Early bird catches the worm

Mille fois d'accord, Volker
dans | photo |
image

Même l’amateur que je suis se reconnaît dans ce conseil avisé de Volker…! Oui, il faut avoir le courage — surtout en vacances — de s’extirper de sa couette chaude, s’habiller en silence (eh oui, car la maisonnée est occupée par de jeunes vacanciers qui ont joué tardivement aux cartes magic…!), sortir discrètement puis marcher (ou pédaler…) les quelques kilomètres qui vous séparent de la côte, de la ville, des champs… Contrairement à Volker, j’oublie régulièrement de trimballer un pied photo… Et surtout j’arrive généralement trente minutes trop tard…! Car pour être comme Volker sur le coup de 7 heures sur zone, il faut se lever vers… 6 heures 30…! Mille fois d’accord également pour travailler exclusivement au format RAW, histoire de sauver parfois une image à peu près correcte mais bien mal exposée…! Mais ce qu’oublie de rappeler Volker, c’est en outre l’occasion de sortir, se dépenser physiquement sans cavaler, prendre le temps de regarder autour de soi et se libérer de ses soucis… Faire de la photo est un sympathique prétexte à bouger…! Partez léger, une seule optique sur votre boîtier (vous en utiliserez une autre demain, cela vous obligera à mieux appréhender celle du jour…), une bonne paire de chaussures surtout si vous empruntez des sentiers escarpés… Et de quoi vous protéger de la pluie… Restez détendu bien qu’attentif, il n’y a aucun enjeu. Vous êtes en numérique, n’hésitez pas à doubler des sujets… Par contre, soyez impitoyable avec vous-même, au retour poubellisez tous les fichiers qui n’offrent pas trop d’intérêt sous peine de vous retrouver très vite avec un disque dur saturé…!! Enfin, le petit déjeuner pris en famille deux à trois heures plus tard aura, je vous l’assure, un autre goût… Note : si vous avez un coup de fatigue, redécouvrez le véritable plaisir d’une petite sieste de trente minutes après déjeuner…!!

Suicide écologique, mode d’emploi

Passionnant… le dernier livre de Jared Diamond, Effondrement
dans | lire | potager |
image

Ce ne sont pas les quelques averses qui m'ont incité à le lire mais une relative plage de temps libre… Et, comme d'habitude, je suis allé me ruiner à la librairie l'usage du monde qui tire son nom du livre fameux de Nicolas Bouvier…!
J'ai enfin commencé à lire Effondrement que j'avais découvert via un long papier de La Recherche

Aussi, entre balades, averses (!) et missions en attente, je suis plongé dans ce gros volume de plus de 640 pages. Il faut avouer que le sujet est actuel.
Il s'agit de l'écocide, une notion que Jared Diamond juge plus dévastatrice qu'une épidémie ou une guerre nucléaire. Et son livre est l'exemple de précédents effondrements passés ou en devenir… Des Vikings aux habitants de l'île de Pâques ou les Mayas pour le passé…

Mais c'est quoi l'écocide…? Au lieu de tuer une culture ou une civilisation comme pour un ethnocide, là c'est l'environnement quotidien qui est systématiquement pillé et sur-consommé. Au point de créer les conditions parfaites d'un suicide environnemental… Tout rapport avec des signes avant-coureurs de notre propre actualité n'est absolument pas fortuit…!

D'ailleurs, le chapitre sur l'île de Pâques est une démonstration particulièrement inquiétante de ce qui peut nous arriver… Car il y avait bien des arbres sur cette île à l'origine comme en témoigne une analyse assez poussée sur trente mille fragments de charbon de bois — via des carottages effectués dans des fours et des tas d'ordures — par Catherine Orliac, une archéologue française. Mais une exécrable gestion des ressources associée à des coutumes religieuses consommatrices de bois et un manque de clairvoyance des élites a conduit à une déforestation totale de l'île… Du coup, plus de bois pour fabriquer des bateaux de pêche ou des cordes, l'impossiblilté de se chauffer, plus de protection au vent des cultures agricoles, de création naturelle de compost, etc. Cela a entraîné quelques conséquences dramatiques en fin de course dont la quasi disparition de la faune et un passage au cannibalisme pour simplement survivre…

Sachant que cette île est isolée (3700 kilomètres à l'est du Chili…), difficile d'aller chercher du secours ailleurs (je recommence, toute ressemblance avec notre planète n'est absolument pas fortuite…)…
Néanmoins, Diamond tempère en conclusion cette explication en insistant sur neuf autres points favorisant la déforestation dont la situation et la géographie même de cette île.

Enfin, Jared Diamond insiste bien sur un point…
Je le cite :

Par ailleurs, je ne connais aucun cas dans lequel l'effondrement d'une société ne serait attribuable qu'aux seuls dommages écologiques, d'autres facteurs entrent toujours en jeu. Lorsque j'ai formé le projet de cette enquête, je n'avais pas mesuré l'ampleur de sa complexité, naïvement convaincu que je n'aurais à traiter que de dommages environnementaux. Je suis finalement parvenu à définir une grille d'analyse constituée de cinq facteurs potentiellement à l'œuvre que je prends désormais en compte quand j'entends comprendre tout effondrement environnemental éventuel.
Quatre facteurs — dommages environnementaux, changement climatique, voisins hostiles et partenaires commerciaux — peuvent se révéler significatifs ou pas pour une société donnée. Le cinquième facteur — les réponses apportées par une société à ses problèmes environnementaux — est toujours significatif.

Bref, ce livre est passionnant, accessible à tout lecteur un peu curieux, particulièrement documenté (très étayé), ironique et parfois drôle. L'auteur n'est jamais pontifiant, n'hésite pas à rappeler qu'il existe d'autres grilles de lecture possibles mais argumente toujours avec méthode. Et s'avère particulièrement convainquant…

Effondrement
Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie
Jared Diamond
Gallimard
9782070776726 | 29,50 €

image caddie

image

Je continue à le lire…

Belle-île | Jardin La Boulaye

J'ai deux vallons
dans | ailleurs |
image

Imaginez un premier vallon à 800 mètres de la côte sauvage de Belle-île, entre Locmaria et Bangor (au Grand Cosquet exactement, vers Pouldon)… Un endroit bourré d’ajoncs, genre deux mètres de haut. Un second vallon tout aussi mal entretenu, abandonné. Imaginez un couple qui décide, il y a une bonne dizaine d’années, de paysager l’ensemble en jardin. Tâche incroyable, de la terre à déplacer, des allées à tracer, des arbres à sauver, des endroits immenses à débroussailler ou à replanter avec des espèces capables ne pas être grillées par le sel transporté par les tempêtes ! Bref, une entreprise de titan conduit par une femme énergique, Véronique de Laboulaye… Mais aussi des découvertes… Car, il y a plus de 100 ans, ces vallons étaient entretenus par les insulaires. Aussi, en défrichant ces vallons, les jardiniers ont retrouvé des murets, des limites de propriété, un lavoir, des carrières… et même l'ancien chemin du facteur…!

Aujourd'hui, ces vallons se sont transformés en de véritables jardins, avec des vues subtiles, des perspectives, des arrières plans… Oh, il reste encore du travail mais tout prend forme et vous pourrez contempler des murets anciens (superbes…) entourant un œuf gigantesque réalisé en pierres sèches, des sculptures étranges (…dont une bougeant au gré du vent) des réserves d'eau, des cascades (au printemps)…
Et même un improbable labyrinthe en ajonc…! Sans oublier des tas de variétés de fleurs, d'arbustes et arbres supportant le milieu salin.
Bref, un enchantement pour tous ceux qui aiment les jardins sortant de l'ordinaire.

Quelques images brutes de décoffrage…

image

image

image

image

La visite dure une bonne heure et demie, en petit groupe, accompagnée de la créatrice du jardin, sécateur en main.

Attention, visite uniquement sur rendez-vous, aux moments où la lumière est la plus intéressante. Les adultes payent symboliquement 5 euros chacun, les enfants rien…

Jardin La Boulaye
Le Grand Cosquet
02 97 31 76 09

Une chose est sûre, je vais y retourner…

note : pour ceux qui regardent via Geoportail.fr, cherchez Locmaria (56), puis déplacez-vous sur la gauche jusqu'à Pouldon… D'ailleurs vous verrez même le labyrinthe dans son état d'il y a deux ans.

Belle-île | Objets abandonnés

Avez-vous un propriétaire…?!
dans | ailleurs |

image

Même dans des endroits à priori pas trop touristiques, c’est fou ce que l’on trouve comme objets abandonnés
Après avoir oublié ses collègues de bureau, sa famille, ses animaux de compagnie, son cerveau, certains touristes (…appelons-les comme cela même si le qualificatif de porc me vient spontanément à l’esprit…) ont tendance à se croire partout en pays conquis dès qu’ils sont sortis de leur environnement…
Et pas qu’à l’étranger.
Dès lors, pas de surprises, ils laissent des traces de leur passage à tout instant, persuadés que les autochtones ne sont là que pour les ramasser et les remercier pour tous ces présents délicats… Bref, le monde devient, de fait, une vaste poubelle suite à leur voyage… Et difficile de leur faire comprendre quoi que ce soit : ils sont en-va-can-ces, cerveau compris…!!

Entre la dame avec son petit chien qui oublie de ramasser les déjections de son quadrupède — celui qui vient juste de se soulager devant votre table, les parents infoutus de canaliser l’énergie de leurs mômes qui balancent à qui mieux mieux du sable sur leurs voisins immédiats, les petits tumulus bordés de papier “AC” le long des chemins côtiers — aux effluves en compétition avec la flore locale, certaines fois on se retient pour ne pas massacrer ces bipèdes aux neurones oxydés…

Et ne croyez pas que ces petits présents sont uniquement le faits des messieurs
Là, c'est un petit souvenir féminin trouvé ce matin sur la plage à deux pas de ma serviette… de plage !

image

Je partage en partie les sentiments — parfois virulents — d'Agnès vis-à-vis de l'attitude de cette catégorie de touristes. J'ai découvert son blog via celui de Breno.

Belle-île | Kerzo

À quelques encablures de la pointe de Kerzo
dans | ailleurs |

image

Théoriquement, il fait un temps pourri, des averses et pas de soleil… Théoriquement…

Contagion hebdomadaire

Chronique ordinaire | Première version de cette chronique publiée sur 01net en février 2001
dans | groummphh |
image

Des dysfonctionnements chroniques, des pannes aléatoires, des trucs qui partent en carafe, c’est quasiment tous les jours. Ça ne vous arrive pas ? Suivez-moi une semaine ! Lundi 5 février L’autre jour, j’avais acheté un jeu pour mon fiston. Prudent, je l’avais testé et découvert que le soft figeait de temps à autre. Avant de l’offrir, j’avais expédié le CD de Sam Pyjam 3 au support technique d’Infogrames, expliquant que cela survenait sur deux Mac différents, avec des systèmes différents et des lecteurs de CD radicalement différents. Sam Pyjam me revient ce matin, toujours inutilisable, mais avec une explication magique : il me manquerait “une rustine de mise à jour pour AppleWorks”, un logiciel que je n’ai pas. Mardi
Je fais la queue chez Décathlon aux 3 Quartiers, à Paris, pour un achat hautement stratégique : mes lacets viennent de partir à la retraite. Pour une paire, 15 minutes d'attente et deux caisses surchargées. Le système informatique sous Windows est en rideau ; tous les codes produits sont recopiés à la main sur des fiches individuelles, client par client. Rigolo, non ?

Mercredi
9h30. Impossible de me connecter au Net de chez moi, pourtant tout allait bien sur la connexion ADSL depuis 7 heures. La reprise se fera en fin de journée.

Vers midi, j'essaie de contacter à nouveau un ami à Montpellier. Je l'appelle sur son numéro SFR. Réseau encombré, comme il y a une heure, comme hier soir. Peut-être cette nuit vers trois heures, ou alors demain ?

Le même jour, problèmes sur un serveur mutualisé : plus de place disponible alors que cela marchait deux heures avant. On supprime quelques fichiers, histoire de faire de la place, niet ! Le support d'Easynet fait fissa. Ouf.

Nettement plus grave, un de mes clients planté avec son ADSL Pro depuis lundi a enfin eu, en fin de soirée, un technicien de France Télécom passablement énervé. Ce dernier lui a expliqué que si le téléphone fonctionnait, le modem fonctionnait, donc l'ADSL fonctionnait itou. Rien de mieux que la méthode Coué face à 15 personnes bloquées.

Jeudi
Queue du soir dans mon supermarché. Ma carte Visa est prise pour un bout de plastique par le terminal de paiement. Très drôle quand on a quelques sacs de victuailles et trois personnes qui patientent après vous. Chance ! J'ai un peu de liquide. Dès la caisse franchie, je me réapprovisionne au GAB d'en face, avec le même carte et sans problème.

Vendredi
Ma station d'essence n'arrive plus à encaisser les cartes de ses clients. Après cinq essais et un peu d'énervement, la carte Total professionnelle de mon voisin passe enfin. Je peux régler et filer à la maison.

Vous pensez que je force le trait ? Que nenni ! c'est mon quotidien. Et je vous ai épargné les portillons qui refusent soudainement ma carte orange, les e-mails qui mettent trois jours à me parvenir, mon portable Itineris qui coupe systématiquement toute conversation à Viroflay gare, etc.

Notez, cela me rend philosophe et patient. Distant, même. À croire que je me prépare pour le jour où tout va planter. Tiens, à la prochaine coupure de l'ADSL, je relirai Ravages de René Barjavel.

image du monde végétal — close-up
logotype d'urbanbike

Images végétales sur…

image

Trouvé sur le net, notés sur…

image

20 Inspiring Ideas For Minimal Home Living

cf. lien publié le 2014-07-24 19:33:53 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 19:30:42 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 19:27:14 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 15:57:10 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 15:51:07 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 15:50:35 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 14:59:27 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 14:52:58 GMT

cf. lien publié le 2014-07-24 11:28:08 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 20:15:33 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 13:27:50 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 12:24:55 GMT

cf. lien publié le 2014-07-20 07:43:27 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 18:52:35 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 12:59:51 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 12:55:42 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 11:48:24 GMT

En 2013, 288 millions de tonnes de plastique ont été fabriquées dans le monde, dont une grande partie finira comme déchet en mer. La mer Méditerranée est réputée la plus polluée par les déchets de plastiques.

cf. lien publié le 2014-07-19 08:51:55 GMT

Seelenkiste - allergutendinge

cf. lien publié le 2014-07-19 04:57:27 GMT

cf. lien publié le 2014-07-19 04:46:30 GMT

Ailleurs… | blogroll…
Follow me on App.net
image