Stratégies de pré-parutions

Publishing Live
dans |

Comment s’assurer que l’auteur majeur de sa production annuelle - nouvel auteur, anglais de surcroît - prenne son envol… Avec une forte probabilité que le livre soit lu par les StoreManagers, Booksellers ; et mieux, soit apprécié puis recommandé, la pré-tournée des librairies par l’auteur en fait partie.

Unlike the postpublication book tour, which focuses on publicity and public appearances, the pre-publication tour is meant to win the hearts of the front-line soldiers in the bookselling trenches, and more and more publishers are finding it an indispensable part of their marketing plan.
While major decisions are left to the bookstore chains’ influential buyers, the people out in the field - the store managers and the clerks - can wield considerable power over how long books continue to be displayed on prime tables at the front of the store, and therefore over the what their customers choose to buy and read.
Lire le reportage du New York Times intitulé the annual Winter Institute, a two-day conference of hundreds of independent booksellers sponsored by the American Booksellers Association, a trade group representing independently owned bookstores. Each publisher was allowed to bring only two authors, creating an exclusivity that BookExpo America, the major industry event of the year, lacks.
In attendance were some of the biggest names in the tightly knit world of independent bookstores, who are still not accustomed to being wooed over fancy dinners. “This is a new thing,” said Mitchell Kaplan, owner of Books & Books in Coral Gables, Fla. “Only three times a year do we network like this with publishers and authors. We’re reading it before the hype hits.”

À cette occasion, le libraire Powells, l’un des acteurs phares de ce réseau, a proposé à cet auteur de bloguer pendant une semaine sur son site web. En passant,

Pour compléter le tableau, lire l’article

le 07/04/2007 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Joël Seguin | Tweet…?

Le retour du Chanvre dans le bâtiment

Le Cannabis sativa L, ça ne se fume pas, ça se tisse et ça isole…
dans | archi | dans mon bocal |

Après avoir été mis à l’index depuis 70 ans pour des tas de raisons, les scientifiques sont en train de réhabiliter peu à peu cette plante pour ses vertus écologiques. Des vertus que nos anciens connaissaient parfaitement, le chanvre servait de fourrage aux animaux et de fibre pour les vêtements ou pour le papier. Sans oublier la marine de Colbert, grande consommatrice de fibres pour les voiles comme pour les cordages.

Quand on évoque le chanvre, beaucoup l’associent aussitôt au Cannabis. Ce qui est vrai pour quelques variétés bien définies. Cet amalgame a d’ailleurs permis à la fois de se passer d’une plante particulièrement rustique et utile comme de favoriser l’industrie. Cela est en passe de changer si l’on suit ce qui se lit sur le site du ministère de l’agriculture. Un .pdf d’une centaine de pages est téléchargeable par les plus curieux.

Les chercheurs de l’Institut Leibniz de génie agricole de Potsdam-Bornim apportent un nouveau coup de pouce à cette relance.

la fabrication d’isolants à partir de fibres naturelles est beaucoup moins gourmande en énergie que celle des autres matériaux d’isolation.

Pour en savoir plus sur cette plante, quelques liens dont un excellent rappel de son histoire dans les campagnes françaises et son usage tous azimuts, un autre sur son emploi dans le bâtiment comme isolant (eh oui, de la laine de chanvre au lieu de la laine de verre…), et même une boutique dédiée à ce produit et bourrée d’informations sur tous les aspects.

image

Art en ligne

Publishing Live
dans |

Efficace internet !
Quand la pratique du métier de libraire permet — “à moindre frais” — de contourner la coûteuse impression à grand tirage d’un magazine hebdomadaire pour tenir à jour l’actualité des expositions.
Comment ? En l’adossant au site web de la librairie.

Ce qui nous amène naturellement à parler du Mai du Livre d’Art qui s’ouvre cette année à la jeunesse. Parents et écoles ont donc un mois pour préparer l’évènement et se pencher sur les collections des éditeurs en partant du site web de cette manifestation : la restriction sur le droit d’utilisation des images et l’augmentation des droits de reproduction, des livres qui témoignent de notre savoir-faire et de notre passion.

A noter un autre site web remarquable sur ce thème :


• au 63 rue de Monceau, l’hôtel Camondo accueille le musée Nissim de Camondo.
• au 266 boulevard Raspail est installée en 1988 l’école Camondo spécialisée dans le design et l’architecture intérieure.
Les Ateliers du Carrousel, ateliers de pratique artistique, sont présents sur ces trois sites.

Sans oublier

CS2 vers CS3, upgrader ou non ?

Penser en terme de durée…
dans | outils |

Préalable : Je reconnais que l’annonce des multiples versions (six…) de la Creative Suite 3 — façon lancement Microsoft Vista — ne m’emballe pas. J’aurais préféré choisir via un formulaire en ligne un ensemble de produits qui me conviennent avec une réduction en fonction du nombre de produits que j’acquière et non un des packs de l’offre 2007. Ou, mieux, un système à la carte (genre tous les produits sur DVD et déverrouillage en fonction des produits acquis) me semble plus adapté à nos besoins qui évoluent selon nos missions. La segmentation Web et Design, quels que soient les arguments du Marketing, reste artificielle, il suffit de se pencher sur l’activité quotidienne des graphistes pour le constater… Web un jour, print un autre, souvent des projets qui conjuguent les deux.

Ainsi la suite Web propose FireWorks CS3 mais ce produit n’est pas disponible avec la version CS3 design Premium. Or FireWorks est bien un outil de Design…! Mais de design pour le Web…
Certes, il est possible de s’offrir la super suite (Master collection). Ou un produit à l’unité comme bien avant ces suites CS.

Bref.
Ceci étant dit, j’ai passé commande de ma mise à jour CS3 (design premium) dès dimanche dernier (je me suis déjà expliqué sur urbanbike). Comme en juillet 2005, alors interrogé alors par nos amis de MacGeneration, je continue à percevoir ces acquisitions comme des charges au même titre qu’une machine. Un ensemble d’outils comme la suite CS s’amortit sur une période donnée, 12 ou 18 mois en général… L’upgrade en CS2 revenait à 50 € par mois sur 18 mois. Pour la suite CS3, une projection sur la même durée reviendra à 55 €.

Une erreur, à mes yeux, serait d’attendre trop longtemps avant de se décider. Toute nouvelle version — hormis un temps incompressible d’auto-formation — offre rapidement des plus en terme de productivité. Bien qu’invité à la conférence de presse comme en 2005, je n’ai pu m’y rendre mais les comptes-rendus glanés ci et ici ont fini de me convaincre. Ce ne sont pas des avancées spectaculaires qui m’intéressent mais bien de gagner du temps quotidiennement sur des opérations parfois fastidieuses, retrouver du confort. Promis, j’en parlerais quand j’aurais enfin ces nouveaux outils sur mon écran.

image

Note : il est bien évident que Adobe exagère furieusement sur le coût de ces mises à jour malgré les frais non négligeables de localisation et la TVA. En ce cas, il serait bon de proposer des versions US pour les utilisateurs qui les souhaitent et à des prix en harmonie avec ceux du marché US.

Maison à transformation

Michael Jantzen
dans | archi |

Cet architecte inventif propose un nouveau concept de maison sur son site, Humanshelter.org (voir Portfolio et en bas de la page…). Cette maison à transformation n’a rien à voir avec cette maison tournant sur son axe horizontal mais avec celle-ci qui tourne verticalement, celle du projet des viennois d’AllesWirdGut…

Nous avions évoqué cet architecte en janvier 2006 pour sa M-vironments qui propose des espaces beaucoup plus sympas.

image

Via nos amis d’Arkinetia.

Écolo depuis plus de 1000 ans…

Le colombage, mode d'emploi
dans | archi | lire |
J'ai lu dimanche soir un petit opuscule écrit par Jean-Louis Valentin sur un sujet qui m'intéresse particulièrement, le colombage. Si vous avez l'occasion de lever un peu le nez lors des visites de centres-villes anciens en France, vous découvrirez qu'il y a des tas d'exemples régionaux splendides comme à Dinan ou à Rouen, ces deux liens vous conduisant à des séries de photos.

Le colombage est une technique de construction dont le but est de réduire le volume de bois utilisé pour un bâtiment. Les vides des parois sont alors remplis en torchis ou en terre, cet entre-colombage pouvant d'ailleurs être l'objet d'une composition très graphique en feuilles de fougères. Dans des endroits très exposés (neige, air marin), ces pans de murs sont protégés par des bardeaux de bois mais avec un vide d'air entre eux et la structure porteuse pour que cela respire, voir Bardeaux bois | 1 et Bardeaux bois | 2.
Ce qui est amusant, c'est que ces bâtiments offrent généralement un confort thermique bien supérieur à leurs homologues en maçonnerie et disposent de tas de qualités dont une bonne résistance au feu contrairement à certains préjugés.
Bref, écolos bien avant l'heure…

Mais intervenir sur une maison à colombage demande un peu — beaucoup — de bon sens d'autant que ces derniers décennies, le bois étant devenu "has been", il était de bon ton de le cacher — parfois avec des revêtements qui singeaient la pierre, opérations qui ont souvent contribuées à accélérer la dégradation de superbes ensembles… Sans oublier certaines restaurations qui souhaitaient tout rendre "propre en ordre" — genre chaumière des sept nains après le passage énergique de Blanche-Neige — en oubliant les principes essentiels… Eh oui, le bois, il faut le laisser respirer…!
De manière générale on ne doit ni gratter, ni brosser, ni limer, ni poncer, le bois qui perdrait alors sa protection naturelle, son "gris". Un pan de bois extérieur n'a pas à être traité pour être protégé. La règle absolue est de ne pas rendre sa surface étanche.

Or le nombre de fois où les structures en bois ont été vernis, le pied des poteaux entourés d'un petit ciment bien propre (et pas respirant, conservant l'humidité…) ne se compte pas…!

Ce livre de 72 pages à l'iconographie bien fournie, parsemé de croquis, aborde tous les problèmes de structure, comment redresser une façade, changer une sablière ou restaurer le solin en pierre sous cette dernière, reconstituer des pièces détériorées comme le pied d'un poteau ou une lisse. Car tous ces savoirs se perdent peu à peu et il est indispensable de se souvenir que le science des assemblages comme la technique des pans de bois était à son apogée au XVI°. Bref, que nos anciens n'étaient pas des manches…! C'est le propos de l'auteur…
L'objet de cet ouvrage est de rappeler les grands principes qui régissent les constructions en pans de bois et e donner aux propriétaires privés, aux élus des communes, aux artisans et aux architectes des méthodes d'analyse et d'intervention. Car seuls la parfaite maîtrise technique, mais aussi le bon sens, permettront de donner aux vieilles maisons à pans de bois une seconde chance pour que puissent s'affirmer leurs indéniables qualités — avérées pendant de très nombreux siècles — tout au long du XXI° siècle encore et même au-delà.

Un bouquin que tout étudiant en architecture devrait parcourir à défaut de suivre une UV spécifique. C'est bien écrit, accessible à tous et bien illustré.

Le colombage, mode d'emploi
Jean-Louis Valentin
Collection Chantiers Pratiques
Eyrolles
9782212119831 | 15 €

image

Notes des lecteurs
Ajout d'une information d'André ce matin après lecture de ce billet…
les maisons à colombage, outre leur côté écolo, possédaient une fonction très intéressante à l'époque. En effet lors du partage des biens entre les héritiers, du moins pour les deux premiers nés, la maison revenant à l'un d'entre eux était démontée, opération facilitée par l'architecture même du bâtiment puisqu'il suffisait de démolir le torchis et récupérer chaque poutre dûment identifiée pour la reconstruire à l'identique ailleurs, alors que le terrain initial revenait au second.


Note complémentaire d'Alan :
Le démontage de structure en colombage est toujours d'actualité puisqu'on trouve dans ma région (pays de Caux normand) des granges à démonter, pour des sommes dérisoires (parfois 2000 euros) voire même gratuitement.
Au lieu de retaper le bâtiment, on préfère l'évacuer, quitte à reconstruire dessus une maison en agglo, avec des poutres visées sur la structure histoire d'imiter une authentique maison à colombage, sans aucun de ses avantages et avec tous les inconvénients du parpaing.

Optimiser sa vie au quotidien… | 2 | Gagner en efficacité en sous-traitant

La chronique du Lundi
dans | bosser chez soi | signé lukino |
image

Quelques pistes pour dégager du temps et éviter de balancer vos économies par les fenêtres…

Évitez de tout faire par vous-même et d’acheter mille outils dans l’espoir de devenir 100 pour 100 autonome, déléguez quand vous le pouvez !
Pourquoi scanner des images si vous n’avez pas le produit rapide et professionnel qui coûte une fortune et demande du savoir-faire comme du temps : pourquoi ne pas expédier tous vos visuels à un labo professionnel ? Ce dernier vous les retournera sur un DVD ou un CD-Rom avec la résolution adaptée.
Pourquoi vous offrir une imprimante couleur pour sortir vos documents ou vos photos ? Faites un rapide calcul de rentabilité… La machine ne coûte pas grand-chose mais les consommables sont souvent hors de prix ! Et vous avez donc si peu de travail pour vous permettre de vous transformer en imprimerie intégrée ?! Vous allez vite découvrir qu’expédier vos fichiers à un prestataire spécialisé va vous revenir moins cher à terme.
Pensez aux solutions gratuites également : pour sauvegarder courriels ou documents-clés, utilisez les sites à forte capacité de stockage. Comment ? En les adressant vers un second compte connu de vous seul.
Et pour votre travail, pensez à votre réseau qui peut vous soulager en cas de trop-plein.

image

Cet extrait est tiré de Comment travailler chez soi

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, noté sur…

ex. Inexten.so

cf. lien publié le 11/02/2016 à 13:57

cf. lien publié le 11/02/2016 à 13:52

cf. lien publié le 11/02/2016 à 13:50

cf. lien publié le 11/02/2016 à 10:20

cf. lien publié le 11/02/2016 à 08:04

cf. lien publié le 11/02/2016 à 07:39

cf. lien publié le 11/02/2016 à 07:36

cf. lien publié le 10/02/2016 à 19:49

cf. lien publié le 10/02/2016 à 10:19

cf. lien publié le 10/02/2016 à 09:49

Follow me on App.net

Urbanbike est hébergé par…

image

Ailleurs…

image

image