pages ultra-techniques en corps 7 et une loupe pour les strips de Lukino…). Plus sérieusement, certains sujets ont été évacués. Ainsi le handicap, que ce soit celui du télétravailleur ou de l'un de ses proches : ce n’était pas la peine de plomber l'ambiance avec du quotidien moins guilleret.
Enfin, le dernier objectif était de réaliser un livre abordable en terme de prix.
À vous…




Comme vous, nous sommes ravis de l'élan de bonne humeur qui accompagne cette parution. J'avais ainsi appris, le jeudi 15 décembre, qu'une agence en avait acquis un bon stock pour les offrir à ses clients pour les fêtes…

Ils en causent !
Et déjà quelques réactions sympathiques, parfois sous la forme d'une simple citation dans un visuel (ainsi dans Liberation du 19/12/05 (un petit copier/coller avant que l'info disparaisse).
Une heure, le matin, dans les transports en commun bondés, même chose pour le retour du soir, sans compter les heures sup, et plus moyen de voir ses gamins. En prenant conscience de ces tracas quotidiens, beaucoup décident aujourd'hui de quitter leur entreprise pour transférer leur activité directement à la maison. C'est le sujet de ce livre, Comment travailler... chez soi, moitié bouquin, moitié BD. Les auteurs ont compilé les astuces pratiques à déployer au moment de l'installation, sans en cacher non plus les contraintes, le bruit de l'aspirateur de la femme de ménage, l'hyperactivité des gamins et le frigo à remplir puisque Madame, elle, continue à travailler à l'extérieur. Les textes, sérieux, sont contrebalancés par les vignettes humoristiques mettant en scène un jeune père de famille qui a fait le choix de se délocaliser dans son foyer. On y apprend que travailler en pyjama peut être agréable, mais pas non plus des plus confortable. La leçon étant finalement assez simple: bien savoir séparer vie privée et vie professionnelle


Également un papier + Web dans Le Figaro | Entreprises et emploi du 19/12/2005.
N'avoir que son salon à traverser pour aller au bureau, troquer le costume cintré contre un bon vieux jogging, choisir d'aller faire ses courses en milieu d'après-midi pour éviter l'heure de pointe. Voilà la vision idyllique que l'on se fait du travailleur à domicile... quand la réalité est tout autre ! Qui n'a jamais vécu cette situation aura du mal à comprendre les petites galères du « bureau-maison ». Voilà pourquoi l'ouvrage de Jean-Christophe Courte et Jacques Lukino, tous deux travailleurs indépendants, respire le réel.
En croisant textes courts et vivants avec des dessins de BD drôles et informatifs, ils réussissent à décrire le quotidien du travailleur à domicile avec brio. Et justesse. Mêler vie professionnelle et vie privée n'a rien de naturel, ni d'inné. Voilà pourquoi il faut se fixer des règles. Préparer son espace, installer efficacement matériel et connexions Internet, faire comprendre à la famille et aux amis que l'on travaille... même si l'on est chez soi.
Les petits tracas du quotidien sont mis en lumière avec humour : la femme de ménage qui met en marche l'aspirateur au moment d'un coup de fil important, le petit dernier qui veut jouer avec vous, la hotline Internet qui vous demande de démonter votre ordinateur... Mais, une fois les soucis vaincus, travailler chez soi offre une liberté non négligeable. Le dernier chapitre, « De très bons motifs pour continuer », pourra convaincre les hésitants. Mais une seule chose manquera toujours à l'appel, selon les dires d'une travailleuse indépendante : « les collègues desquels on peut dire du mal à la machine à café ».


MAJ du 23/12 : Merci André pour cette petite photo sur son blog.

MAJ du 07/01/06 : un papier argumenté (et intitulé "Home sweet home, home sweet… work") de Marianne Rey dans L'entreprise du 06/01/2006. Il semble que ce papier soit également dans l'édition du 1/01/06.
Vous avez déjà fait de votre domicile votre lieu de travail ou vous y songez sérieusement ? Vos mentors s’appellent désormais Jean-Christophe Courte et Jacques Lukino. Respectivement graphiste et illustrateur indépendants, ces « travailleurs des temps modernes » livrent Comment travailler… chez soi (1), un guide au style décalé mais au contenu très instructif.
Version « échec assuré », le télétravail ressemble à une partie de rigolade : confinement dans une pièce-bureau de taille « placard à balai », progéniture braillarde qui en franchit la porte tous les quarts d’heure, clients qui ne vous prennent pas au sérieux parce que vous avez conservé votre adresse e-mail perso (.(JavaScript must be enabled to view this email address)), retard dans vos dossiers car vous n’avez pas su résister à l’appel de Rolland Garros à la télé, silhouette qui s’épaissit à mesure que le frigo se vide…
Pour éviter ce scénario catastrophe… mais plausible, suivez les recommandations des deux experts. Leçon numéro 1 : même si personne ne vous voit derrière votre ordinateur, ce n’est pas une raison pour passer la journée en pyjama !


MAJ du 18/01/06 : il semble que nous ayons eu un papier dans le journal Le Monde du 3/01/06.

MAJ du 20/01/06 : un billet intitulé "Travailler à la maison et entreprendre au feminin - livre conseil" de Nathalie Ouvré sur Ouvre.com, sur brocanteo.com et sur Enviedentreprendre.com
Ce n'est pas parce que nous basculons dans une vie de plus en plus numérique au quotidien que ce doit être une bascule difficile et ce n'est pas parce que l'on a opté pour travailler à la maison que développer son "commerce" doit être une régression !
2 réflexions afin de parler de tout autre chose que notre entreprise de vente en ligne pour une fois, notamment d'un petit livre bien utile, tout simple, qui donne envie de travailler chez soi, tant il est bien réfléchi et honnête. Offert à Noël à la "patronne", ce livre "retour d'expérience" sur les avantages et les difficultés de mode d'implantation de son entreprise / activité, bourré de vécu, donne envie... d'entreprendre... mieux.
Tout simplement nommé "Comment travailler chez soi", nous vous conseillons de trouver et dévorer ce très bon petit livre sur le sujet issu d'un travail collaboratif d'écriture et d'illustration de 2 "travailleurs à domicile" (Courte et Lukino). L'investissement en temps à consacrer à sa lecture n'est pas trop important, car on peut le lire à toute vitesse ou problématique par problématique. Le meilleur est de le relire à plusieurs et apprécier les illustrations qui en disent autant que les textes. Un petit livre équivalant à un manuel de management de soi même pour un très petit budget, plein de bon sens, à garder en livre de chevet et à faire lire à son conjoint et la famille.
Nous nous sommes complètement retrouvés au fil des pages, et il y a tant de bons conseils recensés : Comment organiser son lieu de travail (matériel, disposition), comment partager et organiser le temps (les horaires), comment canaliser le téléphone ou les moyens de communication (savoir ne pas mélanger), etc...
Les outils sont abordés et là aussi on réalise que nous avons basculé dans une ère numérique (plus ou moins facile), mais il ne faut pas oublier que parfois on travaille sur des méthodes traditionnelles (de notre coté c'est par exemple peser, mesurer, rechercher dans des livres, emballer) et que le numérique a juste remplacé d'autres technologies et raccourcit les délais (e-mail, paiement en ligne).
Ecrit par 2 hommes, le point de vue de la femme est tout de même un peu retranscrit, sans évoquer la femme "au foyer" qui "entreprend" chez elle (et rien à voir avec des Desperate housewives... dont a quand même dévoré les DVD)
Sur des points d'organisation, cela nous a fait réaliser que nous n'avons probablement pas tout mis en place de la manière (tranchée) dont c'est indiqué mais ça fonctionne quand même. Et sur des points d'implantation cela nous a donné des idées.


MAJ du 26/01/06 : un billet intitulé "UN MANUEL POUR BOSSER DANS SON FAUTEUIL" de Martin Winckler sur martinwinckler.com…!

MAJ du 02/02/06 : dans la catégorie, "tiens j'y pense" d'Hélène Guibet sur unelene.com…!

Un chouette papier dans Vous et Votre Mac n° 12 signé par Bernard Ledu
image

MAJ du 17/02/06 : Sur Zevillage.net, le village des télétravailleurs à Essay, ce billet sympa et inattendu de Xavier de Mazenod :
Comment travailler... chez soi est un petit livre facile à lire qui dédramatise ce sujet où fleurissent les idées reçues.
Tous les problèmes sont passés en revue avec le regard de Jean-Christophe Courte (par ailleurs graphiste de livres) et les dessins de Jacques Lucchino : les outils, les rapports avec les autres, les risques et les bonnes raisons de continuer.
Drôle et sensé et une très bonne introduction au sujet avec des conseils de bon sens pour ne pas vous fâcher avec votre entourage, vos clients et votre banquier.
Je recommande également la postface de Martin Winckler, médecin et auteur à domicile. Il tord le coup à quelques poncifs à propos du travail devant un écran. Vous ne risquez pas grand chose devant votre écran, sauf peut-être du surpoids.
Voir le blog des auteurs et quelques planches d'exemples en téléchargement.


MAJ du 21/02/06 : Sur le-perfologue.net, ce compte-rendu d'Alain Fernandez :
Travailler chez soi qui n'en a pas rêvé ?
Fini, les métros saturés, les trains de banlieue surpeuplés et les embouteillages interminables (rayez la mention inutile)
Terminé ces collègues qui à tout bout de champ viennent vous interrompre pour vous confier leurs problèmes personnels. Oublié ces boîtes ultra-structurés avec leurs petits chefs toujours en compétition.
Génial non ? Oui enfin si on aborde la question avec un minimum de précaution. Travailler chez soi exige une rigueur et une grande maîtrise de soi au risque de se retrouver totalement dépassé et sur-stressé. Le travail est un dévoreur du temps personnel, un destructeur des loisirs.
D'autant plus que travaillant à la maison, vous semblez toujours disponible :
au regard des clients :Mais oui, on peut l'appeler le soir ou le Samedi... Il travaille chez lui ! )
... Ou des amis et de la famille :Tiens puisque tu es disponible, tu viens faire une ballade avec nous ?
Bref pas si simple.
Bon. Faut pas non plus en faire une montagne On peut aussi rire des situations souvent cocasses que produit le téléscopage entre la vie pro et la vie perso.
C'est en tout cas ainsi que le traitent Jean-Christophe Courte et Jacques Lokino, experts es "travail à la maison". Leur livre : Comment travailler chez soi publié aux éditions Eyrolles, réussit le difficile pari de conjuguer l'humour et les conseils de bon sens. Véritable guide pratique j'aurai bien aimé l'avoir en main la première fois où j'ai aménagé un coin de ma chambre pour traiter mon premier contrat en indépendant.
Voir aussi le blog collaboratif www.macdigit.com Vous noterez qu'il est aussi dans mes blogs favoris...


MAJ du 24/02/06 : Sur Les echos (et donc dans l'édition papier du 21 février), cet article d'Annie Batlle dans la rubrique Métiers :
Feuille de route pour travailleur en solo
Le soir, le week-end, toute l'année, le télétravail s'installe dans le paysage professionnel et la sphère privée. De nombreux rapports et ouvrages analysent le phénomène et livrent quelques conseils. «Comment travailler chez soi», petit guide utile et drôle, est né du blog collaboratif de deux télétravailleurs et des échanges d'expériences qu'il a générés. Les deux complices ont rassemblé (et illustré) la plupart des difficultés et des pièges qui menacent le télétravailleur. Depuis l'instant où il prend la décision de travailler chez lui ou de créer sa petite entreprise, jusqu'au moment où il estime avoir atteint le fonctionnement optimal. Question importante : celle de l'espace dédié. Même s'il est tentant de squatter la table de la salle à manger qui donne sur le jardin, même si le (ou la) partenaire renâcle à sacrifier une pièce, pour le travail à domicile, il faut un lieu séparé et impérativement muni d'une porte. On peut arbitrer entre le téléphone fixe et le mobile (toujours accompagné d'un répondeur indiquant le moment où on pourra être rappelé), mais la ligne sera interdite à la famille, pour éviter les «papa ou maman dort encore». Suivent des indications précises sur l'installation informatique de base (y compris les « hot lines »), la façon de gérer professionnellement ses employeurs, ses clients, ses sous-traitants, son réseau. Sans oublier les exercices périodiques d'étirement pour éviter la paralysie, et s'interdire les allers et retours au réfrigérateur sous peine d'obésité.


MAJ du 22/03/06 : Sur le blog personnel de Luc Lemaire, rédacteur en chef deEmbruns, le carnet web de Laurent Gloaguen. Je ne connais pas Laurent, je le lis régulièrement, seul Dominique l'a rencontré à L'Apple Expo l'an passé. Du coup, j'ai promis d'aller boire une Teletravailler.com sour le titre Quand le télétravail retrouve le sourire… Même qu'ils écrivent ceci 
Contenu :
Drôle, jubilatoire, plein de talent... et tellement juste. Que dire de plus sur ce livre, très décalé, publié en décembre 2005 par deux télétravailleurs indépendants.
Blogueurs à leurs heures, Jean-Christophe Courte et Lukino les deux auteurs, tiennent une chronique hebdommadaire (le lundi) sur leur site/blog : http://www.magicdigit.com
Du blog au livre, il n'y avait qu'un pas qu'ils ont sauté avec talent il y a quelques mois pour livrer au grand public leur vision très personnelle de la vie d'un télétravailleur indépendant.
Notre avis :
A lire, à méditer et à relire les jours de blues, que l'on soit télétravailleur ou qu'on en fasse le projet.
Posologie : 1 page trois fois par jour avant chaque repas
Disponible dans toutes les bonnes librairies

Sympa, non ?!

MAJ du 18/04/06 : une présentation du livre sur le site de l'AFTT, l'association française du télétravail et des téléactivités…

Mise à jour du 12 septembre 2006
Nous sommes cités dans Modes et travaux n°1271 daté d'octobre 2006, page 146 dans l'article Le bureau est à la maison…!

Mise à jour du 30 septembre 2006
Une petite chronique très sympathique de Jean-Christophe sur son blog, Le testeur de hamac, à découvrir ici-même

Mise à jour du 06 février 2007
Jean-Christophe est allé à Radio Bleu île de France et Jacques l'a croqué…!

Mise à jour du 13 février 2007
Interview de Jean-Christophe par Claire Sassonia pour le Journal des femmes. Même que c'est …!

Mise à jour du 22 février 2007
Nous sommes cités sur le site internet de France 5 pour la question "Etes-vous fait pour travailler à la maison ?"

Mise à jour du 27 février 2007
Féminin pratique Psycho N° 7 Edition du 01/03/2007
Travailler chez soi, est-ce si facile ?
Les récentes politiques mises en oeuvre pour favoriser la création d'entreprise ont permis à beaucoup de se lancer en solo.

Mise à jour du 23 mai 2007
MAXI N° 1073 Edition du 21/05/2007
Le télétravail se développe
Petit encadré sur les 9 conseils sur comment bien s'organiser à la maison (by JC) et citation du livre…
Nous avons été interviewé par Barbara Muntaner

Mise à jour du 10 décembre 2007
Interview à la télévision dans "C'est mieux le matin" sur France 3 Lille.

Mise à jour du 12 décembre 2007
Dans Changer-tout
Quel business choisir ?

Mise à jour du 28 avril 2008
Jacques a été interviewé sur Europe 1 par Faustine Bollaert ?

Mise à jour du 20 juin 2008
Nous sommes cités dans le numéro de juin, juillet et août de Création d'entreprise magazine… Un seul livre, le nôtre…! Merci.




Nb : Dernier point anecdotique, nous n'avons aucun lien avec un web eponyme ouvert le 01 décembre 2005… par le plus pur des hasards…
Macdigit était le blog de Comment travailler chez soi comme cela est indiqué sur la première et la quatrième de couverture de l'ouvrage. Bon, maintenant, c'est ici que cela se passe…!
Qu'on se le dise ! Préférez l'original ! 

Verre occultant

Qui distribue ce type de produit…?
dans | dans mon bocal |
image

Je suis intéressé par les qualités de ce type de verre… Devant installer un lieu de travail dans une pièce plein sud (et éclairée comme une verrière), inutile de vous expliquer ce qui se passera pour celui qui devra bosser devant des écrans et derrière de telles vitres… Hormis travailler tôt le matin et tard le soir, les journées ensoleillées seront un véritable cauchemar (sans parler de la chaleur)… Bref, si un lecteur de passage avait une idée et surtout un contact de qui distribue un produit équivalent en France… Pour l’heure, j’ai quelques pistes dont je vous ferais part dans un prochain billet… Je lis que Velux USA y pense très sérieusement mais je cherche à remplacer carrément le vitrage des grandes surfaces plein sud de cette maison…! Non, ne me parlez pas de rideaux, la forme des ouvrants ne s’y prête pas…! Pour l’heure, ce sont des stores vénitiens mais cela n’empêche pas la luminosité de passer par les parties non occultables… La preuve…! image

Chez José

Maison écologique
dans | archi |
image

Merci à Joël qui m’a signalé cette info… des USA…! À lire pendant que c’est encore accessible en clair sur le Monde, ce billet sur la maison de José Bové… Hormis le discours et les épisodes de l’obtention du permis de construire, ce que je retiens de ces deux pages est la volonté de n’utiliser que des produits “propres”… La réalisation est signée par l’architecte Patrick Ballester (Nature et Habitat)… L’article de Raphaëlle Bacqué raconte cette construction et ses attendus… Et annonce le coût — environ 1000 euros le mètre carré fini, comme l’absence d’ADSL… Bref, à parcourir…

Ces derniers jours, il (José Bové) termine de monter les fenêtres. Bientôt, on achèvera l’isolation en liège des cloisons. Puis on posera le “Fermacel”, un genre de Placoplâtre composé de gypse naturel et d’ouate de cellulose. Enfin, on recouvrira de terre le toit végétal. Au sol, entre les solives qui vont supporter le parquet, on a jeté des copeaux de liège pour l’isolation thermique. Des panneaux solaires assureront la production de 40 % de l’eau chaude. Le chauffage sera fourni par un gros poêle à granulés de bois. Les WC fonctionnent sans eau. On jette de la sciure et on vide régulièrement soi-même le contenu du grand réceptacle dans un container à compost.
image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Lire les contributions… | d’urbanbike sur

image

Trouvé sur le net, noté sur…

image

cf. lien publié le 28/06/2015 à 15:45

cf. lien publié le 27/06/2015 à 16:15

cf. lien publié le 26/06/2015 à 13:19

cf. lien publié le 26/06/2015 à 13:18

cf. lien publié le 26/06/2015 à 13:16

cf. lien publié le 25/06/2015 à 21:46

cf. lien publié le 25/06/2015 à 19:52

cf. lien publié le 24/06/2015 à 15:07

Le Livre 010101 revu et corrigé pour lecture pendant les vacances

cf. lien publié le 24/06/2015 à 13:10

cf. lien publié le 23/06/2015 à 19:41

Urbanbike est hébergé par…

image
image
Follow me on App.net
image