Urbanbike

Recherche | mode avancée

Visibilité du livre | 1

Publishing live

dans
par Joël Seguin

Barnes and Noble apporte un soin particulier à toute initiative de partenaires potentiels encourageant le plaisir de lire, d'apprendre ou de manière plus générale la littérature et les arts. Les donations ou le sponsorship sont bien perçus dans la culture américaine et font naturellement partie de la culture d'entreprise de BN.
If your organization’s program meets the following criteria, you may qualify for a sponsorship:
• Sponsorship is highly visible and will reach a national audience
• Sponsorship will drive traffic into our stores
• Sponsorship offers opportunities for in-store events
• Other sponsors and community partners are appropriate for Barnes & Noble
• Sponsor must have the ability to work together with the project's partners, execute the program on time and on budget, and have a developed media plan to attract attention and visibility

Ainsi cette opération Love your library menée en décembre 2006 le temps d'un week-end dans toutes les librairies BN du Connecticut pour soutenir le lancement d'une bibliothèque virtuelle : InfoAnytime. La donation correspondait à 10-20 % de chaque vente.

image

Prenons le dernier exemple en date, pour 3,4 millions de dollars : BN a annoncé récemment la fermeture de son centre de distribution dédié à l'internet. Quelques semaines plus tard, grâce à une personne de BN travaillant dans ce centre, une partie des livres, jeux, jouets ont fait l'objet d'une donation à l'association des soldats américains dans le monde, America supports you.

le 22/05/2007 à 08:59 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Joël Seguin | Partager…?

Les stratégies internet des maisons d’édition | 3

Publishing live

dans
par Joël Seguin

Le rayon Enfants : Barnes and Noble en a fait au fil des années un espace à part accueillant confortablement les familles le week-end ou des classes pour des sessions de lecture pendant la semaine. Sans oublier le programme estival des vacances.

image

Random House avec Kids@Random et Harper Collins avec Harper Collins Children’s ont développé de leur côté des sites webs autonomes pour ce rayon parmi les plus dynamiques. En s’adressant à trois publics distinctement : les enfants, les parents et les écoles.

Car les catalogues des éditeurs regorgent de contenus qui ne demandent qu’à être accessibles. En recréant des sites web à thème ou par rayon, les éditeurs multiplient leurs points de passages sur internet, donnent de nouvelles habitudes aux lecteurs, s’obligent à apporter plus de contenus liés à l’actualité, au quotidien, au ludique, au conseil, sécurisent la visibilité de leur production et ont le temps de convaincre de la qualité de leur livres.

image

Pour mémoire, lire aussi :
Les stratégies internet des maisons d’édition | 1
Les stratégies internet des maisons d’édition | 2

le 22/05/2007 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Joël Seguin | Partager…?

Google Analytics, l’usine à statistiques de votre site…

Étonnamment gratuit et en français

dans pratique
par Jean-Christophe Courte

Urbanbike, côté chiffres, c'est combien de milliers de visites…? Joyeuse aventure et l'envie parfois de mieux comprendre ces chiffres. Mission de moins en moins impossible grâce à la nouvelle version de Google Analytics qui vient d'être mise en service depuis une petite semaine avec une nouvelle interface, personnalisable de surcroît. Le but de ce produit est surtout à destination de ceux qui ont des objectifs commerciaux comme les sites web marchands mais il n'est pas inutile pour Urbanbike.
Nous nous sommes abonnés à ce service totalement gratuit de Google samedi dans la soirée et, de facto, nous avons eu un premier jeu réduit de résultats — tableaux de bord — dès le dimanche matin sur la petite période de temps prise en compte la veille…

L'interface de résultat est graphiquement réussie et très facile à utiliser, d'autant qu'elle est existe dans la langue de Molière… Elle est ajustable par blocs que l'on peut ajouter au tableau de bord ou exclure.

image

Le système est très simple à utiliser. Il faut en premier lieu avoir une adresse Gmail puis valider la déclaration d'acceptation du service après avoir renseigné le domaine concerné.

Pour que Google puisse vous tracer, il faut placer dans les pages que vous souhaitez suivre un tag. Ce tag est fourni avec un numéro d'identification et c'est bien évidemment lui qui permet à Google Analytics de faire son travail.

Nous avons pris immédiatement soin d'exclure nos adresses IP fixes grâce à des filtres très bien faits.

image

Et, bien évidemment, de coder chaque page dynamique d'urbanbike dans la soirée… C'est la seule contrainte même si ce n'est pas très compliqué d'ouvrir chaque page .php avec BBEdit et de coller juste avant la dernière balise Body un javascript prêt à l'emploi. Et surtout de renvoyer le tout sur le serveur via FTP…!

Avant de continuer, j'insiste sur une option ultra pratique qui consiste tout simplement à recevoir un rapport au format .pdf (ou aux formats XML, CSV ou TSV) de manière automatique. Non seulement, le service est simple et gratuit mais vous n'avez pas même besoin de vous connecter pour recevoir (ainsi que d'autres personnes de votre équipe) un rapport complet expédié par courriel, avec comparaison ou non de dates…

image

…à la fréquence que vous souhaitez.

Si les éléments traditionnels de suivi sont proposés comme les pages d'entrée, les pages de sortie, le temps de visite, le taux de rebond dans le site, les pages vues, bien d'autres optons sont offertes et bien pratiques comme l'OS de l'internaute, son navigateur ou la taille de l'écran qu'il utilise pour vous lire. Ce ne sont pas des découvertes mais c'est la mise ne forme graphique des informations qui est à noter — même si le choix par défaut du pie chart (ou graphique à secteur) ne me semble pas adapté.

Ainsi cet exemple minimaliste sur les tailles d'écran…

image

La lecture est plus évidente en barres d'autant que les données sont immédiatement triées du plus fort au plus faible…

image

Ce qui est intéressant, c'est de savoir par où arrivent les lecteurs, quels mots-clés les ont conduits sur votre site. Et donc quels points travailler pour améliorer votre trafic…

image

Mais le plus époustouflant est de pouvoir localiser géographiquement vos lecteurs. Sur ce plan, cette nouvelle version est spectaculaire… Vous cliquez sur un pays et vous avez non seulement le nombre de visiteurs mais également les moyennes pour ce pays…

image

Sauf que vous pouvez aller encore plus loin et même identifier de quelles zones géographiques précises ils proviennent… Là, c'était facile d'isoler un premier lecteur à Orléans…

image

Bref, je vous engage à essayer ce service qui vous donnera des informations utiles sur votre site… Néanmoins les méthodes traditionnelles d'analyse des logs restent indispensables…

Note : À lire en prolongement ce billet de Jean-Marie Le Ray…

le 21/05/2007 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Des raisons d’échouer | 1 | Se laisser distraire

La chronique du Lundi

dans bosser chez soi | signé lukino
par Jean-Christophe Courte

image

Mordu de foot ou de tennis, en pleine production, évitez de suivre tous les matchs…

C’est une évidence mais tout le monde n’en prend pas suffisamment conscience : bâtissez une solide démarcation entre votre activité professionnelle et votre vie privée.
Si vous vous retrouvez en situation de devoir assurer les deux en permanence, sans arbitrage clair de votre part, vous courez très vite à l’échec.
Il ne s’agit pas de vous dissuader de trimbaler vos gamins à un rendez-vous médical, à une activité sportive, ou de vous empêcher de foncer chercher du pain à la boulangerie d’à côté…
Évitez simplement que cela devienne une obligation… Si cela doit se répéter, organisez-vous en conséquence et informez vos clients comme quoi vous n’êtes pas disponible tel jour entre telle heure et telle autre. L’important, c’est d’avertir.
Évitez de donner l’impression de flotter, de ne pas tenir vos engagements… Pensez à l’image que vous transmettez en informant vos clients à la dernière seconde.
Et puis il y a les tentations. Cela va du match de foot à la télévision au sourire enjôleur de la voisine d’à côté…

image

Cet extrait est tiré de Comment travailler chez soi

le 21/05/2007 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usage du flash | 2

Chronique(s) d'un utilisateur novice de flash

dans photographie | potager
par Jean-Christophe Courte

Hier matin après la pluie (chez nous, cela n’a pas cessé entre vendredi et samedi, comme ce dimanche matin d’ailleurs…), je ressors et m’essaye à nouveau sur les fleurs gorgées d’eau de mon jardin. D’autant qu’elles ne risquent pas d’être grillées par le flash vu le taux d’humidité…!

Suite de mon mémo perso : verifié qu’une fonction personnalisable (vitesse synchro en mode Av) me limitait au 1/200 de seconde. Après avoir remis cette dernière sur Auto, rien à dire, cela change la vie. Je me balade entre mode Manuel et Av (ce dernier reste plus agréable pour gérer la profondeur de champ) tout en sous-esposant légèrement. Mais surtout je limite la charge lumineuse de chaque tête à 1/4 de puissance pour éviter l’effet tunnel qui donne l’impression que les images ont été faites de nuit. Au risque de choquer les puristes, j’aime bien cet effet assez dur…!

Une série d’images (…non, urbanbike n’est pas encore une annexe de truffaut !)

image
image
image

image

image

image

Ces images sont là à titre d’illustration, l’idée est juste de vérifier en quoi l’usage d’un flash peut apporter un plus en détachant ces fleurs dans leur environnement par un surcroît léger de lumière. L’autre point à conserver en mémoire est de jouer sur l’orientation des têtes pour éclairer sans écraser de lumière (ou d’ombres…!) le sujet… Comment disent-ils dans le manuel…?! Sculpter la lumière. Bon, en gros, n’hésitez pas à essayer diverses orientations et répartitions de lumière et, surtout, faites confiance à votre feeling…
Jetez sans remords tout ce qui est mauvais, expérimentez, expérimentez… C’est en flashant que l’on devient flasheron…!

le 20/05/2007 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Au dessus du vide | 2

Le balcon au dessus du Grand Canyon est ouvert

dans architecture
par Jean-Christophe Courte

Nous en avions parlé en févier 2006, c’était à l’époque juste un projet un peu fou (et pour moi qui ai le vertige, une abomination…!).
Le projet est devenu réalité…!

(via noticias arquitectura ou encore via The New York Times)

Détail de construction

image

le 19/05/2007 à 19:35 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Grattoir, racloir ou biface…?

Identifier les outils de pierre de nos ancêtres

dans lire
par Jean-Christophe Courte

Certes, ce n'est pas en ville que ce type de livre peu servir, hormis dans les musées comme celui du Quai Branly et quelques autres… La cinquième édition du livre de Jean-Luc Piel-Desruisseaux sur les outils préhistoriques est un ouvrage fort instructif jalonné de centaines de dessins en noir et blanc réalisés par l'auteur. Ce dernier est un passionné, chirurgien de profession, collectionneur de ces objets, qu'ils soient en galet, silex ou obsidienne… Mais j'insiste sur le mot passionné car c'est aussi cela qu'il nous transmet…!

image

Si vous voulez comprendre comment votre arrière-arrière grand père puissance "n" taillait ses pointes de flèches, polissait ses poignards, emmanchait ses haches avec du bois de Cerf après les avoir percées, réalisait des aiguilles à chas pour coudre des vêtements, c'est exactement le bouquin qu'il vous faut…! Et il n'est pas inintéressant de se rendre compte que ce dernier était loin d'être un "manche", façon de parler…! Qu'il avait même une sacré connaissance de l'art de frapper ou de presser le silex…!

On quitte ce livre avec encore plus d'admiration pour les générations d'artisans, d'artistes même, qui nous ont précédés. On découvre notamment que les pierres utilisées provenaient souvent de lieux éloignés de l’endroit où elles étaient taillées, que beaucoup de réflexion et d'expérience entoure ces objets qui nous semblaient jusqu'alors insignifiants. Tout l'intérêt de ce livre est de nous livrer une grande partie de ce savoir-faire, d'indiquer au passage des hypothèses, des méthodes de taille qui ont été imaginées par certains chercheurs avant d'être remises en cause ou carrément abandonnées…
Bien évidemment, nombre d'exemples qui illustrent l'ouvrage proviennent principalement de sites en Dordogne (Lascaux mais aussi Bourdeilles, Tursac, etc.) mais aussi de toute la France et de l'étranger… Bref, si désormais vous tombez au cours de vos randonnées sur des outils taillés, même de petite taille, voici un livre indispensable pour identifier et comprendre l'histoire des objets que vous avez découvert. Et saluer la technique minutieuse de l'artisan…

Outils préhistoriques | 5° édition
Du galet taillé au bistouri d'obsidienne
Jean-Luc Piel-Desruisseaux
Dunod
9782100510764 | 35 euros

image
Note(s) de lecteur(s)…

Luc (je vous recommande ses photos, c'est son métier…) nous signale ceci :
Il faut absolument passer par Brassempouy (voir également ce site), voir la dame du meme nom âgée de 25000 ans, dans le sud ouest, et visiter le musée et — surtout — le jardin où un couple génial te montre comment vivaient nos ancetres prehistoriques et devant toi taille des silex avec précision (percuteur dur et mou !), fait une sagaie , allume un feu… un vrai bonheur de passionnés pour les petits et les grands.

Merci Luc…!

le 19/05/2007 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?