Ma voiture sur ma terrasse

Nouveaux modes de vie…
dans | archi | dans mon bocal |
image

En parcourant metropolis mag, je suis tombé sur ce billet… Non, non, vous ne rêvez pas. L’idée, très sérieuse, est de permettre aux propriétaires de nouveaux appartements (très) haut de gamme en Allemagne de garer leur véhicule devant leur logement… Sur leur terrasse. Le principe est simple, chaque appartement est livrée avec une très grande terrasse et, au lieu d’y placer exclusivement meubles de jardin et de quoi se détendre, toc, on y ajoute sa voiture. Pour la bonne et simple raison que l’on peut accéder à son appartement par un ascenseur à voiture…! Bon, vu les quartiers dans chaque ville, la prestation luxueuse de ces logements et leur prix (non communiqué mais assez facilement envisageable en lisant le descriptif), les véhicules ainsi perchés sur chaque terrasse ne seront généralement pas des Fiat 500 ou des Renault Clio (quoi que, c’est tellement tendance d’être délicieusement décalé…!). Bref, si vous êtes l’heureux propriétaire d’une aston-martin ou d’une ferrari, cela va être très, très chic de la voir de son salon ou de sa cuisine. Et donc plus difficile de se la faire piquer ou vandaliser… On ne sait pas encore si l’on pourra garer de deux à trois véhicules sur chaque terrasse… Bref, voir sa ville de sa terrasse avec de tenaces relents d’essence comme principale ambiance olfactive, quel bonheur…! Tssss, je ne sais pas pourquoi j’ai fait la relation avec les récents déboires d’amis restés quasi coincés dans un ascenseur à voiture dans Paris…

Dans le jardin | 6

Gaura
dans | potager |
image

Au départ, je me demandais quelles étaient ces graminées qui poussaient dans les plates-bandes… Mais comme ce n’est pas mon domaine, que j’évitais jusqu’à présent le jardin pour cause de rhume des foins, allergies et yeux larmoyants, je suis dans une phase de découverte (…eh oui, en vieillissant, mes allergies semblent perdre de leurs intensités respectives…!)… Et puis, après avoir dépassé un bon mètre de haut, hop, des petites fleurs apparaissent, particulièrement délicates, aériennes… Comme pour l’Hémérocalle, j’ai voulu en savoir plus et suis devenu un accro de ce site… Ce sont des Gauras… Du coup, je vais pourvoir identifier sans l’aide de Béatrice d’autres fleurs photographiées ces derniers temps et cela m’amuse… J’ai en stock des Asters, des Coquelicots, des Pavots (superbe fleur délicate que j’ai évidemment confondu avec une autre ces derniers temps…!) et des Ancolies qui ressemblent à des manches à air… À suivre… image

image

Dans le jardin | 5

Hémérocalle
dans | potager |
image

Ce matin, temps gris, neutre, pas de soleil… En me baladant dans le jardin, tiens les lys ont changé de couleur (genre, mec qui comprend rien… la réalité, quoi…!) Que nenni, deux variétés différentes d’Hémérocalles… La première série (eh oui, cette fleur qui ne dure que 24 heures), celles qui fleurissent depuis une semaine, étaient orange jaune… Celles de ce matin sont plus rose orange, presque pêche…Du coup, j’ai pris quelques photos. Mais l’envie d’en savoir un peu plus et hop, un tour sur ce site et sa réponse précise. Donc, nous disons bien Hémérocalle, de Hemerocallis, du grec hêmera, jour et de kalos, beau. Les anciens ont raison, c’est une fleur splendide… image

Et celles de ce matin…

image

Du coup, j'ai ouvert une rubrique jardin (je pense à toi, Jean-Denis…!) mais ce ne sera a priori que des photos…

Mon beau gazon sous ma voiture

Parking ou pelouse ? Fausse bonne idée…
dans | dans mon bocal |
image

Si vous avez un gazon qui sert également de parking, vous savez dans quel état il se retrouve après un stationnement prolongé (ami des ornières et des bosses, bonjour…!)… Voici une nouvelle solution (je vous rassure, il en existe des tas d’équivalents…) pour limiter la création d’ornières après le passages des roues… Une simple structure hexagonale (six angles et six côtés…!) en plastique, un remplissage de terre puis de petites graines de gazon, on arrose… Bon, il faut impérativement une surface plane en dessous, bien damée (tassée, quoi…) et un arrosage régulier pour ne pas virer au jaune poussiéreux. Le principe semble intéressant mais quid à la longue…? Si c’est pour voir les hexagones plastiques affleurer dès lors que la terre se tasse, c’est franchement moche, on se prend les pieds dedans, etc. Du coup, s’il faut ragréer (remettre à neuf) régulièrement, c’est de l’entretien et des surcoûts… La solution me semble plus simple… Ne transigez pas ! C’est voiture OU gazon, pas les deux. Si c’est voiture, un revêtement dur (briques auto-bloquantes de béton ou carrelage, simple goudronnage) est préférable à cet ersatz de gazon plastifié que vous virerez au bout d’un an, totalement dégoutté après vous êtes ramassé deux ou trois fois et découvert que tous les mégots du quartier venaient tenir conférence…! nb : je teste ces billets ailleurs sous DotClear via les GandiBlogs, sur un site nommé Dans mon bocal, un vrai blog selon les spécialistes, avec commentaires. Quand à savoir si l’expérience va se poursuivre, rien n’est moins sûr…! nb2 du 28/07 : J’ai arrêté l’experience. DotClear est très intéressant mais comme pour l’heure il est impossible de changer les templates, accéder au site en FTP (c’est en béta), j’y reviendrais plus tard si nécessaire…

Urbanbike, pourquoi s’arrêter…?

Trois jours
dans | groummphh |
image

Voici trois jours que j'ai rédigé mes deux derniers billets pour Macdigit. En fait, c'est très difficile de s'arrêter. Ce petit texte est une réponse indirecte à une question de François ce matin. Tu as raison, je pensais cesser immédiatement mais il y a toujours un petit fait, une histoire, une information (perso ou non…) qui m'interpelle (…j'ai toujours envie d'ajouter à charbon ou à tarte, voilà, c'est fait…).
Or ma façon de retenir ces événements, c'est d'écrire une petite note et de la déposer ici. Dominique a une mémoire fabuleuse et un système de classement sur sa machine démentiel. D'ailleurs, quand je suis perdu, je lui lance un courriel… Deux minutes plus tard, j'ai une réponse en retour avec un lien ou un coup de fil amusé…
Sauf que je fonctionne différemment et que j'écris une petite note, celle que j'aurais aimée lire à son propos (…avec fautes d'inattention ou d'orthographe en sus)…! Bref, j'ai une blogo-addiction sévère.

J'ai beau me soigner, je suis là devant mon écran à composer des phrases malhabiles au lieu de traquer les épeires dans mon jardin… D'ailleurs, quand j'ai annoncé à mon fils que je cessais Macdigit, c'est la première fois qu'il m'a engueulé (…je le soupçonne de l'avoir fait parce que pendant ce temps là, je le laisse tranquille…).
Bon, n'ayant plus deux sites à remplir, plus à commenter des commentaires, plus aucune obligation d'écrire un billet par jour, des statistiques de trafic totalement foireuses, plein de temps de cerveau libre à exploiter, je poursuis en pente douce et en privilégiant les bouquins et mes autres sujets de prédilection (poil au…).
Hop, le soleil revient, je vous laisse, je me lasse…!

NB : dans les dernières citations de Gilles J. Jobin, il y a celle-ci : L'attente est la rouille de l'âme. Carlos Ruiz Zafón C'est pas un signe, ça ?!

NB2 : je suis d'autant plus tranquille que les statistiques démontrent que le volume de lecteurs est tombé à une vingtaine par jour…! J'ai un doute vu le nombre de requêtes (mille fois plus) mais ces outils ne sont pas débiles tout de même… Alors raison de plus pour ne pas m'en soucier…!!

Hisako

Côté artiste
dans | voir |
image

Vous aviez rencontré, sur Macdigit, Hisako la chroniqueuse qui nous parlait de son pays, le Japon… Mais beaucoup n’ont pas eu l’idée d’aller au delà et de croiser Hisako, l’artiste…! C’est cette facette que j’aimerais vous faire découvrir ce matin, ses toiles à l’acrylique (mais pas seulement) en petit format comme ses longs kakemono, bref ses divers univers où l’œil a plaisir à se perdre… Je connais Hisako depuis pas mal d’années et je l’apprécie énormément d’où ce billet. J’aime ses peintures sur papier, plus particulièrement ses œuvres des années 2004/2005… Ce qu’elle fait en ce moment, j’irais le voir du 10 au 24 juillet 2006 à la Chapelle Saint-Louis de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (47, boulevard de l’hôpital - 75013 Paris - Tél. 01 42 16 04 24). En attendant, vous pouvez, d’un seul clic, accéder à son site, hisako.org… Bonne visite. Ça a de la gueule, non ?…

image

Hop, rappel, c'est ici

Note : quand vous entrez Hisako sur Google, qui est en tête ?! Comme Loïc…!

Fabrication, un univers trop méconnu

Chiffrer, commander, acheter, contrôler…
dans | lire | pratique |
image

Pour une fois, ce n'est pas un livre grand public que je recommande. Il n'intéressera que ceux dont c'est le métier de faire fabriquer ou d'intervenir en amont de la chaîne des documents imprimés.
Un document imprimé, cela peut être un livre, une brochure mais aussi un catalogue, une plaquette… Cela peut être en noir et blanc ou un quadri, être imprimé à 200 ou 200 000 exemplaires. Tout est abordé, du format à la maquette, du coût des compositeurs à celui du relecteur, problèmes des droits des images, profils, trame, sens du papier, offset ou hélio, tirage numérique…

Tout professionnel de la communication comme de l'édition aura à cœur de réviser ses connaissances en parcourant ce livre très complet qui ne rentre pas dans toujours le détail mais qui en dit suffisamment pour rafraîchit les divers postes incontournables dans une opération de fabrication. Même la fabrication du papier est abordée avec l'opération de calandrage et l'histoire de sa découverte résumée…
Bref, un ouvrage qui balaye toutes les composantes du métier de la fabrication avec l'accent sur le point qui fâche, le prix de revient estimatif d'un document. Plein de cas de figure sont abordés pour l'utilisateur prenne l'habitude de ne rien oublier dans ses devis comme dans dans toute opération un peu complexe…
Bref, un livre à mettre dans les mains de tous ceux qui sont dans la production de documents, graphistes compris…

Petite remarque qui fâche… Comme d’habitude, seul le nuancier Pantone est cité dans le glossaire. Je vous rappelle que la norme Focoltone existe aussi.

Fabrication du document imprimé
Chiffrer, commander, acheter, contrôler
Jacqueline Pieters
Eyrolles
Ean : 9782212115093 | 35 €

image caddie

Comme d'habitude, des extraits en .pdf sont disponibles sur le site de la librairie en ligne…

image

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Lire les contributions… | d’urbanbike sur

image

Trouvé sur le net, notés sur…

image

cf. lien publié le 27/02/2015 à 09:26

cf. lien publié le 25/02/2015 à 07:40

cf. lien publié le 21/02/2015 à 11:41

cf. lien publié le 20/02/2015 à 17:12

cf. lien publié le 20/02/2015 à 14:00

Review: Artists sound the environmental alarm in “Gyre: The Plastic Ocean,” at CDC museum | ArtsATL

cf. lien publié le 20/02/2015 à 13:48

cf. lien publié le 20/02/2015 à 13:46

cf. lien publié le 20/02/2015 à 09:31

cf. lien publié le 20/02/2015 à 09:30

cf. lien publié le 20/02/2015 à 09:30

Urbanbike est hébergé par…

image
Follow me on App.net
image